De droite, Macron ? Vous voulez rire !?!

Dimanche prochain , dans deux jours, les élections européennes vont offrir la possibilité aux Français de mettre fin à l’arnaque dont ils sont victimes depuis deux ans. Pour cela, il faut que les électeurs de droite comprennent tous que Macron est leur pire adversaire. Le discours ambigu du « en même temps », la présence de quelques carriéristes issus des « Républicains », ambitieux, mais dénués de conviction, ont pu tromper certains d’entre eux : les faits sont là. Macron se situe dans une position politique qu’il est facile d’identifier, même si elle ne correspond pas au paysage français habituel, pour une raison simple : Macron se situe dans une perspective mondialiste, celle de la caste à laquelle il appartient, pour laquelle l’enracinement, le local, sont des figures du passé. Qu’elles soient primordiales pour une immense majorité des Français, et plus encore des humains, le laisse indifférent. Ce sont les préjugés des gens qui ne sont rien, et que les premiers de cordée, comme lui, méprisent. D’ailleurs, la cordée ne les concerne pas, et ça, il a évité de le dire !

Les trois priorités de la droite sont la nation, l’efficacité économique, et la conservation des valeurs traditionnelles, telles que la famille. Elles ne sont pas toujours toutes trois présentes chez ceux qui pensent être de droite, et quand elles le sont, leur dosage peut être variable. Si l’on se réfère à la célèbre typologie de René Rémond des trois droites, on dira que les « orléanistes » privilégient l’économie et sont des libéraux, que les « bonapartistes » placent la nation en tête et sont avant tout patriotes, et que les « légitimistes » sont attachés prioritairement aux traditions et sont des conservateurs. Macron n’appartient à aucune de ces trois familles parce qu’il est plus proche de la gauche américaine que d’aucune des droites françaises.

Son aversion pour la famille et plus généralement pour la transmission des valeurs l’éloigne évidemment du conservatisme, même s’il s’est évertué à brouiller les pistes en allant à Orléans pour les Fêtes johanniques ou au Puy du Fou pour rencontrer Philippe de Villiers. Son inclination personnelle est à l’opposé : elle se perçoit dans sa vie, comme dans ses discours ou ses actes. Derrière le symbole de l’alliance,  son couple est sans doute le plus étonnant des couples présidentiels, pour ne pas dire le plus transgressif. Sa passivité complice dans la tentative d’euthanasie de Vincent Lambert a résonné comme un aveu. Vincent Lambert n’a laissé aucune directive. Ce n’est pas un malade atteint par une pathologie inexorable et douloureuse, mais un handicapé à vie. C’est la Cour d’Appel de Paris qui a contraint les médecins à surseoir à l’arrêt de l’alimentation pour attendre l’avis du Comité international des Droits des Personnes Handicapées. Le Président a prétendu qu’il ne lui appartenait pas de suspendre une décision médicale conforme à la loi et a noyé sa réponse dans le brouillard « en même temps » du combat pour la vie et du respect de la mort. Pourtant, le 3 Mai, le CDPH avait demandé à la France qui en est membre de suspendre la fin des soins. Le Chef de l’Etat pouvait, et devait, imposer que cette demande soit respectée. Mais Emmanuel Macron n’est pas né en 2017, il a été le conseiller puis le ministre de François Hollande, qui laissera dans son bilan le mariage unisexe et le recul de la politique familiale, dont on ressent les effets dans la baisse de la natalité. Il sera lui-même le président de la PMA pour les lesbiennes.

Macron n’est pas non plus bonapartiste en dehors de son goût pour la proximité du tombeau de l’Empereur. Ce dernier voulait donner l’Europe à la France. Macron veut dissoudre la France dans l’Europe. Sa désinvolture à l’égard de l’armée et de ses chefs, son mépris constant du peuple des « Gaulois réfractaires », jugés inférieurs aux luthériens dont Max Weber nous a appris qu’ils avaient davantage l’esprit du capitalisme, ses propos scandaleux à l’encontre de la France en Algérie, sa réhabilitation du traître Maurice Audin, et sa commémoration narcissique et peu militaire de la Grande Guerre, lors de son centenaire sont autant de faits qui démentent un prétendu patriotisme. Les titres de séjour accordés en 2018 sont en hausse de 3,3% sur l’année précédente qui avait établi un record depuis 43 ans, à 260 000 ! Curieux patriote qui efface la France dans l’histoire, dans le monde et dans l’Europe !

Reste donc le « libéral » ? Il ne l’est nullement dans la tradition française, de Montesquieu à Aron en passant par Tocqueville. Il l’est à la manière américaine, acceptant évidemment le capitalisme, mais développant en même temps le progressisme sociétal, et notamment la promotion des minorités et le renversement des valeurs traditionnelles. La gauche américaine n’est pas la droite française, même si le mot « libéral » est associé aux deux. Le « politiquement correct » de la première tue la liberté d’expression chère à la seconde. La seule touche française réside dans la tendance social-démocrate du président français qui ne baisse pas la dépense publique, ni le nombre des fonctionnaires, et massacre les classes moyennes. Hyperlibéralisme en haut, et social-démocratie en bas, telle est la recette du macronisme qui supprime l’ISF, mais ne baisse pas les prélèvements obligatoires, qui favorise la vente des entreprises stratégiques françaises et l’immigration destinée à freiner la hausse des salaires mais complexifie la redistribution des revenus.

 

 

Mot clés:

5 commentaires

  1. DELAFOSSE - 24 mai 2019 14 h 01 min

    En un mot, notre « Premier de cordée », s’est littéralement trompé de voie ! Les voix de Dimanche prochain pourraient bien lui rappeler que la corde est coupée…

    Répondre
  2. Galatine - 24 mai 2019 14 h 45 min

    Pff…
    Pas besoin de réfléchir trop longtemps…
    Dimanche, pour tous ceux qui ne sont toujours pas dégoûtés de se faire b… à chaque élection, ce sera  » Tout sauf Macron  » !

    Répondre
  3. Pitton Rita - 25 mai 2019 10 h 19 min

    Et oui les Pro-Macron /LREM font pression sur la droite pour qu’elle vote Loiseau/Macron ce dimanche 26 /05 . Et beaucoup le feront hélas !

    Toutes les droites , Wauquiez , Dupont Aignan ,Le Pen devraient s’unir mais on n’en est pas là hélas !

    Christian pas d’accord avec toi sur Vincent Lambert : c’es devenu un légume végétatif depuis 10 ans et c’est du sadisme de le maintenir en vie .

    Répondre
    • DELAFOSSE - 25 mai 2019 11 h 08 min

      S’il existe , libre à Dieu de s’en occuper lui même !
      S’il s’en désintéresse, c’est en effet à nous de décider…je croyais que l’encéphalogramme plat était déterminant sur la reconnaissance effective de la mort ?
      Au lieu de diviser les français, ce problème devrait plutôt les réunir pour réfléchir encore et toujours sur  » le pourquoi et le comment  » de la Vie.

      Répondre
  4. Oblabla - 26 mai 2019 11 h 53 min

    « Reste donc le « libéral » ? Il ne l’est nullement… » Il ne l’est surtout pas car c’est un étatiste forcené, interventionniste que je qualifierais d’hystérique.

    Répondre

Exprimez vous!