Poutine à Hollande : une leçon de présidence.

imagesHier, 9 Mai, on défilait à Moscou et à Paris. La Russie célébrait le 70e anniversaire de la victoire chèrement acquise par le peuple russe contre le nazisme. Vladimir Poutine, après avoir assisté au défilé impressionnant d’une armée retrouvant sa puissance, a participé à un cortège de 250000 personnes, avec comme eux, à la main, le portrait d’un combattant de la grande guerre patriotique, son père quant à lui. A Paris, on défilait pour légaliser le cannabis, avec le soutien de la sénatrice « verte » Esther Benbassa, franco-turco-israélienne. Les verts sont comme d’habitude à la pointe de tout ce qui peut affaiblir la nation. On cherchera vainement un joint avec la préservation de la nature, et de la santé. Mais le cannabis, ça transgresse et ça vient de l’étranger, c’est tout bon. Pendant ce temps, notre Président, encore émoustillé par sa visite chez les rois du pétrole, ces grands défenseurs des Droits de l’Homme, et après avoir déposé des fleurs aux pieds de la statue du Général, s’en est allé chercher quelques soutiens chez ses électeurs des Antilles. En Martinique, il a accueilli une trentaine de délégations des Caraïbes pour un sommet régional sur le climat, une étape vers l’apothéose « écolo »de Paris en décembre, dont il espère tirer le plus grand bénéfice pour améliorer son climat électoral. Après avoir donné une leçon, comme c’est son habitude, pour stigmatiser l’insuffisance des aides aux pays pauvres face aux risques climatiques, il part inaugurer un centre consacré à la mémoire de l’esclavage en Guadeloupe, un monument de la repentance. Peut-être aurait-il pu y inviter ses hôtes princiers du Golfe afin de les informer d’un sujet dont ils ignorent tout, à l’évidence. Vous avez dit « Zanzibar » ? Comme c’est bizarre ! Le périple se poursuivra à Cuba, cette démocratie exemplaire, alliée marxiste inconditionnelle des soviétiques et dont l’armée a porté la guerre sur la terre africaine, pendant que les opposants, les intellectuels, notamment, croupissaient en prison. Ses dirigeants sont les mêmes, et toujours communistes. La gauche française, l’héritière inconsolable de 1793, n’a jamais caché sa sympathie pour cette dictature. Du royaume wahhabite à La Havane, on chercherait en vain la ligne qui permet à François Hollande de donner sans cesse, urbi et orbi, des leçons de morale politique. Si on résume, les Français devraient se battre la coulpe sur leur passé et leur présent, mais les régimes criminels seraient fréquentables ?

Non ! Pas tous ! Il y a Assad à Damas et Poutine à Moscou ! C’est la raison pour laquelle notre Président a boudé comme ses collègues occidentaux la commémoration de la victoire russe de 1945. Peu suspect de sympathie communiste, de Gaulle avait pourtant engagé l’escadrille Normandie-Niemen aux côtés de l’armée soviétique. C’était un souvenir qu’il convenait de ne pas trahir. La politique étrangère de la France peut-elle réduire ses prétentions à tenter de précéder les Etats-Unis au lieu de les suivre ? Pour bombarder Damas ? A Ryad ? A La Havane ?  Poutine était venu l’année dernière commémorer le débarquement en Normandie, et dans son discours d’hier, il a remercié avec élégance les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France pour leur participation à la victoire contre le nazisme. L’absence des Chefs d’Etat ou de gouvernement occidentaux à une manifestation qui fait vibrer les Russes au plus profond d’eux-mêmes est une faute, une insulte qui renforce le pouvoir de Poutine et accroît les risques de conflit. Le Président russe n’était pas seul. Il avait à ses côtés, les chefs d’Etat des deux pays les plus peuplés de la planète, la Chine et l’Inde.

On peut certes mesurer le degré de démocratie de la France et de la Russie. On peut aussi comparer leurs dirigeants. Entre un Chef d’Etat qui défend la place de son pays dans le monde et insuffle au peuple russe le sentiment d’une fierté retrouvée, et notre voyageur national à la recherche de marchés ou de voix, « il n’y a pas photo ». Vladimir Poutine incarne l’unité du pays, intègre tout son passé depuis la Russie tsariste et orthodoxe jusqu’à la victoire de son peuple sous le régime communiste. François Hollande est une contradiction ambulante. Réclamant l’unité du pays dans « l’esprit du 11 Janvier », il n’hésite pas à condamner le Maire de Béziers au nom des valeurs de la République, que celui-ci n’a nullement enfreintes, alors qu’il est à l’étranger, et dans un royaume particulièrement intolérant.  Alors que le chômage vient encore d’augmenter en France, quand celle-ci pourtant ne respecte pas les critères européens pour la dette et le déficit, le voilà qui rappelle à l’ordre le brillant vainqueur des élections britanniques. Il insistait sur la 5e place de la France dans l’économie mondiale. Pas de Chance, c’est aujourd’hui le Royaume-Uni, auquel il voudrait donner des leçons. Il annonçait l’inversion de la courbe du chômage. On a eu celles des accidents de la route ou celle des détenus en prison. François Hollande se trompe de politique, mais il se trompe aussi sur sa fonction. On peut critiquer la politique de Poutine, non la manière dont il habite son rôle et son statut.

Mot clés:

2 commentaires

  1. Ribus - 10 mai 2015 12 h 33 min

    Tout ce que vous avez écrit M. Vanneste est très juste. Mais c’est de surcroît une absurdité au niveau stratégique de sceller davantage encore le bloc qui est en train de se constituer par la bêtise de nos dirigeants.

    Les occidentaux ont jeté la Russie dans les bras de la Chine et de l’Inde. Poutine n’est pas du tout isolé. A quel moment, nos « dirigeants » vont-ils comprendre que les intérêts de l’Europe ne sont pas ceux des USA?

    A lire à ce sujet l’article de Jacques Sapir sur son site RUSS EUROPE. C’est proprement atterrant. Les russes apprécient la France mais ils sont de moins en moins nombreux maintenant que nos dirigeants ont fait le choix de les humilier.

    Pourtant, quand le continent européen sera complètement libanisé, il n’est pas certain que nous pourrons compter sur nos « amis » américains pour nous sortir de là….

    Répondre
  2. Pingback: Poutine à Hollande : une leçon de présidence. - Les Observateurs

Exprimez vous!