Le Monde arabo-musulman, un baril de plus en plus dangereux ? (III)

echecsL’intervention russe dans la « guerre civile » syrienne est l’événement de loin le plus important depuis le « Printemps arabe ». La Russie avait laissé faire en Libye. Cette fois, il s’agit de son vieil allié de Damas, là où elle possède un point d’appui naval à Tartous, indispensable pour la présence de sa flotte en Méditerranée. Depuis 1990, le pays va d’humiliation en humiliation. L’opportunité de reprendre pied au Moyen-Orient, de retrouver son rayonnement international et d’être de retour parmi les grands ne doit pas être manquée. Elle ne le sera pas. Pour cela, Moscou va agir avec méthode, sur le plan militaire d’abord. Il s’agira en premier lieu de sécuriser le régime syrien tout en intimidant les occidentaux et en impressionnant les ennemis potentiels. Le déploiement des moyens militaires, aériens et maritimes, sera démonstratif : missiles de croisière lancées depuis la Caspienne ou la Méditerranée, bombardiers stratégiques venant de Russie, avions et hélicoptères performants pour appuyer une action au sol. L’armée russe montrera aussi ses capacités techniques et électroniques en parvenant à brouiller efficacement les communications des occidentaux. Sur le terrain, ses bombardements seront plus massifs et efficaces que le traitement appliqué de façon homéopathique, contre le seul Etat islamique, par les  Etats-Unis et leurs alliés. A terre, les russes seront peu présents, mais ils joueront néanmoins un rôle décisif au travers de forces spéciales qui subiront des pertes. L’armée syrienne saignée par une centaine de milliers de pertes et des désertions devra être épaulée par des milices syriennes, mais aussi par des Gardiens de la Révolution iraniens, des volontaires chiites venus de partout, et notamment le Hezbollah libanais, qui fera preuve d’une grande combativité et dont l’action sera souvent déterminante. A la manière de celle d’Espagne dans les années 1930, la guerre civile syrienne est devenue internationale. Toutefois, c’est ici le camp gouvernemental soutenu par la Russie et l’Iran, et rassemblant les nationalistes syriens et « l’internationale chiite », qui présente la plus grande unité et s’identifie à la partie du pays qui maintient une vie à peu près normale. Beaucoup de Syriens habitant des secteurs en guerre s’y réfugient. Les rebelles seront toujours très divisés, soutenus et manipulés de l’étranger, engageant de plus en plus de « volontaires internationaux », sunnites djihadistes, au sein de groupes islamistes concurrents, souvent terroristes, qui déborderont la fantomatique Armée Syrienne Libre, supposée être le vecteur de la « démocratie ». En Espagne, c’est plutôt le camp républicain, le « régime » qui sombra dans l’anarchie, surtout en Catalogne.

La Russie devra aussi mener une guerre médiatique. Tout au long d’une intervention qui permet au Président Assad de redresser la situation de son gouvernement, une propagande intensive se déchaînera dans nos « démocraties » occidentales. La désinformation massive que nous avons subie devrait produire le résultat inverse de celui escompté. Quand des gouvernements et les médias mentent et manipulent à ce point, sommes-nous bien sûrs d’être en « démocratie » ? Le « régime » Assad a été systématiquement diabolisé. Sous Sarkozy, Bachar Al Assad était venu à Paris à trois reprises en visite officielle, accompagné de son épouse, à l’époque où cet ophtalmologue était considéré comme un dirigeant très fréquentable. Il était désormais un tyran sanguinaire, un boucher, un bourreau, massacrant son peuple à coups de barils d’explosifs et de bombes au gaz sarin. On imaginait le peuple entier dressé contre lui ou fuyant le pays par tous les moyens pour se réfugier notamment en Europe. En réalité, un grande partie de la population l’a toujours soutenu : les minorités alaouïte, chrétiennes, druze, chiite, mais aussi une bonne part des sunnites, baassistes ou simplement attachés à la stabilité du pays pour des raisons économiques. L’opposition a été très rapidement débordée par les religieux, les Frères Musulmans, voire les salafistes, et c’est ce conglomérat qu’on nous a présenté comme la relève démocrate. On sait maintenant comment sont organisées les « révolutions » qui plaisent à la CIA : rassemblements protestataires, tirs des nervis du régime, redoublement d’ardeur chez les manifestants qui s’arment aussi. Le « régime assassin » s’effondre alors, désavoué par le monde entier, lâché par ses soutiens locaux et bousculé par des groupes révolutionnaires armés. Qui a tiré le premier ? Les forces de l’ordre ? Rien n’est moins sûr ! Passant outre à cette stratégie vécue dans les anciennes républiques du bloc soviétique, Vladimir Poutine a persévéré. Lorsque la ligne rouge de l’emploi des gaz a failli servir de prétexte au velléitaire Obama et au va-t-en guerre Hollande pour attaquer, c’est lui qui s’est chargé d’assurer la neutralisation des armes chimiques. Lorsqu’un avion russe a été abattu par les Turcs, loin de s’énerver, il a mis en garde et attendu son heure. Celle-ci est arrivée avec l’étrange tentative de coup d’Etat déjouée en Turquie. Les Etats-Unis y avaient-ils trempé ? Poutine assura Erdogan de son soutien ! Les loyalistes ont libéré la plus grande partie de la Syrie utile, sécurisé la frontière libanaise et les communications vitales. Alep qui était partiellement tenue par les rebelles, venus de l’extérieur pour la plupart, a été reprise. Ce succès fut décrit en Occident comme l’écrasement féroce d’une cité défendue par ses habitants. Tromperie caractérisée : la moitié de la ville et la majorité des Alépins étaient restées constamment sous la protection de l’armée syrienne, encerclées de temps à autre par les islamistes que les Turcs cessèrent finalement de ravitailler.

Après cette victoire décisive, les opérations se sont concentrées contre l’Etat islamique. La Russie lançait une manoeuvre diplomatique en réunissant les protagonistes à Astana. Elle aboutissait à la mise en place de zones de désescalade où les actions militaires étaient suspendues à l’exception de celles menées contre les terroristes. Une stratégie extrêmement subtile était déployée avec les Turcs qui ont pu enfoncer un coin entre les deux zones tenues par les Kurdes syriens de l’YPG, d’obédience marxiste, longtemps soutenus par les soviétiques et aujourd’hui armés et encadrés par les Occidentaux. Ceux-ci avançaient vers Raqqah et sur la rive nord de l’Euphrate tandis que les loyalistes et leurs alliés libéraient Palmyre, puis Deir Ez-Zor, et progressaient le long de la rive sud du fleuve.On était allé jusqu’à prétendre que l’Etat islamique était une créature d’Assad pour contrer la rébellion. Obama et Hollande accusaient les Russes de bombarder les civils et les gentils rebelles en les laissant agir seuls contre « daesh », puisque le code imposait de ne pas employer le mot « islamique ». Sans qu’il y ait à proprement parler d’alliance, une convergence objective entre les deux camps rivaux s’est produite sur le terrain qui a permis de mettre fin au califat, soulignant l’inanité des accusations.

La situation actuelle en Syrie qui voit la fin de l’Etat islamique et le gouvernement de Damas contrôler une large majorité des habitants et la plus grande partie du territoire, tandis que l’exigence du départ d’Assad est mise en sourdine, est évidemment l’oeuvre du Président russe. ( à suivre)

Mot clés:

Exprimez vous!