Le pouvoir en France, un pompier incendiaire ?

Le pouvoir qui règne en France joue-t-il les pompiers incendiaires ? Certes, ce n’est pas une « barbouze » du style Benalla qui a mis le feu à Notre-Dame, pas plus que ce n’est une vaste conspiration mondiale, à laquelle notre gouvernement « progressiste » participerait, qui est à l’origine du Covid-19, mais dans[…]

Lire la suite »
Mot clés:

De la Scène au Prétoire…

Macron avait désiré appuyer son pouvoir  sur une mise en scène théâtrale parfaitement maîtrisée et entamée dans les décors somptueux légués par l’Ancien Régime. Trois ans plus tard, dans une ambiance tragique, le spectacle vire à la bouffonnerie. L’homme qui se vantait de chasser du pouvoir les politiciens du passé[…]

Lire la suite »
Mot clés:

Le désastre stratégique français face au Covid-19 !

Zemmour, toujours inspiré par sa passion pour l’histoire militaire, explique que la France commence toujours mal les guerres. Mais il oublie qu’elle peut aussi mal les terminer,  lorsqu’elle est envahie et même totalement occupée. La métaphore s’arrête là car personne n’imagine la victoire du virus. Avoir mal entamé cette guerre,[…]

Lire la suite »
Mot clés:

« À ces soldats sans armes… »

« Nous sommes en guerre…  » L’anaphore martiale de M. Macron lors de sa seconde allocution avait pour but de revêtir la tenue dans laquelle le Chef de l’Etat prend toute sa dimension, l’armure du Chef de guerre. L’ennemi est là, il faut se mobiliser, se regrouper au nom de l’union[…]

Lire la suite »
Mot clés:

Mme Buzyn crache le morceau : la politique française est une mascarade !

La France a vécu depuis une semaine à peine comme si brusquement au monde réel, habituel, s’était substituée une autre réalité. Il y avait une épidémie menaçante, et il y avait des élections municipales. Le pouvoir en place, en grande difficulté dans l’opinion, emberlificoté dans la réforme des retraites qui[…]

Lire la suite »
Mot clés:

La Manipulation du pouvoir la main dans le sac !

Pauvre Christophe Barbier, chantre docile de la Macronie, obligé de minimiser les dérapages de l’autre Christophe, Castaner, qui, une fois encore, englue le pouvoir que subit la France dans les contradictions qui constituent sa réalité profonde. Barbier regrette que Castaner ait parlé trop vite. Il le déplore surtout parce que,[…]

Lire la suite »
Mot clés: