La France est du côté des Gilets jaunes !

parlementecraseEst-ce qu’un gouvernement a vocation à jouer au chat et à la souris avec le peuple ? La question devient plus pertinente encore lorsqu’on voit que la souris est grosse de 77% de soutiens dans la population et que le chat n’a plus la confiance que de 20% de ses maîtres. Une énorme souris contre un petit chat pelé a toutes ses chances. Alors le chat tente de rappeler les règles du jeu : c’est le chat qui commande et qui poursuit sa proie, pas l’inverse ! Mais les souris sont malicieuses comme dans les dessins animés de Hanna et Barbera. Le gilet jaune se revêt et s’enlève à loisir, ce qui permet à des personnes dénuées du moindre signe de reconnaissance d’aller n’importe où et de montrer leur couleur une fois sur place dans le dos des policiers chargés d’interdire un périmètre. Lorsque le pouvoir qui veut encadrer les manifestations pour les réduire aux rassemblements rituels et inopérants comme ont été les « marches pour tous », généreuses et correctes, mais méprisées et négligées, cette fois les gilets jaunes ne se soumettent pas. On veut les enfermer sur le Champ de Mars. Ils s’y refusent et préviennent qu’il seront ailleurs. Alors, le gouvernement, déconsidéré, multiplie les mises en garde. Il y a déjà eu des accidents, des morts, et même des injures à l’encontre de certaines communautés : l’horreur absolue ! Le désordre risque de favoriser des actes terroristes, des actions violentes de « Blacks Blocs », et même moins de rentrées pour le « Black Friday » pour lequel les médias et le rouleau compresseur de la publicité convoquent les Français : ce serait une catastrophe nationale que cette opération de décérébration commerciale puisse échouer !

Le microcosme au pouvoir depuis 2017 ne comprend rien à ce qui se passe. Il pense avoir affaire à une bouffée de mécontentement éphémère et ne perçoit pas qu’il s’agit de l’aube d’une révolte. Pas encore une révolution, mais on y viendra. L’arbre a beau faire le fier : sans la moindre racine, il tombera. Désormais, ce sont pratiquement toutes les catégories sociales qui désavouent la politique de Macron, et rejettent le personnage. Un tiers de ceux qui avaient voté pour lui au premier tour de la présidentielle sont passés à l’opposition. Avec trois Français sur quatre, voire quatre sur cinq, selon les sondages, qui expriment leur désapprobation, Jupiter tombé de l’Olympe ravit le record d’impopularité à ses prédécesseurs. Il ne lui reste qu’une solution : incarner l’ordre face à une violence qu’il a suscitée, peut-être même organisée, et brandissant l’épouvantail usé de l’extrême-droite, tenter de rejouer en boucle le second tour de l’élection présidentielle. La ficelle a la grosseur d’un câble : les Français ne seront pas dupes de la manoeuvre du socialiste Castaner reconverti en superbenalla, chargé de dénoncer l’ultra-droite comme responsable des désordres.

La France a atteint le sommet vertigineux de 1000 Milliards d’Euros de prélèvements fiscaux, soit 47,6% du PIB. Augmentation sous Sarkozy, mais après une crise sans précédent en 2008, et avec une baisse impopulaire de la dépense publique et du nombre des fonctionnaires de l’Etat ; nouvelle hausse cette fois injustifiée sous Hollande cassant la croissance, puis accroissement encore avec l’ancien conseiller de Hollande devenu Président, contre l’attente des Français qui l’avaient élu, sauf les assujettis à l’ISF : c’est ce processus d’étranglement continu des classes moyennes dont le pouvoir d’achat régresse qui génère le soulèvement des Gilets jaunes. La France détient maintenant le record de la fiscalité européenne qu’elle a ravi au Danemark, lequel fait payer sa généreuse protection sociale de manière proportionnelle sur la consommation avec une TVA à 25 % depuis 1988. Les Danois bénéficient d’un niveau de vie élevé, d’un taux d’emploi satisfaisant et ont conservé leur monnaie. La comparaison défavorable à la France que le Président français avait osé, au Danemark, justifier par la supériorité de l’esprit luthérien sur l’esprit gaulois, ne doit rien à ces élucubrations sur les « mentalités ». Elle est la conséquence de la cascade de choix erronés effectués par beaucoup de nos gouvernements, y compris celui que nous subissons. Les Français ont opté pour la gauche, puis pour ce qu’on appelle la droite, puis enfin pour celui qui venant de gauche, se prétendait au-dessus de ce clivage. Son incapacité à diminuer la dépense publique, son addiction aux taxes le situent clairement à gauche, lui, les rescapés du PS qui l’accompagnent, et les transfuges sans droiture qui l’ont rejoint.

A cette tromperie originelle, il a ajouté l’injustice qui consiste à favoriser les plus riches au détriment des classes moyennes, et notamment des retraités en se cachant derrière deux mensonges, d’abord celui d’une aide aux plus fragiles, et ensuite l’énorme bobard de la transition écologique. Avec le premier, il renforce l’Etat nounou, ce cauchemar socialiste qui étouffe la France depuis 1981. Avec le second, il prétend mener une bataille planétaire qui n’est pas à la dimension de notre pays, et déserte le combat de l’intérêt national qui doit être la cible prioritaire de tout gouvernant responsable. Mais on sait que la France a élu en 2017, un Président de l’étranger, distribuant les critiques contre son propre pays, lui prêtant toutes sortes de rôles internationaux qui flattent sa vanité plus qu’ils ne renforcent sa puissance, et le vouant à des alliances propres à le faire disparaître. Les Gilets jaunes ne manifestent pas seulement contre la hausse du carburant. Ils ont raison de chanter la Marseillaise, car c’est pour la France telle qu’elle devrait être qu’ils se battent !

9 commentaires

  1. Jacques Peter - 24 novembre 2018 12 h 35 min

    Il y a trop d’impôts parce qu’il y a trop d’Etat.
    Les Français commenceraient-ils à se détourner du socialisme? Ce serait vraiment le début d’une révolution. Je n’ose y croire.

    Répondre
  2. Galatine - 24 novembre 2018 20 h 21 min

    A voir un Président de la République,démonétisé après seulement un an d’exercice,battre aussi vite des records d’impopularité en compagnie d’un gouvernement inaudible et d’une assemblée nationale devenue simple chambre d’enregistrement ; on se demande comment tout cela va finir,surtout que nous n’en sommes encore qu’aux débuts du quinquennat,et que la situation pourrait vite devenir intenable,surtout avec un exécutif délégitimé.
    Les institutions de la Vème protègent Macron,c’est pourquoi on peut craindre un durcissement du pouvoir et la tentation d’un coup de force de sa part.

    Répondre
  3. en passant - 25 novembre 2018 7 h 26 min

    êtes-vous contre l’Etat nounou mais pour les retraites ? Vous êtes bien difficile à suivre.

    Si les Français veulent conserver des retraites plus élevées qu’ailleurs, en % du PIB, alors ils veulent aussi conserver des prélèvements plus élevés qu’ailleurs.

    S’ils veulent maintenir la France et le siège au conseil de sécurité aussi.

    De même, s’ils veulent continuer à avoir une natalité suffisante pour repousser avec dédain les fadaises des immigrationnistes, il faut prévoir un budget plus élevé qu’ailleurs (allocations familiales, crèches, surcroîts d’enseignants).

    Enfin, la marge de manoeuvre réelle, sur cette affaire d’écologie, c’est d’arrêter l’escroquerie aux éoliennes et panneaux solaires pour s’en tenir au nucléaire civil et à l’hydraulique, géré par une entreprise publique. Ce qui est en effet la meilleures solution, quoi qu’en disent les libéraux doctrinaires.

    Répondre
  4. DELAFOSSE - 25 novembre 2018 9 h 49 min

    Ce n’est pas la planète qui est en danger…c’est l’humanité !

    Répondre
  5. Ribus - 25 novembre 2018 12 h 08 min

    Macron est un aristocrate de la Haute Fonction publique, sans particule ni titre, qui se fiche éperdument de ce qui se passe dans la rue. Les beaufs, les gueux, les sans-dents et autres Gaulois réfractaires ne l’intéressent pas. Il n’estime pas devoir s’adresser à eux et laisse ce soin à Castaner. Aujourd’hui, on apprend que mardi le président va annoncer la création d’un Haut conseil pour le climat. « On y travaille depuis septembre, dit-on à l’Elysée. Il sera sous l’autorité du Premier ministre pour agir sur toutes les politiques publiques, pour repérer les vrais sujets, les sujets d’ampleur ». Donc, des préoccupations à la hauteur de Macron 1er qui ne va s’abaisser à écouter les Dupont Lajoie de province ou même de Paris. Merci de passer le message aux « gilets jaunes » ; enfin, ceux qui n’auraient pas encore compris.

    Répondre
  6. Natou - 25 novembre 2018 14 h 54 min

    Il y aurait des économies significatives si :

    – seuls les immigrés en situation régulière depuis plus de 5 ans touchaient les aides sociales et pas tous les clandos 🙁
    – si les prisonniers étrangers étaient expulsés
    – si les familles de délinquants récidivistes se voyaient couper toutes allocations
    – si l’AME était supprimée
    – si les étrangers (pas seulement du Tiers-Monde) ne venaient se faire opérer sans que leurs pays remboursent la Sécu

    etc, etc mais comme la droite est devenue la « drauche » on peut rêver 🙁
    Peut-être NDA serait notre sauveur?

    Répondre
  7. DELAFOSSE - 26 novembre 2018 9 h 09 min

    Notre « Monarchie Présidentielle » créée avec le suffrage universel par la cinquième république voulue par le Général n’est pas applicable au premier débutant politique venu, fût-il un « Premier de la classe » !
    Mais, pouvez-t-on imaginer à cette époque que le costume de Président (en réalité plus jamais porté et pour cause…) serait un jour bradé ?

    Répondre
  8. Hammiche - 26 novembre 2018 17 h 37 min

    Parfait. No comment pour l’exposé.
    Par contre ,une question : les partis seront-ils présents ? qu’est-ce qui pourrait les motiver?

    Répondre
    • vanneste - 27 novembre 2018 6 h 34 min

      Les partis politiques sont pour la plupart, comme les syndicats d’ailleurs, dépassés par un mouvement spontané qui s’est créé sur les réseaux sociaux. Si on met à part la prétendue « République en marche », ils vont essayer de transformer l’essai sur le plan électoral. La première occasion se présentera avec les élections européennes.

      Répondre

Exprimez vous!