Libérer Palmyre de la barbarie !

PoutineJokerSi la tragédie qui depuis des années se déroule de l’autre côté de la Méditerranéen’avait pas accumulé les souffrances et semé la mort, si ses prolongements n’avaient pas ensanglanté Paris et Bruxelles, le désarroi des commentateurs, leur flottement lexical, et leur retournement progressif prêteraient à sourire. Ce matin même, j’entendais une journaliste de BFM parler de la prise de Palmyre par la coalition.. Evidemment le reportage plus précis faisait état de l’armée syrienne, soutenue par des milices chiites et par l’aviation russe. Ce n’était donc pas la coalition des Américains, des Saoudiens, des Qataris et des « occidentaux » dont la France fait partie, et qui a refusé la main tendue par Vladimir Poutine. Comme il fait « le boulot »,  ils sont bien obligés d’aller dans le même sens et de clamer qu’ils ont tué des chefs de Daesh pour compenser le fait que c’est l’autre camp qui mène l’offensive. Or, lors de l’apparition de l’Etat islamique, il était de bon ton de prétendre que c’était le criminel régime de Damas, grand massacreur de sa propre population, qui avait libéré les pires islamistes de ses prisons pour créer le monstre afin de faire diversion. La quantité de mensonges qui a été déversée par nos médias depuis 2011 donne le vertige. Encore aujourd’hui, ils ont du mal à trouver une ligne. Après avoir évoqué la coalition libérant Palmyre, c’est le même mot qui est employé pour désigner celle menée contre les Houthis chiites du Yémen par l’Arabie saoudite. En fait, celle-ci en est une troisième dirigée par nos grands alliés wahhabites, pour lesquels on privatise des plages publiques et à qui on remet des légions d’honneur, qui agit au Yémen. Contre qui ? Non contre Daesh qui s’y est implanté de même qu’Al Qaïda, en profitant du désordre, mais contre les chiites soutenus par l’Iran, autrement dit contre ceux qui libèrent Palmyre, pour faire simple.

Le député Larrivé, bien tard d’ailleurs, énonçant un peu laborieusement les sept erreurs commises devant le danger djihadiste, dénonce le mauvais choix des alliances. (article en question) Nous avons cru soutenir des démocrates épris de liberté afin d’implanter notre régime exemplaire en pays musulman. En fait, nous avons déstabilisé des situations politiques différentes des nôtres, autoritaires et donc fragiles. Nous avons favorisé un chaos où le paravent démocrate a laissé  place à des groupes religieux de plus en plus fanatiques. Nos alliés, la Turquie à l’histoire génocidaire et les royaumes wahhabites du Golfe, dont les régimes sont aux antipodes de notre droit et de nos valeurs, poursuivaient manifestement leurs propres objectifs. La Turquie fait la guerre aux Kurdes, objectivement nos alliés. L’Arabie saoudite fait la guerre aux chiites.. qui combattent daesh… Quant à Bachar Al-Assad, qui entre-temps a été réélu président, il est loin d’être seul. Il conserve la maîtrise de la plus grande partie de la Syrie utile et protège donc, quoiqu’on dise, la majorité des Syriens. Il a derrière lui le parti Baas, l’armée, et ses fidèles alliés iraniens, irakiens, libanais et russes. Dans les pourparlers de Genève, les Américains souhaitent que soit évoqué son départ. De quel droit ? Au nom d’une ingérence qui a montré ses limites et ses conséquences désastreuses ? Au profit de qui ? D’une faction pro-occidentale qui ne tient pas le terrain et qui conduirait inévitablement à un éclatement du pays semblable à celui qui s’est produit en Libye ?

Maamoun Abdulkarim, le directeur général des antiquités et musées de Syrie, cible parfaitement l’enjeu actuel et l’énormité de l’erreur occidentale : « une bataille culturelle pour le monde entier et pour tous ceux qui croient en un héritage commun à l’humanité ». Telle est la portée symbolique de la libération de Palmyre. La destruction des vestiges des civilisations pré-islamiques est aussi monstrueuse que les massacres et les attentats commis pat les djihadistes. Ce sont des actes inhumains parce qu’ils refusent à l’autre d’exister, de penser, et même d’avoir existé et pensé. Le barbare qui tue, viole, réduit en esclavage l’autre et anéantit les symboles de son identité porte aussi atteinte à l’humanité en lui-même, à force de bêtise, d’ignorance, de sectarisme. Les salafistes ont multiplié les destructions comme les martyrs. 900 sites ont été touchés : les tours funéraires, les temples de Bêl et de Baals Haman, l’Arc de Triomphe ont été rasés à Palmyre, site classé au patrimoine mondial de l’humanité, mais de nombreux monuments chrétiens ont aussi été saccagés, comme le monastère de Saint Eliane, près de Qaryatain et l’église catholique assyrienne des premiers siècles du christianisme qui se trouvait dans son enceinte. Le responsable des Antiquités de la « perle du désert » Khaled Al-Assaad, âgé de 82 ans, un spécialiste de réputation mondiale, a été exécuté et son corps mutilé. Cet acte ignoble dit ce qu’est l’ennemi qu’il faut anéantir, et que nous avons tardé à combattre.

Mot clés:

2 commentaires

  1. Ribus - 27 mars 2016 9 h 04 min

    L’Europe doit une fière chandelle à Vladimir Poutine car sans lui la Syrie aura été détruite comme le fut la Libye. Et non contents de commettre des erreurs historiques et des fautes politiques majeurs, les zozos qui nous dirigent n’ont même pas l’honnêteté intellectuelle de reconnaître leurs torts.

    Quand ils le font c’est bien longtemps après les faits pour conserver un peu de crédit aux yeux de ceux qui auraient oublié. Je crois qu’à cet égard, il faut conserver précieusement leurs déclarations pour les leur remettre sous le nez le moment venu.

    En fait, je crois que nos élites ont une vision fausse et frelatée de l’Histoire car ils ne connaissent pas l’Histoire et quand ils prétendent la connaître, ils débitent la version américaine de cette Histoire.

    Notre élite est une petite secte de crétins incultes et prétentieux. Il n’est pas question de leur faire confiance, même pas de les écouter sauf peut être pour consigner les imbécillités qu’ils disent et écrivent.

    La guerre en Syrie restera l’un des exemples les plus remarquables de cette stupidité et de cet aveuglement. Nos zozos servent les intérêts des multinationales, des banques, des ONG sous clef américaine mais certainement pas des Nations. Et 2017 ne les fera pas changer.

    Répondre
  2. kerneilla - 27 mars 2016 21 h 04 min

    les médias oublient systématiquement les crimes contre les chrétiens, en France et ailleurs…Ils endorment « le bon peuple » avec du politiquement correct orientation gauchiste, des faits divers, du voyeurisme, et de la compassion à bon marché… Pauvre France !

    Répondre

Exprimez vous!