Nice : la France à nouveau frappée par la haine.

salopardsL’Euro avait été épargné. La crainte des attentats et la mobilisation des forces de sécurité avaient été maximales. On pouvait penser que cette fête du sport qui a fait déambuler à Paris et dans de grandes villes de province des foules d' »Occidentaux » en liesse arborant leurs symboles nationaux et arrosant généreusement leur passion pour le ballon rond serait une cible privilégiée par les terroristes. Le drame a eu lieu. Il a eu lieu à Nice, lors d’une autre fête, notre Fête nationale du 14 Juillet. A la fin du feu d’artifice, un camion a foncé sur la foule rassemblée sur la Promenade des Anglais. On déplore au moins 80 morts. Le chauffeur a été abattu. Il s’agirait d’un habitant de Nice, originaire d’Afrique du Nord, connu des services de police pour des antécédents de droit commun.

La France est à nouveau frappée. On ne pourra plus dire que c’est la liberté d’expression, ni le Paris festif qui ont été visés. C’est notre pays lui-même. La portée symbolique de l’événement est donc considérable. On pourra une fois encore relever que la France contrairement à l’Espagne ou au Royaume-Uni touchés par des attentats il y a plus de 10 ans, et qui n’en ont plus connus depuis, subit une série meurtrière qui ne cesse pas. Une fois encore, l’auteur avait un passé judiciaire et était manifestement sorti de l’écran-radar de la police. Les mesures de sécurité dont l’efficacité a récemment été contestée, notamment par la Commission d’enquête de l’Assemblée Nationale, ont été inutiles. Certes, après la fin du championnat d’Europe de football, on a pu relâcher la surveillance autour de manifestations très habituelles comme les festivités du 14 Juillet. Mais celui qui était encore Maire de Nice voici peu, Christian Estrosi a voulu faire de sa ville un modèle : la police municipale est puissante, la video-protection est omniprésente. En revanche, le dispositif « sentinelle » qui utilise 10 000 militaires qui seraient plus efficaces ailleurs est un placebo psychologique dont on mesure les limites. Non seulement il détourne les soldats de leurs missions de guerre, mais il les empêche de s’entraîner et peut même nuire à leur moral. L’inaction, la passivité de la surveillance ne forment pas une armée professionnelle destinée à agir. Derrière l’écran de fumée de la présence policière ou militaire, les moyens de protection et de riposte semblent toujours inopérants parce qu’ils font face à un mode opérationnel d’autant plus imprévu qu’il est isolé et en quelque sorte artisanal.

En fait, il est probable que le bouclier est inadapté au glaive. Comme l’indiquait Xavier Raufer lors de son intervention au dîner-débat organisé par La Droite Libre consacré aux « Molenbeek Français », le profil des « terroristes » qui opèrent en France n’est pas celui des adversaires habituels des services de renseignement de haut niveau. Il s’agit systématiquement de délinquants, condamnés et récidivistes, qui virent à une forme de terrorisme où la soif de tuer et de détruire se suffit à elle-même. On avait pensé à une organisation terroriste qui en s’appuyant sur une logistique se serait attaqué à l’un des matchs de l’Euro, voire à plusieurs. Et on se trouve face à un individu qui emploie le moyen que les Israéliens connaissent déjà : un véhicule qui fonce sur la foule, écrasant hommes, femmes, enfants, Français et étrangers sans distinction. Le terrorisme est une forme de la guerre. En terrorisant une population, on peut pousser un gouvernement à cesser une intervention militaire. Le gouvernement socialiste espagnol avait cédé à une telle pression en 2004. La France fait face à une menace d’un autre ordre, où l’intention stratégique cède la place à une haine massive. Il est difficile d’imaginer qu’un petit délinquant même fanatisé soit motivé par la volonté de mettre un terme aux opérations militaires de notre pays. Ce tunisien, qui est d’abord un criminel, a surtout exprimé une détestation forcenée du pays dans lequel il vit, et en cela réside le problème qui est beaucoup plus profond que celui du terrorisme et des plans mis en oeuvre par l’Etat islamique. Celui-ci ne fait peut-être qu’allumer la mèche d’une bombe qui existerait sans lui.

Mot clés:

2 commentaires

  1. Thierry Theller - 16 juillet 2016 8 h 09 min

    « OÙ EST CHAROGNE, CORBEAUX S’ATTROUPENT. »

    D’une époque à une autre…

    Extraits de déclarations du général de Gaule à Radio-Levant (Beyrouth) :

    « L’ordre nouveau, la collaboration serviront d’excuses et de prétextes. La menace et l’oppression tiendront lieu d’arguments ».

    « La nation française a percé l’infamie des billevesées sous le voile desquelles le défaitisme et la trahison livrent morceau par morceau son patrimoine matériel et moral (…) ».

    « Mais, ni les mirages, ni le bâillon, ni l’idolâtrie ne saurait prévaloir contre l’âme de la patrie ».

    « Ce sont l’esprit et le cœur qui remporte les victoires ».

    Autrement dit, c’est la foi qui prime. Celle, précisément, que tous les traînes-potences maçonno-oligarchiques s’acharnent à expulser du cœur des hommes. Depuis des dizaines de décennies.

    Cela dit, comme on va le voir, la flèche du temps et des bassesses politiques est parfois aussi atroce que troublante… En effet, en quelle année pensez-vous que ces propos prémonitoires, de douleur et d’espoir du Commandeur de la France libre, ont-ils été tenus ?

    Eh bien, c’est à peine croyable, tant l’actualité tragique des dernières décennies – jusqu’à ce jour maudit du 14 juillet 2016, à Nice- rejoint celle des années 1941/1942 : dates où ces paroles du général de Gaulle ont été prononcées.

    Constat ultime : toute la tragédie mondialiste de la France tient dans ce proverbe écossais :
    « Où est charogne, corbeaux s’attroupent.

    Répondre
  2. kerneilla - 20 juillet 2016 11 h 19 min

    « La France, aimez-la ou quittez-la! »
    Ce slogan du FN est vieux de plusieurs dizaines d’année; ce phénomène de haine de certains émigrés musulmans envers la France qui les nourrit est donc ancien…tant que n’auront pas été éradiquées les idées gauchistes pernicieuses qui ont pourrit la France, ce slogan sera d’actualité…il est dommage que sa justesse aie été méconnue parce que le slogan émanait du FN… qui sur bien des points avait vu juste avant la plupart… Il est dommage que les Droites classiques se soient couchées devant les pseudo-intellectuels de gauche depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale…
    Ces musulmans qui veulent imposer leur religion chez nous n’ont rien à faire en France, qu’ils aillent donc vivre dans un des pays qui ont les mêmes « valeurs » qu’eux… Savoir s’ils y seront aussi bien traités, c’est une autre affaire !

    Répondre

Exprimez vous!