L’Europe n’est pas coupable. Elle est impuissante.

imagesUne fois encore l’émotion règne sur la politique européenne accusée de ne pas accueillir à bras ouverts les réfugiés africains après un nouveau naufrage entre la Libye et l’Italie, lequel  aurait entraîné 800 victimes. Une fois encore la culpabilisation de l’Europe hante les discours des « humanitaires ». Une fois encore la technocratie européenne propose des mesures pour renforcer le contrôle et améliorer l’accueil. Une fois encore ce continent qui domina la planète, il y a un siècle, d’une manière pour le moins virile, se retrouve dans la situation d’une mère indigne incapable de recueillir les orphelins du monde entier sous ses jupes.

La lucidité et le courage imposent une autre vision des choses. Si l’Europe a une part de responsabilité dans cette situation dramatique, elle tient en trois points. D’abord, elle n’a pas une politique ferme et dissuasive pour décourager l’immigration illégale et pour limiter aux besoins économiques, qui sont très faibles, l’immigration régulière. Ensuite elle n’a pas développé une politique de croissance démographique interne pour remédier au vieillissement de la population. Enfin, ce continent qui s’est suicidé dans des guerres absurdes, se refuse aujourd’hui à faire des guerres nécessaires. Comme l’ont dit le Pape actuel et son prédécesseur, ce sont les causes du mal qui doivent être traitées. Elles sont en Afrique et au Moyen-Orient et non en Europe. Elles tiennent d’une part à la pauvreté et d’autre part à l’anarchie. Pour la première, il faut souligner que le continent africain connaît un taux de croissance sans précédent et que plusieurs pays « riches » comme la Libye ou le Nigéria subissent une violence d’ordre politique ou religieux sans rapport avec leur développement potentiel. L’Europe a les moyens d’intervenir militairement dans les pays dont le désordre actuel laisse le champ libre aux trafiquants de tout poil.

En particulier, la Libye est devenue la plaque tournante de l’immigration illégale en Europe par la traversée de la Méditerranée. Certes, l’intervention franco-britannique, soutenue par les Etats-Unis, pour renverser Kadhafi porte une lourde responsabilité dans le désastre actuel. Le mirage du Printemps arabe, entretenu par des irresponsables comme BHL, a suscité la décision prise par Sarkozy. Celle-ci était manifestement irréfléchie. Surtout, suivant la méthode malheureuse des Américains, la suite n’a été ni envisagée ni préparée. L’aviation, avec ou sans pilotes n’occupe pas le terrain, détruit bien les blindés, mais ne peut lutter contre des groupes armés infiltrés dans la population. Puisque la faute a été commise, il s’agit maintenant de terminer le travail. La Libye désertique et tribale, depuis l’antiquité divisée entre ses deux grandes provinces côtières éloignées l’une de l’autre, soumise aux Ottomans pendant des siècles n’a été colonisée par l’Italie que pendant trois décennies. Ce n’est pas une nation, à peine un pays. Les richesses de son sous-sol sont démesurées par rapport aux besoins de ses habitants. Elles seraient plus utiles à l’Egypte voisine, qui elle possède un Etat et doit lutter à la fois contre la pauvreté d’une population nombreuse et contre le terrorisme.

De même, l’alignement systématique de l’Occident sur les positions des monarchies sunnites et pétrolières du Golfe, comme on le voit actuellement au Yemen, un pays pendant des siècles dirigé par des Chiites, entretient la confusion en Syrie et en Irak. Combat-on avec l’aviation les djihadistes de l’Etat islamique ou par l’envoi d’armes et de conseillers, Bachar El Assad, l’Iran, les Chiites et … la Russie ? L’envoi de conseillers militaires américains en Ukraine répond à la question. Le rétablissement de l’autorité de l’Etat légal sur l’ensemble du territoire syrien devrait être la priorité. La fin des persécutions contre les minorités, les Chrétiens en particulier, massacrés en Syrie et en Irak, en Libye et jusque sur les bateaux chargés de migrants est à ce prix. L’asile des réfugiés est un devoir humain. Il est parfois difficile de le distinguer de l’immigration illégale. C’est donc à la source qu’il faut tarir le mal.

Lorsque l’Europe a imposé à l’Italie de remplacer le programme national « Mare Nostrum » par un plan européen,  » Triton », elle a fait la démonstration de son impuissance en étant moins efficace que ne l’était l’Etat Italien. Faut-il d’autres tragédies humaines pour mettre un terme à ces deux visages actuels de l’Europe, celui d’un continent passif et celui d’une technocratie coûteuse et incapable ? L’Europe des Etats-nations gouvernés par des responsables mus par un patriotisme à la fois national et européen est plus que jamais nécessaire.

Mot clés:

10 commentaires

  1. fbastiat - 21 avril 2015 15 h 34 min

    Je ne comprends pas pourquoi l’Europe se sent responsable de problèmes purement africains. Sauver des gens de la noyade est une obligation morale. Les accueillir en Europe ne l’est pas. Ailleurs les réfugiés sont accueillis dans des camps gérés et financés par les Nations Unies qui se chargent d’organiser les rapatriements dans les pays d’origine dès que possible et le cas échéant d’instruire les demandes d’immigration. Pourquoi n’est-ce pas le cas des boat people africains?

    Répondre
    • dubouillon - 21 avril 2015 22 h 08 min

      Je ne me sens ni responsable ni coupable. Comme pour la crise que nous subissons, les vrais responsables restent impunis…
      Qu’au moins on ne nous désigne pas pour sauver l’ Afrique: elle n’est plus à nous depuis la décolonisation- cette dernière, juste, exemplaire et bénéfique, n’aura engendré que le chaos.

      Répondre
    • DELAFOSSE - 22 avril 2015 8 h 01 min

      Europe ou pas,ces pauvres gens en ont que faire…ils débarquent dans le pays sécurisé le plus proche,en l’occurence l’Italie.Il en serait de même si ce pays ne faisait pas partie de l’U.E.
      Qui a permis de faire ce que la Lybie est ce qu’elle est aujourd’hui ? C’est bien le moment de crier « Sauve qui peut »

      Répondre
    • Bernadette Mora - 22 avril 2015 14 h 10 min

      Tout à fait d’accord avec vous. Dans pas mal d’Etats d’Afrique, les potentats locaux écrasent le peuple et sont immensément riches, par ailleurs le terrorisme sévit, il devrait y avoir des réponses internes et aussi des unions entre pays africains, sans que l’Europe ait à s’en mêler ou à en subir les conséquences.

      Répondre
  2. DELAFOSSE - 21 avril 2015 18 h 53 min

    Nous faudra-t-il un jour recoloniser ces pays Africains pour éviter de tels drames ?

    Répondre
  3. Ribus - 22 avril 2015 12 h 41 min

    L’Europe occidentale n’est plus impuissante puisqu’elle a perdu en refusant le combat et en collaborant avec les envahisseurs. Cette Europe subira, à mon avis, le même sort que l’empire romain disloqué de l’extérieur par des invasions barbares et de l’intérieur par la corruption généralisée et la trahison de ses élites.

    Les perspectives sont très sombres à court et moyen terme. Complètement ligotés par la bien pensance et les compromissions, les politiques ne prendront jamais aucune mesure visant à faire cesser voire à freiner cette véritable invasion.
    Les réfugiés, les clandestins et les autres vont venir, s’installer et occuper le territoire. Il faut d’ailleurs dire «  les territoires » car toute l’Europe est concernée et risque de devenir en quelques décennies ou peut être quelques années un gigantesque Liban.

    Notre civilisation helleno-chrétienne peut en mourir et disparaître et le continent européen peut se transformer en véritable poudrière. Le plus rigolo dans l’Histoire est la fameuse « construction européenne » avec laquelle on nous bassine depuis des années qui risque bien de se transformer en « destruction européenne ».

    Les extra-européens qui nous viennent de partout ne sont pas liés par l’Histoire de France ni l’Histoire européenne car ils ont leur propre civilisation et leur propre culture. Les chinois ont la leur, les arabes et les africains aussi. La France et l’Europe sont une sorte de « Far West » et à ce titre on sait ce qu’il est advenu de la civilisation indienne en Amérique……

    Répondre
  4. DELAFOSSE - 22 avril 2015 17 h 19 min

    Les bilans et les constats,on en a fait le tour…qui nous proposera maintenant des solutions et surtout des actes, actions et des réactions bien concrètes ? Apparemment là ,il y a moins de monde, y compris parmi nos « élites » !

    Répondre
  5. Bernard VIGOT - 22 avril 2015 18 h 50 min

    Monsieur
    J’approuve entièrement votre analyse des phénomènes migratoires et la solution pour les résoudre.
    Je suis profondément européen mais je ne peux accepter cette Europe bureaucratique, tatillonne, sans vision d’avenir. Des dirigeants très brillants mais dotés d’une cervelle de colibri comme l’aurait dit le Général de Gaulle.
    Vous avez obtenu gain de cause contre les attaques injustifiées dont vous étiez la cible. Mais quel chemin de croix pendant toutes ces années ! Côté justice, enfin un petit rayon de soleil.

    Répondre
  6. kerneilla - 23 avril 2015 9 h 41 min

     » L’Europe des Etats-nations gouvernés par des responsables mus par un patriotisme à la fois national et européen est plus que jamais nécessaire. » et même indispensable…

    Cela suffit la « repentance » tout azimut.
    Ce n’est pas à l’Europe d’assumer les problèmes de l’Afrique, mais aux Africains, et s’ils en sont incapables à l’ONU…
    Si leurs frontières actuelles ne conviennent pas (populations incompatibles etc…), elles peuvent être redessinées de façon moins arbitraire que celles correspondant aux ex-colonies …
    Quant à l’argent nécessaire pour lutter contre la pauvreté en Afrique, il doit venir de:
    – la récupération des fortunes volées par les potentats locaux, et une vérification par l’ONU de l’affectation des sommes allouées par les pays étrangers (ex: dilapidation des fonds destinés à la reconstruction à Haïti)
    – la juste rémunération des richesses des sous-sols actuellement pillées par des multinationales sans scrupules,
    – l’ affectation des terres aux paysans et non leur vente à les capitaux étrangers (ceci est valable aussi en Asie et en Amérique du Sud )
    – le contrôle des exportations afin qu’elles ne détruisent pas les économies locales (ex: exportation de poulets congelés bas de gamme…)

    Nous n’avons besoin que de très peu d’immigration choisie, comme au Canada ou en Australie… les illégaux doivent être reconduits dans leur pays; les français de fraîche date doivent se voir retirer la nationalité française s’ils ne respectent ni les lois ni les coutumes du pays d’accueil.
    Afin d’éviter les « appels d’air », il ne doit y avoir aucune régularisation d’illégaux; les soins, l’éducation etc. en France doivent devenir payants pour les étrangers…et l’aide internationale doit servir à créer les structures nécessaires dans les pays d’émigration (avec surveillance financière stricte de l’affectation des crédits…)

    Tout cela relève du bon sens…il est temps de tordre le cou au « politiquement correct », et à la politique du « bisounours », qui amplifie les maux au lieu de les soigner… L’enfer est pavé de bonnes intentions.

    Répondre
    • DELAFOSSE - 24 avril 2015 8 h 49 min

      Au fait,que fait le  » CROISSANT ROUGE » l’association humanitaire de la » religion idéale » qui sauvera le Monde ?

      Répondre

Exprimez vous!