Zemmour, porte-parole des sans voix !

L’étonnement est vertigineux. La France est devenue le pays de la censure. Le discours officiel affirme qu’elle est le pays des droits de l’homme, alors que le premier d’entre eux est écrasé sans vergogne par la meute de tous ceux qui devraient être les premiers à veiller jalousement à ce que la liberté de penser et d’exprimer sa pensée soit respectée sans réserve. Les journalistes avaient obtenu une loi pour défendre la liberté de la presse en 1881. Petit à petit depuis la loi Pleven de 1972, l’étau s’est refermé sur la parole libre. La législation restrictive visait à protéger les membres d’un groupe contre les appels à la discrimination, à la haine et à la violence. Elle est devenue un outil de répression contre la dissidence d’opinion, un moyen de faire taire les opposants à la pensée unique, le symptôme du totalitarisme sournois qui a envahi notre pays. Elle fait de l’aveuglement une obligation. Et ceux qui font régner cette dictature qui ne dit pas son nom sont d’abord les journalistes qui piétinent leur déontologie professionnelle en demandant la sanction de celui des leurs  qui quitte la voie du politiquement correct. Ils exigent son exclusion, sa mort sociale. Ce sont ensuite les magistrats qui se transforment en commissaires politiques, en inquisiteurs, en poursuivant les délinquants d’opinion, dénoncés par les « signalements » des associations et des sycophantes, ces chiens de garde de l’idéologie dominante. Car, non seulement la liberté d’expression est menacée, mais elle l’est de manière unilatérale. Il n’y a pas de christianophobie, pas de racisme anti-blanc, mais seulement de l’islamophobie et du racisme à l’encontre des immigrés. Il est clair qu’aujourd’hui la gauche jouit d’une totale liberté de parole et peut même s’ériger en inquisitrice de l’orthodoxie, comme il est évident que la droite, conservatrice sur le plan des moeurs ou patriote, et soucieuse de préserver l’identité nationale, est rejetée dans le camp du mal. 1968 et 1981 ont installé à la tête des différents pouvoirs des hommes et des femmes pétris d’une même idéologie. La « droite » parlementaire a pendant longtemps subi ce joug, par ignorance et lâcheté. Une autre droite se réveille enfin, c’est celle de la liberté à reconquérir, c’est celle des véritables lanceurs d’alerte contre les vraies menaces. Les Français ne sont pas menacés par le réchauffement climatique, mais par la perte de leur identité, la submersion de leur culture et la disparition de leur nation, et ce sont les détenteurs du pouvoir, qui , au lieu de les protéger facilitent le processus et interdisent les résistances. Pour eux, Zemmour devrait être condamné au silence. Il est déjà condamné pour avoir parlé.

A force de résister aux condamnations médiatiques ou judiciaires, Zemmour est devenu le porte-parole des sans-voix, des « sans-pouvoir », comme disait Vaclav Havel. Cette référence fait réfléchir. Ce qui se passe aujourd’hui dans notre pays s’apparente à ce qui se passait à l’est avant la chute du mur ! Que penser de notre pays, de cette « cage aux phobes », où les opinions divergentes sont qualifiées de « phobies », c’est-à-dire de troubles mentaux quand la plupart du temps, elles résultent de constats et de raisonnements parfaitement lucides et objectifs. L’augmentation du nombre d’immigrés, en particulier africains et musulmans, est un fait, pas un fantasme, leur regroupement dans certains quartiers entraîne une modification du mode de vie, et parfois un changement des impératifs comportementaux. L’enseignement tient compte de cette évolution, et au lieu d’imposer l’assimilation au modèle français, s’y accommode au risque de laisser se corrompre notre langage et la transmission de notre histoire. L’ensauvagement de notre société, la montée de la violence, les trafics et les règlements de compte font échapper des territoires entiers aux lois de la République. Zemmour n’est pas le seul à le dire, à souligner le lien entre l’immigration et la délinquance comme en témoigne la population carcérale, mais le disant avec une écoute plus large, il est dangereux, et doit donc être abattu. Par le licenciement ou les tribunaux, on veut le faire taire ! Comment ne pas être révolté, soulevé de honte devant ce qu’est devenue la France dépossédée d’elle-même par les prétendues élites, politique, médiatique, judiciaire, qui la dirigent ? Les Français vont-ils accepter longtemps qu’on leur impose des oeillères pour les conduire vers le précipice ? Puisque la terreur idéologique est à l’ordre du jour, il faut à la France un Thermidor, et pourquoi pas un 18 Brumaire qui chassent les terroristes du pouvoir ! C’est en France désormais que le mur est à abattre !

Mot clés:

7 commentaires

  1. Christiane THIERRY LAGARDE - 1 octobre 2019 21 h 31 min

    que vous avez raison M. VANNESTE, nous sommes très nombreux à penser comme Eric ZEMMOUR, que peut-on faire pour le défendre car ça va trop loin….

    Répondre
  2. erwan - 2 octobre 2019 9 h 49 min

    Ce qui est inquiétant tout de même c’est que c’est sous Pompidou censé être de droite, mais au fond tellement socialisant, que la liberté de penser a commencé à être rognée! La loi Gayssot de 1990 a accentué cette dérive pour aboutir au résultat que l’on sait: la pensée et l’expression sont dictées par la gauchocratie bienpensante politique, médiatique, artistique, judiciaire. Zemmour en fait les frais aujourd’hui et le déferlement de haine et d’appel au meurtre à son endroit sur les réseaux sociaux devrait interpeler et faire se lever tout démocrate avec l’étendard du drapeau tricolore, quelle que soit son orientation politique!

    Répondre
    • Oblabla - 2 octobre 2019 14 h 07 min

      « le déferlement de haine et d’appel au meurtre à son endroit sur les réseaux sociaux devrait interpeler et faire se lever tout démocrate »
      Oui et la dérive liberticide de ce pays est suffisamment grave pour manifester dans la rue pour le soutenir, que l’on soit ou pas d’accord avec ses dires !

      Répondre
  3. DELAFOSSE - 2 octobre 2019 15 h 48 min

    Plus on se rend compte que cet homme s’approche de la vérité dans ses déclarations, plus on le fera taire, car cela obligerait d’agir et d’agir vite et ça on ne sait pas faire.

    Répondre
  4. Ribus - 2 octobre 2019 21 h 34 min

    D’autres avant Zemmour ont déjà subi la Justice politique qui sévit dans ce pays désormais vaste dépotoir gangrené par les communautés et groupes de pression de tout poil. Jusqu’à présent, il était encore protégé par son immunité journalistique mais aussi – il faut bien l’admettre – par sa « judaïté ». Samedi dernier, il a franchi un seuil en participant directement vêtu d’un costume sombre à une réunion politique et pour beaucoup il a de fait changé de métier. Désormais considéré acteur direct du combat politique, la Gauche juge que la protection de sa carte de presse est neutralisée : Zemmour doit donc subir le sort réservé aux adversaires politiques, classés ennemis de l’idéologie dominante. Le caractère totalitaire du régime saute aux yeux maintenant. J’ai de plus en plus de doutes sur la régularité des élections…Pas certain que je continue à cautionner leur grand cirque démocratique.

    Répondre
    • Galatine - 3 octobre 2019 17 h 16 min

      Je suis absolument d’accord.

      L’enquête ouverte par le parquet, sur ordre du pouvoir politique bien sûr, n’est ni plus ni moins qu’une lettre de cachet lancée contre un mauvais sujet, considéré comme un adversaire politique dangereux, qu’il faut éliminer.
      Ce n’est pas l’odeur du fagot que risque de sentir Eric Zemmour – du moins pas encore, mais bien une odeur embastillement…

      Répondre
  5. ALI - 11 octobre 2019 12 h 17 min

    CV, j’ai un peu de mal à lire votre blog, que je découvre, pas à pas. le fond bleu rends la lecture difficile, mais surtout le manque de paragraphe. je suis éditeur d’un blog, moi-même, donc je me permets la suggestion, d’utiliser plus de paragraphes, donc, pour un texte plus espacé et fluide, j’espère que vous me la pardonnerez. Nous ne partageons pas, pour la plupart, les mêmes idées, mais je m’intéresse à tout ce qui se passe dans notre monde.

    Répondre

Exprimez vous!