J’ai honte ! – 13/09/07

Après avoir été condamné en première instance, Georges FRECHE, Président socialiste de la région Languedoc-Roussillon, a été relaxé aujourd’hui par la cour d’appel de Montpellier. Je vous rappelle les faits. Il était poursuivi pour injure raciale, après avoir traité des harkis de “sous-hommes“, en février 2006. “Vous êtes allés avec les gaullistes. Ils ont massacré les vôtres en Algérie. Ils les ont égorgés comme des porcs. Vous faites partie de ces harkis qui ont vocation à être cocus jusqu’à la fin des temps” avait encore vociféré le Président de la Septimanie (sic) lors d’un hommage à un ancien leader pied-noir.

Cette décision confirme de façon tout à fait scandaleuse l’état de l’institution judiciaire de notre pays. Avec elle, les principes d’une justice digne de ce nom sont bafoués. En effet

  • Premièrement, la justice, soi-disant rendue au nom du peuple français, absout un politicien socialiste qui s’égare dans le vocabulaire nazi.
  • Deuxièmement, la justice, soi-disant rendue au nom du peuple français, affirme qu’on peut impunément injurier des hommes et non des communautés alors que cette dernière notion n’a aucune valeur juridique, est une atteinte à la fois à la République et à l’honneur des harkis qui sont avant tout des français, membres de la Communauté nationale et qui ont payé par leur sang leur fidélité à la Patrie. Nous devrions être les premiers à nous sentir insultés quand ils le sont.
  • Troisièmement, la justice, soi-disant rendue au nom du peuple français, relaxe le socialiste Frêche quand elle condamne l’UMP VANNESTE. Cependant, dans le cas des propos du député VANNESTE, il n’y avait aucune injure à l’encontre ni d’une communauté, ni d’une personne, mais seulement un jugement de valeur partagé par toutes les religions et par de très nombreux penseurs, parfois peu religieux comme VOLTAIRE. Traiter une personne de « sous-hommes » devient donc, aujourd’hui, moins grave que d’exprimer un jugement moral sur les comportements sexuels.

Au-delà de l’incroyable mascarade judiciaire et de la destruction systématique de tout ce qui peut ressembler aux piliers de la cohésion nationale, l’affaire FRECHE n’en est plus une : c’est un énorme scandale qui pose bien des questions.

En effet, le citoyen a le droit d’être dubitatif devant « ce deux poids, deux mesures » : est-ce que c’est parcequ’il est socialiste qu’il a été relaxé ? Est-ce que c’est parcequ’il est Président de région ? Est-ce c’est parcequ’il s’en prend à des patriotes?

La morale de la fable de LA FONTAINE « selon que vous serez puissant ou misérable » n’est plus une illustration mais une régle. Le puissant est aujourd’hui celui qui détruit systématiquement les valeurs essentielles de notre pays.

Articles liés

6 commentaires

  1. Bonsoir

    Si tous les députés pouvaient avoir votre ressenti sur cette affaire, la France retrouverait peut être son honneur !!!
    Merci Monsieur VANNESTE pour votre témoignage !!!!
    Une fille de harki

  2. Selon que vous serez membre d’un lobby ou non. Selon que vous serez franc-maçon ou non.
    Ce jugement scandaleux montre seulement qu’il y a ceux qui se tiennent les coudes, et les justiciables lambda.
    Mais, pour scandaleux que cela soit, est-ce vraiment nouveau ?
    A quand la République ?

  3. Le jugement s’est prononcé sur le fond, en affirmant avec justesse que “sous-hommes” n’est pas une injure raciale puisque le terme “harkis” ne définit pas une race.
    Ce 11 février 2006, si Georges Frêche s’en était pris à ces 2 hommes qui allaient soutenir le parti de la droite, héritiers de ceux-là même qui avaient trahi le sort de milliers de harkis, ce n’est qu’à travers un différent politique qu’il faut entendre ses propos, et non comme une injure raciale. La justice fait preuve de discernement, et évité tout amalgame.

  4. Honte au législateur !

    Voici une explication technique de la relaxe fort interessante :

    http://www.maitre-eolas.fr/2007/09/14/725-la-relaxe-de-georges-freches

    relaxe de Georges Frêche

    Par Eolas, vendredi 14 septembre 2007 à 13:34 ::

    Le pétulant président de la région Septimanie Languedoc Roussillon a été relaxé hier par la cour d’appel de Montpellier, dans le cadre des poursuites dont il faisait l’objet pour injure à caractère racial, pour avoir traité les dirigeants d’une association de Harkis de « sous-hommes ». Il avait pourtant été condamné en première instance à une très lourde amende de 15.000 euros.

    Pour mémoire, les propos incriminés étaient exactement les suivants :

    Vous [les deux représentants de l’association de Harkis] êtes allés avec les gaullistes (…) Ils ont massacré les vôtres en Algérie (…). Ils les ont égorgés comme des porcs. Vous faites partie de ces harkis qui ont vocation à être cocus jusqu’à la fin des temps (…). Vous êtes des sous-hommes, vous êtes sans honneur.

    Les raisons de la relaxe, si Libération rapporte correctement les faits (et rien ne me permet de douter du contraire) prêtent à sourire, sauf les parties civiles, qui l’ont pris comme une gifle. Vous savez que le droit et la morale sont des choses distinctes. En voici une parfaite illustration, ainsi qu’une éblouissante démonstration des âneries que peut faire le législateur à voter tout et n’importe quoi plutôt que de faire des lois, des vraies.

    Le texte qui incrimine les injures raciales est l’article 33 alinéa 3 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse. Cette loi est le texte essentiel et central en matière de délits de presse, c’est à dire des délits constitués par des propos tenus publiquement.

    Cet article punit de peines pouvant aller jusqu’à 6 mois de prison et 22.500 euros d’amende

    l’injure commise, dans les conditions prévues à l’alinéa précédent[c’est à dire sans être précédée de provocations], envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée.

    Traiter quelqu’un de sous-homme, sans honneur, et ayant vocation à être cocu jusqu’à la fin des temps est injurieux, ça ne prête guère à discussion.

    La question de droit qui se pose est : le terme Harki désigne-t-il une origine, une ethnie, une nation, une race ou une religion ? Si la réponse est négative, ce n’est pas une injure raciale mais une injure tout court, prévue par l’article 33 alinéa 1, punie seulement de 12.000 euros d’amende.

    La distinction est ici tout sauf anodine. Les règles de procédures en matière de presse sont draconiennes, et elles imposent à la partie poursuivante, parquet ou particulier, de qualifier correctement les faits. Dire qu’une diffamation est une injure, ou qu’une injure est une injure raciale, et le tribunal ne pourra que relaxer : la requalification des faits lui est interdite, contrairement au droit pénal commun.

    Les destinataires de ces propos fleuris voulant que soit reconnue l’injure à leur communauté plus qu’à leur personne ont opté pour la qualification d’injure raciale. Fatalitas.

    Car un Harki ne désigne pas une ethnie, une nation, une race ou une religion. Le mot harki désigne le soldat qui appartient à une harka, une troupe indigène. Par extension, on désigne ainsi les Français d’origine algérienne qui ont servi dans l’armée française pendant la guerre d’Algérie, et leurs descendants. Ils ne sont pas une nation, ils sont aussi Français que Georges Frêche, et si cela se jugeait au mérite, peut être le seraient-ils plus encore. Ils ne sont pas une religion : ils sont quasiment tous musulmans ordinaires. Ils ne sont pas une ethnie, ils sont arabes ou kabyles, comme les algériens d’aujourd’hui ; seul un choix politique les distingue.

    L’erreur peut paraître grossière. Elle est pourtant bien pardonnable, car ils ne se sont pas trompés : ils ont été trompés. Et par nul autre que le législateur.

    La présidence antérieure à l’actuelle a été marquée, quelle que soit la tendance politique au pouvoir, à la multiplication de lois mémorielles, proclamant de manière grandiloquente la reconnaissance de tel fait, la condamnation morale de tel autre, mais ces lois sont juridiquement approximatives, pour être gentil. Citons ainsi la loi n°2001-70 relative à la reconnaissance du génocide arménien de 1915 (vous pouvez la lire, ça ne prend pas trop de temps), la loi Taubira du 21 mai 2001, et la droite ne voulant pas être en reste à son retour aux affaires, la loi du 23 février 2005 et son célèbre article 4 parlant du rôle positif de la colonisation, texte abrogé à la va-vite par un décret, le gouvernement ayant demandé au Conseil constitutionnel de constater que ce texte relevait en fait du domaine du décret, pour pouvoir l’envoyer à la poubelle tel un vulgaire CPE.

    Et c’est à nouveau cette extraordinaire loi du 23 février 2005 qui est à l’origine du pataquès d’aujourd’hui.

    Car que dit cette loi n° 2005-158 du 23 février 2005 portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés ?

    Rien, et c’est là le problème.

    Détaillons.

    L’article premier est ainsi rédigé (je graisse). Sortez vos mouchoirs.

    La Nation exprime sa reconnaissance aux femmes et aux hommes qui ont participé à l’oeuvre accomplie par la France dans les anciens départements français d’Algérie, au Maroc, en Tunisie et en Indochine ainsi que dans les territoires placés antérieurement sous la souveraineté française.

    Elle reconnaît les souffrances éprouvées et les sacrifices endurés par les rapatriés, les anciens membres des formations supplétives et assimilés, les disparus et les victimes civiles et militaires des événements liés au processus d’indépendance de ces anciens départements et territoires et leur rend, ainsi qu’à leurs familles, solennellement hommage.

    Les harkis sont bien concernés par la loi, ils sont désignés par le passage en gras.

    L’article 2 est de la même veine : il les “associe” à l’hommage national prévu chaque 5 décembre aux anciens combattants des guerres de décolonisation.

    L’article 3 crée une fondation pour la mémoire de la guerre d’Algérie, des combats du Maroc et de Tunisie.

    L’article 4, modifié, est ainsi rédigé :

    Les programmes de recherche universitaire accordent à l’histoire de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord, la place qu’elle mérite.

    La coopération permettant la mise en relation des sources orales et écrites disponibles en France et à l’étranger est encouragée.

    Réjouissons-nous : la colonisation n’aura pas la place qu’elle ne mérite pas, et la coopération culturelle n’est pas découragée.

    Et voilà maintenant l’article 5, qui a scellé le sort des harkis et exonéré Georges Frêche.

    Sont interdites :

    – toute injure ou diffamation commise envers une personne ou un groupe de personnes en raison de leur qualité vraie ou supposée de harki, d’ancien membre des formations supplétives ou assimilés ;

    – toute apologie des crimes commis contre les harkis et les membres des formations supplétives après les accords d’Evian.

    L’Etat assure le respect de ce principe dans le cadre des lois en vigueur.

    Voilà la base légale sur laquelle se sont appuyés les plaignants dans leurs poursuites contre Georges Frêche.

    Oui, mais… Relisez bien le texte.

    Vous avez remarqué ? L’injure est interdite. Mais sous peine de quelles sanctions ? Aucune. Cette loi ne crée nul délit. Elle proclame une interdiction.

    On objectera que cette formulation renvoie à l’article 33 alinéa 3 de la loi du 29 juillet 1881, tant elle lui ressemble. C’est le raisonnement qu’a fait le tribunal correctionnel de Montpellier, semble-t-il. Or, juridiquement, ça ne tient pas.

    La loi pénale est d’interprétation stricte : c’est l’article 111-4 du code pénal, et un principe fondamental du droit. Seuls sont réprimés par l’article 33 les faits figurant à l’article 33. Ou alors, il fallait que le législateur précisât : « sont punies des peines prévues par l’article 33 alinéa 3 de la loi du 29 juillet 1881 toute injure ou diffamation commise envers une personne ou un groupe de personnes en raison de leur qualité vraie ou supposée de harki, d’ancien membre des formations supplétives ou assimilés ».

    Interdire quelque chose, en droit, ne veut pas dire grand’chose. Une règle doit prévoir sa sanction, sous peine d’être lettre morte. Le droit civil, comme l’est le droit des contrats, en fera aisément son affaire : tout contrat qui viole une interdiction légale est frappé de nullité : nul ne peut en exiger l’exécution, et ses effets doivent être anéantis. Car le code civil prévoit comme sanction générale d’une obligation illicite la nullité : c’est l’article 1131.

    Mais le droit pénal ne supporte pas le bricolage. Tout ce qui n’est pas assorti de sanctions pénales ne peut fonder une condamnation. Une interdiction sans sanction n’est qu’une interdiction morale, et pas du droit.

    Bref : la loi du 23 février 2005 n’a aucun effet juridique, sauf la création d’une fondation. C’est un pur texte démagogique, offert comme gage par la droite à un électorat fidèle, une déclaration grandiloquente qui caresse dans le sens du poil, et, comme l’ont découvert ces plaignants, n’est que du vent dès qu’on la présente à un juge.

    Georges Frêche n’a donc pas de quoi pavaner avec cette relaxe (je ne doute pas un instant que ça ne l’empêchera pas de le faire). La cour ne lui donne nullement raison, sauf sur un point. Sur ce coup là, les harkis se sont fait cocufier par la République une fois de plus.

  5. Tirer sur une ambulance, c’est moche.
    Frèche est déjà exclu du PS, c’est la pire punition qu’on pouvait lui infliger, ce qu’il a fait n’est pas excusable mais tirer dessus n’est pas brillant.

  6. et nous tirer dessus c’est peut être brillant c’est ce qui c’est passé de 1962 avec des vrais balles jusqu’a nos jours avec des insultes !!!!
    C’est lui le relaxer et nous toujours les victimes on auraient aimé pour une fois qu’une justice nous soit rendu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.