Le modèle français en débat

Demain, mercredi 28 octobre, France 24 qui a commencé une série d’émissions sur le « modèle français » en débats, abordera le sujet du devoir de mémoire et de la repentance.

La France a mis très longtemps à faire son Devoir de mémoire sur la Shoah et à reconnaître la responsabilité de l’Etat Français sous Vichy dans la déportation de millions de Juifs. Certains lui reprochent aujourd’hui d’en faire trop. Des humoristes comme Dieudonné parlent de « pornographie mémorielle » à propos de la Shoah au détriment de la mémoire de l’esclavage. Faut-il en faire moins sur la Shoah pour parler plus de la colonisation et de l’esclavage ? Existe-t-il un « deux poids, deux mesures » en France ?

Retrouvez Christian Vanneste, député UMP du Nord, demain soir à partir de 19h en direct sur France 24.

Articles liés

Un commentaire

  1. “La France a mis très longtemps à faire son Devoir de mémoire sur la Shoah et à reconnaître la responsabilité de l’Etat Français sous Vichy dans la déportation de millions de Juifs.”

    Pourquoi la France aurait elle dû reconnaitre la responsabilité d’un régime illégitime, inconstitutionnel, et illégal ? Sauf à faire un “coup d’Etat” les Français n’avaient comme possibilité que : soit de fuir le pays (mais cela aurait été le déserté, c’est à dire l’abandonner) soit de faire une guerre civile dans le pays…Ce qui évidemment n’aurait pas aidé la France, puisque l’Allemagne nazie en aurait profité pour détruire encore le pays.

    Si la France reconnait des actes qui n’ont pas à lui être imputés, car ceux qui ont exercé lesdits actes n’étaient pas mandatés par les Français pour le faire – pas plus que Robespierre n’avait le droit d’envoyer ses ennemis politiques en direction de la Sainte Guillotine sur ce simple prétexte – pourquoi aussi ne pas exiger une telle reconnaissance pour le génocide vendée ? Les actes meurtriers à l’encontre des villes “rebelles” à la Révolution ? (Lyon, Marseille, etc.)

    Ce qui me gène beaucoup, dans cet énoncé, aussi, c’est le caractère idéologique qui se trouve derrière. Le régime de Vichy – et non la France – a fait de la “Collaboration”.

    Selon les sources de la CIA – qui ont été révélées via des “cahiers” depuis édités pour le grand public – le Maréchal Pétain ignorait l’existence des camps d’extermination. Il pensait uniquement qu’il s’agissait de “camps de travail”…Et l’on sait de sources sures, que ceux qui étaient “déportés” l’étaient, au début de la guerre, pour diverses raisons…Et non pas uniquement parce qu’ils étaient “juifs”. Ainsi les “gauchistes” et les “communistes” de France furent ils décimés (et là personne n’en parle) entre 1940 et 1941…Parce que le Fuhrer n’était pas bien certain de son alliance avec un certain Staline.

    Le seul à savoir, vraiment, la vérité, était Laval. Et..Laval était un fasciste. Pourquoi accuser la France pour des fautes commises par des hommes ? Doit on de la même façon réduire à néant la Révolution et ses apports, sous prétexte que les membres du “comité”, de la “Convention” puis du “Directoire” étaient pour la plupart des “enragés” ?

    Cette manière de réduire les victimes du nazisme par idéologie – ce n’est pas les “juifs” qui sont visés par Hitler dans “Mein Kampf” ce sont les “peuples inférieurs” c’est à dire les “non ariens”. La victimisation est une mode…Et il est certain que les “juifs” ont été poursuivis pendant cette période noire…Est ce une raison, pour autant, pour oublier les autres victimes…Dont évidemment on ne parle jamais ?

    Les fusillés : aussi bien ceux qui faisaient de la Résistance, que le pauvre type qui avait gardé son fusil de chasse (prohibé par les nazis), ou encore celui qui a tout simplement été “choisi” pour figurer au peloton d’exécution, si à une date t, les “résistants” n’étaient pas dénoncés par la population.

    Les militants politiques : communistes, gaullistes, socialistes, ect…Mis sous bonne garde, et éventuellement fusillés, pour leur seule liberté d’expression.

    Les “patriotes” : à Lyon, un journal circulait sous le manteau. Il s’agissait de “la France continue”. Combien de ces “journalistes” sont morts après déportation, sans qu’on leur donne ne serait ce qu’une part de ce qu’on accorde aux victimes juives ? Chez moi, on honore les morts de la même façon. Pourquoi tant d’idéologie ?

    Les homosexuels : simplement parce qu’ils avaient des moeurs non “purs” selon Hitler et consorts…

    “Les enfants et conjoints de” : on n’en parle jamais aussi. Mais toutes ces familles décimées parce que figurait dans leur famille un Résistant…Et après la guerre, un Collabo…

    “les prostitués” : là encore, silence complet. Jamais les alliés n’ont rendu hommage à ces femmes qui couchaient avec l’ennemi…Pour lui soutirer des informations, envoyées ensuite à Londres.

    La France doit rendre hommage à ses morts. Ils sont morts pour elle…Soit dans leur combat pour la liberté d’expression, soit dans leur combat contre l’intolérance, soit sur le front, soit encore dans leur combat pour un monde plus juste, voire même tout simplement, morts pour ne pas la trahir.

    Ces morts ne sauraient être honorés de manière différente, en fonction de certaines données discriminatoires : religion, sexe, place dans la hiérarchie du pouvoir. Ils méritent un hommage national…Mais la France n’a aucun devoir de mémoire ou une repentance à l’égard d’actes illégitimes, illégaux, et inconstitutionnels.

    Elle n’a pas à reconnaitre la “Shoah” qui est un terme pour désigner l’extermination du Peuple juif…Plus qu’elle ne reconnait la mort des siens en d’autres circonstances. Il n’y a pas de morts que l’on doit plus honorer…Ils sont les enfants de la France. Ils doivent être honorés pour cela. Ils ont trouvé place en terre de France, ils sont morts sur son sol, ils habitent ses entrailles. Ils sont retournés à la terre comme Hommes, non en tant que “juifs”,”homo”, “communiste”. En tant qu’Hommes. Et c’est les Hommes dont nous devons nous souvenir…Non des étiquettes.

    “Certains lui reprochent aujourd’hui d’en faire trop. Des humoristes comme Dieudonné parlent de « pornographie mémorielle » à propos de la Shoah au détriment de la mémoire de l’esclavage. Faut-il en faire moins sur la Shoah pour parler plus de la colonisation et de l’esclavage ? Existe-t-il un « deux poids, deux mesures » en France ?”

    Le problème qui se pose, ce n’est pas de savoir s’il faut en faire plus ou moins…Mais bien de savoir comment faire pour repasser à un hommage national et non à un hommage catégoriel et communautariste.

    Je suis d’avis que se répentir n’apporte rien…Sinon créer des dissensions à l’intérieur d’une même Patrie. Et cela est très néfaste pour notre France.

    La question est biaisée : on demande s’il vaut mieux honorer telle communauté qu’une autre.

    Pour moi, et pour la France – cf Déclaration de 1789 – il n’y a qu’une communauté : les Français…Et les autres.

    Partant de ce principe, la France doit honorer ceux qui l’aiment et qui l’ont aimé, ceux qui ont travaillé à son essor, et ceux qui ont donné leur sang pour elle. Et elle doit condamner ce qui est en opposition avec ses principes, inscrits dans la Déclaration de 1789. Si elle doit porter un jugement critique sur ses prises de position antérieures, elle doit le faire de manière pragmatique, non compassionnelle.

    Ainsi, pour moi, quand la France dénonce l’esclavage, elle ne doit pas le faire en se référençant à un temps ou un espace, mais de manière philosophique. Ce n’est pas l’esclavage du 19ème siècle qui est insupportable…C’est l’idée de l’esclavage qui est détestable, sous toutes ses formes :

    –le servage : oublierait on qu’ils étaient des esclaves pour des Seigneurs ? Le seul “droit” contre leur travail étant de pouvoir loger dans des locaux que le Seigneur leur “octroyait”. Heureusement, les rois de France vont amorcer une vraie politique “anti servage” à partir de Louis VI dit “le Gros”.

    –la prostitution : comment appeler autrement le fait d’exploiter des enfants, des femmes, des jeunes gens, voire même des vieillards, pour satisfaire les pulsions sexuelles d’autres ? Le fait d’avilir son corps est en soit une forme d’esclavage.

    –le “service” : à trop se concentrer sur les vilains “colonisateurs” du 19ème siècle, on en oublierait les “galériens”, les “gladiateurs”, et les “martyrs” qui étaient utilisés pour “amuser” pour peanuts bien sur…

    –la pédophilie : là encore, il s’agit d’une forme d’esclavage.

    Et pour le coup, il faut aussi cesser avec cette culpabilité historique stupide. Tous les Etats du monde ont, et continu pour certains, de pratiquer l’esclavage. La France l’a pratiqué, c’est exact…Mais arrêtons de ne voir dans le “colon” que le misérable homme blanc maltraitant les innocentes victimes femmes noires.

    Oui, les Blancs, au 19ème siècle ont commercialisé des Noirs. Les Romains s’achetaient bien des “slaves” et les habitants de Marseille, dit on, prospéraient en vendant de beaux esclaves issus du Nord (des peuples germains, mis sous la domination romaine….Peut être même figurait il parmi eux des Francs) et chacun sait que Jules Cesar fit venir des esclaves “Gaulois” (les albums d’Astérix ne présentent pas toujours une lecture très “historique” mais quand on voit le marché aux esclaves, il y a aussi bien des “pirates”, des “visigoths”, des “bretons”, des “francs”, et autres peuples rebelles à l’autorité romaine…Tel que par ex des Egyptiens…Ce qui ne devaient pas trop déranger d’ailleurs, puisqu’au cas où on l’aurait oublié, les Egyptiens étaient des esclaves…Et les…Hébreux aussi ! (Il suffit de voir l’analyse comparé de la Bible avec les sources historiques pour comprendre la véracité de l’affaire Moise par ex)

    Quant à la “colonisation” en elle même…Et bien elle a eu des cotés positifs comme des cotés négatifs. En faire l’objet d’un rejet, n’est pas logique…Oublierait on que tous nos historiens considèrent la “colonisation” de la Gaule par J. Cesar comme “bonne” pour la France ? Peut on se repentir d’avoir colonisé des Peuples sans demander la pareille à “Rome” en la circonstance, dans notre 21ème siècle, l’Italie ?

    Une telle demande serait ridicule, car chacun sait l’apport de “Rome” à la France…Comme les Anglais savent ce qu’ils doivent à “Rome” et toute l’Europe d’ailleurs. Sans le génie romain, nous n’aurions pas l’administration d’aujourd’hui.

    Sans le soutien de “Rome” un certain Clovis n’aurait pu devenir roi des Francs, et un certain Arthur devenir la légende qu’on sait en Angleterre. Sans le soutien de “Rome” une certain Cleopatre n’aurait pu mettre quelques affaires en ordre.

    Oui, la France a colonisé. Mais peut on, quelque part, lui reprocher d’avoir fait à l’égard d’autres Peuples, ce qu’elle même a “subi” ? La colonisation justement. Ayant constaté qu’elle s’en est bien sortie, peut être était il logique qu’elle considère être capable de reproduire semblable “conquête” envers d’autres peuples, à la différence prêt qu’au lieu de miser sur une conquête militaire, il lui importait de conquérir le coeur de ses nouveaux “enfants” de la Patrie ?

    Je ne nie pas le fait que la colonisation ait des points très négatifs. Mais peut on penser avec la vision du 21ème siècle lorsqu’on analyse des faits du 19ème ? Non. Pourquoi ? Parce que sans doute, les parlementaires de la III République croyaient ils en une France destinée à parler au monde.

    Partant du principe que rien ne se fait sans casser d’eux, ils ont donc mis au point un système de colonisation “à la française” (très différent d’une colonisation à la romaine ou bien à l’anglaise) : beaucoup de stratégie capétienne (rappelons que pour agrandir la France (ce dont tout le monde se félicite aujourd’hui, allant même jusqu’à applaudir le rusé Louis XI dans ses démélés avec le comte de Bourgogne, ou Saint Louis conquérant le Sud de la France via des mariages entre ses frères et les héritières desdits domaines, sans parler du sien avec Marguerite de Provence…Sans souci de l’opinion des Peuples desdites contrées passant ainsi d’une autorité plutôt anglaise/empire à française) lesdits capétiens n’y sont pas allés de main morte (le résultat final étant un plébiscite de la France : ainsi, à la Révolution, toutes les parties du pays se réclament de la France, y compris les territoires de l’Eglise) ; des idéaux brandis pour mettre en oeuvre le projet, bref une inspiration des Lumières. Mais comme sous la Révolution, un travestissement des idéaux…Certains dérogeant grandement aux dits idéaux. Au point que les Français mettront beaucoup de temps à retrouver du sens à la République, celle ci étant pour eux le retour à la Terreur. Il faudra la III République pour mettre fin à toute idée de monarchie ou d’empire.

    Idem. Qu’est ce qui est détestable dans le régime nazi ? Le fait d’exterminer des juifs, des homos, des militants politiques….Ce qui a été fait à toutes les époques, pas seulement à la période 39-45…Ou bien l’idée même de songer à exterminer l’humanité ?

    Ce n’est pas la “Shoah” qui doit nous faire nous interroger. Mais les mécanismes qui ont pu conduire un homme à élaborer une hiérarchies des “races” humaines, et d’autres à le suivre dans ce délire.

    “L’homme est un loup pour l’homme” certes, mais il faut tout de même s’interroger sur ce qui peut pousser des individus à devenir des “enragés”.

    Je trouve là encore que se concentrer sur un espace temps est une vision étroite, car il ne faut pas aller bien loin pour retrouver ce genre de comportement. Que l’on songe à la…Révolution française par ex.

    Si vous avez lu les livres sur le sujet, de M. GALLO, vous verrez qu’il ne faut pas grand chose pour allumer la mêche. Robespierre dans son souci ‘d’épurer” la France, en la débarassant de ses “traitres”, ne vaut pas mieux que Hitler délirant sur les races inférieures. Il y a un ennemi. Il faut combattre l’ennemi. Il faut exterminer l’ennemi.

    Et pour remonter plus loin…Qu’on songe à la Saint Barthélémy. Comment expliquer qu’une foule s’extermine ? Là encore, examinons les mécanismes. Il y a un ennemi. Il faut combattre l’ennemi. Il faut l’exterminer. Pas de camps, mais des massacres. Est ce mieux ? Les nazis n’ont “modernisé” le processus qu’en utilisant ses victimes jusqu’à la fin. A tuer…Autant que le futur mort se tue de lui même.

    Je pense qu’il faut passer à vision compassionnelle à une vision des Lumières : pensez les choses non en terme émotionnel mais bel et bien philosophique.

    Car ce n’est pas le régime nazi, en tant que tel, qui est condamnable. Mais l’idée qu’il véhicule que certains Hommes sont supérieurs à d’autres.

    De la même manière, la France dénonce le racisme. Mais là encore, on s’arrête à un espace temps bien particulier. Car dénoncer le racisme anti Noir comme si c’était le seul existant, est absurde, et stupide.

    Aujourd’hui, il y a toute forme de racisme :
    –le racisme de genre : l’homophobie par ex
    –le racisme de peau : les “sales blancs” comme “sales noirs” existent toujours…Et les “sales jaunes”, “sales négros” (pour les américains nouveaux venus) volent.
    –le racisme de nationalité : “sales arabes”, “sales français”, etc.
    –le racisme de sexe : “putes”, “gigolos”, “grognasses”, “pétasses…Et autres charmants mots.

    La France peut dénoncer le racisme…Mais qu’elle en dénonce l’idée, non un espace temps, depuis révolu.

    Car qu’est ce que le racisme ? Sinon la peur de l’autre ? Et qu’elle est l’élément déclencheur de toutes ces situations historiques où l’on voit des “enragés” sortir de partout ? La PEUR.

    Peut être est ce là l’ennemi le plus redoutable de l’Homme : la PEUR.

    Peut être est ce contre elle que nous devrions lutter. Car elle est l”élément décisif” qui va induire un passage entre la raison et les pulsions néfastes de l’être humain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services