Réélection triomphale de Vladimir Poutine !

poutineVladimir Poutine est réélu à la Présidence de la Fédération de Russie. Sa victoire « sans surprise », comme le martèlent nos médias infiniment démocratiques et pour le coup pleins de dépit, est un événement considérable. C’est la preuve indiscutable de la réussite d’une ligne politique incarnée par un homme dans un pays à l’identité forte malgré son étendue et la diversité relative de sa population. En un mot, c’est la victoire du populisme, et on comprend que les oligarchies de nos démocraties vieillissantes en soient meurtries. Or, qu’est-ce que le populisme ? C’est cette forme de démocratie qui en rappelle l’essence, à savoir la souveraineté du peuple. Que cette souveraineté soit limitée pour éviter la dictature de la majorité, l’écrasement des libertés individuelles et des minorités, correspond à un équilibre qui s’appelle l’Etat de droit. Dans beaucoup de démocraties libérales, la France en particulier, entre l’Etat de droit, dévoyé, soumis à des normes internationales, à des revendications communautaires, et la démocratie, un déséquilibre sournois s’est produit qui prive le peuple de sa souveraineté au profit d’instances supranationales et de règles qui s’imposent à la volonté populaire avec la complicité des technocrates nationaux et internationaux, souvent très ouverts aux conseils des milieux financiers. L’ancien Président de la Commission Européenne, José Manuel Barroso,  n’a-t-il pas rejoint Goldman Sachs ? Le Président français, champion incontestable de ce système, n’a-t-il pas fait ses classes chez Rothschild ? Lorsque le Général de Gaulle, à deux reprises, a rétabli la démocratie en France, en 1944, et en 1958, il l’a fait en cherchant à maintenir l’équilibre de la souveraineté populaire et de l’Etat de droit en respectant l’identité nationale de la France. Jean Monnet, l’homme qui parlait à l’oreille du Président américain voulait détruire de Gaulle, pour éviter, disait-il,  la dictature, qui ne s’est pas produite, et pour instaurer le système que nous connaissons malheureusement aujourd’hui où un microcosme mondialiste entend mettre les Etats-Nations entre parenthèses. Emmanuel Macron est le triomphe posthume de Monnet, comme Vladimir Poutine est à l’évidence le « de Gaulle » russe.

La Russie n’est pas la France. Elle n’a jamais vraiment connu la démocratie libérale. Elle est passée de l’autocratie tsariste à la dictature communiste en quelques mois et en pleine guerre. Après 70 ans d’un totalitarisme effroyable, les Russes se sont réveillés dans un chaos fait de pauvreté et d’humiliation. Vladimir Poutine a diminué la pauvreté et il a rendu la grandeur. Il correspond logiquement à ce qu’attendait l’immense majorité du peuple russe, dont la fierté et le patriotisme constituaient ce fameux buvard dont de Gaulle disait qu’il allait boire le communisme. Que le besoin d’un homme providentiel, que le goût de l’unité l’emportent en Russie sur les revendications minoritaires et le respect méticuleux des règles qui ailleurs émasculent l’action politique, voilà qui correspond à une identité qu’il faut respecter plutôt que de vouloir imposer aux Russes un système dont la réussite chez nous est bien compromise. La dimension du succès du Président russe, élu à 75%, devrait conduire nos dirigeants à plus de modestie, et les peuples occidentaux à une plus grande défiance à l’encontre de leurs manoeuvres. Depuis des années, les Etats-Unis et leurs alliés ont multiplié les actions contre la Russie, alors même que celle-ci faisait preuve de bonne volonté. La tentative d’isolement menée avec le concours de l’Union Européenne a consisté à retourner les anciens satellites soviétiques, y compris de vieilles provinces de l’Empire des Romanov, comme l’Ukraine contre la Russie. Elle a cherché à lui interdire la Méditerranée. L’échec calamiteux de cette stratégie pèse lourdement sur l’Ukraine ou la Syrie. Les Occidentaux ont diminué l’envergure de leur offensive. Ils sont passés à la détérioration de l’image, en vue de gêner la réélection du Président russe. Celui-ci, qui passe pour un grand stratège politique, faisait remarquer que l’assassinat au Royaume-Uni d’un espion en retraite, à la veille de l’élection présidentielle et de la Coupe du monde de football avait peu de chances de porter sa signature.

Alors, tandis que nos médias déversent quotidiennement leur désinformation anti-russe, tirée d’une ONG proche des Frères Musulmans et basée à Londres pour la Syrie, ou mettant en exergue un opposant « libéral », en reprenant ses accusations de bourrages d’urnes à propos des élections, notre exécutif sombre dans la mesquinerie, la grossièreté, le ridicule et la fanfaronnade. « Notre » Président, issu d’un étrange scénario médiatico-judiciaire, mélange les genres en snobant le stand officiel de la Russie au Salon du Livre, tandis qu’il menace d’une intervention unilatérale de la France en Syrie. Dans quel but ? Prolonger une guerre atroce dont la France est déjà en partie responsable ? Notre impuissance à secourir nos alliés kurdes contre l’Etat islamique aujourd’hui écrasés par les Turcs, pour avoir fait confiance à l’Amérique, est une honte, dont on évite de parler. On préfère évoquer le repentir injustifié de la colonisation ! Enfin, la France ne reconnaîtra pas le vote des Russes de Crimée. Certes le retour de la Crimée à la Russie après quelques décennies de rattachement administratif à l’Ukraine n’est pas reconnu internationalement, mais c’est exactement la même situation pour Mayotte, où l’on votait hier aussi, beaucoup moins d’ailleurs qu’en Crimée. La comparaison n’est guère en notre faveur : elle incite à penser qu’il nous faudrait un Poutine, certes conforme à notre génie propre, bref, un nouveau de Gaulle !

 

Mot clés:

7 commentaires

  1. DELAFOSSE - 19 mars 2018 9 h 17 min

    En effet, mais chez nous, retrouver aujourd’hui un homme politique providentiel capable de payer lui aussi son loyer à l’Elysée, ce ne sera pas facile…par contre, un Général en retraite, c’est encore possible.Surtout pour faire du vrai »ménage » dans cette France qui, de toute manière, comme nous l’avons déjà vu, se fera un plaisir de le virer une fois le travail terminé !
    Alors je comprends que l’on puisse ne pas se bousculer au portillon !

    Répondre
  2. erwan - 19 mars 2018 18 h 46 min

    Je suis un pro Poutine mais quand je vois certaines images de nos medias français montrer des fraudes dans les urnes en l’absence de tout scrutateur, ça me laisse perplexe sur la sincérité du scrutin…

    Répondre
    • vanneste - 19 mars 2018 19 h 39 min

      Ces images et les commentaires visent exactement ce but.

      Répondre
  3. Ribus - 19 mars 2018 20 h 51 min

    1- Outre que Poutine a rendu leur fierté aux russes et remis son pays au premier plan sur la scène internationale, la caste est très énervée aussi par l’influence du président russe dans le monde. Il est l’homme qui a imposé la conception d’un monde multi-polaire.

    2- Dans de nombreux pays, il représente celui qui a osé s’opposer à l’oligarchie mondiale sous clef américaine ; celui qui a vaincu l’Occident en Syrie ; celui qui a su tisser des alliances puissantes avec les chinois et les iraniens.

    3- Poutine représente surtout, à mon avis, le chef d’État qui s’est fixé comme seule et unique mission de défendre à chaque seconde les intérêts de son pays et de son peuple. Les présidents d’opérette que nous avons tous les 5 ans apparaissent dans leur dérisoire réalité de bouffons.

    4- Poutine a su s’imposer à tous. Pourtant, a priori, il n’avait pas une carrure ni un charisme hors du commun : c’est un homme de taille moyenne, sans signe particulier, assez quelconque. Mais, il s’est révélé un redoutable stratège, d’une intelligence politique hors du commun. C’est pour cela aussi, je pense, que les russes veulent le garder à la tête de leur pays.

    Répondre
  4. Pitton Rita - 20 mars 2018 10 h 01 min

    Pendant toute la journée du dimanche 18 mars j’ai allumé un cierge pour Vladimir Poutine et j’ai prié ardemment pour sa victoire . Car ce qu’écrit Christian ici est vrai .Merci à lui et aux commentateurs. Je diffuse sur Facebook .

    Répondre
  5. DELAFOSSE - 20 mars 2018 16 h 53 min

    Dieu sait mieux que personne, qu’en fait, sa réélection n’a rien eu du miracle !

    Répondre
  6. Thierry Theller - 23 mars 2018 12 h 05 min

    VLADIMIR POUTINE : LES VRAIES RAISONS QUI CHAGRINENT LES “MARRANTS” ET LES “COMIQUES” DU GANG DES PIEDS-NICKELÉS YANKEES

    Face à la propagande médiatique, à la campagne de guerre, à la provocation agressive et aux allégations non fondées du harcèlement UE-US contre la Russie et contre son président V. Poutine, le professeur James Petras dénonce – à juste titre – les faux prétextes et les véritables motifs du gigantesque hoax de la campagne anti Poutine.
    Pour autant, il est à craindre que les psychopathes oligarchiques, malgré la nouvelle réélection du président russe, ne lâcherons pas facilement « l’objet » de toutes leurs convoitises.

    Lire la suite sur : http://www.finalscape.com/vladimir-poutine-les-vraies-raisons-qui-chagrinent-les-marrants-et-les-comiques-du-gang-des-pieds-nickeles-yankies/#comment-337

    Répondre

Exprimez vous!