Christian Vanneste : « En aucun cas je ne voterai socialiste ».

A lire sur le site de France Soir

Christian Vanneste, élu UMP de la dixième circonscription du Nord, s’est vu retirer l’investiture de son parti pour les prochaines législatives après avoir tenu des propos polémiques sur la déportation d’homosexuels pendant la seconde guerre mondiale. Il n’envisage pas pour autant se retirer de la course à l’Assemblée.

France-Soir. L’UMP a refusé de vous investir dans la 10° circonscription du Nord…

Christian Vanneste. Avant l’élection présidentielle, j’avais la position suivante : en cas de victoire de Nicolas Sarkozy, l’élection législative était facilitée et je ne m’accrochais pas. En revanche, puisqu’il a été battu, la bataille des législatives sera beaucoup plus difficile. Pour espérer l’emporter, il faudra des députés qui ne fassent que ça, qui n’aient pas d’autre mandat local et qui connaissent bien leurs sujets. Pour moi, les mandats, multiples, c’est terminé. Aujourd’hui, quand on est député, on doit l’être pleinement.

 « Une trahison d’une ampleur sans égale »

F.-S. Comment vivez-vous l’investiture face à vous de Gérald Darmanin, qui fut l’un de vos proches ?

C. V. Moralement, c’est insupportable. C’était mon fils spirituel, que j’avais fait venir de Paris pour qu’il me succède à la mairie de Tourcoing. Son investiture, c’est une trahison d’une ampleur que je n’avais pas imaginée une seconde. Il a répondu aux sirènes de l’UMP. Pour cette élection législative, le choix des électeurs, c’est le choix entre trois lettres et 30 ans d’action sur le terrain. S’ils choisissent mon adversaire, ils choisiront un homme d’appareil, un apparatchik plus préoccupé de sa carrière parisienne.

 » Le plus gros risque, un duel PS-FN au second tour »

F.-S. En cas de triangulaire entre vous, M. Darmanin et un autre candidat, pourriez-vous vous retirer ?

C. V. La circonscription est telle que le plus gros risque, dans ce cas, serait d’avoir un face-à-face entre le PS et le Front national. Si cela se produit, en aucun cas je ne voterai socialiste. On ne peut pas combattre les idées du PS pendant 5 ans et finalement voter pour eux. Le « Front républicain » (faire barrage au FN. NDLR) est une absurdité. Ce qui ne veut pas dire pour autant que j’appellerai à voter pour le Front national.

 F.-S. Quels sont les enjeux dans votre circonscription ?

C. V. La circonscription est très industrielle, notamment la partie Nord, qui longe la frontière belge. Il y a donc un effort très important à fournir pour soutenir les industries locales. C’est pour cette raison que je suis favorable de longue date à la TVA antidélocalisation de Nicolas Sarkozy, je regrette même qu’il se soit décidé aussi tard. Il y a également le front de la Lys (rivière qui coule à Lille, NDLR), un terrain de 80 hectares de friches délaissés. L’idée serait d’y développer des entreprises industrielles. Cette zone est idéalement située, entre une voie navigable fluviale et la rocade. C’est un dossier à l’étude depuis plusieurs années, qui a pris énormément de retard. Une chose est sûre, après la défaite de Nicolas Sarkozy à la présidentielle, je suis le meilleur candidat pour la droite aux législatives.

Propos recueillis par Thomas Morel

4 commentaires

  1. Thibault Loosveld - 23 mai 2012 21 h 04 min

    @ Monsieur le Député:

    Quand on pense que vous aviez proposé l’interdiction des triangulaires et que cette idée n’aura finalement pas été retenue.

    Répondre
  2. Pingback: Christian Vanneste : Le « Front républicain » est une absurdité | Chrétienté Info | Eglise Catholique

  3. babeil - 23 mai 2012 21 h 28 min

    « Ce qui ne veut pas dire pour autant que j’appellerai à voter pour le Front national. »

    Mais ça n’est pas exclu. Votre phrase est ambigüe. Vous auriez pu dire clairement que vous n’appellerez pas à voter fn, comme vous dites clairement que vous ne voterez pas socialiste.

    Répondre

Exprimez vous!