A côté de de Gaulle, Macron n’est… rien !

La récupération, l’instrumentalisation des anniversaires liés à la personnalité du Général de Gaulle par son indigne successeur à l’Elysée, ne peut que révulser ceux qui étaient présents et conscients lors des événements que l’on commémore. Ils sont de moins en moins nombreux, et à part ceux qui s’intéressent à l’histoire et ont acquis des connaissances, beaucoup risquent de se laisser prendre à une nouvelle mise en scène de la « théâtrocratie » macronienne, comme dit Maffesoli. Celui qui occupe actuellement l’Elysée est en tous points l’exact contraire du Général. La tentative de s’identifier à lui en raison de la fonction relève de l’imposture et de la supercherie.

De Gaulle a exercé à deux reprises le pouvoir exécutif à son plus haut niveau : une première fois, à la Libération, en tant que Chef du Gouvernement, et la seconde comme Président de la République. Dans les deux cas, sa légitimité ne faisait aucun doute. Elle était d’une nature métapolitique, reconnue comme l’expression d’une nécessité historique et d’un sursaut du vouloir-vivre national. Néanmoins, dans les deux cas, le Général avait tenu à légitimer par le droit ce qui était fondé sur un rapport de forces. Au sein de la Résistance, jusqu’à la constitution du Gouvernement provisoire, puis lors du retour à Paris, où il retrouva son bureau de la Rue Saint-Dominique, celui du sous-secrétaire d’Etat à la Guerre et à la Défense Nationale qu’il était avant de partir pour Londres, de Gaulle s’appliqua toujours à conforter son pouvoir par un cadre juridique solide. « Ministre » de la IIIe République, il avait incarné la continuité face à Vichy, « nul et non avenu », puisqu’il était sous la botte allemande. Mais le vrai socle de sa légitimité était l’adhésion populaire, cet enthousiasme de la Libération de Paris et cet autre de 1958. D’où son départ de 1946, face au retour des partis, et son retrait définitif après l’échec du référendum de 1969. Le président actuel tient son pouvoir d’une élection entachée par un complot de cabinet mêlant le politique, le médiatique et le judiciaire, comme l’a révélé devant une commission de l’Assemblée Nationale l’ancienne procureure du PNF, poussée à accélérer la procédure contre Fillon, afin de discréditer le candidat qui logiquement devait être élu en 2017. Son peu de goût pour les référendums, et sa tendance à monopoliser la parole, sans la présence d’une presse pourtant servile, opposent sa pratique du pouvoir à celle de son illustre prédécesseur.

Cette différence est d’autant plus choquante que les deux hommes n’ont rien de semblable, que leurs vies n’ont pas la même altitude. Le Président de la République est Chef des Armées. L’officier issu de Saint-Cyr, trois fois blessé durant la Première Guerre mondiale, concepteur de l’arme blindée, général à titre provisoire commandant une division blindée en 1940 dans des combats à Montcornet et Abbeville qui ne furent pas malheureux, puis initiateur de la Force de frappe nucléaire à son retour au pouvoir en 1958, exerçait légitimement cette responsabilité. On ne peut pas en dire autant de celui qui a évité le service militaire. De Gaulle était l’homme du 18 Juin qui avait progressivement incarné la Résistance, puis la Libération, Macron, ce n’est rien, un énarque qui a grandi à l’ombre des cabinets et des réseaux de copinage et de connivence, un élu au plus haut poste de la République sans avoir exercé le plus modeste mandat électif auparavant.

Pour décrire l’entourage macronesque on a le choix entre la Cour du roi Pétaud et celle des Miracles… Faut-il rappeler qu’à Matignon, il y eut Debré, Pompidou, Couve de Murville et qu’on a Edouard Philippe.. que le Porte-parole, c’était Alain Peyrefitte, et qu’on a Sibeth Ndiaye… Le Garde des Sceaux était Jean Foyer, et nous subissons Belloubet.. à l’Intérieur, c’était des Frey, des Fouchet, l’inconvenant Castaner à présent, à la Culture Malraux, et je ne sais qui aujourd’hui… Au perchoir de l’Assemblée, il y avait Chaban-Delmas, et maintenant Ferrand dont les affaires traînent autant que celle de Fillon a été précipité…. On pourrait continuer la liste de ceux qui accompagnaient le Général, certains depuis 1940, comme Maurice Schumann ou Robert Galley, d’autres qui l’avaient rejoint ensuite, notamment lors de la création du RPF en 1947, comme Olivier Guichard. La plupart de ces grands serviteurs de l’Etat, les Barons du gaullisme, s’étaient enracinés électoralement et devaient abandonner leur portefeuille ministériel s’ils étaient battus aux élections, à une époque où un ministre ne retrouvait pas non plus son siège de parlementaire s’il quittait son ministère. La comparaison entre les hommes qui ont gouverné la France dans les années 1960, souvent en butte à l’hostilité majoritaire de la presse, et la faune qui a envahi les pouvoirs en 2017 est d’autant plus affligeante que cette dernière bénéficie d’une large complicité dans les médias.

Cela tient au « progressisme » macronien, c’est-à-dire à la décadence qui est « en marche » avec lui, dans notre pays. De Gaulle n’était pas rétrograde, mais il était conservateur de l’essentiel. La pilule, oui, mais l’avortement, non. Il représentait la stabilité familiale, avec son épouse et ses trois enfants dont une handicapée. Le « modèle » offert par le couple présidentiel incite au silence. Tout rapprochement entre ces deux hommes est une imposture, une supercherie, une usurpation.

 

Mot clés:

10 commentaires

  1. DELAFOSSE - 19 juin 2020 8 h 28 min

    Il paraît que l’on a toujours les gouvernants qu’on mérite…alors, ça nous donne une petite idée de l’état de la France !

    Répondre
  2. kerneilla - 19 juin 2020 18 h 06 min

    Non, cette fois-ci le Peuple n’a pas eu le président qu’il aurait mérité :
     » Le président actuel tient son pouvoir d’une élection entachée par un complot de cabinet mêlant le politique, le médiatique et le judiciaire, comme l’a révélé devant une commission de l’Assemblée Nationale l’ancienne procureure du PNF, poussée à accélérer la procédure contre Fillon, afin de discréditer le candidat qui logiquement devait être élu en 2017″
    Ce qui est dramatique c’est que tant de gens aient voté Macron, par défaut, mais quand même; les seules attitudes logiques auraient été, soit le vote blanc (ce qu j’ai choisi) soit l’abstention… Si le peule refuse de voter quand aucun candidat ne lui convient, il faut reprogrammer l’élection avec de nouveaux candidats…Un complot d’activistes, cela s’appelle un coup d’état; et Macron est un dictateur …

    Répondre
    • Oblabla - 21 juin 2020 18 h 45 min

      Bien d’accord. j’ai choisi l’abstention et je crois bien que c’est définitif.

      Répondre
      • kerneilla - 22 juin 2020 8 h 19 min

        OU alors, proposition : il faut obtenir que le vote soit obligatoire, que les votes blancs soient comptabilisés, et que s’il y a plus de votes blancs que de votes pour le candidat le mieux placé , le scrutin soit invalidé (le président du Sénat assurant le pouvoir comme il est prévu et qu’une autre élection soit programmée dans un délai de trois; le président du sénat assumant le pouvoir en attendant, comme il est prévu). Tous les médias, contrôlés ou financés par l’état, ( c’est à dire , par les citoyens), presse audio-visuelle et écrite, devant avoir l’obligation de donner la parole EQUITABLEMENT à tous les candidats, groupes constitués, et penseurs sérieux (donc excluant les vedettes et autres célébrités dont la réflexion est du niveau « café du commerce) .ce qui implique le choix de journalistes qualifiés par leur éthique (dont l’objectivité)..Par ailleurs il faudrait prévoir une information fiables sur le parcours des candidats, et leurs profession de foi, engagements, etc. Ceci devrait être d’ailleurs obligatoire pour chaque élection; il n’est pas normal que le citoyen soit amené à voter pour un individu dont il ignore tout sauf l’appartenance éventuelle (et fluctuante) à un parti politique .

        Répondre
  3. Loosveld - 19 juin 2020 21 h 57 min

    Nous l’aurons compris: avec sa mise en garde concernant le déboulonnage de l’enseignement marxiste économico-historique, Emmanuel Macron attend impatiemment la sortie cinématographique du prochain James Bond; tous les espoirs théâtraux restent donc permis à l’actuel ministre français du budget pour se rapprocher un peu plus du pouvoir suprême en 2022 !

    Répondre
  4. DELAFOSSE - 20 juin 2020 17 h 17 min

    Ce n’est pas seulement le  » POUVOIR  » qui permettra demain de changer les choses, c’est avant tout le  » VOULOIR  » et le  » SAVOIR  » !
    Pour ce qui est du « Pouvoir » on trouvera toujours quelqu’un comme on l’a fait depuis trois quinquennats déjà.

    Répondre
  5. Loosveld - 21 juin 2020 20 h 27 min

    @ DELAFOSSE:

    » Je rappelle qu’Emmanuel Macron s’est fondé sur le préambule de la Constitution des Etats-Unis américains pour rendre désormais payants des gains de productivité suite au vote de la loi du 20 Décembre 2017 en France. C’est une réalité historique: l’élaboration du sulfo-benzène, soluble dans l’eau contrairement à la benzine, avait naguère permis d’établir avec certitude la présence d’or ou de platine dans une matière première, à l’exclusion de tout produit intermédiaire. La conséquence économique est alors évidente puisqu’en augmentant la quantité de métal produit et, avec un même coût variable, il y a une diminution du prix de revient permettant un accroissement inversement proportionnel de la masse salariale, en laissant inchangé le coût unitaire de production. Or, il est démontré que ce gain chimique de productivité s’amortit sur une période quinquennale dans le système économique californien dépourvu, par définition, d’accord de branche: toute embauche annoncée par le gouvernement français actuel reste donc aléatoire ! »

    Ce raisonnement est compréhensible pour tout lycéen inscrit en Seconde générale puisque, l’argent s’oxydant au contact de l’acide sulfhydrique, quand de l’or est obtenu en cette fin de réaction, c’était parce qu’il avait manqué au moins une valence à ce métal inoxydable pour être capté par le produit intermédiaire.

    Répondre
  6. DELAFOSSE - 21 juin 2020 22 h 33 min

    Et ?

    Répondre
  7. Loosveld - 22 juin 2020 20 h 16 min

    @ DELAFOSSE:

    La dépense d’amortissement en question pétant persistante – malgré son ancienneté – dans le circuit économique, Emmanuel Macron avait donc menti avec son soi-disant programme économique, à moins que l’actuel président de la république française s’adresse parfois aux électeurs comme s’ils étaient encore des lycéens…

    Répondre
  8. Loosveld - 22 juin 2020 20 h 17 min

    Erratum dans mon précédent message:

     » […] étant persistante […] « , évidemment.

    Répondre

Exprimez vous!