Macron a la jaunisse !

toastAinsi donc Jupiter-Narcisse devient Neptune : il a pris le large sur un porte-avions plus à sa mesure qu’un yacht mais propre à éviter la tempête qui souffle sur la terre ferme, là où à bout de patience, une majorité de Français va exprimer le 17 Novembre une colère qui se libère enfin. Ils avaient une fois encore fait confiance. On les a traités par l’arrogance, le mépris, la désinvolture. Fort d’un élan passager qui le portait moins qu’il ne rejetait un pouvoir et une caste dont il était pourtant un membre caricatural, énarque, banquier, conseiller puis Ministre du Prince, Macron s’est enfermé dans sa suffisance, distribuant les leçons hautaines tandis qu’il ménageait la cour dont il avait cru pouvoir s’entourer. Le socialiste Macron, de 2006 à 2009, n’est comme il le dit, ni de gauche , ni de droite, il est de la mauvaise gauche et de la mauvaise droite : il est « au-dessus », proche de la gauche progressiste par dédain des conservateurs qui ne peuvent être que des ploucs et proche de la droite du fric par ignorance des difficultés de la vie. Ceux d’en-dessous, d’au-delà du périphérique, les ploucs qui manquent de fric pour finir le mois vont donc manifester en gilet jaune. Et Jupiter a la jaunisse…

C’est donc dans le décor du « Charles de Gaulle », celui du Chef des Armées dans l’instrument de sa puissance, que Macron a fait semblant de se faire tout petit et s’est livré à un acte de contrition tout relatif puisqu’il n’a concédé qu’une litote elle-même diminuée par un adverbe. Devant la colère qui monte, l’élu de 2017 n’a pas dit qu’il avait échoué mais seulement « qu’il n’avait pas véritablement réussi », comme s’il s’en était fallu de peu. Quelle est donc cette cible manquée de justesse ? La réconciliation des Français avec leurs dirigeants. Cela signifie donc que le dirigeant qu’il est ne reconnaît aucune erreur sur le fond, mais admet seulement une maladresse dans la forme. Pas une seconde, il ne s’interroge sur le bien-fondé de sa politique. Il ne remet en cause que sa pédagogie. Celle-ci n’a pas suffisamment tenu compte de ce que sont les Français, ceux qu’il avait stigmatisés comme « Gaulois réfractaires » au Danemark, à l’étranger où il avait promis de ne pas évoquer la politique intérieure française.. Cette fois, il dit entendre la colère et l’impatience, mais ne peut s’empêcher de penser que celles-ci sont manipulées par des oppositions incohérentes qui veulent plus de dépenses publiques pour davantage de protection et moins d’impôts pour un meilleur pouvoir d’achat. Autrement dit, les Français sont des niais et les opposants des idiots ou des escrocs. Le grand timonier va donc affronter les récifs sans changer de cap, mais en expliquant plus, en pratiquant davantage les itinérances pédagogiques à la rencontre de Français en petit nombre et soigneusement sélectionnés. Le 22 Novembre, contrairement à sa promesse de l’an dernier, il ne se rendra pas au Congrès des maires de France mais se contentera de recevoir le bureau de l’AMF à l’Elysée. De la même façon que durant la semaine qui a précédé le 11 Novembre, la foule était tenue à distance, pour ne laisser que de petits groupes l’approcher, le Président ne veut pas prendre le risque d’une « bronca » des édiles frustrés de leurs dotations. Il ne doit pas y avoir d’images du rejet du Guide par le peuple : voilà la grande peur de Macron.

Ses opposants sont donc incohérents puisqu’ils veulent à la fois plus de protection, plus de services publics, et moins d’impôts ? Non, ils veulent que l’imposition soit moindre et plus juste alors que la France détient le record européen des prélèvements fiscaux et que les dernières mesures ont ciblé surtout certaines catégories. Les retraités qui n’étaient pas soumis à l’ISF, mais sont au-dessus des seuils qui les exonéreraient de l’augmentation de la CSG, et les privent des primes à la conversion ou de la diminution de la taxe d’habitation, sont l’image même de la cible, visée de tous côtés et bien au centre des tirs. Pour peu qu’ils habitent en dehors d’une grande agglomération, la diminution de leur pouvoir d’achat devient insupportable. Aussi, ils pensent comme beaucoup de Français que cette politique discriminatoire pourrait parfaitement être corrigée tout en pratiquant une baisse de la dépense publique, à condition de moins favoriser ceux qui sont déjà privilégiés, comme ces membres de cabinets ministériels, dont le salaire moyen est passé de 4926 à 9180 Euros par mois, à condition aussi de mieux maîtriser la coûteuse politique de l’immigration, qui par définition, ne profite pas aux Français. Ces derniers sont pour beaucoup étranglés par des dépenses contraintes sur lesquelles ils n’ont que peu de pouvoir. Celles-ci sont passées de 15% de la consommation des ménages en 1960 à 34% en 2017. Et c’est dans ce contexte que le Premier Ministre a égrené une série de mesures toujours enveloppées dans le brouillard écologiste. Plutôt que de diminuer les taxes, on va donc continuer à les augmenter, mais on va « accompagner » ces pauvres Français avec des chèques et des primes, soumis à une panoplie de seuils, qui vont leur compliquer la vie, générer plus de fonctionnaires pour contrôler le tout. N’est-ce pas au coeur du pouvoir que se situe l’incohérence ? N’est-ce pas le Père Ubu qui nous gouverne ? Lorsqu’on entend notre Grand Amiral appeler à une armée européenne pour nous garantir contre les Etats-Unis, ou pour protéger la Turquie, on se demande effectivement s’il a encore toute sa raison.

Mot clés:

4 commentaires

  1. Jacques Peter - 16 novembre 2018 11 h 32 min

    Je pense aussi aussi que les Français veulent plus d’Etat à condition que ce soient les autres qui paient les impôts. D’où le merveilleux système de l’impôt progressif.
    L’ennui est que ce système est injuste puisqu’il pénalise plus que proportionnellement ceux qui créent le plus de richesses, donc ceux qu’on devrait choyer. Il est aussi peu efficace car la minorité ainsi visée pour être spoliée, trouve des stratégies pour se défendre, dont la fuite sous d’autres cieux.
    Il serait plus juste et plus efficaces de remplacer la progressivité par la proportionnalité. Au delà d’un minimum de revenus exonéré, tout le monde devrait être soumis au même taux. C’est simple, juste et efficace.

    Répondre
  2. Natou - 16 novembre 2018 16 h 07 min

    Oui le paradoxe français est : on n’en peut plus des impôts et taxes et tous genres mais dès qu’il y a un problème…au secours l’Etat providence!

    Répondre
  3. Pitton Rita - 17 novembre 2018 10 h 48 min

    Je pense que le système capitaliste serait bon si ces premiers de cordée appliquaient la Justice Divine et combattaient les inégalités capitalistes .

    Mais concentrés sur le gros fric ils servent Mammon et écrasent sans pitié le peuple d’en bas .

    Et moi je suis pour ce mouvement d’aujourd’hui (17 novembre ) pour que les fins de mois de beaucoup soient moins difficiles .Amen .

    Répondre
  4. DELAFOSSE - 17 novembre 2018 11 h 08 min

    Et si Macron commençait par recréer une armée française digne de ce nom, ce ne serait pas mal non plus ! (ex: Suisse, Israël )
    Et ce n’est pas avec son service national d’un mois qu’il va y parvenir…

    Répondre

Exprimez vous!