L’islam en France : 2 Cachez ce burkini que je ne saurais voir !

burkinivectoLa confusion entre religion et culture conduit à une inversion surprenante entre la tolérance théoriquement impliquée par la laïcité et l’obligation stricte revendiquée par la religion. Depuis quelques jours, le maillot de bain intégral qui correspond à la pudeur féminine exigée par les textes et la tradition islamiques, le « burkini » fait l’objet d’arrêtés d’interdiction sur les plages de plusieurs stations balnéaires. C’est donc la laïcité qui contraint et la religion qui proclame le droit de s’habiller comme on le veut. La France détient le secret de ces débats vestimentaires qui cachent son incapacité d’affronter le véritable problème qui est celui de l’immigration. Il y a eu dans les années 90 la question du voile à l’école. Parce qu’on ne voulait pas que les jeunes musulmanes affichent leur foi dans l’enceinte des écoles laïques, on a voulu interdire aussi les croix ou les étoiles de David, en oubliant au passage que ces mesures ne touchaient pas les établissements confessionnels et allaient favoriser le développement d’écoles musulmanes en contrat avec l’Etat mais à l’abri de leur caractère propre. La seule mesure intelligente était de favoriser le port de l’uniforme commun à tous les élèves d’un établissement. On a préféré légiférer sur ce sujet dérisoire. La « Burka », en fait le « Niqab », la première étant l’encagement afghan et le second, le voile intégral saoudien cachant aussi le visage, fut l’étape suivante de cette guerre du vêtement. J’ai, contrairement à la fois précédente, rédigé une Proposition de Loi sur le sujet. La motivation de l’interdiction était ici limpide : il est stupide d’installer des caméras de videoprotection partout si on accepte que des gens se cachent le visage dans l’espace public. Les arguments fondés sur la liberté et l’égalité des sexes étaient nuls et non avenus dès lors qu’une femme dit souhaiter se vêtir ainsi. Seul un pays totalitaire peut légiférer sur la manière dont les gens s’habillent dans l’espace public. On se souvient du bleu de chauffe des Chinois à l’époque de Mao. Le troisième acte de la comédie est donc le « burkini ». Les élus municipaux « républicains » suivent la ligne brouillée de leur parti en confondant politique et communication. Le burkini est une excellente occasion de faire parler de soi. Le pompon en revient au Maire du Touquet, une ville du Pas-de-Calais où les chances d’aller à la plage sans être couvert ne sont pas si fréquentes. On n’a jamais vu de burkini sur les bords de la Manche, mais l’héritier de Léonce Deprez croit tenir là l’opportunité de s’évader d’un carriérisme insipide. La raison invoquée pour proscrire cette tenue est le trouble à l’ordre public qui en l’occurrence ne s’est pas produit. Le seul cas semble avoir eu lieu dans une région plus ensoleillée, en Corse. Jean-Pierre Chevènement pressenti pour présider une fondation destinée à recueillir des fonds pour financer les lieux de culte islamiques a botté en touche en disant que les musulmans étaient libres mais devaient être discrets.

Entre la satisfaction un peu primaire de dire bien fort : « on est chez nous » et le ridicule d’une situation qui fait rire une bonne partie de la planète, l’opinion tangue. Est-il normal que dans un pays libéral, on puisse empêcher les gens de se vêtir comme ils le désirent. Il est grotesque de parler ici des valeurs de la France comme le fait Manuel Valls. L’impudeur serait-elle une valeur dès lors que les seins nus deviennent plus admissibles que le burkini. Il est trop facile à une musulmane de répondre qu’elle ne souhaite pas s’offrir aux regards comme une marchandise et que tel est son choix. En fait, de façon implicite, la réaction de rejet répond à une intention de provocation parfaitement identifiée, même si elle se camoufle en exigence pudique. Un maillot de bain « une pièce » était la tenue commune sur nos plages il y a quelques dizaines d’années. Serait-il choquant qu’une femme y ajoute un bonnet ? Non. En revanche, la tenue ample et sombre d’un seul tenant, des pieds à la tête, ne cache pas, elle provoque, et agace à juste titre. Le paradoxe de l’interdiction vient de la très grande liberté qu’il y a de se déshabiller qui légitime mal qu’on empêche de se couvrir. Le monokini, les seins nus, le nudisme marginal pratiqué ici et là parce que la police a autre chose à faire que de défendre la pudeur offensée, fournissent aux musulmans un argument de poids : « Ces corps dénudés nous choquent, mais nous sommes bien obligés de les tolérer. Pourquoi voudriez-vous stigmatiser notre correction vestimentaire ? » On se rend compte à quel point nous sommes loin de la religion, car la plupart des chrétiens souhaitent également une certaine rigueur du vêtement. La libération païenne des corps n’a rien à voir avec le christianisme. Alors, comme le Premier Ministre, on se réfugie dans les plis de la République laïque : le voile exhibe l’inégalité des sexes et la servitude féminine. Chacun sait que cet argument est de mauvaise foi. Cette tenue est en fait insupportable parce qu’elle nous jette à la figure la présence chez nous de gens qui n’aiment pas notre façon de vivre et affichent de manière ostentatoire leur différence, voire leur hostilité. Le costume n’est pas qu’une coutume, mais un message. Il dit qui vous êtes, et en l’occurrence se fait signal, un signal d’affrontement délibéré. C’est-là toute la question que l’on n’ose pas nommer, parce qu’elle remet en cause la litanie du « vivre-ensemble » et qu’elle dévoile la guerre en gestation entre les « communautés ».

Mot clés:

11 commentaires

  1. gabbrielle - 17 août 2016 19 h 19 min

    2 articles récents à lire et méditer

    – «Les femmes qui portent le burkini sont des militantes»
    http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/08/16/31001-20160816ARTFIG00093-jean-louis-harouel-les-femmes-qui-portent-le-burkini-sont-des-militantes.php

    – «Ne soyons pas naïfs sur le symbole de cette étoffe» par Aalam Wassef
    http://www.liberation.fr/debats/2016/08/17/ne-soyons-pas-naifs-sur-le-symbole-de-cette-etoffe-par-aalam-wassef_1472951

    Valls approuve les maires anti-burkini, mais ne légiférera pas. Comme quoi, pas besoin de burkini pour ne pas se mouiller!

    Répondre
  2. fbastiat - 17 août 2016 19 h 26 min

    La réponse au burkini n’est pas de l’interdire mais d’arrêter l’immigration musulmane. Le message sera très clair.

    Répondre
  3. Ribus - 17 août 2016 22 h 03 min

    L’article 1er bis de la loi sur le travail avait beaucoup fâché l’observatoire de la laïcité et la commission des droits de l’homme.
    L’idée du concordat avec l’Islam de Cazeneuve a provoqué des réactions vives notamment de Catherine Kintzler et Boudjahlat Fatiha.
    Hollande va voir le pape et on a bien compris que rien ne devait filtrer. De plus, les deux dirigeants semblent se considérer comme des frères…

    Cette affaire de maillot de bain serait-elle bêtement en train de devenir la goutte qui fait déborder la mer ? En tout cas, cela s’agite beaucoup et l’ambiance n’est pas bonne du tout. On sent beaucoup d’inquiétude et d’agacement au sein de la nébuleuse « laïciste ». Elle est en train de se scinder en deux entre ceux qui veulent des compromis avec l’Islam à n’importe quel prix et ceux qui les refusent au nom des principes.

    Mais à force de brandir la laïcité en permanence, les socialistes et leurs réseaux vont finir par énerver les musulmans et surtout les plus radicaux qui sont très bien implantés en France.

    Or, un laïc agnostique ou athée n’est aux yeux d’un musulman qu’un mécréant. Si ce laïc commence au surplus à s’opposer à la progression de l’Islam, il devient un ennemi et mérite le même sort qu’un chrétien.

    Répondre
  4. gabbrielle - 18 août 2016 4 h 02 min

    Avez-vous vu la CP du proc de Bastia qui parle d’appropriation de la plage dans une logique de caïdat?

    http://www.itele.fr/france/video/sisco-des-torts-partages-selon-le-procureur-de-la-republique-de-bastia-169914

    pour mémo, toute la journée, a chouiné sur les tv en continu, qui ont depuis fait marche arrière, un maghrébin se plaignant des violences dont il aurait été victime.

    A cette heure, les 2 villageois ont été relâchés, la Gav continue pour les 3 maghrébins. Tout le monde sera jugé les uns pour violences avec arme, les autres pour violences en réunion. Il tourne sur le web une très courte vidéo où l’on voit et entend l’épisode du harpon sorti du coffre.

    Quand on parle d’appropriation de la plage, il faut se rappeler, il y a un an ou 2, sur la Côte d’Azur, cette tribu saoudienne ou autre qui avait fait construire sans autorisation un escalier pour accéder directement à la plage pendant leur vacances, au détriment des gens du coin.

    Appropriation de la plage: je crains que ce ne soit appropriation sournoise du pays entier par l’islamisme. Sur le Canard du jour, un article dont le titre humoristique ne fait plus rire, sinon jaune: « des islamistes qui s’avancent mosquée »

    https://pbs.twimg.com/media/CqDX3IdWcAAroFQ.jpg:large

    Répondre
  5. Philippe - 18 août 2016 8 h 13 min

    Burkinis : Nouvel épisode du choc culturel entre Occident et islam
    https://www.youtube.com/watch?v=wyP67r_KWZM
    Boris Le Lay s’exprime sur le sujet. Son éclairage est percutant.

    Répondre
  6. kerneilla - 18 août 2016 9 h 51 min

    « Cette tenue est en fait insupportable parce qu’elle nous jette à la figure la présence chez nous de gens qui n’aiment pas notre façon de vivre et affichent de manière ostentatoire leur différence, voire leur hostilité. Le costume n’est pas qu’une coutume, mais un message. Il dit qui vous êtes, et en l’occurrence se fait signal, un signal d’affrontement délibéré.  »
    Dommage que les gens au pouvoir soient trop bêtes pour en prendre conscience…l’islam a toujours conquis des territoires par la violence…il serait temps que nos gouvernants-idéologues en prennent conscience .

    Répondre
  7. kerneilla - 18 août 2016 9 h 51 min

    « Cette tenue est en fait insupportable parce qu’elle nous jette à la figure la présence chez nous de gens qui n’aiment pas notre façon de vivre et affichent de manière ostentatoire leur différence, voire leur hostilité. Le costume n’est pas qu’une coutume, mais un message. Il dit qui vous êtes, et en l’occurrence se fait signal, un signal d’affrontement délibéré.  »
    Dommage que les gens au pouvoir soient trop bêtes pour en prendre conscience…l’islam a toujours conquis des territoires par la violence…il serait temps que nos gouvernants-idéologues en prennent conscience .

    Répondre
  8. gabbrielle - 18 août 2016 10 h 49 min

    Il est confirmé, proc/Le Parisien, que les maghrébins avaient bien installé un panneau « circulation interdite » pour essayer de privatiser la plage.

    La photo de l’épisode du harpon sorti du coffre, source breizh-info
    http://www.breizh-info.com/wp-content/uploads/2016/08/sisco_bis.jpg

    Comparution cet après-midi pour les participants. On attend avec impatience les compte-rendus -objectifs- de la presse et des tv en continu…

    Répondre
  9. gabbrielle - 19 août 2016 4 h 41 min

    Procès reporté au 15 Septembre.
    L’article du Point sur la comparution hier semble équilibré.
    http://www.lepoint.fr/justice/corse-5-hommes-vont-etre-juges-apres-la-rixe-de-sisco-18-08-2016-2062051_2386.php
    On y apprend aussi qu’un 4ème marocain impliqué, en situation irrégulière, est en fuite et recherché par la gendarmerie.

    Répondre
  10. gabbrielle - 19 août 2016 8 h 32 min

    « Non, Monsieur Plenel, le burkini n’est pas un vêtement comme un autre », une marocaine répond.

    http://www.huffpostmaghreb.com/fatiha-daoudi/non-monsieur-plenel-le-burkini-nest-pas-un-vetement-comme-un-autre_b_11581122.html

    Répondre
  11. Patrick - 20 août 2016 5 h 28 min

    Je partage la conclusion, mais nullement l’argumentation.

    « Seul un pays totalitaire peut légiférer sur la manière dont les gens s’habillent dans l’espace public. »

    Cette affirmation est fausse, il n’y a pas un seule société qui n’est pas de normes en la matière, qu’il s’agisses d’usages ou de loi, on ne se balade pas topless à Paris.

    Article 222-32
    L’exhibition sexuelle imposée à la vue d’autrui dans un lieu accessible aux regards du public est punie d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende.

    « Est-il normal que dans un pays libéral »
    Dans un pays libéral la chose serait décidée par le propriétaire du lieu, et pour la rue, c’est donc le referendum communal qui s’impose si le sujet fait polémique.

    « On se rend compte à quel point nous sommes loin de la religion, car la plupart des chrétiens souhaitent également une certaine rigueur du vêtement. »

    je ne vois pas beaucoup de chrétien manifester le droit de se mettre en robe de bure sur la plage… la norme en matière de « pudeur » c’est le mono-pièce au plus.

    Répondre

Exprimez vous!