Attentat à New York 8 morts.

AttentatsPakiLa ville de New York a été à son tour touchée par un attentat à la voiture bélier. Le scénario se répète et paraît difficilement évitable sauf à transformer les trottoirs et les pistes cyclables en lieux inaccessibles aux voitures. Les services de renseignement n’avaient pas perçu les signaux de la préparation du 11/09/2001, soit le détournement de quatre avions de ligne par des équipes composées majoritairement de Saoudiens qui s’étaient entraînées au pilotage aux Etats-Unis. Il est probable qu’un attentat de cette ampleur serait aujourd’hui détecté à temps. En revanche, les attaques les plus récentes, sauf celle de Barcelone, ont été commises par des individus seuls dont l’arme était un véhicule de location. Même un renforcement du contrôle des locations ne peut guère éviter qu’un individu sans antécédent, radicalisé récemment et sans l’afficher publiquement, puisse commettre ce type d’attentat. Le fanatisme religieux en est le motif essentiel, même si la nature de l’acte, l’assassinat d’innocents pris au hasard et l’attitude suicidaire qui suit, laissent planer des doutes sur la santé mentale des auteurs. Le 22 Mai, à Times Square, il s’agissait bien de l’action d’un malade mental. Cette fois, le terrorisme islamique est clairement en cause. Le tueur est un Ouzbèk de 29 ans aux Etats-Unis depuis 2010 : Sayfullo Saipov. Il est sorti du véhicule en criant « Allahou Akbar », et a brandi des pistolets factices pour se faire abattre et mourir en martyr pour rejoindre le Paradis et ses jardins embaumés. En l’occurrence, un policier l’a blessé au ventre et il survit après une lourde opération. Il faut espérer qu’il parle pour qu’on sache s’il était un loup si solitaire que ça. Cet événement jette une lumière triste sur le procès de l’instigateur présumé de Mohamed Merah, son frère Abdelkader. Dans les deux cas, la lâcheté et l’acharnement contre des innocents sont une signature. Saipov, après avoir tué 8 personnes, dont 5 Argentins, et blessé 12 autres passants ou cyclistes a jeté sa camionnette contre un bus scolaire. La dernière cible de Merah était une cour d’école. Il y a dans ces crimes comme une volonté d’être ignoble qui surprend même ceux qui ne manifestent aucune sympathie pour l’islam. Comment une religion peut-elle inspirer à des croyants l’envie de la rendre aussi odieuse ? Certes, il y a des appels au meurtre des mécréants dans le Coran, et l’histoire des débuts de l’islam n’est pas avare de cruautés. Mais, choisir à ce point de tuer si possible des victimes sans défense, avec pour seule préoccupation que ce soit dans un lieu symbolique, ici le sud de Manhattan, non loin du World Trade Center, afin que le retentissement soit mondial malgré la faiblesse des moyens, relève de ce que Kant appelait, au-delà de la volonté mauvaise, la volonté diabolique, le contraire absolu de l’idée qu’on se fait de la religion, qui doit appeler à la sainteté. En ce jour de Toussaint, les chrétiens savent que, si le christianisme n’est pas exempt de faute, il voit dans ses Saints et Martyrs, des victimes exemplaires, non des bourreaux sans pitié. Que l’islam n’oblige pas à de tels actes est évident puisque, dieu merci, ils demeurent très minoritaires, mais il ne les interdit pas. Il les rend même possibles pour peu que le verset belliqueux rencontre un esprit faible manipulé par un prédicateur pervers. C’est un vrai problème qu’il ne faut pas éluder.

Les commentaires de la « médiocratie » ont été une fois encore révélateurs. Au lieu de réfléchir sur cette spécificité inquiétante de la religion musulmane et sur le moyen d’y remédier, les flèches se sont immédiatement dirigées vers Donald Trump, la bête noire des journalistes, toujours pas remis de la défaite de « leur » Hillary. Le Président Trump avait, une fois de plus, selon eux, eu tort de s’exprimer, de lancer une série de tweets. Pourtant, ceux-ci étaient logiques : le premier évoquait un acte criminel commis par un déséquilibré, sans doute par référence au précédent de Times Square. Encore une fois, même si le crime est motivé par la religion, il ne peut-être le fait d’un homme sain d’esprit. Le « dérangement » sectaire n’est pas rationnel. Pour autant, il n’exonère pas de la responsabilité car si l’individu agit pour des motifs absurdes, il sait ce qu’il fait. Le second tweet soulignait justement l’allégeance à l’Etat islamique, qu’un texte trouvé dans le véhicule revendiquait, et Trump en tirait la conclusion que le contrôle de l’entrée d’islamistes sur le territoire américain devait être renforcé, comme il le souhaite, malgré les récriminations du « politiquement correct ». Un commentaire a dénoncé aussitôt « le feu mis aux poudres », un autre le Président « à côté de la plaque »… En quoi ? L’auteur est bel et bien un immigré musulman… Mais il était important pour ses détracteurs d’opposer le sérieux du Maire et du Gouverneur de New-York, démocrates tous deux, aux réactions « intempestives » du « Donald ». Le troisième tweet était, comme il se doit, un message de compassion envers les victimes et leurs proches. L’acharnement de l’Establishment à l’encontre du Président Américain devient préoccupant pour le monde occidental. Un rapprochement avec la Russie aurait été un évident facteur de paix. On en a fait un motif de destitution dans le but de limiter son action, et comme si la guerre froide était une nécessité pour les Etats-Unis. Quel aveuglement sur les priorités !

Mot clés:

9 commentaires

  1. kafir Pride - 1 novembre 2017 9 h 35 min

    Non seulement les textes fondamentaux de l’islam (coran, hadiths, sunna…) n’interdisent pas de tels actes mais ils les encouragent car « mourir dans le chemin d’allah est le seul moyen d’être certain d’aller au paradis! »
    Je me souviens d’un article paru il y a longtemps dans un journal palestinien* écrit par un médecin arabe qui disait la chose suivante que je résume ainsi: » il suffit à n’importe quel musulman de se consacrer une nuit entière à la relecture du coran pour pouvoir devenir le lendemain le pire des terroristes ». Musulman lui-même on peut supposer qu’il parlait en connaissance de cause, non?
    La conséquence terrible à en tirer est que si tout musulman n’est évidemment pas un terroriste il peut le devenir simplement en allant aux racines mêmes de sa « religion » où la violence est intrinsèque et baigne tous les textes « sacrés ». Amour, Tolérance et Paix semblent décidément bien loin du corpus islamique…
    Il ne faut donc pas se tromper, le terrorisme islamique fait partie de l’islam fondamental et DAESH en est une représentation emblématique.
    Aujourd’hui nous fêtons la Toussaint, la fête de tous ceux qui ont donné leur vie pour diffuser un message de paix au monde entier, les « saints » célébrés par l’islam sont ceux qui ont massacrés femmes, enfants, non musulmans etc…
    ET cette civilisation serait compatible avec la nôtre?
    De grâce cherchez l’erreur….
    * MEMRI

    Répondre
  2. kerneilla - 1 novembre 2017 12 h 04 min

    Des journalistes majoritairement gauchistes, ce n’est pas une nouveauté , cela date de la Libération, quand tous les journaux « ayant continué de paraître » après l’occupation totale de la France (sauf erreur), ont été interdits de parution et leurs moyens de travail donnés aux « bien-pensants » de l’époque évidemment gauchistes , essentiellement communistes …le problème est que 70 ans après, la majorité des écoles de journalistes, (idéologiquement à gauche)donc des journalistes se focalisent plus sur l’aspect technique de leur métier : le contenant, plutôt que sur le contenu , (ce qui les obligerait à réfléchir à leur devoir et leur responsabilité , la qualité et la pluralité de l’information des citoyens… )
    En clair trop de journalistes méprisent les citoyens, en se focalisant sur l’émotionnel plutôt que sur le factuel. Je me souvient de la réflexion d’un journaliste (une fois n’est pas coutume: quelques uns d’entre eux réfléchissent) qui disait : « doit-on traiter cet événement qui n’aurait pas lieu si nous n’en parlions pas? »…Ma réponse est non : Les attentats islamistes sont des faits divers criminels qui ne méritent que le mépris…et un certain laconisme, ce qui couperait l’herbe sous le pied de nombre de candidats Djihadistes!

    Répondre
  3. erwan - 1 novembre 2017 16 h 56 min

    Je ne suis pas vraiment d’accord avec vous . Tous les attentats islamistes commis récemment en France n’étaient pas le fait d’esprits faibles, notamment les plus meurtriers en 2015. Au contraire, il s’agissait de personnes déterminées, enracinées et fanatisées dans leurs convictions religieuses, espérant probablement avoir comme salut de déflorer 72 vierges au paradis…

    Répondre
    • vanneste - 1 novembre 2017 19 h 37 min

      Il faut avoir quand même de sérieuses limites intellectuelles pour gober de telles fadaises. La lecture du coran par quelqu’un de sensé ne peut le conduire à être musulman. J’ai bien précisé que cela n’exonère en rien la responsabilité, car celui qui tue pour aller au paradis est un crétin mais il sait parfaitement ce qu’il fait lorsqu’il tue.

      Répondre
  4. DELAFOSSE - 1 novembre 2017 16 h 57 min

    Les nouvelles dispositions sécuritaires gouvernementales me rassurent…désormais je sais que je pourrai voir mon épouse partir en footing en toute sérénité !

    Répondre
  5. Ribus - 2 novembre 2017 6 h 47 min

    C’est bien triste et regrettable pour les victimes de cet attentat ; ces citoyens américains ne sont sans doute pas responsables de la politique de leurs dirigeants. Ce jeune policier a été courageux ; il a fait son métier et accompli son devoir.

    Les États-Unis connaissent des attentats islamistes sur leur sol. C’est bien le retour de bâton de leur politique au Proche Orient depuis des années. Ils sont tellement prompts à faire la guerre chez les autres qu’un peu de sang déversé dans leurs rues est quelque part un juste retour des choses.

    On aperçoit aussi par cet attentat le résultat calamiteux de 10 ans de gouvernance Obama. En France, cela fait 30 ans que les hommes politiques jouent avec le feu avec l’Islam. Les américains parviendront sans doute à endiguer le phénomène ; pas nous.

    Répondre
  6. Pitton Rita - 2 novembre 2017 11 h 53 min

    Bonjour à tous ,
    Le côté sanguinaire de l’Islam nourrit la violence du terrorisme .Car ils ont un Allah global : Clément en Haut et violent en Bas .Pareil pour les juifs . Les chrétiens NON .

    Oui Ribus un peu de sang déversé dans les rues Newyorkaises est quelque part un juste retour des choses .
    Et en plus cette horrible parade d’Halloween US avec des têtes de mort ,des squelettes , des costumes d’enfants effrayants , cette fête des sorcières ne fait pas de barrière spirituelle contre le terrorisme .
    Une parade de la Toussaint , OUI .
    .

    Répondre
    • DELAFOSSE - 2 novembre 2017 15 h 37 min

      Ce type de parade est une expression de liberté que DAESH souhaiterait soustraire.Si cela plait à un certaine population ,c’est qu’elle en a le niveau et tout le problème est là !

      Répondre
    • Ribus - 3 novembre 2017 6 h 39 min

      Pitton Rita,

      La violence, la laideur et le mensonge est leur Sainte-Trinité.

      Répondre

Exprimez vous!