La singularité du christianisme.

renegirardEn ce jour de Pâques qui suit les attentats islamistes de Bruxelles, comment ne pas citer René Girard qui nous a quittés le 4 Novembre dernier. Le terrorisme et la guerre au nom d’une religion évoque le titre de son ouvrage le plus connu : « La Violence et le Sacré ». Ce peut être l’occasion d’appréhender la singularité du christianisme dont le rapport à la violence est original. « La religion vise toujours à apaiser la violence » écrit René Girard au début de « la Violence et le Sacré ». La confuse pensée commune de notre temps a quelque mal à accepter cette formule. Les horreurs commises par les barbares de l’Etat islamique comme la cruauté des attentats amènent certains à rappeler les guerres de religion, les croisades ou encore les exécutions des hérétiques ou des sorcières. Toutes les religions se valent en mal comme en bien, se dit-on, et, repoussant l’amalgame, il faut parler de l’islam, « religion de paix et d’amour ».

La lecture de René Girard nous apprend au contraire à distinguer la religion chrétienne. La violence n’est pas étrangère à l’humanité. Comme le disait Bachelard, « l’homme est une création du désir, non pas du besoin ». Le matérialisme est sur ce point une erreur fondamentale. « A chacun selon ses besoins » ne correspond en rien à cette donnée anthropologique essentielle : l’homme désire, et désire sans fin ce que l’autre désire. C’est cette concurrence qui éveille la violence mimétique. L’homme veut ce que l’autre désire et peut-être possède. D’une certaine manière, cette psychologie est présente chez nos terroristes belges ou français. Certes, ils se réclament de l’islam, mais ce sont pour beaucoup des délinquants de la société de consommation qui sont passés par les cases de la drogue, du vol et de la prison. Convertis, ils ont vécu une vie au-dessus de leurs moyens, une vie fantasmée qui ne pouvait facilement retomber dans la banalité d’une existence tranquille de petit travailleur ou dans la grisaille de la prison au long cours. Ils ont voulu ce que l’autre croit posséder et ils ont détruit l’autre en prétendant haïr ce qu’il possède.

Pour René Girard, c’est par le sacrifice du Bouc Emissaire que les religions contiennent cette tendance pathologique de l’humanité. Comme il le dit dans « Quand ces choses commenceront », « les religions païennes étaient quand même un premier chemin vers Dieu.. La pratique des sacrifices était bien une façon de contenir la violence à un niveau, non pas voulu, mais toléré par Dieu ». Pour sauvegarder la paix, il faut désigner un coupable, mobiliser toute la violence contre lui, et l’effacer pendant un temps en sacrifiant le porteur du péché. C’est là une donnée sociologique qui dépasse même les religions puisqu’on la retrouve dans la propagande totalitaire. C’est elle qui explique l’importance symbolique du film nazi, « Le Juif Süss ». La vengeance collective veut mettre un terme à la chaîne interminable des vengeances individuelles. Mais, et c’est tout le débat sur la peine capitale, « faire violence au violent, c’est se laisser contaminer par sa violence ». Cette pensée est évidemment au coeur du christianisme.  Pâques est le jour de la résurrection de la victime sacrificielle, mais celle-ci était innocente, et elle inversait même le sens du sacrifice puisqu’elle faisait de Dieu le sacrifié et non pas le destinataire du sacrifice. Autrement dit, le christianisme exprime une volonté de ne pas se laisser contaminer, de transcender la violence. Le passage des Evangiles au cours duquel le Christ dissuade de jeter la première pierre d’une lapidation est évidemment le contrepoint de sa propre crucifixion. Mais nous avertit René Girard, échapper à la violence n’est pas sortir du mimétisme. C’est la « première pierre qui compte ». Celui qui la jette sera imité, mais le premier qui ne la jette pas sera lui aussi suivi. Alors, ce sera à nouveau de l’imitation. Peut-être nos sociétés chrétiennes par habitude en sont-elles là, incapables de jeter la première pierre, mais impuissantes à évacuer la violence.

Le christianisme est une religion de la personne. Elle peut inspirer les sociétés mais n’a pas à leur imposer un royaume qui n’est pas de ce monde. Elle demande un effort de liberté à chacun notamment pour s’arracher au mimétisme de la violence. A Ratisbonne, Benoît XVI citant un empereur byzantin qui dénonçait la volonté de l’islam de propager la foi par l’épée, avait, avec beaucoup de retenue, évoqué cette différence fondamentale entre les deux religions dans leurs textes et dans leur esprit (discours de Ratisbonne). Mais le mimétisme des médias l’avait condamné. Pour la plupart des musulmans, leur religion est encore sacrificielle, et en cela, elle participe à la paix sociale, mais en autorisant la guerre sainte elle développe une originalité symétrique du christianisme dont les musulmans doivent évidemment se délivrer. Comme le disent certains musulmans, le djihad (définition) ne doit pas se faire contre les infidèles, mais contre le mal qui est en soi. Puissent-ils être entendus !

Mot clés:

3 commentaires

  1. kerneilla - 27 mars 2016 20 h 49 min

    Jihâd. Un combat contre quel adversaire ?
    Abderrahim LAMCHICHI p. 21-33

    « Interrogeant la notion et le mot de jihâd, l’auteur découvre un vaste panorama interprétatif, qui va du soufisme spirituel (où le jihâd majeur désigne le combat contre soi-même en vue d’acquérir sagesse, paix et rencontre avec Dieu) et du réformisme modéré, qui s’ouvre à une exégèse moderne du Coran et prône la cohabitation tolérante avec les autres croyances et pensées, jusqu’au jihâdisme et au salafisme qui, défendant une lecture littérale du Coran et s’appuyant sur quelques versets belliqueux du Prophète, interprètent le jihâd (dit mineur) en termes de « guerre sainte » contre les « infidèles », occidentaux comme orientaux.

    Il est clair que daesh a tout faux, puisqu’il ne se base que sur quelques versets, qui ne sont probablement pas du Prophète, puisque d’après ce que j’en sais, le Coran est une compilation de textes écrits sur plusieurs siècles…

    Répondre
    • kerneilla - 27 mars 2016 20 h 51 min

      mes excuses: la citation se termine à « orientaux »

      Répondre
  2. Ribus - 28 mars 2016 11 h 19 min

    Sur ce sujet, il faut sans doute aussi lire ou relire le texte de Joseph De Maistre : »Éclaircissement sur les sacrifices » qui constitue une analyse très savante et pertinente du sujet.

    Sur le caractère sacrificiel de la religion musulmane, je partage votre point de vue mais j’irai plus loin que vous au sens où je pense que l’Islam est une religion fondamentalement sacrificiel.

    Les égorgements et les attentats ne sont, en fait, que des sacrifices offerts à Allah là où il est de bon ton de voir de la violence banale commise par des tueurs isolés ou des marginaux d’une bonne société musulmane intégrée.

    Je ne connais pas l’œuvre de René Girard mais vu le contexte, je vais essayer de réparer cette lacune car il me semble qu’il nous dit que nous avons une compréhension totalement erronée des religions à dominante sacrificielle et dont l’Islam fait partie.

    Répondre

Exprimez vous!