Avec Bolsonaro, le « populisme » a encore frappé ! Tant mieux !

pravda-sansnomsLe Brésil a voté. Ce pays de 209 Millions d’habitants a voté démocratiquement avec un score « normal » qui désigne le Président par 55% des voix. L’élection de Jaïr Bolsonaro est un tremblement de terre politique parfaitement prévisible en raison de la situation catastrophique du Brésil où l’ont conduit la démagogie et la corruption de la gauche au pouvoir. Avant de voir ce que le Président élu sera capable de faire à partir de Janvier, lorsqu’il entrera en fonction, il faut d’abord souligner la vague qui, en réaction, a déferlé sur nos rivages médiatiques. C’est elle qui est inquiétante, car elle donne la mesure de l’effondrement dans notre pays du pluralisme de l’information et de la pensée, sans lequel, on le sait depuis Raymond Aron, il n’y a pas de véritable démocratie. La pensée unique, le politiquement correct, l’orientation quasi totalitaire des « journalistes » ou des présentateurs se sont déchaînés sans réserve. Le sommet a sans doute été atteint par Euronews, la chaîne officielle de l’oligarchie bruxelloise. Dans un reportage, elle a osé justifier la tentative d’assassinat du candidat brésilien, par l’indignation qu’il suscitait et par la division du pays qu’il aurait entraînée, dont cet acte serait la marque. Autrement dit, dans ce cas, et puisqu’elle est dans le mauvais camp, la victime est coupable de ce qu’elle a subi. Les autres médias n’ont pas été en reste. On parle d’une élection « inquiétante ». On juge « étonnante » la liesse de la foule brésilienne à l’annonce des résultats. On sous-titre le nom du nouveau Président avec les mentions » raciste, homophobe, anti-avortement ». On insiste lourdement sur son lointain passé de capitaine, qui le rendrait nostalgique de la dictature militaire, en passant sous silence qu’il est député, constamment réélu depuis 1988, sans casier judiciaire, ce qui semble rare dans ce pays.  Enfin, on fait tourner en boucle une scène ancienne, où l’on voit une parlementaire de gauche le provoquer en s’approchant de lui pour créer un incident. Jaïr Bolsonaro y apparaît comme un homme au verbe fort et qui ne cède pas à la pression.

Le nouveau Président de ce grand pays est un latin au sang chaud. L’énergie qui se dégage de lui est sans doute l’un des motifs de son succès auprès d’un peuple écoeuré par l’échec économique et par la corruption du Parti des Travailleurs, après les illusions de l’époque « Lula ». L’effondrement économique et la montée de la violence expliquent largement la victoire de celui qui veut relancer l’économie par une politique libérale, telle que celle qui a réussi de façon durable au Chili et en Colombie, et rétablir l’ordre et la sécurité en permettant aux victimes de se défendre, et aux policiers d’abattre les criminels. Les classes moyennes fragilisées par la crise, les déçus du PT forment un peuple qui retrouve un élan patriotique et conservateur. Il est frappant que nos « communicants » dévoilent à cette occasion leur idéologie : une fois encore, ils opposent au « populisme » les minorités que le nouvel élu menacerait : les noirs, les femmes « féministes », les homosexuels. Une chaîne avait même interrogé pour tout reportage, un seul opposant, par mesure d’économie, sans doute : noir et homosexuel ! Quand vont-ils comprendre qu’un peuple n’est pas une addition de « communautés », mais une nation qui veut vivre, et vivre mieux, si possible. Bolsonaro est marié et a cinq enfants. Les foules qui le soutiennent comprennent énormément de femmes. Elles ne pensent pas sans doute que l’avortement soit le sommet de leurs droits et de leur liberté.

Ce qui doit le plus nous interroger sur la dérive de nos démocraties est l’inégalité de traitement que font subir à l’information les gauchistes formés dans nos écoles de journalisme et qui ont envahi la plupart de nos médias. On parle du « capitaine » Bolsonaro et du retour des militaires, ce qui est faux, mais on oublie que dans le riche Vénézuela voisin, c’est bien un militaire, Chavez, qui a instauré le régime socialiste actuel. Certes, il a été élu, mais après avoir tenté auparavant un coup d’Etat. Son héritier, Maduro, a fait d’un pays de cocagne, d’un Eldorado en raison de ses réserves pétrolières, un enfer que fuient ses habitants, une honte pour toute l’Amérique latine, un repoussoir de gauche, une dictature meurtrière et implacable. On ne peut que constater la clémence de nos « journalistes » envers ce régime, cousin de ceux de Cuba ou du Nicaragua, dont ils ont durant des années célébré les prétendus héros, en fait gestionnaires calamiteux du Bien commun, et autocrates impitoyables dont ils sont objectivement les complices.

Mot clés:

4 commentaires

  1. Jacques Peter - 29 octobre 2018 10 h 48 min

    Oui, c’est une bonne nouvelle.
    Il n’y a malheureusement pas de Bolsonaro à l’horizon chez nous. Nous sommes condamnés à observer ce qu’une politique libérale donne comme résultats chez les autres, sans jamais pouvoir la mettre en oeuvre chez nous.

    Répondre
    • en passant - 29 octobre 2018 16 h 09 min

      Vous faites erreur. Nous voyons parfaitement chez nous les effets d’une politique libérale, qui ici comme ailleurs se traduit ainsi :

      http://www.lefigaro.fr/vox/economie/2018/10/29/31007-20181029ARTFIG00121-derriere-ascoval-l-abandon-par-l-etat-de-l-industrie-francaise.php

      Cette erreur vient sans doute du fait que vous entendez à tort, par politique libérale, de plus faibles dépenses publiques.

      Mais, comme la différence en termes de dépenses publiques entre la France et d’autres pays se situe en fait au niveau des dépenses de retraites (votre retraite) et de santé (votre couverture santé), vous ne voudriez en fait pas des conséquences de plus faibles dépenses publiques si on vous les proposait.

      Autrement dit, comme la plupart des « libéraux » français, vous demandez par méchanceté (car vous croyez que c’est à autrui que cela nuirait) des modifications que vous refuseriez si elles étaient appliquées.

      Comme à chaque élection récente, vos exigences contradictoires et impossibles à remplir se traduiront donc sans doute, hélas, par l’élection d’un candidat ne répondant pas réellement aux attentes du pays.

      Répondre
      • Homo Orcus - 30 octobre 2018 8 h 29 min

        En passant, arrêtez-vous à Charenton, les soins sont gratis, enfin partiellement payés par mes soins.

        Répondre
  2. kerneilla - 29 octobre 2018 11 h 55 min

    Au sujet de l’avortement, je suggère la lecture de : Mercier Stéphane.-La philosophie pour la vie. Contre un prétendu « droit de choisir l’avortement. – ed: Quentin Moreau;
    Une réflexion magistrale qui devrait être lue par tous les journalistes présents et futurs et tous les hommes politiques, afin de leur ouvrir l’esprit aux réalités.

    Je partage votre jugement concernant le parti pris « progressiste » (soit -disant )de ces trop nombreux journalistes qui sont la honte de leur profession.

    Espérons que les nombreux succès de leurs adversaires( qu’ils jugent « populistes »), amèneront les plus intelligents d’entre eux à revoir leurs certitudes, et à faire amende honorable.

    Répondre

Exprimez vous!