L’UMP peut-elle promouvoir la médiocrité?

Lettre à Jean-François COPE

             Le Président des Jeunes UMP Benjamin Lancar a récemment fait des déclarations dans la revue Tetu, organe militant du lobby gay. Ses propos ont été repris ici et là et notamment sur le site porno gay : Gays TTBM. Il a récemment récidivé, dans le cadre du Petit Journal de Canal +.  Il se déclare favorable « à l’ouverture du mariage et de l’adoption pour les couples homosexuels, partisan de l’ouverture à la procréation médicalement assistée pour les couples de femmes, à la gestation pour autrui encadrée pour les couples d’hommes ». Il demande que « l’UMP condamne plus fortement les derniers dérapages », et affirme que « Vanneste n’a plus sa place chez nous ». Enfin, il souligne que « le mariage homo ne ferait pas perdre de voix à droite ».

            Il s’agit là, pour le coup, de véritables dérapages, totalement inacceptables. En effet, ces propos condensent toutes les fautes qu’un responsable de notre mouvement doit absolument éviter:

 1° Tous les vecteurs de communication ne sont pas dignes d’un message politique. Est-il acceptable que le président des jeunes qui doit représenter tous les jeunes, s’exprime dans une revue liée à la propagande homosexuelle comme Tetu? Est-il acceptable que ses déclarations soient reprises par un site porno? Est-il acceptable qu’il puisse être utilisé aussi facilement contre un député de l’UMP ?

 2°  Il y a dans notre mouvement diverses sensibilités. Un responsable national doit évidemment se situer au-delà des différences et des oppositions. Monsieur Lancar prend position, soutient des idées  qui sont conformes aux demandes des médias utilisés, mais qui choquent la plupart des adhérents, des militants et des élus de notre mouvement. Or, lorsqu’un président s’exprime, il engage l’ensemble de la formation qu’il préside.

 3°  Il y a dans notre mouvement deux exigences qui me paraissent fondamentales: la solidarité à l’égard de ses membres et de ses élus, l’exigence de la liberté de penser dans le domaine des valeurs et de l’éthique. Or Monsieur Lancar se permet de demander des condamnations et de prétendre qu’un militant de longue date, gaulliste de toujours, député depuis 1993, et membre des groupes RPR et UMP à l’Assemblée « n’a plus sa place chez nous ». Ces propos, s’ils n’étaient odieux, seraient grotesques car ils reposent sur une bien curieuse conception du « domicile » idéologique, à la fois sectaire et égocentrique, puisque sans doute par distraction l’intéressé ne s’est pas rendu compte que l’UMP n’avait soutenu aucune des propositions qu’il s’est permis de défendre de manière publique. Il s’agit là d’une bien curieuse inversion des positions et des valeurs. De plus, enlisé dans la contradiction, Monsieur Lancar pratique une conception assez totalitaire du fonctionnement d’un parti, qui consiste à interdire que l’on s’écarte de la ligne et à exclure ceux qui le font. Doublement distrait cette fois, le Président des jeunes UMP adopte une position stalinienne, au nom d’une tendance manifestement ultra-minoritaire à l’UMP. En somme, voilà quelqu’un qui dit : « ce que je pense est la vérité. Tous les membres de mon parti doivent y adhérer, aucune divergence n’est possible », alors que manifestement, il est l’un des seuls à penser de la sorte. Quant à moi, ayant toujours pensé appartenir à une formation digne d’une démocratie libérale, je n’ai jamais demandé l’exclusion de personne pour des motifs liés à la pensée.

 4° Enfin, Monsieur Lancar révèle le niveau misérable de sa pensée politique: les valeurs n’ont d’importance qu’en fonction des voix qu’elles font perdre ou gagner. On pourrait espérer qu’un jeune fasse preuve d’idéal, d’enthousiasme, de ferveur pour des idées. Non, il fait simplement son petit marché électoral.

 5°L’UMP a vocation à être l’un des deux plus grands mouvements politiques de notre pays. La logique de notre mode de scrutin a tendance à en faire la puissante machine électorale de la droite et du centre. Il est donc tout à fait logique que des courants s’expriment, plus ou moins organisés. Cette organisation suppose  à la fois une complémentarité, du centre (radical) à la droite (droite populaire), une cohérence qui ne fasse pas s’affronter des projets totalement contradictoires, et enfin, une tolérance dès lors que les sensibilités différentes qui s’expriment puissent accepter le dialogue à la recherche d’un consensus. Je tiens à souligner à cet égard que je n’ai jamais tenu de propos désobligeants à l’égard des personnes homosexuelles, dont un certain nombre me soutiennent, mais seulement exprimé des idées qui appartiennent légitimement à la philosophie politique. C’est ainsi que « l’aberration anthropologique » du mariage homosexuel est une conception à la fois cohérente et légitime, et en aucun cas une injure homophobe, comme peuvent l’imaginer des personnes incultes, ou malveillantes. Je rappelle encore que la cour de cassation a tranché par une annulation sans renvoi : je ne suis pas homophobe, je n’ai pas été condamné, et j’attaque en justice tous ceux qui le prétendent, comme je le fais actuellement à l’encontre de M. Placé, et comme je risque d’être amené à le faire contre Monsieur Lancar.

Enfin, un grand parti politique doit aussi manifester une grande exigence quant au niveau intellectuel et moral de ses responsables. Je ne crois pas que Monsieur Lancar corresponde à ce profil, dans la mesure où poussé sans doute par des orientations personnelles, il n’a manifestement rien compris à mes propos ni même cherché, si peu que ce soit à les comprendre. Sans doute préfère-t-il se complaire dans les shows médiatiques qui ont amené certains de nos ministres à la chansonnette, et au ridicule devant une France hilare.

             Pour ces raisons, il paraît logique que Monsieur Lancar soit invité à quitter des fonctions dont il ne s’est montré digne, ni par la hauteur de vue, ni par le respect des personnes, ni par l’intelligence nécessaire à la conduite du Mouvement des Jeunes UMP et à son élargissement. Il convient, ayant pris acte de ces faits, que vous en tiriez les conséquences légitimes et lui retiriez une présidence qu’il a gravement entachée.

 Nos rapports n’ont pas toujours été cordiaux, mais je n’ai jamais douté ni de vos compétences, ni de votre niveau de réflexion. Aussi, je ne peux qu’être très étonné que vous ayez pu confier des responsabilités de premier plan à une personne qui ne fait manifestement pas le poids et qui nous fait un tort considérable auprès de nombreux jeunes, tellement plus proches des convictions qui nous rassemblent. Je tenais à vous le dire, avec la franchise qui m’est coutumière.

             Veillez agréer, Monsieur le Secrétaire Général, l’expression de ma fidèle amitié.

 

 

 

Christian VANNESTE

 

 

 

14 commentaires

  1. seb - 3 octobre 2011 18 h 12 min

    L’UMP promeut déjà la médiocrité M. VANNESTE…Et l’immoralité.
    Votre destinataire manque à l’évidence de vertus et n’aime pas la France : alors…Qu’en attendre ?

    Puisque l’UMP ne vaut plus…Pourquoi ne pas en partir ? C’est tellement dommage de vous voir vous acharnez pour un « mouvement » qui n’en vaut pas la peine…Et qui, puis je vous le rappeler, a passé des accords politiques avec des partis qui rendent Staline bien innoffensifs !

    http://blogs.lesinrocks.com/karim-miske/2011/09/27/cope-takieddine-vacances-joublie-tout%E2%80%A6/

    http://2012etvous.fr.msn.com/article.aspx?cp-documentid=159334716

    Quittez l’UMP M. VANNESTE. Ce parti ne vous mérite pas, et il est indigne que la France soit obligée de supporter que vous en soyez membre.

    Quel point commun avez vous avec cet homme ?
    http://malesherbes.blogs.nouvelobs.com/archive/2011/10/02/ta-femme-balance.html

    Répondre
  2. Thibault Loosveld - 3 octobre 2011 18 h 45 min

    @ Monsieur le Député:

    David Douillet a tenu, lui aussi, des déclarations que Benjamin Lancar n’a mystérieusement jamais condamnées…

    Répondre
  3. Thibault Loosveld - 3 octobre 2011 19 h 18 min

     » 4° Enfin, Monsieur Lancar révèle le niveau misérable de sa pensée politique: les valeurs n’ont d’importance qu’en fonction des voix qu’elles font perdre ou gagner. On pourrait espérer qu’un jeune fasse preuve d’idéal, d’enthousiasme, de ferveur pour des idées. Non, il fait simplement son petit marché électoral.  »

    Jacques Lafleur disait de même:  » Il faut toujours se souvenir que la politique c’est de la pédagogie. Ceci est évidemment à l’opposé de la démarche actuelle qui consiste à faire remonter les idées des sections de base. Les rôles sont ici inversés : c’est bien à l’élu de proposer les idées. « 

    Répondre
  4. Jonathan - 3 octobre 2011 23 h 15 min

    Monsieur le député,

    J’approuve totalement ce que vous dîtes.En tant que militant Jeunes Pop’,je peux vous dire que la position de Benjamin Lancar est très minoritaire.D’ailleurs,cette proposition n’a pas été retenue dans le livret remis à Bruno Le Maire lors du Campus de Marseille.Tout juste parle-t-il d’un débat sur l’homoparentalité qui sera vite oublié.En plus,ses propos et prises de position sont un handicap pour nous.Continuez,Mr Vanneste,à défendre ls convictions d’une droite populaire fière d’elle-même.

    Répondre
  5. Courouve - 4 octobre 2011 0 h 00 min

    Benjamin Lancar est un parfait exemple du « politiquement correct » qui s’est introduit dans le RPR puis l’UMP. L’anathème communautariste remplace désormais l’argumentation républicaine. J’espère que vous obtiendrez une réponse franche et satisfaisante de Jean-François Copé, mais j’en doute.

    Répondre
  6. Pingback: Christian Vanneste vs le sectarisme de Benjamin Lancar | Chrétienté Info | Eglise Catholique

  7. Brigitte - 4 octobre 2011 11 h 40 min

    Bravo.

    Répondre
  8. D - 4 octobre 2011 18 h 29 min

    En total accord avec vous.
    Il doit quitter sa fonction ou bien être exclu. Il serait temps de donner une vraie formation aux jeunes de l’UMP et de revoir leur programme…

    Répondre
  9. seb - 4 octobre 2011 20 h 11 min

    Quittez l’UMP M. VANNESTE. Sa seule ambition : tuer la France. Et malheureusement, celui que vous soutenez en est le premier fossoyeur.

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/10/04/mais-ou-est-donc-passee-la-france_1581973_3232.html

    Répondre
  10. Pessimiste - 5 octobre 2011 15 h 29 min

    2012 promet d’être aussi cinglant à droite qu’à gauche!

    A gauche après la honte DSK (pour les femmes et les petites professions de classes laborieuses méprisées par cette gauche caviar arrogante), à droite on a les valises africaines (la gauche a du « palper » aussi, même Lepen :D), on l’affaire Karachi ET maintenant les divisions entre droite humaniste et droite populiste.

    Quel spectacle…je continuerai à voter blanc. De toutes façons, où est notre souveraineté face à l’ultra-libéralisme sauvage sans foi ni loi (sauf celle de la jungle)??

    Répondre
  11. Thibault Loosveld - 5 octobre 2011 17 h 08 min

    @ seb:

    La LGV Marrakech-Casblanca est une excellente nouvelle pour l’usine d’Aulnoye-Aymeries produisant les roues de TGV qui envisageait délocaliser en Roumanie. Quant au journal que vous citez, il s’agit évidemment d’un quotidien nord-coréen délocalisé en France !

    Répondre
  12. Saint-Cast - 7 octobre 2011 15 h 58 min

    Une belle lettre de censure que vous rédigez là Monsieur Vanneste. On se croirait au Kominform, où il faut s’assurer qu’aucune tête ne dépasse, et que tous les membres suivent à la lettre la ligne du Parti.
    Qu’est ce qu’une revue de propagande homosexuelle? Vous qui vous vous piquez de philosophie, faites attention aux distinctions conceptuelles : « visibilité » n’équivaut pas à « exhibition » ni « propagande ». Vous êtes de ceux qui se défendent d’être homophobes en disant simplement que les homos, on veut bien qu’ils existent, mais on ne veut pas les voir. Allez donc chez votre marchand de journaux, compter le nombre de magazines érotiques hétérosexuels, et vous serez bien obligé de reconnaître que les homosexuels sur ce point ne sont pas surreprésentés, comme vous le suggérez par l’usage du terme de « propagande ». Dans une démocratie, que la visibilité d’une minorité soit permise et acceptée ne me parait rien d’autre qu’un progrès pour la liberté individuelle.
    J’ai cru comprendre également que Benjamin Lancar, sans qu’il puisse prétendre à parler pour la majorité, a exprimé un sentiment depuis longtemps largement partagé au sein de cette formation hétéroclite (et pour ainsi dire de bric et de broc) qu’est l’UMP. Je n’irai pas m’amuser à vous rappeler des propos (vous appellerez ça peut-être des dérapages) qui vous ont déjà valu de nombreux reproches, malgré les réserves qu’ont les membres de l’UMP à exprimer leurs gênes vis-à-vis de leurs semblables, sans doute pour maintenir un fantôme de cohésion dans le parti majoritaire. Vous vous targuez d’un discours rationnel, objectif et philosophiquement argumenté sur l’homosexualité. J’ai pu vous voir dans une émission brandir l’argument de l’impératif kantien pour soutenir votre propos; et avec quelle maladresse, avec quelle confusion, et quelle ineptie. Je ne ferais que vous rappeler que le discours qui tend à vouloir faire de la minorité (dans sa visibilité, son expression, ses revendications) une menace pour la majorité est une obsession et une angoisse totalitaires, pour ne pas dire fascistes. C’est d’ailleurs, au-delà de la ligne politique que l’on a pu voir être appliquée dans le régime nazi ou fasciste italien, un des arguments forts du discours du Front National, pour qui les homosexuels forment une minorité qui exerce une pression politique en « prétendant imposer leurs comportements déviants en modèle social normatif » (Programme du FN au sujet de l’abrogation du PACS). Le jugement axiomatique formulé ici n’a rien à faire dans un discours politique, et encore moins lorsqu’il s’agit de défendre la morale publique (laquelle, d’ailleurs?) dans la même espèce de délire que l’on a pu voir sous le Second Empire dans la condamnation des Fleurs du Mal ou de Madame Bovary (deux monuments de la littérature française que l’on a qualifié de pornographie morale). Or, il me semble que vous partagez largement cette conception du Front National.
    Enfin, j’aimerais revenir sur le « lobby gay ». Il existe, sans aucun doute, mais vous en surestimez le pouvoir. Justement, vous participer complètement à sa surreprésentation et à sa surmédiatisation (comme tous les politiques ayant un discours homophobes) en y voyant un instrument de pression et de censure puissant qui conduit notre société sur une pente raide. Mais n’est ce pas une nécessité, justement dans une démocratie, qu’il puisse y avoir une telle expression, si l’on considère la démocratie comme la tentative d’un équilibre satisfaisant la majorité et obtenue par la confrontation de forces antagonistes (dans un mouvement dialectique en quelque sorte). Vous devriez savoir que la capacité d’action de ce genre de lobby est en fait assez faible, et que ce qu’ils réussissent à appliquer est très rarement contradictoire avec la démocratie ou nuisible à la vie privée et à la liberté de qui que ce soit. Justement, ces « lobbies » permettent de rééquilibrer la balance quand des groupes homophobes exercent une force dans le sens contraire. Ce que les homosexuels réussissent à obtenir aujourd’hui est uniquement de l’ordre de la liberté individuelle et de la sphère strictement privée, qui ne devrait pas être violée par l’intrusion d’une majorité pesante, intolérante, incapable de comprendre et d’accepter la différence, et qui perçoit comme une menace toute expression contraire à la norme qu’elle tente d’imposer comme valeur universelle et vraie.

    Répondre
  13. Roman Bernard - 1 novembre 2011 2 h 00 min

    @ Christian Vanneste

    Monsieur le Député, que vous a répondu Jean-François Copé ?

    Répondre

Exprimez vous!