France Inter chante la cathédrale qui crame : quelle honte !

Le Vendredi Saint, à 17h30, sur France Inter, au milieu des rires des personnes présentes dans le studio, un « chanteur » a lancé sa chansonnette. Il se voulait drôle et se croyait sans doute tout permis. Bien sûr puisqu’il se produit sur un service qu’on dit public, financé par la redevance que paient les contribuables ! Alors, quand on chante et qu’on ne possède ni voix, ni talent, il ne reste que la provocation outrancière : rire à gorge déployée et de façon obscène de l’incendie de Notre-Dame, jeter des propos excrémentiels au pied d’un chef d’oeuvre de huit siècles dressé au coeur de la France par des hommes qui pendant de très longues années ont mis leur génie, leur talent, et leur travail au service de la foi puissante qui les animait. « Le temps des cathédrales est fini, celui des curés, aussi. La cathédrale a cramé et c’est pain bénit » pour le gratteur de guitare. Il va pouvoir déverser sa rancoeur de minable sur l’église, sur les chrétiens en général et les catholiques en particulier, réduits au scandale de la pédophilie pour cette petite tête incapable de penser au-delà de la médiocrité et du sordide. Mais quand on ajoute la lâcheté à la bêtise, on peut s’attaquer à une religion pacifique qui ne punit pas les insultes. Le christianisme, c’est plus facile et moins risqué.

Au moins aura-t-il souligné la décadence de notre pays : sur une chaîne nationale, l’argent public a financé le rire à propos d’un désastre, la destruction partielle d’un joyau du patrimoine national, qui symbolise notre pays aux yeux du monde entier et y attire nombre de visiteurs. Quoiqu’on pense actuellement de l’Eglise catholique, c’est elle qui a bâti ce sanctuaire dans la capitale des rois qui ont construit la France. La disparition de la « forêt », cette merveille architecturale et artisanale, qui avait résisté aux siècles et a succombé à la négligence de notre de temps, devrait nous remplir de honte pour ce que nous sommes devenus. Et sur un média appelé France Inter, on se moque de l’événement. C’est évidemment indigne, et ils n’en ont même pas conscience.

Le service public doit honorer la France par sa qualité, la faire valoir dans le monde. Il lui vomit dessus. Le service public doit respecter tous les Français. Il insulte les millions de catholiques en s’esclaffant parce qu’une église est en flamme, et le fait en ce jour très particulier qu’est le Vendredi Saint, celui de la mort du Christ sur la croix. On ne peut brandir la liberté d’expression au-delà du raisonnable : celle-ci a des limites qui sont l’injure et la diffamation, l’appel à la haine aussi. On peut imaginer que dans la mesure où ce n’est pas une personne qui est attaquée, mais une religion dans sa globalité, un pays tolère une telle liberté. Mais en France, les deux conditions qui justifieraient cette tolérance ne sont pas réunies. D’abord, les amuseurs publics doivent s’imposer des règles. Le contexte du sinistre à peine éteint et de la Semaine Sainte devait inspirer de la retenue, de la décence. Ensuite, qui ne voit que cette retenue n’est pas égale selon les cibles ? Les médias évoquent davantage les attaques, les profanations à l’encontre des autres religions. Les tribunaux sont enclins à les protéger davantage. Parce qu’elle est la religion la plus pratiquée en France, parce qu’elle a accompagné l’histoire du pays, la religion catholique doit être une cible totalement offerte à ses adversaires, sans aucune restriction ? C’est de loin l’Eglise catholique qui, en France, est la plus touchée par des attaques, des déprédations, des profanations, des incendies. Ce sont aussi les Chrétiens qui, dans le monde, sont le plus victimes de l’intolérance et du fanatisme religieux. Le Sri Lanka vient d’en donner le pire exemple.

C’est pourquoi chacun doit aujourd’hui saisir le CSA pour exiger que celui-ci condamne cet appel à la haine camouflé en dérision. L’indignité du service dit public a dépassé les bornes !

Mot clés:

9 commentaires

  1. Jacques Peter - 1 mai 2019 9 h 16 min

    La très grande majorité des Français qu’ils soient catholiques ou non à pleure en voyant Notre Dame en feu.

    Répondre
  2. DELAFOSSE - 1 mai 2019 9 h 44 min

    Le contenu de ce magnifique article complète encore notre tristesse. L’histoire prouve que de tous temps, la Chrétienté a su relever la tête…je reste confiant.

    Répondre
  3. kerneilla - 1 mai 2019 10 h 43 min

    « L’indignité du service dit public a dépassé les bornes ! »
    mais il y a longtemps qu’il ne s’intéresse plus à la qualité (à de rares exceptions près); il ne pratique plus le vrai journalisme, (qui informe le citoyen) mais fait le plus souvent du tabloïd (appel à l’émotion basique plutôt qu’à l’intelligence, et ou la compassion); quant aux émissions de distraction elles sont souvent au ras du bitume : sexe (quand ce n’est pas pornographie), violence omniprésente, mélange des genre : variété et politique , où l’on demande à des saltimbanques de faire office de spécialistes de la pensée, où l’on diffuse avec pugnacité tous les poncifs du politiquement correct, en ostracisant ou en malmenant, ceux qui osent penser autrement… Pauvre France !

    Répondre
  4. Galatine - 1 mai 2019 16 h 36 min

    Cet imbécile ne risque absolument rien en s’en prenant au catholicisme, sur France Inter…
    En revancjhe, du fond de sa bêtise, il n’aurait eu ni le cran de rire du Coran et de « blasphémer » contre l’Islam, sachant trop bien ce qui est arrivé à l’équipe de Charlie Hebdo ; ni de blaguer sur la synagogue, pour ne pas encourir le stigmate infâmant d’antisémitisme.
    Il faut dire que les catholiques sont bien mal soutenus et représentés par le pape actuel, très discret sur les persécutions dont les chrétiens font l’objet dans le monde, qui pense plutôt à aller faire le beau à Al Azhar…

    Répondre
  5. Stoony - 1 mai 2019 19 h 46 min

    Dans le registre Honte et Dénigrement de notre Nation, on avait déjà été servis. Souvenez-vous du premier prix de photographie accordé par la FNAC à l’image d’un quidam qui se torchait le cul dans les plis du drapeau français ! Oui, le premier prix !

    Répondre
  6. Homo Orcus - 2 mai 2019 6 h 36 min

    D’accord avec votre courroux contre cet imbécile.
    Les cathédrales n’ont jamais été édifiées par la foi de leurs constructeurs et architectes, bien au contraire, mais par des athées. Les contentieux étaient fréquents entre l’Église et le chef de chantier.
    On ressent un bien être quand on entre dans ces vaisseaux de pierre, immense et raisonnant, c’est normal, la cathédrale est construite à la dimension humaine, paume, coudée, pied, en respectant le nombre d’or.

    Répondre
  7. DELAFOSSE - 2 mai 2019 9 h 21 min

    Que des athées s’évertuent à construire de tels édifices en hommage à la foi, en effet on ne verrait plus cela maintenant !
    Nos châteaux non plus n’ont pas été construits par des maçons aristocrates !

    Répondre
  8. Pitton Rita - 2 mai 2019 9 h 27 min

    Christian ces petits esprits infernaux ne gagneront pas contre la Transcendance Catholique qui va quand même évoluer dans le futur .Amen .

    Répondre
  9. Natou - 7 mai 2019 13 h 08 min

    Ces pleutres feront d’excellents dhimmis et ils l’auront bien mérité!

    Répondre

Exprimez vous!