Légaliser la drogue ?

reglementdecompteUn règlement de comptes a, une fois de plus, eu lieu à Marseille, à la Cité Bassens. Trois personnes qui regardaient le clasico Barcelone Real à la télévision ont été assassinées dans un magasin. Il semblerait que l’une des trois soit étrangère au trafic de drogue qui sévit dans les quartiers nord de la cité phocéenne et qui est à l’origine des meurtres qui y sont commis régulièrement : 10 depuis le début de l’année, 19 en 2015, 18 en 2014. Malgré les visites tonitruantes de Manuel Valls, la courbe est ascendante. Mais la police nous explique que cette recrudescence est justement la conséquence de son action efficace et du dérangement qu’elle engendre. L’élimination de réseaux produirait une vive concurrence pour la reprise des « marchés » abandonnés par les détenteurs emprisonnés.

Le bilan policier est en effet éloquent : depuis un an, 28 réseaux auraient été démantelés, 210 Kgs de cannabis et 10 de cocaïne saisis. 1,2 million d’Euros produit par ce trafic aurait été récupéré, ainsi qu’un nombre important d’armes et de munitions, en croissance de 52%. Sur les 10 premiers mois de 2015, ces opérations ont conduit à 148 interpellations. 71 arrestations ont eu lieu récemment. Néanmoins, le fauteuil d’un guetteur abandonné au pied d’un immeuble, dans l’attente du successeur, suscite un sentiment ambivalent : la police fait son travail, mais celui-ci ne s’apparente-t-il pas au tonneau des Danaïdes ? Une fois un quartier vidé de son réseau, un autre ne va-t-il pas le remplacer ? Face à ce problème, le socialisme révèle une fois encore sa nature profonde : Patrick Menucci, député PS de Marseille appelle à la légalisation du cannabis. « L’Etat doit légaliser le cannabis, créer une filière et un monopole d’Etat et en assurer la distribution ». La sénatrice-maire PS des 15e et 16e arrondissements, Samia Ghali, qui avait naguère demandé l’intervention de l’armée, propose quant à elle un soutien psychologique aux habitants. Ces deux propositions sont révélatrices : plutôt que de combattre une transgression nuisible à la cohésion sociale et à la santé des individus, il faut que l’Etat « accompagne » la déviance légalisée, l’organise et en tire même sans doute un profit fiscal. Manque de courage, esprit munichois, et maintien des citoyens dans l’irresponsabilité douillette : la Big Mother socialiste dans toute sa splendeur ! Le socialisme est l’instrument du déclin.

Le député socialiste cite le nombre estimé des consommateurs pour souligner le caractère irrémédiable du phénomène et donc l’inutilité de mobiliser 15% des effectifs policiers pour lutter contre lui. On pourrait ajouter l’argument de la prohibition, qui dans les années 1920 a entraîné  le développement du gangstérisme aux Etats-Unis. Cette présentation du problème fait preuve de courte vue. Il y a dans toutes les sociétés des comportements addictifs et nocifs. Alors qu’on lutte contre ceux qui sont ancrés dans nos habitudes, quel message enverrait-on en en légalisant un de plus ? L’alcool engendre de la violence et peut tuer. Pour autant, son usage modéré s’inscrit dans les cultures occidentales de telle façon qu’il est absurde de vouloir l’interdire, d’autant plus qu’il appartient à une économie légale particulièrement profitable à notre pays. Il n’en va pas de même du tabac qui, peu à peu, devra être soustrait à la consommation courante. Néanmoins, beaucoup de gens en vivent légalement, et ce retrait en « douceur », par la hausse des prix notamment, leur cause déjà un tort considérable. Je pense aux buralistes qui ont acheté cher une « carotte » qui leur demande beaucoup de présence et de travail pour des revenus de plus en plus faibles, notamment s’ils sont proches de la frontière. Cela exigera beaucoup de temps. Il serait, dans ces conditions,  absurde et paradoxal de légaliser un produit comme le cannabis, importé culturellement, et dont le Maroc est le premier producteur mondial. Il est dangereux pour la conduite automobile (article auto plus), comme l’alcool, nocif pour la santé comme le tabac (article du point), et facteur d’isolement social et d’échec scolaire. S’il fallait autoriser la déviance dès lors qu’elle franchit un seuil quantitatif, sans tenir compte de l’intérêt général, devrait-on aussi songer à légaliser un certain nombre de délits puisque la police ne parvient pas à les endiguer ? Comme la délinquance sévit toujours là où existe un besoin de transgression, la légalisation aura simplement pour effet de déplacer le champ d’activités illicites vers le marché noir si les taxes sont trop élevées ou vers une drogue plus dure comme la cocaïne ou l’héroïne.

Il faut donc tenir bon pour ne pas sombrer dans la société sans repère, multiculturelle et tolérante à l’infini, qui se profile déjà dans certains pays du nord de l’Europe. Plutôt que de légaliser le cannabis, il serait plus utile de donner à la Justice les moyens de lutter contre ce fléau, en appliquant la loi et en faisant exécuter les peines qui pourraient d’ailleurs être alourdies. Le SOS lancé par le Ministre de la Justice, M. Urvoas, ( article France-Info) nous demande de regarder le vrai problème : celui d’une Justice qui n’a pas les moyens d’accomplir ses missions et de faire respecter la loi. Ce n’est pas l’exemple des Pays-Bas, mais celui de Singapour (pénalisation des drogues à Singapour) qui devrait être pris en matière de lutte contre le trafic de stupéfiants.

Mot clés:

5 commentaires

  1. François ALLINE - 5 avril 2016 8 h 54 min

    Je serais plutôt favorable à la dépénalisation. Il y aurait sept millions de consommateurs dont bon nombre cultivent à domicile. L’implication des réseaux dans la vente légale permettrait, au-delà des taxes perçues, d’insérer certains trafiquants et de contrôler les trafics en étant intransigeants quant à l’interdiction de consommation des moins de 18 ans. Les fauteuils des guetteurs se videraient et les rabatteurs perdraient leur boulot…, Dans les cités, les aînés font ce qu’ils veulent de leurs cadets.

    Le cannabis a des effets toxiques, surtout chez les plus jeunes, mais si l’on veut se baser sur cette, évidence, que dire des problèmes sur-nutritionnels (diabète, malbouffe), de la pollution ect…

    De toute façon, nous ne tournons pas rond. Un jeune ne peut pas s’acheter des cigarettes à moins de 18 ans, mais peut fumer à l’extérieur de son lycée et maintenant à l’intérieur… Ce sont souvent leurs propres parents qui leur achètent des cigarettes… Et ce ne sont pas tous des jeunes de cité.

    Le justice manque de moyens. Surement, mais au train où vont les choses en aura-t-elle suffisamment un jour quand on voit qu’en 1/2 siècle les peines de prison ferme se sont multipliées par 8 sans compter bracelet électroniques et 277 000 de nos concitoyens sous ce que l’on appelle ‘main de justice »

    Honnêtement Mr Vanneste, je connais Singapour et les pays bas, si je devais choisir ce n’est pas à Singapour que je m’installerais pour vivre… Je suis trop Français pour accepter de vivre dans une société Orwellienne à l’extrême.

    Répondre
    • vanneste - 5 avril 2016 10 h 02 min

      Le socialisme consiste à accepter la pente de la facilité. Pour un pays, une société, une civilisation, c’est la voie du déclin et de la décadence, car les nations ou les civilisations sont mortelles. Lee Kwan Yew est un modèle politique. Il n’a rien à voir avec Orwell : il a fondé un petit Etat dont le destin était compromis lors de l’indépendance et en a fait un pays prospère et remarquablement dirigé. Le élections y sont libres et l’opposition y progresse, même si les démocraties orientales aiment la stabilité. C’est un Etat conservateur dont le fondateur était un confucéen formé à Oxford. Il maintient des valeurs morales et connaît un développement économique fondé sur le libéralisme. En raison de sa situation géographique particulière et de la diversité de sa population, il s’agit d’une démocratie « dirigée », mais ce n’est en aucun cas un régime totalitaire, ni même autoritaire.

      Répondre
  2. kerneilla - 7 avril 2016 19 h 28 min

    Ce qui est immoral et/ou dangereux ne doit en aucun cas être légalisé, dès que l’on met le doigt dans un tel engbrenage tout le bras y passe; cf la loi Veil sur la légalisation de l’avortement ; cette loi imposait des limites précises… aujourd’hui quasiment tou est permis dans ce domaine, aux dépends des femmes , évidemment… Tout au contraire et comme le projet actuel qui vise à sanctionner les clients des prostituées, il faudrait non seulement continuer à poursuivre les trafiquants mais également sanctionner les consommateurs…cve qui à terme limiterait la demande et donc le trafic…

    Répondre
    • kerneilla - 7 avril 2016 19 h 31 min

      désolée pour les fautes de frappe !

      Répondre
  3. TOUITOU Pascal - 30 avril 2016 8 h 29 min

    Je ne pense pas qu’il faille faire un amalgame entre fumer du Tabac et fumer du Cannabis.

    Répondre

Exprimez vous!