Le politiquement correct allemand ment…

3merkelLes agressions qui ont entaché les festivités de la nuit de la saint-Sylvestre à Cologne, mais aussi à Francfort, Stuttgart et Hambourg, entre autres, ne sont pas des incidents, mais un signal d’alerte d’une importance capitale.

Les faits sont hélas établis. A Cologne où ils ont été les plus graves, sur le parvis de la très célèbre cathédrale, à partir de 21 h 30, la sécurité des citoyens n’a plus été assurée, des valeurs essentielles de nos sociétés occidentales, largement inspirées par le christianisme, ont été bafouées. La foule massée sur place, sans doute plus de 2000 personnes a permis, parfois en isolant les victimes, des vols, des attouchement sexuels, deux viols, sans que la police puisse faire respecter la loi et l’ordre. Des femmes en pleurs se sont réfugiées ici et là, par exemple sous la protection de vigiles d’un grand hôtel.

Cette délinquance de masse est déjà inacceptable en soi et devrait condamner les responsables politiques et policiers qui la laissent se produire. Mais l’analyse des événements est infiniment plus préoccupante. Elle permet d’établir la chaîne dans laquelle ils se situent et montre à quel point ils accusent toute une politique.

D’abord, la gravité des actes commis a été cachée de manière surprenante. Dans un premier temps, la police de Cologne a publié un communiqué  assurant que la nuit du nouvel an s’était déroulée de façon pacifique. Devant le nombre de plaintes déposées, elle a bien été obligée de dévoiler la réalité. Mais celle-ci n’a été révélée par la presse que deux jours plus tard, comme si la vérité était trop douloureuse pour être connue du grand public. 170 plaintes, puis 379 étaient enregistrées. Surtout, les suspects interpellés confirmaient les témoignages des témoins faisant état d’une présence massive de personnes de type « maghrébin ». Sur les 31 personnes interrogées, 9 Algériens, 8 Marocains, 4 Syriens, 5 Iraniens, 1 Irakien, et parmi elles, 18 demandeurs d’asile. (22 selon la police fédérale). Le bilan est une condamnation de la politique d’accueil massif des réfugiés de Mme Merkel. Non seulement tous les demandeurs d’asile ne sont pas des victimes de la guerre civile syrienne et de l’Etat islamique, mais encore, ils ne viennent pas forcément avec de bonnes intentions.

Désarçonnés, les responsables politiques allemands ont réagi dans la plus grande confusion. Néanmoins, celle-ci a le mérite de pointer les failles et les dangers de l’idéologie du « politiquement correct » qui est en train de miner nos sociétés, notre civilisation, prompte à s’accuser, mais incapable de se défendre, de nous protéger. Le Ministre de l’Intérieur, Thomas de Maizière a d’abord critiqué l’inefficacité de la police. Son chef à Cologne a d’ailleurs été démissionné. Le Ministre de la Justice, Heiko Maas a parlé de violences planifiées, ce qui laisserait entendre que les craintes de certains seraient vérifiées. Les « réfugiés » seraient pour certains envoyés pour créer du désordre en Occident. Mais le mécanisme mental du politiquement correct a aussitôt fonctionné : le Ministre a refusé tout amalgame et s’en est pris à l’AfD, et à Pegida, accusées d’un extrémisme criminel et qui, d’après lui  » semblent avoir attendu ces incidents » pour se livrer « à une chasse éhontée envers tous les étrangers ». En somme, les opposants à l’immigration seraient les complices intentionnels des agressions commises par les demandeurs d’asile, puisqu’ils ont le front de dire qu’ils avaient raison. C’est un tête-à-queue intellectuel semblable à celui de Bourdin dénonçant une communauté d’esprit entre FN et Daesh. Le politiquement correct a tellement raison que lorsqu’il a tort, cela prouve l’infamie de ses adversaires. Les contre-manifestants anti-pegida pleins de bons sentiments et revêtus de leur bonne conscience ont d’ailleurs dit aux manifestants de pegida que les racistes et les sexistes étaient d’abord parmi eux, que le fascisme était un crime, oubliant que le viol en était un et que manifester était une possibilité ouverte dans les démocraties dignes de ce nom. Pendant ce temps, la police, qui avait retrouvé sa capacité d’action, dispersait rudement les manifestants. La Maire de Cologne, connue pour ses idées humanistes et son grand respect de l’autre demandait aux femmes de rester à distance des bras aventureux. Le multiculturalisme peut-il aller jusqu’à soumettre les comportements des autochtones à ceux des immigrés, même lorsque ceux-ci portent atteinte à la loi et à la dignité de personnes ?  Les cultures différentes n’ont pas les mêmes valeurs, le respect de la femme, par exemple, et si on laisse un trop grand nombre de personnes d’une autre culture s’installer sur un territoire, il est probable qu’elles importeront leurs comportements, ne s’assimileront pas, mais perturberont gravement la liberté et les moeurs de la majorité. C’est exactement ce qui se passe.

La télévision d’Etat a recelé l’information jusqu’au surlendemain. Cette rétention des nouvelles contraires à l’idéologie dominante est l’aspect le plus inquiétant de cette affaire. Elle témoigne de l’aveuglement criminel du microcosme qui dirige nos prétendues démocraties. Englué dans des abstractions angéliques, cachant souvent des intérêts économiques ou politiques plus prosaïques, il refuse la réalité contraire à ses voeux, trahit le peuple qu’il a la charge de conduire ou d’informer. Une telle situation n’appelle-t-elle pas la révolution ? En attendant, Mme Merkel, qui se refuse à faire la guerre aux islamistes, a ouvert les portes de l’Allemagne à 1,1 Million de migrants en 2015 et a couvert par un discours compassionnel la solution la plus paresseusement stupide aux problèmes démographique et économique allemands. Elle va subir les conséquences de son irresponsabilité, et le plus vite sera le mieux.

Mot clés:

10 commentaires

  1. Ribus - 10 janvier 2016 21 h 25 min

    Ces événements ont mis en évidence la collusion des médias subventionnés et du pouvoir car les médias sont achetés, on le sait bien. Aujourd’hui, les journalistes sont les catins des dirigeants. En Allemagne aussi, les médias officiels ne font que suivre le tempo donné par les réseaux sociaux.

    C’était déjà connu en France mais à présent le peuple allemand va enfin en prendre conscience. L’Allemagne traditionnelle va peut être sortir de sa léthargie civilisationnelle, anesthésiée par la croissance économique.

    Ils vont s’apercevoir qu’ils ont pu continuer à vendre des grosses voitures en bradant eux aussi leur identité. Si les allemands prennent vraiment conscience de cela, on peut que l’Europe de Bruxelles est d’ores et déjà morte.

    En revanche, il leur manque encore un chef politique charismatique qui peut fédérer la rébellion. Le jour où ils vont le trouver, il faudra suivre l’affaire de près….

    Répondre
    • GODICHEAU - 11 janvier 2016 10 h 00 min

      Effectivement, qui pour remplacer Merkel?
      Tout est à faire.

      Répondre
  2. DELAFOSSE - 10 janvier 2016 22 h 39 min

    Cela va peut-être » calmer « certains Français qui veulent sans arrêt prendre exemple sur l’Allemagne !

    Répondre
    • Robert Marchenoir - 18 janvier 2016 10 h 56 min

      Non. L’Allemagne est effectivement un très bon exemple en matière économique, an matière de goût du travail bien fait, en matière de pragmatisme.

      Elle est un mauvais exemple en matière de politique migratoire — presque aussi mauvais que la France.

      Je retrouve dans votre commentaire la joie mauvaise qui protège l’irresponsabilité des Français, leur arrogance, leur certitude d’être supérieurs à la planète entière, leur refus obstiné de croire qu’ils pourraient prendre exemple sur qui que ce soit d’autre à l’étranger — sauf quand il s’agit de pays communistes (ou communisants comme la Russie), bien entendu.

      Répondre
      • vanneste - 18 janvier 2016 19 h 52 min

        C’est très inexact, car j’ai à plusieurs reprises souligné le sérieux de la politique économique allemande, dont le redressement doit plus à Schröder qu’à Merkel, qui est très décevante. Je fais sans cesse allusion aux exemples étrangers, la Suisse, les pays scandinaves pour la TVA sociale,Singapour et j’ai dit tout le bien que je pensais de Thatcher. Il ne faut pas confondre les différentes politiques, internationale, économique, migratoire, énergétique, monétaire, fiscale, démographique, familiale, culturelle etc. Aucun pays n’est un idéal dans tous ces domaines.

        Répondre
        • Robert Marchenoir - 18 janvier 2016 22 h 41 min

          Il doit y avoir un malentendu : mon commentaire était une réaction à celui de Delafosse, et non au billet de Christian Vanneste.

          Répondre
          • vanneste - 19 janvier 2016 13 h 10 min

            Désolé. Effectivement vous aviez indiqué le destinataire de votre commentaire. Celui-ci avait été bref et ne me semblait pas devoir éveiller de votre part une sorte de procès d’intention. Sur le fond, nous sommes d’accord.

  3. Thibault Loosveld - 10 janvier 2016 23 h 41 min

    Il est parfois reproché aux historiens de s’enfermer dans des comparaisons anachroniques. Les références au passé sont pourtant habituelles chez les hommes politiques; à titre d’illustration, je cite la campagne -pendant sa détention au château de Bourassol- du président Edouard Daladier, intitulée: « Gambetta en prison et Bazaine au pouvoir ».
    Madame Angela Merkel, qui avait été éduquée en République Démocratique allemande, est-elle devenue la chancelière de la République Antiraciste allemande ?

    Répondre
  4. JohnDeuf - 10 janvier 2016 23 h 49 min

    Cela démontre une fois de plus par cette rétention d’affirmation et le comportement des politicards germaniques qu’en Europe hormis La Pologne, la Hongrie et certains autres pays de l’Est, l’Etat de Droit n’existe plus.

    Le culot de ces dirigeants corrompus et auxquels les médias sont totalement soumis à 3 ou 4 exceptions près se manifeste en osant accuser la Pologne et la Hongrie de ce qu’ils ne sont pas c’est à dire un Etat de Droit.

    Accuser l’autre de ses crimes voilà leur défense. Leur efficacité provient de ce qu’ils contrôlent les médias par le fric, les privilèges et la coercition.

    Répondre
  5. Pingback: Le politiquement correct allemand ment… - Les Observateurs

Exprimez vous!