Mme Agnès Thill ou le conservatisme par bon sens !

Hier soir, Mme Agnès Thill était invitée par “Marchons Enfants” à Marcq-en-Baroeul. Soirée très instructive. Cette députée désormais non-inscrite a été exclue du parti LREM et du groupe à l’Assemblée en raison de son opposition à la PMA pour les femmes seules et les lesbiennes. C’est un premier sujet de réflexion : lorsque je me suis engagé en politique, au RPR, il était convenu que sur les questions qui engagent les valeurs morales ou spirituelles propres à chacun, il fallait admettre une grande liberté. A l’Assemblée, il était logiquement plus grave de voter différemment de son groupe sur le budget que d’avoir une opinion différente, sur le PACS, la peine capitale ou l’avortement. Dans le premier cas cela consistait à passer de la majorité à l’opposition, ou l’inverse, et donc de trahir. Dans le second, chacun estimait que la liberté de conscience devait prévaloir. Le fait qu’aujourd’hui, et j’en ai fait moi-même l’expérience, règne un totalitarisme de la pensée unique sur les sujets dits “sociétaux” est une régression liberticide dont on ne mesure pas les conséquences lorsqu’on prétend encore parler de démocratie.

Mme Thill a vécu cette douloureuse expérience avec courage. Elle avait soutenu la réforme du droit du travail, mais sa résistance à l’idée de “fabriquer” des enfants sans père, qui est un cri du coeur, a été écrasée sans pitié. Cette directrice d’école, issue d’un milieu ouvrier, a été socialiste, favorable dans un premier temps aux prétendus “progrès sociétaux”. Brusquement les écailles lui sont tombées des yeux devant la loi bioéthique et son “innovation” sur la PMA. Elle en est à souhaiter la victoire de la droite, en espérant qu’il n’y en ait qu’une à la prochaine présidentielle, sans doute dans son esprit, une droite conservatrice qui arrêterait le processus délétère dont elle a enfin pris conscience. Il faut l’entendre dire à un public “catho” et de droite : “ne lâchez rien !”

Ainsi, Mme Thill est devenue conservatrice par bon sens. Mais son parcours amène deux autres réflexions. D’abord, il montre à quel point la fraîcheur d’esprit qui la caractérise peut être manipulée sans vergogne par les “progressistes”. Elle semble désolée qu’on lui épingle l’étiquette “d’homophobe”. Elle insiste sur les arguments habituels : les situations existent, il faut donc les reconnaître ; Elles sont reconnues à l’étranger, et la France n’est pas une île. Mais, désormais, la résistance intellectuelle est chez elle, si on peut dire, “en marche” ! “Les mots servent à nous contraindre à prendre les choses comme elles ne sont pas”, dit-elle. L’idée absurde de la “théorie du genre” qui veut faire du sexe une création sociale est dénoncée par son créateur même. Il y a bien derrière LREM une idéologie “progressiste” qui est à la fois totalitaire et destructrice du corps social. L’ancienne militante socialiste se rend compte que le progressisme, c’est l’individualisme roi et mondialisé, que l’on va fabriquer des enfants sans père, venus de nulle part, sans passé, sans généalogie, des atomes dans l’espace, des instants toujours au présent, des personnes sans identité charnelle.

En second lieu, cette conversion tardive devant cet auditoire de vétérans de la lutte contre le mariage unisexe, révèle la faiblesse de la stratégie conservatrice dans notre pays. C’est le combat des Horaces et des Curiaces : ces derniers vont arriver l’un après l’autre, séparés, pour se faire tuer. C’est ainsi que les choses se sont passées, depuis le PACS jusqu’à la PMA, en attendant la GPA. Le conservatisme est un bloc qui doit garder sa cohérence. L’idée que la famille fondée sur le mariage entre un homme et une femme afin de mettre des enfants au monde et de les élever n’est pas une préférence mais une nécessité pour préserver la continuité et la solidité du corps social, c’est-à-dire de la nation, famille et nation étant les deux sources de la solidarité entre les individus. L’absence de reconnaissance juridique du lien entre deux personnes de même sexe est fondée sur l’intérêt social et le long terme. C’était évidemment sur cette ligne qu’il fallait se battre, et on est aujourd’hui acculé à vouloir que les enfants aient un père. Les partisans de la GPA diront alors qu’on pourrait même en avoir deux ! L’idée que le respect de l’anthropologie, de l’écologie humaine, de l’exemple des modèles paternel et maternel est indispensable pour l’équilibre d’un enfant, leur est évidemment étrangère.

Le progressisme est fondé sur l’extension permanente des “libertés” individuelles, dont Mme Thill s’est aperçue qu’elles confinaient au caprice et qu’elles entraînaient des conséquences odieuses, comme l’achat d’enfants, ce retour à une pratique quasi esclavagiste. La liberté ne peut être totale dans aucune société. Elle conduit à sa destruction, ne serait-ce que parce que le groupe qui sera moins libre y prendra une place dominante. N’est-ce pas le cas en France où les musulmans ayant une conception plus conservatrice de la famille et de la filiation procréent davantage et jouent un rôle majeur dans la démographie, donc dans la France de demain. La liberté conservatrice n’est pas le caprice d’un individu mais le choix responsable d’une personne qui jouit d’autant mieux de ses libertés qu’il vit dans une société solide et qui le protège. Agnès Thill nous faisait la confidence d’un échange avec son père qui estimait avoir connu une époque où l’on était plus libre. Et il avait, hélas, raison.

Articles liés

6 commentaires

  1. Nous avons connu le temps où ce sont les humains qui inventaient les machines, un jour ce sera le contraire..
    Je crains fort que Dieu seul soit en mesure d’empêcher cela !

    1. Oui, mais … “Dieu n’a d’autres mains que les nôtres” !

      Ce qui est le plus triste est qu’à force de compromis puis de compromission avec le progressisme, la majorité des conservateurs se sont reniés pour ne pas paraître “ringards”! A quand des hommes politiques de droite qui auront le courage de leurs convictions, et se soutiendront entre eux plutôt que de chercher à faire carrière!
      Bravo à Mme Thill !

  2. Ce n’est pas Dieu (s’il existe) qui est entre nos mains, c’est le contraire ! Aide-toi et le Ciel t’aidera…Aidons Mme Thill et tous les défenseurs de l’Humanité.

  3. Et après la GPA , la reproductibilité technique de l’être humain ex utero? Plus besoin de père, de mère, de gamètes bientôt…la science veille sur nous! Le Meilleur des Mondes dit-on…

  4. Mieux vaut tard que jamais, pour les prises de conscience. Mme Thill étant LREM n’a pas ma sympathie , mais cette prise de position – qui est aussi de ne pas se soumettre servilement aux décisions de son parti – a mon respect.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services