La France… en grève… en pleine crise… (sic)

Souvenez-vous, c’était au début de l’année, à Bruxelles, au seuil de la présidence européenne tchèque, un plasticien de Prague, David Cerny présente son oeuvre baptisée « Entropa » désignée par le catalogue officiel comme « L’Europe vue par les artistes des 27 Etats membres de l’UE ». Ce qui n’était qu’un leurre s’est tout de même révélé être assez symptomatique de la vision qu’ont nos voisins européens de notre pays : celui-ci étant présenté « en grève ! » (voir image).

Déplorable image de la France d’autant plus que nous nous trouvons confrontés à la situation suivante : une crise internationale et un début de réponse donnée par Nicolas SARKOZY lors de la présidence française de l’Union européenne.

Parce que c’est une période très difficile pour les Français, il est normal que les inquiétudes et la colère s’expriment. Le Président de la République et la majorité sont évidemment à l’écoute mais ces difficultés ne doivent pas conduire à l’immobilisme, bien au contraire. Nous devons continuer à moderniser notre pays et garder le cap des réformes. La droite -contrairement à un parti socialiste, qui n’a plus ni doctrine, ni idées, ni programme, et qui tente de se refaire une santé en accrochant son wagon à la locomotive syndicale- est dans l’action. Nous l’avons montré avec la prime exceptionnelle ou la prime en anticipation du RSA (revenu de solidarité active). Le dialogue social n’a jamais été aussi intense que ces derniers mois avec notamment des chantiers essentiels tels que la formation professionnelle, l’indemnisation du chômage partiel, la gestion de l’emploi et des compétences ou encore l’assurance chômage.

Bref on peut certes améliorer encore notre plan de relance mais la grève était bien la dernière action à lancer : celle-ci ralentit l’effort nécessaire de la Nation, ne rassure guère les touristes et encore moins les investisseurs. Transports paralysés, salariés coincés, journées de RTT posées, production qui prend du retard, livraisons non acheminées… La facture d’une journée de grève comme celle d’aujourd’hui peut potentiellement coûter cher aux entreprises. Ainsi, on peut estimer le coût pour une journée de grève entre 300 et 400 millions d’euros…

Il faut espérer que cette action à laquelle participent également des syndicats sérieux ne soit que symbolique. En effet, actuellement en Allemagne pour une série de conférences, je suis étonné par l’effort considérable consenti par les allemands. Grâce, notamment aux réformes lancées par le Gouvernement du chancelier Gerhard Schröder (SPD), et plus particulièrement grâce aux réformes Hartz du nom donné à la réforme majeure du marché du travail qui a eu lieu en Allemagne, entre 2003 et 2005, le pays a retrouvé un équilibre budgétaire et une balance commerciale positive. A quand en France ?

Mot clés:

2 commentaires

  1. seb - 29 janvier 2009 19 h 21 min

    A quand la France ?

    1. Quand le Président de la République arrêtera de vouloir cumuler son poste avec celui de l’UMP.

    Je l’ai déjà dit, mais c’est important : la France a besoin d’un élément fédérateur. Sous la V République, on a fait le choix que ce serait le Président la République.

    Effet normal : celui ci a pris, au fond, la place du roi de l’Ancien Régime…Et sa mission FONDAMENTALE : RASSEMBLER LE PAYS.

    Comme je l’ai également déjà dit, dans les périodes difficiles il est ABSOLUMENT NECESSAIRE que le Président INCARNE l’unité.

    Par chance, tous les Présidents, jusqu’à maintenant, on réussi à le faire. Même Monsieur Chirac, après avoir été élu par défaut. Quand il a parlé, au nom de la France, à l’ONU…La France s’est incarnée en lui.

    Et…Les Français l’ont vu. Résultat ? 86%¨des Français sont d’accord avec le Président : l’Irak c’est « non ».

    Monsieur Sarkozy n’arrive pas à être un Président de la République. Et cela, c’est à cause des parlementaires UMP qui ne font rien pour arranger les choses, en le contraignant à accepter un « Président de l’UMP »…Seule solution pour qu’il s’intègre parfaitement )à sa mission PRESIDENTIELLE.

    Il suffit, je le redis, de prendre un livre d’Histoire pour voir que :
    –le roi ou le président est partisan : le pays s’enfonce.
    –le roi ou le président incarne l’unité : le pays remonte.

    Sine qua non ! Les Français ont besoin de sentir que le Président agit pour la France…Et non pour l’UMP, les lobbies, les riches, les banquiers, etc.

    Et c’est la même chose pour le Parlement. Les Français attendent de l’unité ! Attention : j’ai parlé d’unité…Non de soumission. Les députés PS doivent être écoutés (oui, il y en a certains qui veulent aider le pays, une majorité même, je dirai) et entendus. Qu’il y ait un compromis qui soit fait au Parlement, sur tous les textes actuellement abordés.

    Oui, le PS fait du cinéma sur le droit d’amendement…Mais n’a t il pas raison quand il dénonce le rythme effréné au Parlement, qui fait que les élus votent des lois…Qui sont impossibles à mettre en oeuvre ? Ex simple : le « service minimum » à l’école. Ne pourrait on pas encadrer (un peu) la déclaration d’urgence gouvernementale ?

    2. Quand les élus auront conscience que la France va mal

    A l’heure actuelle, dans tous les pays européens, les Ministres, Premier Ministre, Président, parlementaires, ont : soit gelé leur salaire, soit diminué ce dernier.

    Pourquoi ? A cause du symbole. Si l’Etat participe à l’effort commun…Les sacrifices sont mieux accepter.

    En France ? Le Président s’est augmenté, en pleine crise, le budget de l’Elysée (9 milliards !), Monsieur Fillon rajoute des « commissaires », « grands représentants », et Ministres « transitoires » dans son Gouvernement…Et le pompon, le Parlement a voté la réintégration sans souci des anciens parlementaires devenus Ministres sans passer par l’élection. (parachute doré pour Ministres donc)

    Bien entendu, les salaires n’ont ni été gelés, ni diminués…Et on apprend, dernièrement, que les partis recevront des apports plus importants que l’année précédente (en temps de crise…)

    Et vous vous étonnez, après çà, que les gens fassent grève ? Manifestent ? Mais rien de plus normal. Le peuple se sacrifie…La Cour continue de s’amuser.

    Je sais. Les élus n’ont pas conscience qu’ils doivent « montrer l’ex ». C’est pourtant fondamental.

    Regardez simplement la guerre de Cent Ans. Pourquoi les Français regardaient ils avec méfiance le « roi de Bourges » qu’était Charles VII ?

    Parce que Charles VII…Ne montait pas à l’assaut. Or, à l’époque, un prétendant au trône, devait être devant ses soldats…Pas enfermé, avec les femmes, au château !

    Et que fit Jeanne d’Arc ? Elle le sortit de son château. Elle le traîna à Reims. Et elle le relégitima, en non seulement obtenant qu’il soit sacré, mais aussi en le « présentant » à son peuple…A l’issu de la cérémonie.

    Et quand Jeanne ne fut plus…Charles VII comprit (enfin !) qu’il devait être avec ses soldats. Parce que c’est justement parce que Jeanne, toute frèle, et tout envoyée du Seigneur qu’elle était, elle…Y avait trouvé le respect et des soldats (dès lors beaucoup plus motivés) et des Français.

    Et que faisaient chaque roi de France, quand il y avait une guerre ? Il faisait fondre son or…Pour payer la guerre. Cela n’a peut être l’air de rien…Mais la portée symbolique d’un tel geste était immense !

    Même chose en 1789. Comment les députés de l’Assemblée Nationale réussirent ils à obtenir le soutien des Français…Alors qu’on était en pleine crise économique, financière, politique…Et que cerise sur le gâteau, on faisait la guerre ?

    En…Montrant l’ex. Nombreux furent les députés à envoyer leurs enfants au front; nombreux furent les députés à renoncer à leurs émoluments; et nombreux furent aussi les députés…A voter l’abolition des privilèges, y compris les leurs…

    3. En ayant des députés et des sénateurs sérieux

    Vous parlez d’équilibre budgétaire…Mais QUI depuis trente ans vote des budgets en déséquilibre…Pour ne pas dire en déficit ?

    Mais qui est chargé de contrôler la NECESSITE de la dépense publique…Sinon le Parlement ?

    Qui bénéficie d’un texte sans nul autre pareil – à savoir la Déclaration de 1789 – qui donne aux parlementaires d’immenses pouvoirs pour faire de bonnes lois…Et éviter la banqueroute à la France ?

    Qui proteste quand le Gouvernement endette le pays non pour des mesures d’avenir…Mais pour financer des dépenses courantes ?

    Qui accepte les petits arrangements entre amis, qui font qu’aujourd’hui les seules retraites qui soient « provisionnées » sont celles des parlementaires ?

    Vous parlez de balance commerciale positive…Très bien. Qu’ont fait, pendant trente ans, les parlementaires, et les Gouvernements…En politique industrielle ?

    Qui signe des traités européens – manifestement sans les lire – qui font que notre pays voit son cadre social s’étioler et les exigences du capital s’envoler ?

    Qui remet en cause le mode de fonctionnement de la BCE, qui ne profite, pour l’heure, qu’à l’Allemagne ? Cf les rapports de plusieurs experts sur la question.

    Qui ne tient aucun compte des rapports alarmants de la Cour des Comptes ? Et ne contrôle pas le Gouvernement pour le contraindre à respecter certaines mesures ?

    QUI ?

    Les Français sont des fourmis. Leur épargne en témoigne.

    Leurs élus bien moins…Il faut croire. Sinon comment expliquer que les élus jouent les cigales avec l’argent public…Quand les citoyens, eux, épargnent ?

    Répondre
  2. Louis Cypher - 30 janvier 2009 9 h 15 min

    Pour l’image déplorable, je confirme : je reviens 1 mois en france, je vis 2 mouvements de grève : c’est exceptionnel !

    Pour répodnre au député sur le systeme allemand : regardez les taux de participation aux élections fédérales… plus de 85 % : le peule allemand se dote d’élus compétents qui ont légitimité.

    Donc : on peut supposer qu’en France, les grèves se réduiront le jour où les citoyens auront confiance en leur élus.
    Vu les slogans d’hier, entendu le sentiment général dans la rue, c’est pas gagné…
    Allez, je m’en repars au soleil : bon courage pour la suite.

    Répondre

Exprimez vous!