Il y a quelque chose de pourri … dans la République française.

téléchargement (3)Il y a quelque chose de pourri au royaume de France, qui d’ailleurs est une république. On avait abordé le nouveau millénaire comme si la fin de l’histoire allait nous y accueillir. Les catastrophes et les guerres nous ont rapidement appris que l’histoire se contentait de continuer. Pourtant, avec l’ONU, et les autres machins mondiaux ou européens, les rencontres de Davos et les « G » à géométrie variable, on sentait que la mondialisation allait son chemin vers le bonheur planétaire. Certes, pour notre économie, il y a eu des déconvenues mais une humanité nouvelle semblait naître et s’avancer sur un tripode. Le marché pour les affaires, la démocratie pour la politique, et le Droit pour l’ensemble. On avait omis un détail : pour que tout ça fonctionne, il faut quelque chose d’essentiel, aux deux sens du mot essence, un principe et un carburant pour que ça tienne debout et que ça avance. En un mot, il fallait la confiance, il fallait que celui qui signe un contrat, dépose un bulletin dans l’urne, ou fait appel aux tribunaux ait foi dans le partenaire, l’élu ou le juge. Or, là encore, un élément est indispensable. C’est la morale, qui ne s’apprend pas à l’école ou au travail, encore moins en prison. Elle s’apprend dès le berceau, dans sa famille. Elle est là dès le début, car elle est indissociable de la mentalité dans laquelle on baigne. Si elle fait défaut et plus elle fait défaut, plus le tripode se casse la figure. La corruption, la démagogie ou les élections truquées, les dysfonctionnements de la justice se répandent et on peut chanter la démocratie et célébrer le droit sur tous les tons, ce ne sont plus que des attrape-nigauds, vides de sens.

Ces derniers jours ont apporté malheureusement un éclairage cruel à notre situation. Faire confiance est devenu un luxe inaccessible. Un an pratiquement après qu’un Ministre a menti, les yeux dans les yeux, en bloc et en détail aux Français et à leurs représentants, voici qu’un autre remet ça. L’arrogante Mme Taubira, au regard souverain et au verbe haut, a chu de son piédestal. Balbutiant, hésitant, bafouillant elle a tenté de dire qu’elle avait menti à l’insu de son plein gré, puisqu’elle avait été avertie très récemment de l’ouverture d’une information concernant Nicolas Sarkozy, mais pas vraiment des écoutes dont il était l’objet depuis un an, et encore moins de leur contenu. Le juge n’aurait lui-même pas informé le Parquet lors de leur déclenchement. Panique ou impudence ? Mme Taubira brandissait pour preuve des lettres qui démentaient ce qu’elle affirmait de façon péremptoire. Avec un aplomb retrouvé, la Garde des Sceaux, et le Premier Ministre, qui s’étaient, cette fois, entendus sur les éléments de langage, c’est à dire sur ce qu’il s’agit de faire croire aux imbéciles qui les écoutent, ont essayé de retourner le gant. Le retard de la remontée de l’information prouverait l’indépendance de la Justice. Ben voyons, un juge, que personne n’a élu, va mettre sous écoute un ancien Président de la République, et ni le Parquet, ni la Ministre, ni l’actuel locataire de l’Elysée ne seraient prévenus… Les soupçons porteraient sur des faits très graves, violation du secret de l’instruction et trafic d’influence. On aura mesuré à l’insistance de la dame sur la noirceur du crime tout le respect qu’elle nourrit pour la présomption d’innocence dès lors qu’il s’agit d’un adversaire politique. Les accusations infondées de l’opposition témoigneraient du vice qui est le sien et qu’elle projette sur une gauche incapable de ces turpitudes. Depuis vingt mois, nous sommes passés de la nuit à la lumière, et la droite ne s’en est pas aperçu. Les Français auront traduit : « Ne les croyez pas. Ils sont plus pourris que nous. »

Après les mécomptes de l’UMP, et la manoeuvre de Copé appelant les autres partis à la transparence pour se dédouaner, on a eu le choc de l’affaire Buisson, le voleur volé, enregistrant Sarkozy, trahissant sa confiance, mais peut-être parce qu’il ne lui faisait aucun crédit. Que la Garde des Sceaux qui, par son titre même symbolise la garantie de nos institutions, soit prise en flagrant délit de mensonge et de dissimulation, achève de peindre un paysage désolé, une république en ruines, une société où les politiciens sont suspectés de faire des affaires douteuses, où croire en la parole de quelqu’un devient une aventure téméraire et où la justice, érigée à tort en pouvoir dans les discours, est plus que jamais elle-même suspecte. Mme Taubira, ex-indépendantiste, auteur d’une loi partiale qui stigmatise notre histoire, d’une autre loi qui porte atteinte à l’institution familiale, doit évidemment démissionner d’un poste ministériel qui exige des personnalités d’une altitude morale exceptionnelle. Mais lorsqu’un corps est gangrené, l’amputation d’un membre de suffit pas.

Mot clés:

8 commentaires

  1. DELAFOSSE - 12 mars 2014 18 h 24 min

    Peuple Français échange « HONTE ,SCANDALES et AFFAIRES » contre  » EMPLOIS, GRANDEUR et SÉCURITÉ »…

    Répondre
    • kerneilla - 12 mars 2014 22 h 01 min

      tout à fait d’accord!!

      Répondre
  2. Thibault Loosveld - 12 mars 2014 21 h 17 min

    Madame Taubira a intercepté les conversations téléphoniques entre Thierry Herzog et Nicolas Sarkozy. Il s’agit d’un délit commis par un ministre dans l’exercice de ses fonctions qui est donc passible de la cour de justice de la république.

    Répondre
    • Pierre GORRE - 13 mars 2014 7 h 54 min

      Contrairement à ce qu’a écrit Thierry Loosveld,

      Et pour ce qu’on en sait avec certitude à ce jour,

      Madame Taubira n’a « intercepté AUCUNE communication entre T.H. et N.S.. Ce n’est pas elle qui a ordonné ou même seulement demandé ces écoutes. mais un juge d’instruction dans le cadre de ses pouvoirs d’investigation et avec l’assentiment d’un procureur de la République, lui aussi dans le cadre du pouvoir d’appréciation dont il dispose conformément au Code de Procédure Pénale.

      Mais, évidemment, à force de vouloir voir le mal, y compris là où il n’est pas…..

      En réalité, il serait plus correcte de dire que, conformément à la règlementation en vigueur, elle a été informée – et peut-être assez tardivement !! – de l’existence d’une écoute sur un mobile détenu par le citoyen (ordinaire?) Nicolas Sarkozy mais pas déclaré à son nom!!

      Il n’est pas établi (sauf à déchiffrer le détail de certaines photos de presse) qu’elle ait eu connaissance du contenu des ecoutes.

      Il est impossible techniquement pour les écouteurs de savoir que l’écouté va composer le n° de téléphone mobile de son avocat. Encore moins si ce dernier, lui aussi, utilise un mobile qui n’est PAS à son nom!!

      Selon certains magistrats, les conversations écoutées ne sont pas transcrites (donc pas de document écrit susceptible de circulation et/ou copie) quand il apparait qu’elles tombent sous le coup du secret professionnel ou de la confidentialité de la discussion entre un avocat et son client.

      Alors, une tempête dans un verre d’eau et des erreurs de communications, loin su coeur du sujet??

      Répondre
  3. kerneilla - 12 mars 2014 22 h 24 min

    Personne ne semble savoir ce qu’il y a (ou non) dans les dossiers de ces « affaires » …alors les journalistes feraient bien d’attendre que la justice fasse son travail dans la sérénité (et le secret de l’instruction), et une éventuelle mise en examen, avant de jeter de graves soupçons sur des hommes, quelqu’ils soient , car personne ne sort indemne d’une campagne médiatique (ni d’une erreur judiciaire) . On oublie trop souvent la présomption d’ innocence…
    « Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose » disait cyniquement Talleyrand, qui s’y connaissait en « politiCanailleries ».
    Que reste-t-il alors de l’honneur d’un homme?
    En ce qui concerne l’actualité : cinq ou six « affaires » judiciaires, et jusqu’à ce jour, une mise en examen conclue par un non-lieu …et des rumeurs, des débats, des mensonges de ministres (entre autres) …la politique sous son jour le plus glauque, pouah!

    Manque d’éthique de nombreux journalistes, la liberté de la presse a bon dos; il n’y a pas de liberté sans responsabilité !

    Ces « affaires sont un révélateur , une fois de plus, du

    Répondre
  4. kerneilla - 12 mars 2014 22 h 26 min

    mes excuses pour l’inversion des deux dernières phrases, il faut lire , bien sûr:

    Ces « affaires » sont un révélateur , une fois de plus, du manque d’éthique de nombreux journalistes, la liberté de la presse a bon dos; il n’y a pas de liberté sans responsabilité !

    Répondre
  5. Thibault Loosveld - 13 mars 2014 18 h 45 min

    Il y a une autre affaire édifiante illustrant l’idée que Christiane Taubira se fait de la justice. Je veux parler de Monsieur Estéban dont le pouvoir socialiste craint le procès en cour d’assises car ce dernier aboutira sans doute à une décision d’acquittement. Monsieur Estéban est maintenu en prison depuis plusieurs mois alors que la période de prison préventive est terminée. Quand Madame Taubira sanctionnera-t-elle ce juge d’instruction qui a commis le crime de détention arbitraire ?

    Répondre
  6. DELAFOSSE - 21 mars 2014 10 h 24 min

    Comment peut-on croire un instant au désir du respect de la séparation des pouvoirs,quand on voit nos juges arborer fièrement sur leur toge (Symbole de leur identité impartiale) les décorations d’Ordres Nationaux délivrées par les responsables du » Pouvoir Exécutif  » ?

    Répondre

Exprimez vous!