La Buse à Deux Têtes.

imagesDepuis l’arrivée de la Gauche au pouvoir, il est beaucoup questions d’oiseaux que l’on plume : pigeons, moineaux, dindons etc… Le prédateur vient de se démasquer : certains pays ont pour symbole l’Aigle à deux têtes. Chez nous, c’est une buse qui a tendance à prendre tous les Français pour ses semblables, »plumables » et « abusables » à volonté. La buse de la rue du Faubourg Saint-Honoré annonce une pause fiscale pour 2014 tandis que celle de la rue de Varennes précise que ce sera en 2015… Le mensonge d’Etat, obéissant au principe du « plus c’est gros, mieux ça passe » est érigé en mode de gouvernement. Mme Touraine l’a encore montré sur BFM, ce matin en indiquant que l’effort demandé aux Français en 2014 serait d’un petit Milliard. Pas de chance pour elle, peu de temps auparavant, Nicolas Doze avait démontré que cet effort était de 12,5 Milliards…

Jamais sans doute les Français n’ont eu pour les gouverner des dirigeants capables de manier un discours à ce point mensonger pour tenter de cacher une action aussi décousue et des résultats tellement pitoyables. Comme s’il poursuivait un horizon évidemment inaccessible, le Président a entamé une sorte de glissement progressif vers la pause fiscale. M. Cahuzac l’avait annoncée en Septembre 2012 pour 2013. Hollande l’a reportée en Mars 2013 pour 2014, sans tenir compte des 6,4 Milliards de TVA au 1er Janvier. Puis, en Mai, il a fait de cette pause un « idéal », l’inaccessible étoile d’un exécutif ne parvenant pas à retrouver la croissance et à diminuer les déficits. Fin Août, solennellement, il martelait que le temps de la pause fiscale était venu… en 2014. Mais dès Septembre, le 1er Ministre la reportait à 2015. Les chiffres sont cruels : l’augmentation de la pression fiscale est en 2013 de 10 Milliards et elle sera en 2014 de 12,5 Milliards. Droits de mutation, ISF, report à 30 ans de l’exonération sur la plus-value des terrains à bâtir… L’imagination comptable de Bercy est fertile, mais ne cherche pas la cohérence, sauf lorsqu’elle cible la famille : quotient familial, fiscalisation des retraites pour famille nombreuse, enfants scolarisés vont permettre à l’Etat d’empocher 3,2 Milliards pour continuer de détricoter la politique familiale qui était bien la seule exception française dont nous pouvions être fiers.

Après le mensonge furtif et glissant à la tête de l’Etat, c’est une vraie prouesse qu’accomplit Marisol Touraine, championne du monde de la langue de bois, capable d’énoncer les contre-vérités les plus criantes, sans quitter un ton péremptoire que Bourdin n’est pas parvenu à démonter. La méthode mérite l’analyse : d’abord, c’est « thème et variation », l’art de dire une chose sans la dire, mais de plusieurs façons. L’année prochaine, ce sera une « quasi-stabilité fiscale » ou une « légère » augmentation des prélèvements ou encore « un effort mesuré ». Ensuite, la main sur le coeur, on passe à la justification éthique. La pression fiscale est concentrée pour assurer la protection sociale dans le cadre d’une politique visant à « rétablir les comptes publics, la croissance et l’emploi », objectifs dont on ne se rapproche nullement, mais la Ministre n’en a cure. Elle en est déjà au mensonge chiffré, précis, sérieux en un mot : le budget 2014 comprendra 18 Milliards d’efforts, dont 15 d’économies et 3 petits Milliards de recettes supplémentaires, dont 2 produits par la chasse à la fraude. Il ne reste donc qu’un minuscule Milliard à demander aux Français. Pensez donc : pour un salarié au Smic, 2 Euros par mois. Non, les vrais chiffres qui ne s’appuient pas sur une chasse incertaine, c’est : 12, 5 Milliards en plus pour 2014 ! Lorsqu’elle aborde plus spécifiquement les domaines de son Ministère, Mme Touraine use de la même méthode. « Les comptes sont maîtrisés » signifie : le déficit est maintenu à 18 Milliards, malgré 6 Milliards d’économies réalisées sur le dos des patients, des médecins et des laboratoires. Les entreprises sont appelées à financer le compte « pénibilité », mais elles vont bénéficier du transfert du coût de la politique familiale. Celle-ci est la principale victime : 2,7 Milliards pour les économies, 1 Milliard pour l’allègement du coût du travail. Pas tout-à-fait, car l’Etat va prendre en charge une partie de la pénibilité et le financement de la politique familiale… L’Etat, semble dire la Ministre, c’est-à-dire « MOI »: admirez ma générosité, mon sens du devoir… L’Etat, Nos impôts, Notre déficit et Notre dette, c’est-à-dire Nos impôts de demain, a-t-on envie de lui crier ! Mais, elle proclame alors qu’elle est soumise à un devoir de vérité. Cette affirmation est tellement énorme qu’elle nous laisse pantois. Mme Touraine est une artiste. L’art est un « mentir vrai » disait Aragon. Lorsqu’on lui pose la question du poids de l’Aide Médicale d’Etat qui fait supporter à 100% les soins des résidents illégaux tandis que les Français sont remboursés à 50 ou 60%, la Ministre montre son talent : longuement, elle ne répond pas à la question et nous prend pour des buses.

Mot clés:

1 commentaire

  1. Jean - 19 septembre 2013 18 h 48 min

    Il est évident que ces gens-là ont une vision de buse… mais je laisse deviner de quel type de buse.

    On se souviendra du coup de gueule de l’industriel Francis Mer contre les politiciens (non pas les « politiques », ils n’ont pas cette dignité).

    Ceux qui aiment leur France en sont réduits à serrer les poings de colère…

    Répondre

Répondre à JeanAnnuler la réponse