N’AYONS PAS PEUR ! A PARIS, LE 26 !

images (70)« Liberté, liberté chérie, combats avec tes défenseurs ! » C’est le sixième couplet de la Marseillaise qui devrait accompagner les manifestants de Dimanche. La manière dont aura été conduite la loi de dénaturation du mariage est avant tout la preuve que le système qui règne en France n’est pas une démocratie pluraliste.  C’est le règne d’un pouvoir qui condense des groupes de pression, des partis politiques, et des médias. Les premiers imposent aux seconds une réforme, les seconds la mettent en oeuvre avec le soutien univoque des troisièmes, vecteurs de la pensée unique. La puissance du lobby à l’origine de l’absurde mariage entre des personnes de même sexe est considérable. Voilà un projet qui n’intéresse que très peu de personnes, puisque beaucoup d’homosexuels y sont indifférents ou opposés, dans un ensemble qui représente, au grand maximum, 2 à 3% de la population, un projet qui défie le bon sens, lequel considère le mariage comme l’union d’un homme et d’une femme en vue de procréer, un projet qui va entraîner de nombreuses complications afin de satisfaire un désir d’enfant contestable, et qui parvient cependant à envahir l’espace médiatique et le champ politique au point de devenir la grande mesure du quinquennat de Hollande.

Jamais sans doute l’opposition à une loi n’aura été aussi manifeste. Des défilés et des rassemblements gigantesques, une mobilisation sans précédent, une ardeur et une inventivité sans relâche des opposants  auraient dû amener le Président à écouter le Peuple et sans doute à l’interroger, avec l’appui du Parlement qui lui est dévoué, en ayant recours à la procédure référendaire prévue dans la réforme constitutionnelle de 2008 et dont la loi organique vient d’être-tardivement- votée. Ses prédécesseurs avaient renoncé à des textes devant l’ampleur des protestations publiques. Lui et son gouvernement sont passés en force. Des auditions bâclées dans les deux chambres accompagnées parfois de mépris à l’encontre des contestataires, un rythme précipité, un refus de tout compromis sur les amendements ont révélé la curieuse conception que la gauche se fait d’une démocratie parlementaire. Le rapporteur de la loi au Sénat a avoué : « la loi n’est que l’expression d’un rapport de force. » Et le Conseil Constitutionnel a avalisé cette cavalière ignorance de l’Anthropologie, lui qui s’entend toujours à chercher le détail juridique qui oblige à corriger partiellement une loi.

La première manifestation avait été minimisée par la police aux ordres, relayée par les médias. Une désastreuse opération avait été lancée en Somalie, comme par hasard, le même jour. Lors de la seconde manifestation, de prétendus débordements provoqués par une police usant d’une violence disproportionnée, avaient servi à ternir la réussite totale du rassemblement devant l’Arc de Triomphe. Afin de faire tomber la clameur, le pouvoir a, alors, accéléré le processus parlementaire de manière à ce que la loi soit votée avant  la troisième manifestation. La manoeuvre est grossière : d’une part, on affirme  l’inutilité des cortèges puisque la loi est passée et on fait appel, comme d’habitude à des sondages, qui disent que tel est l’avis de la majorité des Français. D’autre part, on cherche à dissuader les Français de manifester en soulignant les divisions des opposants, en feignant de croire à des violences, en dénonçant à l’avance l’extrême-droite à laquelle on associe le Printemps Français amalgamé dans la stigmatisation. Le même Valls, qui a été incapable de prévoir et de gérer la fête virant à l’émeute du Trocadero, prétend interdire la liberté de s’associer et de manifester au nom d’une démocratie qu’il piétine sans vergogne. Act Up au pouvoir, et le Printemps Français interdit ? Mais dans quel régime la France est-elle tombée ? Les médias acquis à la cause du lobby gay ont biaisé systématiquement la question. Les Français sont majoritairement favorables à la loi, ont-ils martelé, mais en oubliant de dire que les Français acceptaient le mariage, non l’adoption, que le mariage rend possible de plein droit. Les inepties de Bergé sur la location du ventre des femmes ou la soumission des consciences à la loi  sont infiniment plus préoccupantes pour l’humanisme et la vraie démocratie, celle qui laisse vivre et parler Antigone, que les slogans du Printemps Français. Si celui-ci inquiète tant le pouvoir, c’est qu’il estime que le combat n’est pas fini et qu’il ne cessera qu’avec la chute des princes qui nous gouvernent si mal. Qu’un certain nombre de membres de l’agence électorale qui s’appelle abusivement ump quittent le bateau, il faut s’en féliciter. Que d’autres se rallient au langage de l’adversaire, nous y sommes habitués. Que Barjot barjote, c’est dans sa nature.

Mais il ne faut pas hésiter. Le pouvoir et ses complices utilisent tous les moyens pour entraver l’expression populaire. Ecoutons le pape polonais qui avait puissamment contribué au renversement des totalitaires dans son pays. Notre but est le même. « N’ayez pas peur », disait-il !

Mot clés:

8 commentaires

  1. Thibault Loosveld - 24 mai 2013 22 h 15 min

    Après deux jours d’audition, Christine Lagarde s’explique son statut de témoin assisté par son application stricte de la Loi lorsqu’elle était ministre.
    A contrario, le docteur Cahuzac n’a pas été convoqué devant la cour de justice de la république alors que son retrait (temporaire?) de la vie politique fait peser sur lui de graves soupçons de fraude fiscale. Dominique Perben, ayant instruit comme garde des sceaux des poursuites pénales contre Bruno Gollnisch, n’a pas non plus été déféré devant cette cour, etc…

    C’est ce que le Chief Justice américain John Roberts appellerait « equal justice under arbitrary ! »

    Répondre
    • Xavier Collet - 25 mai 2013 22 h 14 min

      Eh oui, bien souligné, c’est ainsi que se conçoit la justice dans ce pays . Le coup de balai est nécessaire.

      Répondre
  2. Thibault Loosveld - 26 mai 2013 17 h 49 min

    @ Xavier Collet:

    En admettant que le compte en Suisse soit lié à l’inéquitable clef de répartition financière entre les trois provinces de Nouvelle-Calédonie, François Hollande se contentera-t-il de 1870 électeurs indépendantistes supplémentaires pour négocier une révision à la hausse de cette clef ?
    La question mérite d’être posée car, l’année prochaine, les fumées de nickel émises par l’usine pyrométallurgique de Voh seront accrues. Alors, se posera aux dirigeants de la Province Nord un problème de santé publique pour les mélanésiens élevant leur bétail le long des côtes. Si ce problème était solutionné, comme il l’est déjà dans le sud, il y a fort à parier que le parti socialiste perdrait un élément de négociation.

    Répondre
  3. babeil - 29 mai 2013 18 h 37 min

    J’ai dénoncé sur d’autres forums l’imposture des opposants au mariage homosexuel. Les politiciens de droite étaient particulièrement visés. Il leur reste encore aujourd’hui un moyen de prouver qu’ils étaient sincères dans leur engagement.

    Je lance un appel à tous les maires prétendument opposés au mariage homosexuel à refuser de célébrer et valider dans leur municipalité toute union d’un couple de même sexe. Déléguer la responsabilité à des adjoints comme on a pu l’entendre dans les médias de la bouche d’élus ump ou fn serait une nouvelle trahison car cela ne servirait à rien. Noel Mamère a bien célébré impunément un mariage homosexuel à l’époque où c’était illégal. Le gouvernement (Raffarin?) n’avait pas osé lui infliger de sanction ferme et exemplaire. Il serait donc difficile pour le gouvernement d’aujourd’hui de punir sévèrement tous les élus opposants.

    Mesdames et Messieurs les maires ump, fn, udi et autres sans étiquette qui souhaitent se joindre à cette initiative, vous avez l’occasion à compter d’aujourd’hui de rattraper les erreurs commises durant tous ces mois de débat sur le mariage homosexuel. Henri Guaino encore au stade de l’apprentissage du fonctionnement des boutons de vote à l’assemblée nationale, Nathalie Koziusko Morizet qui vote entre oui et non sur un débat de société ou Marine Le Pen qui refuse de manifester tout en cherchant à nous faire croire qu’elle abrogera le texte une fois au pouvoir sont des exemples parmi d’autres de l’insulte à l’intelligence faite par la droite politique française à ses électeurs.

    Il est urgent pour vous de rectifier le tir de manière radicale, sans quoi je promets une campagne sur le net de grande ampleur qui amènera à une sanction électorale sans précédent aux futures échéances.

    Salutations.

    Répondre
  4. babeil - 29 mai 2013 18 h 45 min

    J’ai oublié : un mot à Monsieur Vanneste qui est directement concerné, allez vous entrer en résistance en déclarant publiquement et sur votre blog votre engagement à ne jamais célébrer ni valider de mariage homosexuel dans la ville que vous dirigez, ou allez vous suivre le troupeau d’imposteurs dont la stratégie est d’adopter la posture d’opposants tout en favorisant l’avancée des idées du camp adverse?

    J’espère une réponse de votre part.

    Répondre
    • babeil - 1 juin 2013 20 h 02 min

      Je vois, Monsieur Vanneste n’est pas prêt à s’engager à ne célébrer aucun mariage homosexuel dans sa municipalité.
      Il est comme les autres, un opposant dans la parole, un mouton dans les actes !

      Répondre
      • vanneste - 1 juin 2013 20 h 43 min

        Babeil oublie un détail : je ne suis pas Maire, et j’ai même abandonné le Conseil municipal en 2008. Je croyais donc à une mauvaise plaisanterie..Je pense que tous les opposants devraient faire grève de mariage afin de mettre l’Etat en situation délicate.

        Répondre
  5. babeil - 29 mai 2013 19 h 00 min

    Je lance un appel à tous les citoyens engagés sincèrement contre le mariage homosexuel et qui se sont sentis dupés par tous les leaders autoproclamés du mouvement d’opposition. Je les appelle à manifester pacifiquement à chacun des mariages homosexuels comme certains ont pu le faire contre l’avortement 😀 et à s’organiser en collectif afin d’engager TOUTES les procédures judiciaires pour combattre ce qui relève purement et simplement de l’anéantissement de la famille.
    Salutations.

    Répondre

Exprimez vous!