La France manque-t-elle de devise ?

technocrates2Si l’on prononce le mot « devise », on risque bien de faire penser à de l’argent, étranger, et qu’on peut changer en une autre monnaie. Or la devise peut aussi, devrait surtout, faire penser à la noblesse celle qui possède des armoiries, un blason, et quelques mots qui lui imposent une règle qui l’identifie et qu’elle se doit d’appliquer sous peine de déchoir. La noblesse, celle qui inspire un respect légitime, est contenue dans la fidélité à cette maxime. Il en va ainsi de toutes les devises, et celle de la République française, en particulier. Même si l’égalité semble s’opposer à la verticalité de la noblesse, on voit bien que les deux idées ne sont pas incompatibles. D’abord, parce qu’il s’agit de l’égalité en droits, et non de l’égalitarisme réducteur, et ensuite parce que c’est l’honneur de la République de faire respecter cette égalité, qui ne préjuge nullement de l’inégalité des mérites et des situations, comme elle préserve aussi les libertés essentielles. Une République qui  abandonnerait le principe de l’égalité en droits, et la défense des libertés fondamentales, ne serait plus elle-même. Le troisième terme, dont on peut imaginer qu’il a été inspiré par la nécessité de formuler la devise en trois points, est plus difficile à saisir. La fraternité des Français, prompts à se déchirer, et dont l’esprit de solidarité nationale n’est pas toujours évident, reste un terme décoratif à défaut d’être significatif. A y regarder de plus près, les libertés sont-elles davantage réelles ? Elles paraissent en régression, et notamment pour la plus importante d’entre elles, la liberté de s’exprimer, sans laquelle, il n’y a évidemment pas de démocratie. D’année en année, des tabous s’installent qui transforment les opinions contraires en hérésies condamnables persécutées par de nouveaux inquisiteurs, les associations autorisées à porter plainte. Les subventions qu’elles reçoivent leur donnent les moyens de dissuader le penseur désargenté d’exprimer une opinion susceptible d’être une « phobie » quelconque. Ce mot qui désigne une pathologie mentale n’est pas sans rappeler l’utilisation de la psychiatrie à des fins répressives en URSS. L’égalité est-elle plus sérieuse ? Jamais sans doute la fracture entre la France « métro-mondialiste » et la France périphérique n’a été aussi profonde.

Devant cette pancarte de notre devise qui tombe en morceaux comme dans « L’Avenir radieux », le roman si drôle du dissident Alexandre Zinoviev, l’on pourrait songer à d’autres formules qui seraient plus judicieuses sinon plus respectables. Le malheur a voulu que l’Etat français en emprunte une aux Croix-de-feu du Colonel de La Rocque : « Travail-Famille-Patrie ». Celle-ci avait le mérite de quitter la métaphysique révolutionnaire pour affirmer la nécessité de respecter les éléments concrets du Bien commun : la Famille, le Travail et la Patrie. Mais était-ce bien le moment de parler de famille alors qu’un million de pères et de maris étaient retenus en Allemagne loin d’elle ? Etait-ce sensé d’évoquer le travail quand il devenait obligatoire au profit de l’occupant ? Quant au mot « patrie », se rendait-on compte du ridicule qu’il y avait à l’employer par des gens prosternés devant l’ennemi vainqueur. Le résultat a été catastrophique. Il est impossible d’employer ces termes en trio sans évoquer les heures sombres de l’histoire, au risque de contaminer chacun d’entre eux. Or, ces trois valeurs sont à la fois plus nécessaires et plus réelles que les abstractions de la devise républicaine.

Les résistants de Londres avaient appelé une de leurs émissions durant laquelle on entendait la voix si reconnaissable de Maurice Schumann : Honneur et Patrie, la devise de la Légion d’honneur. Cette devise avait le grand mérite d’associer à la patrie une notion qui la lavait des errements de l’autre camp, l’honneur dont le général de Gaulle avait fait l’un des trois arguments pour continuer le combat. L’honneur, voilà un mot qui nous ramène à la noblesse, à l’idée qu’il n’y a pas de nation qui tienne, même lorsqu’elle est une démocratie, sans qu’il y ait à sa tête une aristocratie, un groupe d’hommes et de femmes, qui ont une légitimité morale à la gouverner. Les Compagnons de la Libération correspondaient assez bien à cette idée d’une chevalerie animée par l’exigence d’une devise. Le déclin actuel de notre pays tient avant tout à ce que l’égalité formelle des chances et l’inégalité réelle des pouvoirs a créé les conditions d’une oligarchie sans honneur, peuplée d’arrivistes sans foi ni loi. La médiocrité, le caractère sordide de certains comportements de nos élus ou de nos ministres, qu’on évoque dans l’actualité judiciaire,  ne le révèlent que trop !

 

Mot clés:

3 commentaires

  1. DELAFOSSE - 15 février 2018 19 h 58 min

    « Honneur et Patrie »…devise d’une Légion d’Honneur remise quelquefois à des gens qui en sont peu pourvus ou aux personnalités étrangères. Comme quoi les devises ne sont pas toujours « prises au mot »… parce que trop réductrices.

    Répondre
  2. Bina - 25 février 2018 22 h 45 min

    La Crimée est la patrie de son père mais sa mère est originaire d’Ukraine occidentale.

    Répondre
  3. raisingtherings - 27 février 2018 19 h 25 min

    Rien de nouveau ! tous des pourris ces politiciens qui nhésitent pas à pousser les Français à investir dans les actions..et tant pis pour les « couillons » qui se feront prendre..pendant queux,les politiciens (grands énarques pour la plupart) tireront les marrons du feu avec des super salaires et des avantages de haut fonctionnaire.Cest à se demander combien de temps le peuple va supporter tout cela ..Il est vrai que dans la haute fonction publique,il y a un effectif important de fonctionnaires très grassement payés ,qui font tout pour faire durer les choses..A Bercy jai lu quil y avait 600 haut-fonctionnaires qui touchent entre 350 et 400.000 e par an .soit des salaires entre 30 et 40.000e par mois.et je parle pas des étages inférieurs..Nous voilà revenus au 18ième siècle : voilà une nouvelle noblesse ,une noblesse dEtat ,dont les membres sont tous issus pour la plupart de lENA et de la meme caste sociale (les memes familles qui se reproduisent entre-eux).qui défend ses privilèges ,avant de défendre la France et les Français.pas étonnant que nous soyons sur le déclin

    Répondre

Exprimez vous!