Avec Trump, le populisme a-t-il gagné ?

donaldtrumpLe contraste est saisissant entre l’image que nos médias donnaient de l’Amérique de Trump, depuis son élection et la manière dont les Américains ont voté hier. Notre presse a, comme d’habitude, rapporté fidèlement les campagnes menées par les démocrates contre le Président des Etats-Unis, et relayé l’état d’esprit des milieux « progressistes »  des côtes nord-est et ouest. A les entendre, les manifestations incessantes contre lui, les doutes sur ses capacités intellectuelles, les réactions à ses positions sur les armes, ou sur les minorités, sa collusion supposée avec la Russie qui aurait favorisé sa victoire, allaient déclencher un ras-de-marée démocrate au Congrès, faire de lui ce que les Américains appellent un « canard boiteux », un Président prisonnier d’une majorité parlementaire hostile capable d’aller à travers une multiplication d’enquêtes jusqu’à sa destitution. Il n’en est rien. Donald Trump s’est impliqué à fond dans la campagne et a transformé celle-ci en un référendum pour ou contre lui. Certes, les Républicains ont perdu à la Chambre des Représentants la majorité qu’ils avaient conquise depuis 2010, lors des premières élections de mi-mandat de Barack Obama, mais ils progressent au Sénat. Quand on sait que Donald Trump a été élu par une majorité d’Etats, mais une minorité d’électeurs, le résultat d’hier ne remet nullement en question le Président des Etats-Unis. Il devra négocier davantage, mais c’est une constante dans un pays où la balance et l’équilibre sont au coeur du système démocratique. En revanche, il a clairement démontré qu’une grande partie du pays le soutient toujours, suffisamment pour envisager une réélection en 2020.

Même le Washington Post (https://www.washingtonpost.com/blogs/post-partisan/wp/2018/11/07/democrats-won-the-house-but-trump-won-the-election/?noredirect=on&utm_term=.ed25e1678b78) reconnaît dans l’addition de ce succès et de ce recul limité, une victoire de Donald Trump.  Contre qui a-t-il gagné ? Mais contre la presse, justement, quasi unanimement mobilisée contre lui avec une virulence inhabituelle, depuis le début de son mandat. Contre ce que cette presse représente sociologiquement de façon très majoritaire, les « libéraux », au sens américain du terme, c’est-à-dire la gauche du politiquement correct qui règne sur les milieux intellectuels et sur le monde du spectacle sur les deux rives des USA. Le Président élu en 2016 est pour ces gens un repoussoir qu’ils détestent et méprisent au point d’ignorer la cohérence de sa stratégie sous les coups apparemment désordonnés de sa politique et sous la pluie de ses tweets jugés par eux infantiles ou caractériels. Il est toujours dangereux de sous-estimer un adversaire : sous des dehors faciles à caricaturer, c’est une force peu commune qui l’habite, tellement absente aujourd’hui chez tant d’élus de nos vielles démocraties toujours enclins à jongler avec des idées contradictoires pour tenter de rester au centre. Beaucoup n’ont pas encore compris qu’une grande partie du peuple ne supporte plus leurs palinodies, leurs valses-hésitations, et leurs contorsions. Trump, qui est un homme d’affaires plus qu’un politique, a vu, peut-être avec cynisme, mais peut-être aussi parce que cela correspond chez lui à des convictions sincères, l’occasion à saisir sur le marché politique : le peuple, celui qui est délaissé voire écrasé par la mondialisation, qui est volontiers patriote et conservateur, parce qu’il correspond au noyau solide de l’Amérique profonde. Loin de vouloir, comme tant d’hommes politiques, comme Sarkozy après 2007 séduire ceux qui n’avaient pas voté pour lui, il a d’abord cherché à fidéliser sa « clientèle ». Il y est parvenu, y compris, ce qui était loin d’être gagné, en faisant adhérer le Parti Républicain à sa personne. Il pense à l’élection de 2020. Il va donc continuer à fustiger la presse de gauche, lutter contre l’immigration illégale, nommer des conservateurs partout où il le pourra, défendre une réaction musclée et armée contre le crime, privilégier l’emploi américain plutôt que l’environnement et le libre-échange. L’exceptionnelle prospérité économique des Etats-Unis atteinte aujourd’hui avait certes commencé sous Obama. Il pourra dire que c’était grâce à la Chambre républicaine depuis 2010, et au Sénat républicain depuis 2014. Si les résultats déclinent, il pourra désormais accuser la majorité démocrate des Représentants de bloquer ses réformes.

Donald Trump est donc clairement un populiste. Au-delà de son succès relatif d’hier, il fait percevoir l’enjeu considérable auquel sont confrontées nos vieilles démocraties occidentales, aux Etats-Unis comme en Europe. La carte américaine offre, elle-aussi, la photographie du clivage entre les périphériques et les métropolitains mis en lumière par Christophe Guilluy chez nous. On vote démocrate dans le Nord-Est et en Californie, à New-York et à San Francisco, mais républicain dans le Sud et l’Ouest profonds. Le GOP s’identifie à la défense d’une Amérique forte attachée à ses valeurs traditionnelles. Le parti démocrate, lui, semble de plus en plus incarner le « Big Other », la démocratie non plus entendue comme le règne constitutionnel de la majorité, mais comme l’avancée permanente des revendications minoritaires et communautaires. Un gouverneur « gay », une représentante amérindienne et lesbienne, deux musulmanes élus sont pour lui des trophées. Est-ce en favorisant la représentation des communautés et des particularités qu’un pays peut privilégier le bien commun de ses habitants et prolonger sa vie alors que l’histoire condamne à mort tous les peuples qui ne savent pas maintenir leur unité et défendre leurs frontières ? C’est aux Etats-Unis la question qui va se poser de plus en plus désormais.

Mot clés:

4 commentaires

  1. Pitton Rita - 8 novembre 2018 10 h 07 min

    Moi j’étais pour Trump au début mais vu ses récentes gesticulations pro-sionistes anti- Russie/Poutine ( Ambassade US à Jérusalem ,reprise de l’armement nucléaire contre la Russie , sanctions perturbatrices contre l’Iran sous pression sioniste de Netanyahu ) je suis convaincue que ces Mid Terms se sont disputés entre la peste et le choléra !!
    Et on va droit vers un NWO globalisé par la destruction des nations .Horreur .
    Quant aux démocrates progressistes de gauche avec CNN , les stars etc etc c’est Israêl , c’est le NWO.Vade retro .Amen .

    Répondre
  2. Jacques Peter - 8 novembre 2018 12 h 03 min

    Très bon article. Trump roule pour la majorité populaire qui se reconnaît dans le rêve américain.
    Ce qui me gène chez lui c’est son protectionnisme:  » privilégier l’emploi américain plutôt que [ l’environnement et] le libre-échange ». Le protectionnisme pénalise les consommateurs du pays qui impose des tarifs. Trump se veut populiste mais il pénalise le peuple au profit des lobbies des producteurs américains. C’est un peu contradictoire.

    Répondre
    • erwan - 8 novembre 2018 12 h 41 min

      Si son protectionnisme vous gêne, votez Macron le libéral dans toute sa splendeur…nauséabonde pour le peuple! Ce qui est précisément intéressant chez Trump c ‘est son protectionnisme, j’oserais même son colbertisme qui contribue à la prospérité d’une nation.

      Répondre
      • Oblabla - 8 novembre 2018 19 h 41 min

        Trump n’est pas un véritable protectionniste. Il cherche simplement à rééquilibrer les échanges commerciaux entre USA et reste du monde qu’il juge déséquilibrés. Il cherche à défendre la propriété intellectuelle et à éviter les transferts de technologie sans véritable garantie ou contrepartie.
        Rien ne dit que l’Europe ne profitera pas de certaines positions de Trump à terme…

        Répondre

Exprimez vous!