La présidence française du G20

En 2007, l’engagement du Président de la République reposait sur deux piliers :

– redonner de la compétitivité à la France et à ses entreprises pour assurer croissance et emploi,

– redonner du pouvoir d’achat aux Français.

Malheureusement, la crise économique et financière de 2008 et 2009, que personne n’avait anticipée, pas même les plus grands économistes, est venue remettre en cause ces deux piliers.

En effet, au second semestre 2008, face à la récession la plus grave que le monde et la France aient connue, l’ordre des priorités a dû être modifié. La priorité a été donnée à la lutte contre cette crise et à la limitation de ses effets les plus néfastes pour nos concitoyens. L’action du Président de la République a d’abord consisté à engager l’Etat dans un soutien massif, sans précédent et indispensable à l’économie française.

C’est dans ce contexte que le Président de la République a initié la création du G20 pour tenter de coordonner les plans de relance de l’économie des pays les plus industrialisés. Force est de constater que la France a été moins impactée par la crise que d’autres pays comme les USA, la Grande-Bretagne ou encore l’Espagne.

De manière générale le plan de relance français basé sur l’investissement a permis à notre pays de sortir de la récession plus vite, bien avant les autres pays de l’Europe et surtout de générer une croissance supérieure aux attentes et tirer partie de la reprise du commerce mondial. C’est ainsi qu’au premier semestre 2010, on a constaté un rebond du commerce extérieur. Les exportations de la France ont progressé sur un an de 10%. Ces résultats témoignent de la pertinence de nos efforts.

L’activité économique de la France s’est accélérée au deuxième trimestre 2010 et a permis à l’emploi salarié de progresser à nouveau : 24.000 postes ont été créés durant cette période. L’intérim a été le premier secteur à repartir à la hausse dès le deuxième trimestre 2009, il a augmenté de 103.000 postes sur un an. La croissance française que l’OCDE avait prévue autour de 0,5% pour 2010 sera de 1,5%.

Il ne saurait être question de manifester la moindre auto-satisfaction. La crise n’est pas terminée. Qui pourrait songer à relâcher les efforts lorsque les conséquences de la crise fragilisent encore des pans entiers de notre protection sociale, comme les retraites ? Qui pourrait imaginer revenir au monde d’avant et à la situation antérieure lorsque les déficits publics menacent les Etats ? Le travail à accomplir reste immense.

Face à la crise, dont les effets perdurent, le temps demeure résolument à l’action. Il reste encore près de dix huit mois de travail au gouvernement et à la majorité pour tenir les engagements pris en 2007.

Pour un an, la France prend la présidence du G20 et c’est pour le Président Nicolas SARKOZY l’occasion de continuer à défendre, en plus de la coordination des politiques macroéconomiques et de la régulation financière, la réforme du système monétaire international, la volatilité des matières premières, notamment celles agricoles et la réforme de la gouvernance mondiale.

De plus, le G8, qui se déroulera à partir de Janvier 2011, donnera également à la France l’opportunité de mettre l’accent sur les affaires politiques et les crises régionales, le partenariat avec l’Afrique, la lutte contre les nouvelles routes du trafic de drogue entre les pays de la Caraïbe, de l’Afrique de l’Ouest et du Sahel. Le terrorisme sera au coeur de l’actualité, malheureusement.

L’importance de ces sujets, qui jettent les bases de l’économie et du vivre ensemble du 21ème siècle, demande à ce que tous les Français soient associés à cette démarche.

La crise n’est pas une fatalité en soi, elle se combat par la mobilisation de tous car les mesures prises ne suffisent pas à elles seules si nos concitoyens ne réagissent pas aux efforts demandés et imposés par une mondialisation omniprésente. La croissance, le plein emploi, l’épanouissement de notre société ne se décrètent pas, nous les construisons ensemble.

C’est ensemble et non les uns contre les autres que nous devons réagir, fortement, sinon ensemble nous pleurerons les délocalisations et le déclin de la France.

Ce dynamisme montre que les Français, dans les moments difficiles de leur histoire, ont toujours fait les bons choix. Nous les ferons ensemble à nouveau.

Jean-Marc Roubaud, député du Gard (missionné par le Président de la République pour le G20 et le G8), Christian Vanneste, député du Nord, Brigitte Barèges, députée du Tarn et Garonne, Patrick Beaudouin, député du Val-de-Marne, Claude Bodin, député du Val d’Oise, Jean-Claude Bouchet, député du Vaucluse, Patrice Calmejane, député de Seine-Saint-Denis, Jean-Pierre Decool, député du Nord, Nicolas Dhuicq, député de l’Aube, Sauveur Gandolfi-Scheit, député de Haute-Corse, Jean-Paul Garraud, député de la Gironde, Lionnel Luca, député des Alpes Maritimes, Thierry Mariani, député du Vaucluse, Philippe Meunier, député du Rhône, Jacques Myard, député des Yvelines, Jacques Remiller, député de l’Isère, Bernard Reynes, député des Bouches-du-Rhône, Daniel Spagnou, député des Alpes-de-Haute-Provence, Michel Terrot, député du Rhône, Philippe Vitel, député du Var.

Articles liés

7 commentaires

  1. “- redonner de la compétitivité à la France et à ses entreprises pour assurer croissance et emploi,
    – redonner du pouvoir d’achat aux Français.”

    Effectivement, des engagements non tenus !

    “Malheureusement, la crise économique et financière de 2008 et 2009, que personne n’avait anticipée, pas même les plus grands économistes, est venue remettre en cause ces deux piliers.”

    Faux. M. ALLAIS le prix nobel de l’économie avait anticipé la crise. Malheureusement, les politiques Français, au lieu de l’écouter, ont préféré faire la sourde oreille !

    Je constate, au passage, que les économistes qui ont été si défectueux…Sont toujours aux commandes des conseils pour le Président et le Premier Ministre ! Seraient ils devenus soudain compétents ?

    Je ne parle même pas de Mme LAGARDE, qui nous a affirmé, en 2008, que la crise est derrière nous ! Ce qui aurait du lui valoir un licenciement accéléré !

    Quant à prétendre que la “crise” est venue remettre en cause ces deux piliers, c’est un peu fort ! En effet, si la crise n’a (à l’évidence) pas aidé nos entreprises (notamment PMI) centrées sur le marché nationale…Celles exportatrices ont pu profiter de “l’effet crise” grâce à la chute (providentielle) de l’euro !

    Selon la Cour des Comptes, les gabégies de l’Etat sont responsables de la majorité des soucis ! La crise a impacté la France…Mais on ne peut pas tout lui mettre sur le dos !

    “En effet, au second semestre 2008, face à la récession la plus grave que le monde et la France aient connue”

    On voit que vous n’avez pas connu les années 30 M. VANNESTE ! Moi non plus d’ailleurs…Mais à cette belle époque, nous avons tout eu ! Et pour ce qui est de la France…Il y a eu une crise bien plus terrible : à savoir la guerre de Cent Ans ! Non seulement le pays était en guerre/trève mais en plus les problèmes du pays se soldaient par une incapacité totale de “l’élite” politique à s’unir ! Bref, guerre civile et etc.

    Deuxième crise terrible…Pour la France, que vous devriez fatalement connaître : la Révolution française ! Crise économique et sociale, doublée d’une problématique politique, assortie d’une guerre civile et d’une guerre tout court contre l’Europe…Sans parler du cours de la monnaie qui fit tomber en ruine la France…Avant que l’énergique Napoléon lui vienne en soutien !

    “l’ordre des priorités a dû être modifié”

    Effectivement ! Sauvez les banques (mais je croyais que le pays était “en faillite” ?) !!!! Priorité des priorités ! Au fait, je croyais que dans un état capitaliste…On ne devait pas aider les sociétés coupables de “nuisances” à la Société !

    “La priorité a été donnée à la lutte contre cette crise et à la limitation de ses effets les plus néfastes pour nos concitoyens.”

    C’est une plaisanterie ? Le CAC 40 a été aidé. Les banques bien sur. Bref, le système financier ! En revanche, la réaction du Parlement devant le chômage a été de mettre en cause…Les salariés (qui hou les vilains, font grève !) et les entreprises !

    “L’action du Président de la République a d’abord consisté à engager l’Etat dans un soutien massif, sans précédent et indispensable à l’économie française.”

    Non…Pas à l’économie française, M. VANNESTE. Au système financier mondial…Nuance !

    “C’est dans ce contexte que le Président de la République a initié la création du G20 pour tenter de coordonner les plans de relance de l’économie des pays les plus industrialisés.”

    Laquelle s’est soldé par des jolies intentions…Et une victoire sans précédent du FMI, qui a ainsi gagné des milliards…Pour forcer les Etats à des mesures d’austérité !

    ” Force est de constater que la France a été moins impactée par la crise que d’autres pays comme les USA, la Grande-Bretagne ou encore l’Espagne.”

    Forcément M. VANNESTE…Puisque – heureusement – la France contient une force publique importante ! Et que – heureusement – le Président n’a pas eu le temps de détruire totalement les amortisseurs sociaux ! Il est – rassurez vous – grâce à votre coopération, en train de le faire via le budget de l’Etat 2011 ! Et la stupide régression des retraites.

    “De manière générale le plan de relance français basé sur l’investissement a permis à notre pays de sortir de la récession plus vite, bien avant les autres pays de l’Europe et surtout de générer une croissance supérieure aux attentes et tirer partie de la reprise du commerce mondial. C’est ainsi qu’au premier semestre 2010, on a constaté un rebond du commerce extérieur. Les exportations de la France ont progressé sur un an de 10%.”

    Exact M. VANNESTE. Deux choses l’expliquent ! Pour commencer, la France a profité de l’effet sur l’euro ! Nécessairement, les produits commercialisés sont devenus plus attractifs ! Ensuite, la France a fait une bonne saison touristique, car…Crise oblige, nos voisins européens ont fait le choix de la France plutôt que des destinations exotiques.

    “Ces résultats témoignent de la pertinence de nos efforts.”

    Croyez vous ?

    “L’activité économique de la France s’est accélérée au deuxième trimestre 2010 et a permis à l’emploi salarié de progresser à nouveau : 24.000 postes ont été créés durant cette période. L’intérim a été le premier secteur à repartir à la hausse dès le deuxième trimestre 2009, il a augmenté de 103.000 postes sur un an. La croissance française que l’OCDE avait prévue autour de 0,5% pour 2010 sera de 1,5%.”

    Bien évidemment…Grâce à l’effet “euro” et au tourisme (sans parler du providentiel échec de la coupe du monde : qui a fait revenir les Français au pays) !

    “Qui pourrait songer à relâcher les efforts lorsque les conséquences de la crise fragilisent encore des pans entiers de notre protection sociale, comme les retraites ?”

    Tiens, ce n’est donc plus une question de démographie ? Vous n’avez pas “sauvé” les retraites M. VANNESTE ? Quant aux efforts…Il suffit de regarder la loi des finances pour voir qu’effectivement, pour les caméras l’effort n’est pas relâché, pour les chômeurs et les entreprises (je parle des 95% des entreprises qui ne profitent d’aucune subvention prévue par le Législateur), en revanche…

    “Qui pourrait imaginer revenir au monde d’avant et à la situation antérieure lorsque les déficits publics menacent les Etats ? Le travail à accomplir reste immense.”

    Ce ne sont pas les “déficits publics” qui menacent les Etats…M. VANNESTE. C’est l’irresponsabilité des gouvernants !

    “Face à la crise, dont les effets perdurent, le temps demeure résolument à l’action. Il reste encore près de dix huit mois de travail au gouvernement et à la majorité pour tenir les engagements pris en 2007.”

    Bonne chance ! Au fait, il s’agissait de délégiférer…

    “Pour un an, la France prend la présidence du G20 et c’est pour le Président Nicolas SARKOZY l’occasion de continuer à défendre, en plus de la coordination des politiques macroéconomiques et de la régulation financière, la réforme du système monétaire international, la volatilité des matières premières, notamment celles agricoles et la réforme de la gouvernance mondiale.”

    M. SARKOZY ne prévoit pas – en France – de faire ce qu’il prévoit au niveau international ! Du reste, avant d’aller convaincre “le monde” il faudrait peut être aller voir le “Président du Conseil Européen” le “Monsieur Europe” tant voulu par M. SARKOZY ! Histoire qu’on ne fasse pas aussi “bonne impression” que la dernière fois ! Souvenez vous :
    -LES USA : on ne peut rien faire tant que OBAMA n’est pas là
    -L’EUROPE : on attend
    -LA CHINE : pas d’accord, je veux rien

    Sincèrement, vous croyez que M. SARKOZY va réussir à convaincre le “G20” alors qu’il est déjà incapable d’obtenir quoi que ce soit au niveau européen ?

    “De plus, le G8, qui se déroulera à partir de Janvier 2011, donnera également à la France l’opportunité de mettre l’accent sur les affaires politiques et les crises régionales, le partenariat avec l’Afrique, la lutte contre les nouvelles routes du trafic de drogue entre les pays de la Caraïbe, de l’Afrique de l’Ouest et du Sahel. Le terrorisme sera au coeur de l’actualité, malheureusement.”

    Tiens donc ! Au fait, nous qui sommes censés être en “alerte rouge”…Avons un budget défense et sécurité bien moins conséquent ! Cherchez l’erreur ! Et puis, question terrorisme, c’est plutôt à l’ONU qu’il faudrait aller ! Ca pourrait intéresser !

    “L’importance de ces sujets, qui jettent les bases de l’économie et du vivre ensemble du 21ème siècle, demande à ce que tous les Français soient associés à cette démarche.”

    La bonne blague ! Vous nous avez consulté en 2009 au sujet de la Stratégie de Lisbonne II ? Je ne crois pas ! Et cela concerne rien que les 10 prochaines années !

    “La crise n’est pas une fatalité en soi, elle se combat par la mobilisation de tous car les mesures prises ne suffisent pas à elles seules si nos concitoyens ne réagissent pas aux efforts demandés et imposés par une mondialisation omniprésente.”

    Ce n’est pas la “mondialisation” qui impose des efforts. Le libre échange est une bonne chose. C’est ceux qui tiennent les manettes en faisant du libre échange un moyen de favoriser le terrorisme international, la liquidation des avantages sociaux, la pression sur la monnaie, etc.

    Du reste, vous pliez assez facilement devant…Puisque vous avez déjà renoncé à être maitre du budget de la France, via l’instauration d’une “surveillance” des budgets par l’UE, soit par BARROSO l’homme antisocial par excellence !

    ” La croissance, le plein emploi, l’épanouissement de notre société ne se décrètent pas, nous les construisons ensemble.”

    Certes…Encore faut il que les politiques aient voeu d’apporter le bonheur aux citoyens…Et pas seulement aux 2% qui jouent leur propre partie !

    “C’est ensemble et non les uns contre les autres que nous devons réagir, fortement, sinon ensemble nous pleurerons les délocalisations et le déclin de la France.”

    Ne vous inquiétez pas M. VANNESTE. Après tous les transferts de technologies favorisés récemment…Il y a peu de chance que la France se relève. Mais comme elle va tomber sans bruit, vous aurez la possibilité d’être réélu.

    “Ce dynamisme montre que les Français, dans les moments difficiles de leur histoire, ont toujours fait les bons choix. Nous les ferons ensemble à nouveau.”

    Effectivement…La prochaine fois, on prendra quelqu’un qui tient ses promesses.

  2. Ces gaspillages dont les élus ne parlent pas…

    Le quotidien néerlandais Trouw rapporte que la plus grande partie des 2,25 milliards d’euros du Fonds social européen destinés à à aider la Roumanie pour l’intégration des Roms a disparu dans les poches d’hommes politiques corrompus et d’associations bidon. Sur les 300 ONG qui prétendent s’occuper des Roms et reçoivent de l’argent de Bruxelles, seulement 20 sont actives, selon Trouw.

    Avant de voter le “budget de l’UE” ou de s’engager dans des “aides” soient disants pour aider des populations ciblées…Ne pourrait on pas voir la commission des lois ou bien celle des affaires européennes…Demander une ETUDE D’IMPACT INDEPENDANTE ?

    411.000 €, en 2009, pour un centre de “fitness” pour chiens en Hongrie, visant à « améliorer la qualité de vie et le niveau de vie des chiens ». La société bénéficiaire de la subvention a construit des bâtiments… qui sont restés vides et sont aujourd’hui envahis par la végétation…!

    A quoi sert l’argent du contribuable ?

    Un contrat de 5,25 millions d’euros passé avec la firme Biribin Limousines pour véhiculer les députés européens dans Strasbourg. La firme garantit « l’absolue discrétion » de ses chauffeurs : ça se paye…

    Les élus n’ont donc pas le permis de conduire ? En vertu de quelle loi ont ils droit à ce qui est, somme toute, une voiture de fonction ?

    16.394 € pour un programme au Tyrol visant à « accroître la connexion émotionnelle des paysans avec les sites qu’ils cultivent ».

    Rassurez moi…C’est un “fils de” complètement débile qui valide les dépenses européennes ?

    5.000 € pour le « cheval européen », une bande dessinée pour les enfants de Basse-Saxe racontant le périple d’un cheval qui va d’Allemagne à Bruxelles et rencontre en chemin des personnalités européennes qui « expliquent » (mal) comment fonctionne l’UE.

    En effet, on peut y lire l’existence d’un “Président de l’UE” fonction qui…N’existe pas ! Seule la fonction de Président du CONSEIL EUROPEEN existe ! Le livre fait une propagande éhontée visant à affirmer que les députés européens décident en propre…Alors que dans la vraie vie, le Conseil des Ministres a une prérogative supérieure…Et le pouvoir de “faire la loi” est même interdit au Parlement, au profit de la Commission (celle que vous jugez si illégitime M. VANNESTE…Périodiquement) dont la plupart des membres n’ont de compte à rendre à personne (il est vrai que le Parlement français ne se décide pas à contrôler les commissaires)

    900.000 € pour un complexe de golfs et d’hôtels de grand luxe qui est un club privé : 1.100 € la cotisation annuelle, en Mecklembourg-Poméranie – où se rend volontiers Angela Merkel !

    7,5 millions d’euros pour financer une campagne publicitaire du Gouvernement d’Andalousie sur les réalisations effectuées grâce aux subventions européennes…!

    1,6 million d’euros au roi de Suède pour compenser les pertes financières de sa « ferme » du Sörmland. Pauvre homme !

    5,1 millions d’euros pour le « Cercle culture des Institutions européennes », à Luxembourg, réservé aux fonctionnaires européens. On y trouve de nombreux clubs, dont le cercle de danse des Highland et un club de dégustation de vins.

    Et ce n’est qu’une partie…Pas l’iceberg lui même.
    http://www.observatoiredeleurope.com/notreargent/

    Pendant ce temps là…Le Gouvernement s’en prend à la FAMILLE !

    http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/020920746732.htm

    http://www.20minutes.fr/article/598584/economie-mariage-l-avantage-fiscal-de-la-premiere-annee-supprime

    Alors qu’on nous explique que le Gouvernement cherche à faire des économies, LUTTER CONTRE LE GASPILLAGE ne semble pas une priorité !
    http://www.20minutes.fr/article/581635/Economie-La-chasse-aux-niches-fiscales-s-accelere.php

    Il faut croire que les parlementaires ne connaissent pas LA COUR DES COMPTES ! Le Gouvernement non plus d’ailleurs…

    Sinon…Courageusement, les députés auraient voté la fin du CES…QUI COUTE BONBON à la NATION pour…Deux rapports tous les dix ans ! Les parlementaires ne le saisissent jamais…Et le Gouvernement n’a même pas demandé son avis sur les retraites !

    http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5iMo6U92q3bldYjS2KhnyG8tfXA6Q?docId=CNG.3be53cc83f3b4d5cd32af097e0982e64.3c1

    “Au total, les niches applicables aux entreprises, entendues au sens large, ont représenté un manque à gagner pour les finances publiques de 172 milliards en 2010, a calculé le Conseil des prélèvements obligatoires.”

    Et voilà, on a ce qu’il faut pour les retraites – sans la “réforme” stupide – et les 10 milliards que recherchent désespérement le Gouvernement !

    Lutter contre les gaspillages est, à l’évidence, bien plus difficile que de “faire trinquer” le contribuable. Lequel paye plus pour moins de services…Nouveau slogan de l’UMP ?

  3. Décidément, vous, Seb, êtes bien franchouillard. A peine un nouveau gouvernement vient d’être nommé et vous le vouez aux gémonies. Dans notre démocratie spéciale, il y a 51% qui agissent (c’est normal) et 49% qui font tout pour détruire ce que la majorité fait. Ce n’est pas ma conception de la démocratie. Quand une majorité a été élue, ne serait-ce qu’à très peu de différence, on respecte la décision le temps du mandat. J’ose dire que c’est un crime de TOUT faire pour saboter ce dernier. Et reconnaissez que la majorité actuelle a tout fait pour limiter les risques qu’un président reste au-delà de 10 ans.
    Tout veut dire : grèves permanentes, bloquage des forces vives, démoralisation du peuple, appels à la révolte, controverses des professionnels de l’attaque ad homine, des sophismes et du syllogismes, mensonge sur les statistiques et ce que “penseraient” les Français, etc …
    Vous SEB êtes, celui qui a toujours raison parce qu’il ne fait que prévoir le succès des son acharnement. Il tue tout bébé avant même qu’ils ait le temps de respirer.
    L’organisation d’une entreprise, le succès des institutions, le développement de l’économie, l’amélioration des conditions sociales, TOUT cela dépend de la confiance au départ, d’un a priori favorable initial. Ce n’est jamais le cas en France depuis des siècles.
    Oui, M. SEB (puisque l’on sait qui vous êtes) je ne crois pas que notre démocratie soit bonne. Voici 5 ans nous avons voté pour une majorité, nous allons voté à nouveau dans quelques mois. Ce sera le moment pour que des débateurs intelligents fassent le bilan du gouvernement et donnent leurs propositions. Ceci ne veut pas dire qu’il faut que l’opposition ne donne pas son avis mais, que diantre, elle joue le jeu de ce que j’appelle la vraie démocratie. Pensez à la finalité de toute intervention publique, le but est que la tentative réussisse et non pas que vous ayez raison.
    Puisque la majorité est à la barre pour 5 ans et que les passagers d’un bateau ont besoin de faire confiance au barreur et à l’équipage dans la tempête (il y en a toujours), je vous recommanderais d’attendre l’échéance (si évidente) avant de clamer comme le PS et toute l’opposition dont vous êtes, les bonnes raisons (il y en a toujours) de tuer le bébé avant qu’il ne respire.
    Oui, je n’aime pas la démocratie à la française qui est pratiquée où 51% tire et 49% freine. J’ai une longue expérience du travail, de l’industrie et surtout de la navigation. Le barreur doit savoir ignorer les mauvais conseils et les fausses peurs s’il veut rester responsable de sa navigation.
    C’est dire que je ne vous emmènerais pas à mon bord, idem pour les journalistes trop bavards et la gauche, les syndicalistes trop excités, tous irresponsables. Bien sûr qu’ils arriveront à faire capoter la barque. Mais croyez-vous qu’ils sauront la remettre à flot ?
    Paul R. Callens

  4. @ Paul R. Callens

    Un philosophe vous répondrait: c’est parce que la France est le plus beau pays du monde que sa gauche y est aussi violente, irresponsable et anti-démocratique. Prenez le problème du syndicalisme politisé de la magistrature: il est inexistant au Royaume-Uni !

  5. A PAUL R. CALLENS

    Vous dites que je suis “franchouillard”. Pas tout à fait : je suis Français. Et j’aime la France. Ce n’est – à mon sens – pas un crime. Cela ne m’empêche pas d’aimer ce qui m’entoure et ce qui n’est pas la France. De la même manière que j’aime mon épouse, je lui suis fidèle…Même si je ne reste pas insensible au beau sexe ! (Même si maintenant, je ne regarde plus Carla avec les mêmes yeux !)

    Je ne voue aucunement le “Gouvernement aux gémonies”. Je trouve simplement absurde qu’on fasse un remaniement si c’est pour, in fine, ne pas changer grand chose. Si le Gouvernement servait la France, je serais le premier à l’applaudir. Malheureusement, tel n’est pas le cas. Là encore, il me semble me souvenir que la DDHC me donne droit de demander compte à chaque administrateur…Et qu’elle ne me limite pas, dans cet exercice, à l’élection.

    Contrairement à ce que vous pouvez penser, je respecte la Démocratie. Quand je critique M. VANNESTE, le Gouvernement, M. SARKOZY – mais ne vous inquiétez pas, je suis tout aussi critique à l’égard des autres formations politiques – ce n’est jamais sur leur légitimité élective…Mais sur la légitimité de leurs actes.

    Pour moi, l’élection c’est comme le mariage. L’élu prend pour épouse la France et lui promet de la respecter. Et pour que les choses soient claires, un contrat de mariage est signé. La seule différence étant que le premier stipule les engagements des époux l’un envers l’autre…Quand le deuxième consiste à énumérer les promesses faites par le candidat victorieux.

    Il s’avère que, de la même manière que le droit me donne la possibilité de dénoncer la violation de mon contrat de mariage…La DDHC me donne celui de manifester la violation des engagements consentis par l’élu qui me représente…C’est à dire, plus simplement, la violation du contrat passé entre moi (partie de la Nation) et l’élu.

    En effet, la DDHC m’ordonne – ce n’est même pas un conseil mais une obligation – de dénoncer les actes arbitraires. Qu’est ce qu’un acte arbitraire ? Un acte réalisé sans le consentement du mandant par le mandataire.

    Et pour ce faire, j’ai plusieurs moyens. Ce n’est pas plus compliqué que çà.

    Quand M. VANNESTE vote un projet gouvernemental visant à monter l’âge légal de la retraite, alors qu’il a promis – pas à moi, mais à la Nation – qu’il protégerait ce “droit” (c’est écrit dans le programme législatif de l’UMP : j’en ai gardé un ex), mon action n’est en rien une opposition à la légitimité de M. VANNESTE à exercer le mandat législatif…Mais une dénonciation de l’abus que M. VANNESTE fait du mandat législatif qui est sien.

    Je sais bien que les élus ne comprennent pas – ou ne veulent pas comprendre – qu’un mandat non impératif/représentatif n’est pas un droit à faire n’importe quoi. Mais ce n’est pas une raison pour inverser la preuve.

    Il y a une phrase, qui je le pense, a été très mal comprise en 1791, et que beaucoup de politiques doivent avoir inscrit sur leur table de chevet : “je ne suis pas là pour représenter l’intérêt de mes électeurs, mais celui que moi je défends”.

    Les élus semblent avoir fait leur ces propos…Alors que l’auteur desdits termes expliquait, tout simplement, que contrairement aux Etats Généraux qui devait défendre des intérêts pas nécessairement partagés par eux…L’Assemblée Nationale, elle, verrait ses membres PROPOSER un programme LEGISLATIF, qui serait oui ou non, agréée par la Nation. Dès lors, le candidat devenait effectivement “représentant de la Nation” puisque la “représentation” qu’il aurait à exercer, serait finalement la défense du programme pour lequel il a été élu.

    M. VANNESTE – comme SARKOZY – n’a pas proposé de modifier l’architecture des retraites. Il a même défendu le contraire. Et là, vous voudriez que les Français acceptent la trahison sans rien dire ?

    Le dernier roi de France – CHARLES X – a passé un pacte avec les Français : il serait roi, mais il devrait respecter la Charte. Pendant un premier temps, CHARLES X a bien respecté le contrat. Un contrat qu’il a signé librement…Il pouvait très bien renoncer au trône ou demander aux Français un texte plus souple. Rien de bien sorcier.

    Et puis, un matin, CHARLES X a décidé de supprimer, purement et simplement, plusieurs droits reconnus dans la Charte ! Forcément, qu’est il arrivé ? Et bien les Français sont allés le destituer.

    Quand le contrat est rompu…Il est normal que les citoyens expriment leur mécontentement de NE PAS ETRE REPRESENTE selon les modalités pour lesquels ils avaient souscris avec l’élu.

    Si M. VANNESTE avait dit “quand je serais député, je procéderais à des changements au niveau des retraites” ou bien “je voterai en faveur de l’augmentation de l’âge légal” je me serais plié à la volonté souveraine du Peuple, via l’expression de M. VANNESTE. Mais tel n’est pas le cas.

    Vous savez, faire grève ou manifester (surtout sous la pluie) ou procéder à des actes judiciaires, n’a rien d’amusant. Cela vous coûte du temps, de l’argent, et vous êtes dans l’incertitude quant au résultat.

    Si les grèves, le blocage, la démoralisation, les appels à la révolte, et que sais je encore, vous énerve…Alors demandez aux élus de respecter leurs promesses !

    Moi, je ne demande pas plus ! Est ce trop demandé aux élus que de respecter…Ce qu’ils présentent comme étant des “convictions” ?

    Si le programme de l’UMP, les engagements de M. VANNESTE, lui avaient été imposés – VANNESTE, si tu ne votes pas la gratuité des sucettes dans les lycées, gare à toi ! – je pourrais comprendre que M. VANNESTE cherche à expliquer son geste. Idem pour M. SARKOZY.

    Mais là…M. VANNESTE, comme M. SARKOZY, ont fait campagne sur un programme ambitieux, peut être un peu irréaliste, mais en tout cas approuvé, il me semble me souvenir, par M. VANNESTE et M. SARKOZY ! Alors dire aujourd’hui “je ne suis pas d’accord avec mes propos d’hier” c’est un peu du foutage de gueule.

    Je suis peut être naif et particulièrement idéaliste…Mais je crois que lorsqu’on se fait élire, pour mettre en oeuvre des choses auxquelles on croit…On se doit de se respecter soit même, en ne se reniant pas.

    J’ai pris pour épouse mon Hélène. Personne ne m’y a contraint. J’ai fait, devant Dieu et les Hommes, un serment à mon épouse, que M. VANNESTE connaît bien en tant qu’élu…Et M. SARKOZY aussi, qui a eu à présider à certains offices.

    Et bien l’élection, c’est pareil. L’époux, c’est l’élu. L’épousée, c’est la France. La famille, les militants. Et les invités, la foule. Et dans le rôle du prêtre (ou du maire) nous avons le Peuple Souverain, qui est là pour bénir (ou non) l’union.

    Je ne pense pas qu’on ait forcé M. VANNESTE ou M. SARKOZY à défendre un programme. Tout ce que je demande, c’est que les élus respectent leur mandat – leurs engagements – comme je respecte mon serment à mon épouse.

    Le fait que M. SARKOZY n’ait pas beaucoup eu de respect pour son serment de mariage – convoiter la femme qu’on marie alors qu’on est soit même marié (adulère aux yeux de Dieu) entamer une liaison avec ladite marié (double adultère, devant les Hommes), avoir une relation extraconjugale avec un membre du Gouvernement alors qu’on vient juste de se remettre en ménage… – ne doit pas l’obliger à faire de même à l’endroit de ses engagements électifs. Idem pour M. VANNESTE, qui en tant que chrétien – du moins se présente t il ainsi – ne devrait pas approuver la trahison de soi même, qui est aussi bien une trahison envers Dieu et Jésus, qu’envers soi même !

    Par le passé, la France a beaucoup été réformée. Avec ou sans heurts. Mais les plus grands réformateurs sont souvent ceux qui ont expliqué AVANT ce qu’ils allaient faire, ont obtenu le soutien du pays…Et APRES ont pu agir.

    M. SARKOZY croit que trahir son prochain est sans conséquence. Mais les Français n’aiment pas beaucoup les judas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.