Zemmour héros et martyr ?

On peut aimer ou non ce que dit Eric Zemmour. On peut le trouver courageux, voire génial, lorsqu’il s’évade allègrement du “politiquement correct” et exprime enfin ce que de nombreux Français souhaitent entendre. On peut admirer ses connaissances historiques et littéraires. Mais on peut aussi le trouver plus léger sur certains sujets, approximatif sur les chiffres. On peut enfin détester sa pensée. En revanche, le fait que tout soit mis en oeuvre pour le faire taire est un signal inquiétant pour notre pays, le signe d’une dérive qui éloigne la France de la démocratie, et plus encore de l’esprit français qui a précédé la démocratie. Depuis bien longtemps, la liberté d’expression, le cheval de bataille de Voltaire, est assassinée  en France. Au XVIIIe siècle c’était le combat de la liberté contre un certain ordre. Cette fois, on tue la liberté pour préserver le désordre, pour assurer le triomphe de notre décadence. Et les victimes de cette “terreur” intellectuelle et morale sont paradoxalement les conservateurs, ceux qui, comme la majorité des Français, souhaitent que la France demeure la France, sauvegarde sa culture et la transmette, assimile les étrangers qui viennent en France parce qu’ils l’aiment et désirent devenir français.  Eric Zemmour est devenu le héros et le martyr de ce processus qui fait honte à notre pays.

L’extension regrettable des limites apportées à l’expression par les additions à la loi sur la liberté de la presse, ou par d’autres textes, dits “mémoriels”, comme la loi Taubira sur l’esclavage, a permis d’enfermer le débat politique dans le risque pénal. La possibilité pour des associations militantes de jouer les commissaires politiques, de poursuivre les dissidents devant les tribunaux et d’obtenir leur condamnation grâce à la complaisance, voire à la connivence, de magistrats marqués idéologiquement ou soucieux d’obéir par carriérisme, a totalement déséquilibré l’échange des opinions. Les pires stupidités sur l’islam, religion d’amour et de paix, sur le racisme systémique français ou sur les “genres” comme vérités des sexes, ont permis à l’ignorance d’interdire la réflexion en accusant celle-ci de “phobie”, islamophobie, homophobie etc, c’est-à-dire de maladie mentale. L’URSS ne faisait pas autre chose à l’encontre de ses dissidents. Dieu merci, pour une fois, la CEDH veille puisque sa jurisprudence  a établi que le débat démocratique pouvait justifier de dire des choses désagréables dès lors qu’il ne s’agit ni d’injures ni de diffamations. Néanmoins, les procès font mauvais effet, la pression s’accentue sur les médias, les annonceurs qui les nourrissent sont menacés, et se montrent lâches. Les possibilités pour un dissident de s’exprimer peuvent aussi être réduites par la loi du marché. Le déséquilibre de l’information est tel que le large public du “marais” ne perçoit pas que le conformisme qui l’amène à bêler avec les moutons,  provient de la censure qui a été exercée en amont sur d’autres opinions, étayées, auxquelles il adhérerait s’il en avait connaissance.

Eric Zemmour a résisté aux vagues inquisitoriales. Il a survécu à des salves judiciaires, et il a même joué du boomerang. Assénant certaines vérités à la limite de la provocation, il a gagné la bataille de la couverture médiatique : ses formules volontairement généralisatrices étaient des constats de faits réels dont le grossissement se voulait pédagogique. Elles ont fait mouche, et lorsque C’News lui a offert le remarquable plateau de “Face à l’info”, animé par l’excellente Christine Kelly, il a fait un tabac.  C’était une leçon pour Ruquier et France 2 de “on n’est pas couché” ou pour Yves Calvi sur RTL. Les invités lénifiants du second, comme Domenach ou Duhamel, n’ont évidemment pas le style brillant et iconoclaste de l’auteur du “Suicide Français”. Quant à Laurent Ruquier, le ton rigolard sous lequel il dissimule mal un esprit militant pour tout ce qui divise et affaiblit notre pays, mérite une mise au point sévère : c’est sur un média public financé par nos impôts qu’il distille ses idées et ses préférences. Un “animatueur” ne joue pas dans la même cour qu’un grand journaliste doublé d’un écrivain. De quel droit déclare-t-il avoir “donné” la parole à Eric Zemmour et le regretter aujourd’hui, alors qu’il lui a retiré selon son bon plaisir ? Être un véhicule de la pensée dominante, celle de l’oligarchie décadente majoritaire dans les médias, ne confère aucune légitimité dans une véritable démocratie. L’émission de France 2, du “service public” donc, “On est en direct” qui a été diffusée dans la nuit du 11 au 12 Septembre, a été un aveu : Léa Salamé et Laurent Ruquier se sont érigés en juges, cherchant systématiquement à piéger Zemmour dans ses propos systématiquement déformés, coupant ses réponses, et tentant même de parler davantage que leur invité. Il y avait bien de la haine, mais elle était du côté des invitants, beaucoup plus accueillants pour d’autres invités. Récemment Zemmour avait gagné un procès en appel. Il a tenu bon face aux deux harpies. Mais c’est alors que le CSA, une autorité administrative fort peu indépendante, est venue porter l’estocade : Zemmour qui n’est pour l’instant ni élu ni candidat fait de la politique et il faut décompter son temps de parole. Le coup a atteint sa cible : C’News doit renoncer à Zemmour ! Comme si les Salamé, les Ruquier, les Duhamel, les Domenach, les Calvi, les Apathie, les Fogiel, les Barbier  etc… ne faisaient pas de la politique, une politique qui explique ce qu’ils disent et pourquoi ils sont là.

On peut être d’accord ou non avec Zemmour, on peut souhaiter ou non qu’il soit candidat à la Présidence de la République : on n’a pas le droit de le faire taire !

Articles liés

5 commentaires

  1. Salamé-Ruquier, les 2 chiens de garde du socialo-progressisme de l’audiovisuel public! France Inter-France 2 même combat porté par les 2 pitbull de l’intelligentsia humanitaro-gauchiste! Il est toujours plus facile d’être un grand moraliste quand on s’appelle Ruquier à émarger à 40 000€ / mois grâce en grande partie à l’argent du contribuable et qu’on vit à Neuilly sur Seine bien loin des racailles qu’il défend !! Le numéro de duettistes, hargneux à l’endroit de Zemmour, que ces 2 bobos nous ont offert samedi soir est minable. Puisse Zemmour être élu président de la République et il y a fort à parier que cette socialocratie médiatique aura alors le sourire narquois moins prononcé.

  2. Comment le CSA peut-il décompter le temps de parole d’un journaliste qui n’est pas candidat et alors qu’on n’est pas en campagne électorale? Décompte-t-il le temps de parole d’un Apathie? Tout est permis à ceux qui défendent le politiquement correct, rien à ceux qui pensent en dehors des clous. Voltaire, reviens!

    1. Voltaire, reviens ! Pas sûr que l’idée soit bonne :
      “Il faut décrier les auteurs (qui ne pensent pas comme nous) ; il faut adroitement empoisonner leur conduite ; il faut les traduire devant le public comme des gens vicieux… ; il faut présenter leurs actions sous un jour odieux… ; Si les faits nous manquent, il faut en supposer en feignant de taire une partie de leurs fautes. Tout est permis contre eux… Déférons-les au gouvernement comme ennemis de la religion et de l’autorité ; excitons les magistrats à les punir.”
      “Frappez et cachez vos mains… Les mystères de Mithra ne doivent pas être divulgués…” A la moindre critique, à la moindre riposte, même les plus modérées, même les plus courtoises, on crie à la calomnie, à l’injure, à la satire “atroce”, à la personnalité infâme, mais l’on traite les adversaires de fripons, de sodomites, d’ingrats, de serpents, de vipères, de cœurs de boue, de coquins, d’échappés de prison, d’hypocrites, de fous, de mouches de police.

  3. Etant donné l’action du CSA, je suppose qu’il décompte déjà le temps de parole du président en exercice, puisqu’il est candidat à un second mandat.

  4. Monsieur Vanneste, vous avez vu juste, c’est bien le système médiatique à mettre en cause, plus que l’hubris législatif à redresser l’histoire. Quant au CSA, il n’est que l’avatar du ministère gaulliste de l’information officielle.

    L’espace public de communication à outrance est envahi par les chaînes d’information continue qui vivent de l’alarme et du scandale. S’il est faible et peu rémunérateur en audience, elle l’accroissent jusqu’à ce qu’il rapporte. Zemmour est pain béni pour elles.

    Même si la presse de réflexion existe encore, c’est la vulgarité qui a pris le pouvoir.
    Comment s’en défaire ?
    La solution n’est pas autorisée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services