Situation de l’entreprise de chaussettes Olympia -QE-

M. Christian Vanneste interroge Mme la ministre de l’économie, de l’industrie et de l’emploi sur la situation de l’entreprise de chaussettes Olympia. La société est en cessation de paiements après avoir été condamnée à indemniser d’ex-employés licenciés. Il aimerait connaître l’avis du Gouvernement sur cette affaire.

Réponse du Gouvernement :

En novembre 2009, la société Olympia SAS a été placée en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Troyes avec une période d’observation de six mois. Ce même tribunal a décidé d’écourter cette période d’observation en déclenchant une procédure de cession. Les candidats avaient jusqu’au 5 mars 2010 pour déposer leur offre. Le 27 avril 2010, le tribunal a tranché en choisissant l’offre présentée par Tricotage des Vosges parmi cinq propositions. La société connaissait des difficultés financières depuis plusieurs années, et notamment la fin de l’accord Multifibre en 2005 ; cet accord, conclu en 1974 entre les pays en voie de développement et les pays développés, fixait des quotas d’exportations, par pays et par produits, dans le domaine du textile et de l’habillement et visait à protéger les industries textiles des pays développés de la concurrence des pays à bas salaires. Pour s’adapter à cette nouvelle donne économique, la société a diversifié ses produits pour proposer de nouveaux articles innovants correspondant à la demande des consommateurs, notamment sur les marchés du cosmétotextile, du médical et du paramédical, du sport et de la sécurité. Cependant, ces efforts n’ont pas permis à la société de redresser sa situation financière et elle a dû procéder à un plan de sauvegarde de l’emploi. Des anomalies constatées à cette occasion dans le reclassement de 47 salariés licenciés ont conduit à sa condamnation en appel à verser un montant d’indemnités important, ce qui a accentué ses difficultés existantes, et a conduit la société à déposer le bilan. La reprise d’Olympia par l’entreprise Tricotage des Vosges, industriel français également spécialiste de cette activité, ouvre une nouvelle ère pour Olympia. Le repreneur s’est engagé à maintenir 112 emplois sur 190, ce qui constitue une issue positive pour l’entreprise et ses employés.

Question publiée au JO le : 26/01/2010 page : 725
Réponse publiée au JO le : 29/06/2010 page : 7290

Articles liés

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services