Sur la prévention des noyades dans les piscines publiques (QE)

M. Christian Vanneste attire l’attention de M. le secrétaire d’État chargé des sports, de la jeunesse et de la vie associative sur le problème des noyades en piscines publiques. Il y a quelques jours, une jeune fille de cinq ans a trouvé la mort dans une piscine publique. Un rapport de l’Institut de veille sanitaire a enregistré plus de 1 500 noyades en 2006. Les syndicats professionnels des maîtres-nageurs sauveteurs estiment que des solutions techniques performantes sont à promouvoir. Il aimerait savoir ce qu’en pense le Gouvernement et ce qu’il compte faire efficacement afin de lutter contre ces noyades.

Réponse de Bernard Laporte, Ministre des Sports :

La dernière enquête concernant les noyades et quasi-noyades, conduite en 2006 par l’Institut de veille sanitaire (InVS), en collaboration avec le ministère chargé de l’intérieur, recensait 1207 noyades accidentelles, dont 401 suivies d’un décès. Ces noyades ont eu lieu pour 119 des cas en piscines familiales (dont 50 suivies d’un décès), 47 en piscines privées à usage collectif (dont 5 suivies d’un décès), 45 en piscines ouvertes au public et d’accès payant (dont 5 suivies d’un décès), 274 en cours d’eau et plans d’eau intérieurs (dont 173 suivies d’un décès), 680 en mer (dont 151 suivies d’un décès) et 42 noyades en divers autres lieux. Lutter contre les risques de noyade suppose l’action combinée d’acteurs publics et privés sous la forme d’amélioration de la réglementation applicable aux équipements et aux normes de sécurité, de mise en oeuvre de procédures de contrôle, de formation à la natation et au sauvetage, mais aussi sous la forme de campagnes de prévention à l’adresse du public. Le ministère de la santé et des sports (MSS) veille à l’application de la réglementation en matière d’encadrement et des normes d’hygiène et de sécurité, au travers des contrôles organisés par ses services déconcentrés, dans l’ensemble des établissements d’activités physiques et sportives. À ce jour, il n’est pas envisagé de rendre obligatoire et systématique l’utilisation d’outil d’aide à la surveillance par voie vidéo-informatique. En effet, si de tels systèmes apportent une aide sensible à la surveillance des bassins, ils ne peuvent évidemment pas remplacer la surveillance humaine qui seule garantit la pratique de la natation dans des conditions de sécurité satisfaisantes. Par ailleurs, les coûts d’achat, d’installation et d’entretien de ces systèmes sont très élevés et certaines collectivités se verraient alors dans l’obligation de faire cesser les activités de baignades proposées, ce qui irait à l’encontre des objectifs recherchés de prévention des noyades. Pour les piscines privées familiales et les piscines privatives à usage collectif (900 000 nouvelles constructions en 2007), les normes de construction n’ont cessé d’être améliorées dans le sens d’une plus grande sécurité des usagers, à l’initiative des différents ministères concernés (loi n° 2003-9 du 9 janvier 2003 relative à la sécurité des piscines, décret d’application du 31 janvier 2003, arrêté du 14 septembre 2004 portant prescription de mesures techniques et de sécurité dans les piscines privatives à usage collectif). Le MSS participe, par ailleurs, très activement aux campagnes de prévention initiées par l’Institut national de prévention et d’éducation à la santé (INPES), « piscines protégées, faut quand même me surveiller » et « risques de noyade : un réflexe en plus, un risque en moins ! ». Si ces deux campagnes rappellent en partie la réglementation (notamment pour les piscines familiales), les messages sont avant tout centrés sur les comportements sécuritaires à adopter : surveillance des enfants, respect des zones de baignades surveillées notamment. Le MSS collabore également à la campagne pilotée par le ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de l’aménagement du territoire, qui vise à informer les usagers des comportements sécuritaires à adopter dans le cadre des pratiques de loisirs nautiques (planche à voile, plongée, voile, etc.). De plus, le secrétaire d’état chargé des sports a lancé, fin avril 2008, l’opération « savoir nager », un programme d’apprentissage de la natation proposé gratuitement à tous les enfants de 7 à 12 ans. Dès la saison estivale 2008, sur plus d’une centaine de sites partout en France (piscines, plans d’eau…) les enfants ont ainsi pu bénéficier, gratuitement, de cours collectifs d’apprentissage de la natation.

Question publiée au JO le : 23/12/2008 page : 11080
Réponse publiée au JO le : 24/03/2009 page : 2931

Exprimez vous!