Tsipras aime le pouvoir : c’est tout !

merkeltsiprasL’Europe aime les clandestins. Tandis que des milliers de faux demandeurs d’asile, mais vrais demandeurs de travail, pas forcément déclaré, ou de prestations sociales, débarquent en Italie ou en Grèce, on devrait prendre conscience de la situation réelle de ce pays qui est lui-même un passager clandestin de l’Europe. La Grèce est entrée dans la zone euro en fraude. Sa pratique démocratique, longtemps dominée par deux familles, sa gestion approximative, la corruption endémique qu’on y soupçonne, l’insuffisance de ses services publics devraient même interroger sur sa présence dans l’Union Européenne. Mais, il faut aussi la remercier. Une caricature révèle souvent la vérité d’un visage.

La Grèce où est né le mot est une caricature de démocratie, et le démagogue Tsipras qui a mis fin au règne des deux partis qui monopolisaient la vie politique, pousse jusqu’au bout les défauts des politiciens qui encombrent la scène politique européenne. C’est un menteur : il s’est fait élire sur un programme irréalisable et contradictoire puisqu’il prétendait garder l’Euro tout en refusant les réformes acceptées par le gouvernement précédent et imposées par la Commission Européenne, la BCE et le FMI, soutenus par tous les membres de l’Euroland. C’est un amateur, un politicien qui n’a aucune compétence pour gouverner : pendant les quelques mois de sa « gestion », il a effacé les quelques résultats positifs de l’action de son prédécesseur, notamment le retour à l’équilibre budgétaire, hors service de la dette. C’est un manipulateur : plutôt que l’action courageuse et déterminée, il préfère les coups. Ce fut d’abord le référendum-surprise. Ce sont aujourd’hui les élections anticipées et sa démission. Il est extravagant qu’un personnage qui joue avec son peuple comme au casino jouisse encore dans les sondages d’une opinion favorable. C’est un malade du pouvoir, qui s’y accroche par tous les moyens. Elu pour mener une politique confirmée par le vote référendaire, il a le toupet de vouloir se maintenir au pouvoir pour reprendre celle de ses prédécesseurs, aggravée par son échec et le retard qu’il a entraîné. Cette volte-face, pour ne pas dire cette trahison, que dénoncent de nombreux membres de son parti, lui ôte toute crédibilité, toute légitimité. Mais il prétend s’être bien battu, et, semble-t-il, beaucoup de Grecs seraient assez stupides pour le croire. C’est un démagogue, un beau-parleur qui compense ses insuffisances criantes par ce que les journalistes, séduits une fois de plus puisqu’il est « de gauche », qualifient de « charisme ». Cela dit, il a trouvé en Varoufakis plus fort, plus démagogue que lui. Pas étonnant que Montebourg, notre équivalent national l’accueille dans une opération de communication, à quoi se résume la vie politique pour les politiciens qui, paraît-il, nous « dirigent ».

Il y a 2400 ans, les Grecs de l’antiquité inventaient la démocratie et la philosophie, la seconde naissant en partie, avec Platon, des échecs de la première. Platon opposait l’art du maquillage à la médecine, comme la démagogie à la politique. Cette opposition est toujours juste, et Tsipras la valide à la perfection : la Grèce est malade, et plutôt qu’à un médecin qui la soignerait, soit avec la purge européenne, soit avec le remède de cheval de la sortie de l’Euro, des thérapeutiques douloureuses, mais cohérentes, ils ont fait appel à un maquilleur à qui ils demandent de les rétablir sans douleur, ou tout au moins en leur faisant oublier qu’ils souffrent.

Tsipras est-il une exception ? Je crois en connaître un certain nombre d’exemplaires en France, plus soucieux de communiquer que d’agir, au pouvoir ou dans l’opposition, les uns promettant des lendemains enchanteurs, et les autres, meilleurs dans la critique que dans la pratique, essayant de gommer leurs échecs passés. Certes, il y a des contre-exemples à l’étranger, un Cameron en Angleterre, un Orban en Hongrie, un Poutine en Russie, des hommes politiques qui ont une ligne et s’y tiennent en respectant leur peuple qui les respecte, semble-t-il, aussi. C’est toute la différence entre le politicien et l’Homme d’Etat…

Mot clés:

3 commentaires

  1. Bernard - 23 août 2015 20 h 49 min

    Le milieu de la politique est infesté de requins, de vipères et de vautours, tous affamés de pouvoir. Sans doute les plus perfides et les plus manipulateurs se trouvent à gauche car ils avancent déguisés, camouflés derrière une attitude bienveillante , un discours plein d’ empathie et une morale dégoulinante d’ égalité et de générosité. Il faut toujours se méfier du loup de la fable du petit chaperon rouge.

    Répondre
  2. JohnDeuf - 23 août 2015 20 h 57 min

    Il est encore temps de rétablir nos frontières et de mettre en place une solution raisonnable en renvoyant d’où ils viennent tous ces migrants clandestins dont on ne peut plus supporter le coût et qui haïssent notre culture et notre civilisation dont le fondement est la Liberté. Ils abusent de la faiblesse de nos politicards qui squattent 2 partis, faiblesse qui résulte de leur lâcheté. En colonisant l’Afrique nous ne leur avons pas seulement apporté le progrès matériel et fait connaître la médecine totalement absente dans ces contées sauvages mais aussi la Liberté, cette liberté individuelle qui s’oppose au collectivisme islamique et a été la source de notre civilisation. L’Europe a un autre défi à relever après le collectivisme marxiste celui du collectivisme islamique, ces 2 doctrines totalitaires et orientales. Il faut changer totalement notre personnel politique et se donner les moyens de réagir durement devant ce nouveau danger. Il faut refuser les demandeurs d’asile d’Afrique qui doivent faire leur demande sur le continent africain qui se développe et où le travail ne va pas manquer.

    Répondre
  3. Eric ADAM - 25 août 2015 11 h 42 min

    Le seul Homme d’EXCEPTION, exemplaire et Providentiel, qui pourrait nous sortir de cette catastrophe que nous subissons depuis plus de 40 ans, c’est celui qui, élu pour nous proposer l’élaboration d’une nouvelle Constitution donnant au PEUPLE sa Souveraineté dont on le prive depuis 1789, démissionnerait dès qu’elle serait approuvée, et se représenterait dans le contexte de cette Nouvelle Constitution.

    La Vème République est morte en même temps que le Général… SA Constitution était le Costume du dernier Homme Providentiel, acceptons le et suivons le fond de ses idées, et non, avec nostalgie, le cercueil de l’HOMME, en nous cherchant de nouveaux GOUROUS!

    TSIPRAS est l’exemple même de ce qui nous attend si nous choisissons des HOMMES, beaux parleur, et mal « faiseurs », souvent « mal faisant », qui s’empresseront de trahir leurs mission et de rejoindre les « puissants battus », pour tenter de se maintenir, en profitant de quelques STRAPONTINS de des reliefs de banquets que leurs Maîtres leur accorderont.

    Ils sont nombreux à se porter candidat au siège de « TRAÎTRE SUPRÊME »!

    De la Gauche au « Front Collectiviste » post et néo communiste, à la Droite « SOUVRHAINEUSE » ou « Mercantile », partisane des Frontières de TRI ENTRANT et des LIBERTÉS de SORTIE pour les Migrations. Tous clamant la SORTIE de l’EUROPE comme on promet la LUNE, alors qu’ILS savent très bien que nous ne sommes RIEN sans cette EUROPE. En fait, TOUS mandatés par l’ONCLE SAM pour faire d’une Europe de BABEL le vassal des USA et de la WORLD-COMPANY Transatlantique, alors que le soleil se lève à l’est, et que d’autres voies de SOUVERAINETÉ nous sont accessibles… SI NOUS LE DÉCIDONS!

    OUI, Christian, mon Ami, « Tsipras n’est pas une exception ! » et nos « ELITES » lui ressemblent comme des CLONES!
    Moi aussi « Je crois en connaître un certain nombre d’exemplaires en France, plus soucieux de communiquer que d’agir, au pouvoir ou dans l’opposition, les uns promettant des lendemains enchanteurs, et les autres, meilleurs dans la critique que dans la pratique, essayant de gommer leurs échecs passés. »

    Je les ai côtoyés, même parfois crus et soutenus. J’en ai souvent protégés, en allant jusqu’à me compromettre pour leur permettre d’accéder à cette Place d’où ILS devaient AGIR pour le PEUPLE. Mais ils n’y ont fait que se servir et trahir, en désignant TOUJOURS leurs SOUTIENS déçus comme les seuls responsables de leurs OUTRAGES!
    Il est temps que NOUS relevions le Flambeau de la NATION, pour leur IMPOSER sans délai, la Démocratie qui SEULE nous garantira contre ces « VRP de la Soumission »!

    Répondre

Exprimez vous!