La laïcité ne doit pas être l’effacement de l’identité.

crecheAucun doute ! Si François Baroin devait participer à une crèche vivante, son rôle serait celui de l’âne. La seule réserve viendrait du respect que l’on doit avoir pour l’âne de la crèche, symbole de l’humilité et du courage, vieux compagnon de l’homme au travail, comme le boeuf. Baroin, ce serait plutôt l’âne de la vieille école laïque, celui à qui on met un bonnet parce qu’il est vraiment trop bête et paresseux. Car là, il a fait fort ! Après une longue réflexion, l’Association des Maires de France, qu’il préside, vient de pondre sa riposte aux attentats de Janvier. Si notre « vivre ensemble » est menacé, c’est parce que la laïcité n’est pas assez intransigeante. En somme, on ne doit pas accepter les crèches dans les mairies si on veut éviter qu’on tire sur les clients des magasins « cacher »ou qu’on prépare des attentats contre les églises de Villejuif,  Cet étrange raccourci fait sortir le petit père Combes du purgatoire et montre un « Grand Orient », grand par antiphrase et fossilisé dans un combat totalement inactuel. Il est blessant pour l’intelligence française que ceux qui se prétendent les fils des Lumières se montrent aussi étroits d’esprit. Ceci nous rappelle qu’il y a en France certains pouvoirs auxquels on n’accède que par les loges. Qu’on retrouve à la tête de l’AMF, André Laignel, le socialiste sectaire que la formule « vous avez juridiquement tort parce que vous êtes politiquement minoritaires » avait rendu visible, n’étonne guère. On attendait mieux de Baroin. Mais non, les « républicains » et les socialistes de même obédience ont pour références historiques les années 1793 et 1905 durant lesquelles la répression républicaine s’abattit sur l’Eglise catholique. Même discrète et conciliante, elle demeure l’ennemie à poursuivre.

Comme il ne faut pas désespérer de l’humanité des humanistes auto-proclamés, on se doit, par charité chrétienne, tenter de les rendre plus intelligents, ou de leur ôter un peu de leur mauvaise foi. D’abord, il faut rappeler que la religion est un fait social, culturel d’une importance primordiale, même pour les non-croyants. La religion chrétienne, et catholique en particulier, n’est pas à ce titre seulement la confession la plus répandue chez les Français. Elle a joué un rôle essentiel dans la constitution même de notre pays et dans son histoire. C’est l’historien Marc Bloch, qui n’était pas catholique, qui disait avec justesse : » il est deux catégories de Français qui ne comprendront jamais l’Histoire de France : ceux qui refusent de vibrer au souvenir du sacre de Reims et ceux qui lisent sans émotion le récit de la Fête de la fédération. » Messes du couronnement, messe dite par Talleyrand au Champ de Mars le 14 Juillet 1790, et le baptéme de Clovis, et Saint Louis, et Sainte Jeanne d’Arc, et Notre-Dame de Paris avec le Général de Gaulle pour célébrer la libération de la capitale : il faut être aveugle et stupide pour vouloir effacer le catholicisme de l’histoire d’un pays parsemé de cathédrales, d’églises, de chapelles, d’abbayes et de couvents où les clochers et les croix sont toujours les points de repères les plus attachants. Le Mont Saint-Michel est dans les yeux de tous les Français ! Notre culture est imprégnée du génie du christianisme, notre littérature, nos arts plastiques, notre musique, mais aussi notre culture populaire, nos traditions, des marchés de Noël de Strasbourg aux santons de Provence. Si des croyants sincères s’en inquiètent en pensant que cela est étranger à la foi, c’est une raison de plus pour ne pas vouloir priver les Français de leur identité culturelle plus que religieuse, qui a toute sa place dans les mairies.

Depuis des décennies, la querelle des laïcistes et des dévots s’était éteinte, sauf chez quelques nostalgiques. Ce n’est pas l’intégrisme catholique qui suscite aujourd’hui son réveil, unilatéral d’ailleurs. C’est l’irruption d’une religion qui est étrangère à notre histoire. L’islam n’a guère participé à celle-ci, hormis les confrontations entre Francs et Sarrasins en France comme en Terre Sainte. La colonisation a certes fait entrer un grand nombre de musulmans sous le giron français. Ceux-ci n’ont pas été convertis. Certains d’entre eux se sont battus sous notre drapeau et ils ont droit à notre reconnaisance. Leur croyance et leurs rites n’ont joué aucun rôle dans nos institutions ni dans nos moeurs. Les conceptions juridiques qui prédominent dans le monde romain, chrétien, républicain sont en tout point opposées à celles du droit coranique. Dans de nombreux pays musulmans, on assiste au retour de ce droit. Les moeurs, l’habillement, l’alimentation sont à ce titre soumis à des règles précises et sévères. De nombreux immigrés musulmans entendent s’y conformer à l’étranger, voire les imposer dés lors qu’ils sont majoritaires dans certains quartiers, au mépris des pratiques locales et du droit en vigueur. Cette confusion des croyances privées avec les comportements dans l’espace public est ce qui porte atteinte à la fois à la laïcité et à notre identité. La réponse à ce problème apportée par l’AMF est un évident contre-sens, qui atteint un sommet après les tueries du 13 Novembre, commises au nom d’un certain islam.

François Baroin est avant tout le fils de son père, décédé dans un accident d’avion, Grand Maître du Grand Orient et ami personnel de Jacques Chirac. Il est le parfait représentant des carriéristes « républicains », aussi ouverts aux groupes de pression qu’ils le sont peu à la réflexion et bien sûr membres du microcosme où se côtoient journalistes et animateurs du show-bizz qui fixent les « idées » dans notre pays. La protection particulière dont il a joui et qui a fait de lui, comme Maire de Troyes, l’héritier de l’homme remarquable qu’était Robert Galley, engagé à 18 ans en 1940 derrière de Gaulle, devrait l’amener à manifester plus de respect pour les héritages. La crèche de Noël, ce symbole chrétien qui à travers la naissance du Christ, est aussi une illustration de la famille si essentielle pour notre civilisation, et si menacée, fait partie d’un héritage qu’il faut préserver, comme le fait Robert Ménard, qui , lui, n’est pas un héritier, à Béziers.

Mot clés:

8 commentaires

  1. Ribus - 24 novembre 2015 21 h 53 min

    Vous avez raison de rappeler que le petit François Baroin est le fils de son papa Michel, mort en 1987 dans un accident d’avion au Cameroun. Il fut commissaire de police, maire de Nogent sur Seine, président de la GMF et grand maître du Grand Orient en 1977-78. Certaines mauvaises langues disent même que l’avion ne serait pas tombé tout seul…

    Le rapport est co-signé par Laignel, franc-maçon bien connu. Ce rapport de l’AMF fait suite aux multiples publications de l’Observatoire de la laïcité comme « Laïcité et Gestion du fait religieux dans les structures Socio-éducatives » et « Laïcité et collectivités locales » « La gestion du fait religieux dans l’entreprise privée. »

    Cela fait suite aussi à un document du Grand Orient de la fin de 2014 intitulé : »25 propositions pour une république laïque au XXIè siècle  ». Cela fait beaucoup de coïncidences et il est difficile d’avaler que les laïcards ne sont pas à la manœuvre non contre les musulmans mais contre leurs ennemis de toujours : les catholiques.

    Il est clair que la guerre idéologique se poursuit et plus violente que jamais. Les mesures coercitives de l’état d’urgence vont surtout servir à cela. La France catholique montre le bout de son nez et cela est insupportable pour la France maçonnique.

    Répondre
  2. DELAFOSSE - 24 novembre 2015 23 h 19 min

    A quand la suppression d’un autre symbole…le » croissant » de nos boulangeries ? Ce sera à mon avis très difficile, surtout s’ils sont pur « beur » !

    Répondre
  3. Thibault Loosveld - 25 novembre 2015 10 h 42 min

    A chaque offensive anticléricale du Grand Orient, qui prône notamment la parité entre les hommes et femmes malgré la citation de certains maçons gauchistes dans l’affaire Dominique Strauss Kahn, je me remémore cette phrase de Joseph Goebbels: « Crétins de curés ! Lorsque la guerre sera finie, le Führer règlera leur compte ».

    Répondre
  4. Xénia - 26 novembre 2015 5 h 07 min

    BILLET D’HUMEUR
    Le Gard. 24 novembre 2015. Mardi. Trahison…

    129 morts. 300 blessés.
    Des barbares de l’Etat Islamique ont déclaré la guerre à la France.
    Et, à peine moins d’une semaine après les fusillades du vendredi 13 novembre,
    le Président des Maires des 36000 villes et villages de France leur répond par une interdiction des crèches, sur tout le territoire, en réaction aux odieux attentats.
    Jusqu’à même en demander une loi !
    Les crèches sont dangereuses. Et, ô grande découverte, incompatibles avec la laïcité…
    On aurait pu penser qu’à l’occasion de ce congrès, la fermeture de mosquées salafistes seraient non pas demandée – EXIGEE ! Ce qui,ma foi, tombe sous le sens…
    Seulement, Monsieur Baroin, de son prénom François, comme l’autre, exécute la feuille de route de sa loge… avec le plus profond mépris, tant envers les victimes tombées, que du peuple français et auquel, si tel texte est maintenu, il devra rendre des comptes..
    Confusion des pouvoirs ? Sans aucun doute.
    Il devrait donc quitter son siège, lequel est incompatible avec l’exercice de sa fonction en tant que premier pilier de notre démocratie
    Parce que ce n’est pas « Daesh » qu’il éradique, mais le christianisme. Qui est indissociable de l’histoire et de l’identité de notre pays.
    L’état est laïque. La société ne l’est pas.

    UNE HONTE

    Répondre
  5. Allegro Christiano - 26 novembre 2015 9 h 31 min

    @ DELAFOSSE :
    Ne supprimons surtout pas les croissants ! En effet, ils ont été créés par les boulangers viennois pour fêter la victoire du 12 septembre 1683 sur les Turcs mahométans qui assiégeaient leur ville. Rien de tel que de dévorer l’emblème de son ennemi pour mieux marquer symboliquement sa suprématie sur lui…
    Par ailleurs, la fête du « Saint Nom de Marie », le 12 septembre, fut instituée en la mémoire de cette victoire, les soldats chrétiens ayant invoqué le nom de la Sainte Vierge avant de se lancer dans la bataille.

    Répondre
    • DELAFOSSE - 28 novembre 2015 19 h 12 min

      S’agit-il de la fameuse bataille de LEPANTE ?
      Pour la suppression des croissants, je ne pensais pas à nous, mais plutôt une demande effectuée par qui l’on devine pour ne plus frustrer la communauté concernée.
      On a supprimé le mot « Saint » devant les prénoms de beaucoup de calendriers mais pas les mots » Assomption Toussaint Pentecôte », surement parce que ce sont des jours fériés auxquels on tient….là , bizarre, plus de laïcité !
      Tout cela n’est que de l’Hypocrisie.
      A quand le retrait des statuts qui trônent sur nos édifices religieux entretenus par l’Etat (Sainte Mère à Marseille,Archange au Mont St Michel , Lourdes etc…) ?
      Avant de prendre les armes contre l’ennemi, il y a des gifles qui se perdent chez nous….et une grosse gifle électorale pour commencer !

      Répondre
  6. claudio - 27 novembre 2015 20 h 02 min

    Ajoutons à cette sortie de Baroin, récent patron de l’AMF, sur les crèches de Noël l’entrée massive de franc-maçons du G.O au CESE (institution serpillière remise sous les feux de la rampe par LMPT) , signalée il y a un mois et demi, sans compter la profusion  »spontanée » d’émissions TV et de revues nouvelles évoquant les gentils franc-maçons, et nous voyons qu’ils tentent de re-prendre la main de nos institutions.

    Répondre
  7. GODICHEAU - 29 novembre 2015 19 h 34 min

    Pourquoi les socialistes n’aiment-ils pas les crèches de Noël, alors qu’il y a un âne dedans?

    Répondre

Exprimez vous!