Le Grand Divorce.

divorceEn 2007, le Président élu fêtait sa victoire sur le yacht d’un de ses amis. En 2012, le Président élu fêtait la sienne en prenant de longues vacances au soleil avec sa concubine. Ces deux anecdotes marquaient un événement : le divorce éclatant entre une « élite » qui détient les pouvoirs, médiatique, économique, politique et le peuple qui venait de voter. Dans le premier cas, le peuple « de droite » était déçu. Dans le second, celui « de gauche » était frustré. En fait, c’est le seul peuple, celui des Français qui se sent aujourd’hui trompé et trahi par une oligarchie qui peut de moins en moins cacher qu’elle vit dans un autre monde et ne peut plus retenir son mépris à l’encontre des ignorants, des pauvres cons qui ne se paieront jamais de rolleix, des militants stupides qui expriment leurs convictions, et des électeurs de gauche assez bêtes pour croire qu’une politique de gauche est possible. A cet égard, Emmanuel Macron est le plus sincère : ministre « à gauche » après avoir été banquier, il est pour l’augmentation du temps de travail dans la vie comme dans la semaine, pense que beaucoup de jeunes devraient vouloir être milliardaires et même que le roi manque à la France. Mais il croit surtout qu’un ministre de doit pas nécessairement être un élu… c’est-à-dire perdre son temps à passer par la case « peuple ».

La politique de notre pays cahote donc de rupture en rupture. Au nom de la grande revendication des « bobos », le mariage unisexe promu par le microcosme qui règne entre Montparnasse et Montmartre, et prospère dans les salles de rédaction et les cabinets politiques, le gouvernement de gauche a affiché son mépris pour le « peuple de droite », attaché à la famille traditionnelle, encore imprégné de valeurs catholiques, qui s’était mobilisé en masse et a été ignoré. Certes la gauche, éprise de « progrès », avait suivi. Mais en déplaçant le combat du social au « sociétal », le pouvoir préparait une autre rupture, beaucoup plus décisive. Pendant longtemps, les gros bataillons de la gauche venaient du monde ouvrier et de la fonction publique.  Aujourd’hui, ils ne se contentent plus de déserter. Ils se mutinent ! La bataille contre le chômage annoncée comme décisive a été perdue par François Hollande. Les résultats de notre pays sont dans ce domaine crucial parmi les plus mauvais en Europe. La colère monte donc devant l’effondrement de certaines entreprises particulièrement visibles et les licenciements qui en résultent. Que la « droite » condamne la violence syndicale est logique, mais la sévérité des propos et de la répression par la gauche est pour beaucoup de ses électeurs insupportable. Qu’un syndicaliste ait ostensiblement refusé de serrer la main du Président ou qu’une boîte de yaourt ait manqué de peu son ministre de l’économie sont des gestes symboliques qu’on aurait tort de négliger.

Après avoir perdu la défiscalisation des heures supplémentaires et gagné quelques collègues pour faire face à un métier qui devient de plus en plus difficile et n’attire plus les candidats, les enseignants vivent aussi une cruelle désillusion. Accusés par la gauche bourgeoise et libertaire du « Monde » et de « Libé » d’être corporatistes et conservateurs, les « profs » renâclent. Ceux du Collège acceptent mal une réforme venue d’en haut, inspirée par l’idéologie plus que par la connaissance du terrain et imposée par une ministre dont la compétence est pour le moins douteuse. Les policiers ne l’avaient plus fait depuis 1983. Ils manifestent à nouveau contre leurs conditions de travail et en particulier contre les dysfonctionnements d’un Ministère qui subit Madame Taubira en plus du manque de moyens. 491 policiers ont été blessés en 2014 pour 376 en 2013. Jets d’objets divers, voitures délibérément lancées contre eux, meurtres odieux comme lors de l’attaque contre la rédaction de Charlie Hebdo : les risques du métier ont augmenté de même que les besoins de la société en matière de sécurité. Des personnalités en danger aux lieux menacés, face à la montée de la violence, le temps de travail s’allonge. L’arrestation multiple et inutile du même délinquant, bien connu des services, décourage les fonctionnaires. L’agression d’un policier ou d’un gendarme par un multirécidiviste libéré précocement les révolte. Ils étaient près de 10000 sous les fenêtres du Garde des Sceaux… On pourrait ajouter à la liste le personnel de la fonction publique hospitalière soumis lui aussi à des horaires et à des conditions de travail de plus en plus pénibles.

Une caste en fin de course finit toujours par se caricaturer. La cour empressée des socialistes auprès de la monarchie absolue saoudienne qui ne partage avec eux aucune valeur, si on exclut les boursières, est certes intéressée. Elle montre à quel point un pouvoir aux abois peut faire feu de tout bois pour quémander quelque bonne nouvelle. Mais l’image de nos élus baisant les babouches royales risque de réveiller des envies de révolution.

Mot clés:

4 commentaires

  1. DELAFOSSE - 14 octobre 2015 19 h 02 min

    Le problème des fonctionnaires de sécurité n’est pas nouveau. Je dois passé en Conseil d’Etat prochainement pour le non- paiement d’heures supplémentaires et je suis à la retraite depuis 8 ans….

    Répondre
  2. DELAFOSSE - 14 octobre 2015 19 h 02 min

    Le problème des fonctionnaires de sécurité n’est pas nouveau. Je dois passé en Conseil d’Etat prochainement pour le non- paiement d’heures supplémentaires et je suis à la retraite depuis 8 ans….

    Répondre
  3. Ribus - 14 octobre 2015 21 h 40 min

    Ce quinquennat se terminera dans 18 mois si on respecte le calendrier et, on peut d’ores et déjà dire que ce fut un vrai fiasco. Le régime politique de la Vè République continue de se déliter et de surcroît, après les élections régionales, nous allons avoir en fait, un gouvernement de transition. L’essentiel des préoccupations des membres de la caste va être, en effet, de se recaser et éventuellement de caser ses copains.

    La question qui se pose, à mon avis, est de savoir si le pays peut vivre en paix sans véritable pouvoir politique, sur le seul appui des administrations régaliennes. Car la situation est chaotique ; on sent un système qui est en train de se désarticuler devant nos yeux. Cela va t-il tenir ? Nous sommes de plus en plus exposés à une catastrophe.

    Répondre
  4. Mickaël - 17 octobre 2015 14 h 48 min

    Cher Monsieur Vanneste, laissez-moi vous féliciter.

    Je viens en effet de lire qu’Eva Joly venait de perdre son procès en appel contre vous.

    Délicieux moment que la lecture de la nouvelle. Ne cédons rien aux facilités des gens de gauche. A terme nous ne pouvons que gagner contre eux.

    En tous les cas, continuez ainsi, vous nous êtes précieux.

    Répondre

Exprimez vous!