Groupe d’études sur le suicide des jeunes

Avec mes excellents collègues Michel Hunault (Loire-Atlantique) et Didier Quentin (Charente-Maritime), j’ai demandé à Bernard Accoyer, Président de l’Assemblée nationale, la création d’un groupe d’études associant l’ensemble des groupes parlementaires sur le suicide des jeunes. Sujet extrêmement grave puisqu’avec 1 000 décès par an, le suicide est, derrière les accidents de la route, la seconde cause de mortalité chez les adolescents. Selon une étude de l’INSERM, 8% des filles et 5% des garçons font une tentative de suicide à l’adolescence. On compte environ un décès pour 80 tentatives.

Très sensible à cette question, le Président Accoyer a transmis notre demande au Secrétariat général de l’Assemblée et de la Présidence.

Articles liés

16 commentaires

  1. Tout désespère les jeunes dans cette société, leur avenir, la corruption des puissants, les moeurs qui se délitent,
    des Politiques impuissants à réguler cette société, les scandales à répétition,
    vie difficile pour les uns, tellement facile pour les autres, un vrai problèmle de société depuis que tout se sait sur l’internet.
    Les politiques portent une lourde responsabilité dans ce désespoir des citoyens de tous âges.
    Il n’y a pas que les jeunes, hélas qui se suicident, m^me ceux qui ne passeent pas à l’acte en ont fortement envie!
    Les psy ont de beaux jours !

    Cordialement

  2. Evidemment l’homophobie tue directement et indirectement via le suicide. Quand elle sera autant condamnée que le racisme, il y aura peut-être une baisse significative!

    Pour les tous les jeunes sans distinction d’orientation sexuelle, il est évident que l’avenir est bradé : plus ils font d’études, plus ils sont précaires (smic) par rapport aux anciennes générations soixante-huitarde bien plus gâtées contextuellement à tous points de vue! même la retraite par répartition pour eux ils n’y croient pas!

  3. Justement la question de l’homophobie est très intéressante à poser sur ce blog :
    Monsieur Vanneste, sachant qu’un certain nombres d’études montrent les taux de suicides plus élevés chez les jeunes homos, trouvez-vous normal de tenir des propos publics, donc accessibles à ces jeunes, disant que la façon dont ils aiment est inférieure et est un danger pour l’humanité ?

    A votre avis, en diffusant des clichés tous plus absurdes les uns que les autres sur ce qu’est être homosexuel, quelles peuvent être les conséquences psychologiques sur ces jeunes homos ?
    Votre réponse m’intéresse.

  4. Je crois que ça fait des années que le Figaro publie régulièrement les aspirations des jeunes Français et “s’étonne” de voir que leur souhait premier est de devenir fonctionnaire, que c’est une vocation…pour la sécurité de l’emploi et le fait que même dans la “basse” catégorie C, les salaires restent supérieurs en moyenne à ceux équivalents (ouvriers/employés) du privé.
    Ils sont logiques et ne veulent pas être laminés pour des boulots précaires, mal payés, sans lendemain. La vie commence après le travail (moyen de subsistance) alors pourquoi se donner à fond pour être licencié (délocalisation à outrance), être corvéable à merci pour être jeté après 45 ans, etc…
    Pourquoi une société consumériste raccoleuse avec en parallèle un manque d’avenir professionnel? avant 25 ans, si pas de famille, alors pas d’aides! avant 25 ans aussi, prétexte pour être moins payés dans les contrats d’apprentissage. Après c’est smic en petits contrats de 3 mois et peu d’aides pour le logement ou alors colocation promiscuitive.
    Dans d’autres pays d’Europe, ces jeunes restent jusqu’à 35 ans (!) chez leurs parents car une spéculation immobilière criminelle empêche les solos ou les jeunes couples de se loger décemment avec leurs modestes revenus.
    Etc, etc….seule la génération baby-boom a connu une vie professionnelle sans chômage ou presque, avec de bons revenus, des avantages sociaux incroyables et la perspective d’une bonne retraite. Sachant que désormais une partie des retraités vit beaucoup mieux que des jeunes actifs, vous croyez que le taux de suicide va baisser????

  5. à FP

    Cher Monsieur,

    Avez-vous connu la période de chômage pratiquement non rétribué des années 30, où l’on pouvait se promener la nuit en toute sécurité ?

    Et pourtant, la jeunesse ne pensait pas au suicide ! …

    Elle pensait surtout aux jeunes morts dans les tranchées de la guerre de 14-18 …

    La jeunesse dorée actuelle ferait bien d’y réfléchir !

    Signé : Un enfant des routes de l’exode de 1940.

  6. à FFT

    Je ne doute pas de vos propos, je dis seulement que cette jeunesse actuelle n’a pas choisi (comme la votre) son destin et qu’elle n’est dorée qu’en apparence.
    C’est cruel de vivre dans une société sur-consumériste abêtissante alors que la précarité du travail règne! au moins vous n’aviez pas toutes ces tentations, tentations qu’il est difficile d’ignorer pleinement même pour ceux qui ne sont pas matérialistes et qui se battent pour vivre en alter-mondialistes : ils sont combattus par le système s’ils s’installent dans des yourtes à la campagne pour échapper à l’enfer des villes et des tarifs de loyers insupportables!

  7. Vous avez des préjugés envers la jeunesse actuelle, censée être plus fainéante? mais je vous ai exposez les motifs pour lesquelles cette jeunesse est ce qu’elle est.
    La votre n’avait pas les tentations toujours plus nombreuses et obscènes de notre société sur-consumériste! quand tout le monde vit la précarité OK mais quand au quotidien un jeune voit partout autour de lui les tentations, qu’il travaille comme un âne pour rien (smic), n’arrive pas à se loger autre part que chez papa/maman ou en coloc, n’a pas de perspective d’avenir si ce n’est de vivre au jour le jour car la situation économique ne fait que se dégrader et voit partout des inégalités flagrantes…il a eu une enfance dorée OK car ses parents avaient un niveau décent auquel lui-même n’aura pas accès malgré le fait qu’il sera plus qualifié qu’eux en moyenne!

    En clair, il comprend qu’il devra manger un pain de plus en plus gris après le pain blanc alors que votre jeunesse élevée dans le pain noir ne pouvait qu’espérer mieux…l’espoir c’est ça la grosse différence monsieur FFT et à l’heure de la mondialisation, d’Internet et de rabâchage des droits de l’Homme, le jeune il constate simplement un décalage profond, une régression qu’il subit au quotidien.

  8. Vous avez peut-être un peu raison Mr FP, surtout que se mettre
    le cerveau dans les chaussures à crampons peut mener à certaines désillusions !

    A vous l’honneur de conclure …

  9. Mais je ne parle pas pour ceux qui se complaisent dans un comportement de racailles, gagnent de l’argent facile soit en trafiquant, soit grâce à certains sports pourris par l’argent….c’est une insulte pour tous les autres jeunes besogneux qui galèrent au jour le jour pour survivre honnêtement et ne sont pas récompensés en retour : contrats précaires, smic, mal-logement, malnutrition de beaucoup d’étudiants, SDF de moins de 25 ans sans aides aucunes, etc..

  10. Paradoxal…
    si les suicides des jeunes homos sont causés par une société qui critiquent leurs comportement..
    et que vos propos suivent cette idée,
    comment se fait-il que maintenant vous voulez étudier la question ?
    ( je rappelle que l’homosexualité est la seconde cause de suicide chez les jeunes… )

  11. Pour Thibaud et d’autres…c’est bien l”homophobie et la violence verbale et/ ou physique qui fragilise ces ados.
    Cet excellent et triste ouvrage (à notre époque) d’un hétérosexuel père de famille sur les parents indignes qui renient leurs enfants, non pas criminels ou délinquants mais homosexuels :

    « Casse-toi ! crève mon fils, je ne veux pas de pédé dans ma vie » de Jean-Marie Périer.

    Résumé :

    Tous les jours, des jeunes sont chassés par leur famille uniquement parce qu’ils sont homosexuels. Jean-Marie Périer est allé à la rencontre de ces adolescents jetés à la rue du jour au lendemain, sans soutien, sans argent et sans avenir. Il oeuvre désormais pour que cesse cette situation intolérable. Certains parents, lorsqu’ils découvrent l’homosexualité de leur fils ou de leur fille, se déchaînent contre leur enfant insultes, coups, flicage, séquestration… tout arrive. Avec, au final, une même conclusion : ” T’es gay ? casse-toi ! ” Touché par la détresse de ces adolescents bannis et révulsé par l’aberration d’être puni pour le seul fait d’aimer une personne du même sexe, Jean-Marie Périer, le célèbre photographe des années 1960 et de Salut les copains a eu envie d’agir : en rencontrant ces jeunes venant des quatre coins de France et issus de tous milieux, il s’est engagé à porter leur voix. Pour que l’histoire de Sandra, Antoine Hassan, Jimmy et les autres, rejetés par leurs parents, bouscule les idées reçues. Pour que l’on parle enfin d’homosexualité sans tabou ni mauvaise foi, et qu’au début du XXIe siècle, chacun puisse être libre d’aimer sans avoir peur. Sans langue de bois, Jean-Marie Périer, l’homme qui a fait rêver toute une génération, livre un document exceptionnel dans lequel les témoignages bouleversants de ces adolescents des rues se mêlent à son indignation.

    Bravo aux bénévoles du “Refuge”!

  12. En effet, Comme peut le justifier certains commentaires , le suicide chez les jeunes, peuvent varié du comportement psychologique du jeune et éventuellement persécuté le comportement du jeune, entre l’age de 13 & 17 ans,à la période d’adolescence ,chez les jeunes , diras t-ont normaux, suite au fait que j’ai pu lire, et ce que je pence, les jeunes ont besoin de ce se recueillir dans d’autre fait divers, je pence que les jeunes de cette génération ont un point de vue de la vie négatifs, sur ce fait y es mêlé , régulièrement la drogue en elle-même, l’alcool, le cannabis, le tabac & autre sortes de drogues les unes plus hilarantes que d’autres . Sur ses fait, j’en conclue que la société ( les jeunes de mon age ) , court brusquement vers le désarroi . En période d’adolescence , le jeune ce pose des questions , et de ce fait il ne comprends pas ce qu’il le tracasse, ce pose plains de questions, et n’as pas totalement la confiance qu’il devrais acquérir a sont age adulte . Les jeunes aujourd’hui , le jeune ce persécute et n’as pas forcément envie de voire la réalité en face, puisqu’il es en plains dans le juste milieux , l’age adulte et enfants . Le jeune atteindras l’age adulte quand il ne ce poseras plus ce genre de questions . De ce fait, il seras mure , et enfin prés as entrée dans la vie, celle d’un adulte responsable et autonome . Pour toutes suggestions ou commentaires veillez me contacter. ( Tous les conseils sont bon a prendre ! )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.