L’aile droite de l’UMP multiplie les discours musclés (l’Express)

Le Collectif de la Droite populaire, lancé symboliquement le 14 juillet dernier, regroupe désormais 44 des 314 membres que compte le groupe UMP de l’Assemblée nationale.

Dans leur charte, ces élus, qui se réclament « du bon sens populaire« , proposent « de revenir aux fondamentaux, aux propositions de campagne de Nicolas Sarkozy en 2007« . (…)

« Ils sont très actifs et sèment la zizanie » au sein du groupe majoritaire, ajoute cet élu qui requiert l’anonymat.

Les députés de la Droite populaire, dont beaucoup sont rompus aux joutes parlementaires, ont effectivement décidé de passer à l’offensive pour montrer un image « décomplexée« , comme le dit l’un d’eux, sur toute une série de sujets.

Christian Vanneste (Nord), Philippe Meunier (Rhône), Lionnel Luca (Alpes-Maritimes) et Thierry Mariani (Vaucluse), qui est entré au gouvernement en novembre dernier, sont à l’origine de ce collectif qui fait de plus en plus parler de lui. (…)

A peine né, la Droite populaire a apporté son soutien au chef de l’Etat après son discours sur la sécurité prononcé à Grenoble, qui a suscité de nombreuses critiques d’associations de défense des droits de l’homme et de l’opposition de gauche.

Ses députés ont été en pointe à l’automne dernier, lors de l’examen de la loi sur la sécurité intérieure, même si plusieurs mesures qu’ils avaient proposées ou soutenues, notamment en matière de justice pénale des mineurs, ont été censurées jeudi par le Conseil constitutionnel.

Ses orateurs ont été particulièrement actifs cette semaine lors de l’examen du projet de loi sur l’immigration. Ils se sont félicités de l’adoption de leur proposition visant à durcir les conditions d’accès des jeunes à la nationalité française.

Ils ont en revanche protesté énergiquement contre la décision du groupe majoritaire, en accord avec le gouvernement, de renoncer à l’extension de la déchéance de nationalité pour les citoyens naturalisés depuis moins de dix ans ayant causé le mort d’une personne dépositaire de l’autorité publique.

Nicolas Sarkozy était à l’origine de cette proposition, mais le gouvernement a dû reculer sous la pression des centristes.

Le collectif fait aussi feu de tout bois avant les élections cantonales des 20 et 27 mars. (…)

Agence Reuters, cité par l’Express

Mot clés:

3 commentaires

  1. Thibaut Loosveld - 14 mars 2011 17 h 24 min

    S’il avait été un contemporain de la rédactrice en chef de l’Express, le grand Jean de la Fontaine lui aurait dédié « le Corbeau et le Renard » !
    http://www.ina.fr/politique/politique-internationale/video/CAB8200403501/mitterrand-a-la-knesset.fr.html

    Répondre
  2. Thibaut Loosveld - 19 mars 2011 0 h 38 min

    Nicolas Sarkozy a nommé un Ministre de l’Intérieur qui peut s’exprimer librement: Caude Guéant n’étant pas élu, il ne sera jamais démissionné de ses fonctions par peine privative de droits civiques prononcée par la « justice » http://www.fdesouche.com/190645-plainte-pour-provocation-a-la-haine-contre-claude-gueant.
    Et l’amalgame fait entre racisme et discrimination raciale par sos racisme prouve que les socialistes utilisent le souvenir et la mémoire des victimes de la Shoah à des fins électorales.

    Répondre

Exprimez vous!