Le bal « démasqué »des petites phrases (II)

téléchargement (73)Le sommet de la stupidité inquisitoriale a été atteint par Mehdi Ouraoui, ancien directeur de cabinet d’Harlem Désir et Naïma Charaï, présidente de l’Agence nationale pour la Cohésion Sociale et l’Egalité des chances (ACSE) lorsqu’ils ont saisi le CSA en raison des propos « inacceptables » et « dangereux », tenus par Alain Finkielkraut. Celui-ci avait osé le blasphème envers la République, le sacrilège envers nos valeurs : « Français de souche ». En réponse à Pujadas qui se félicitait de l’origine étrangère de son interlocuteur, de Valls et de lui-même, Finkielkraut, par souci d’honnêteté intellectuelle avait risqué : « il ne faut pas oublier les Français de souche »… Comment ? Oser distinguer les Français selon leur origine ? Emprunter le langage des parias de la République, l’extrême-droite ! Les communautés immigrées sont l’essence de la République puisque leur présence exprime ses valeurs. Un parti qui se veut national est, en revanche, une honte ! Il faudra nous y faire : les « Français de souche », les « Dupont-sans joie », tranquillement assis devant leurs télévisions, priés de se laisser délivrer de leurs horribles préjugés, de leur racisme impénitent et de se faire arracher tous les déterminismes qui pourraient leur attribuer une quelconque identité, regardant les balles passer d’une communauté à une autre au-dessus de leurs pauvres têtes lessivées, n’existent plus et sont priés de se taire ! Ne parlons pas de ceux qui votent à l’extrême-droite, ils ne font plus partie de la République : dehors !

Heureusement, quelqu’un pense quand même à eux. le Président Hollande a tenu à rappeler leur survivance : « ce sont des Français de souche, qui ont saccagé le cimetière juif de Sarre-Union » a-t-il précisé lors du repas du Crif… Moi qui avais oublié ma lointaine ascendance flamande, je me suis senti soudainement disculpé. Mon Chef de l’Etat me représentait et me défendait, enfin défendait le Flamand qui, Dieu merci, n’est par un Français de souche et peut donc s’enorgueillir d’appartenir à une de ces communautés venues enrichir la France et sa diversité. Il faudra que je réapprenne la langue. Pour la religion, c’est raté : ils sont catholiques. Nul n’est parfait ! Le Président a annoncé également un renforcement de « la cage aux phobes ». Les propos racistes, antisémites, islamophobes, xénophobes, et homophobes seront davantage sanctionnés. Une République sans Nation et sans liberté de penser : beau programme ! Notre pays devient à la politique ce que le Carré Blanc sur fond blanc de Malévitch est à l’art, une magnifique avancée. Les esprits méchants diraient plutôt un couteau sans lame et sans manche, mais ces adversaires de la déconstruction sont d’infâmes conservateurs. Ils méritent les cris d’orfraie et les torrents d’injures dont sont abreuvés les « phobes » en tous genres : « sulfureux », « odieux », ignoble », « monstrueux », « abject et puant ».  Ces injures souvent totalement infondées, cette violence verbale lapidaire exécutent les coupables sans rémission, à moins que la victime ne se rebiffe et vende un million d’exemplaires. Les peuples sont parfois des cadavres récalcitrants.

Chamfort était l’un des baux esprits du XVIIIe siècle finissant. Révolutionnaire convaincu, il avait toutefois montré son intelligence en se réjouissant de la mort du sanguinaire Marat. Mal lui en a pris. Il en est mort, à son tour. C’était en 1793. La pensée française sombrait dans la Terreur. Il avait écrit notamment :  » Il n’y a d’histoire digne d’attention que celle des peuples libres ».  La France a-t-elle encore un peuple ? Est-elle libre ? A-t-elle encore une Histoire, celle de son peuple ? C’est à lui d’en décider en retrouvant sa liberté d’expression, son esprit critique, son ironie et sa verve à l’encontre des conformistes d’aujourd’hui.

Mot clés:

9 commentaires

  1. Courouve - 26 février 2015 7 h 13 min

    À l’ordre du jour du Conseil des ministres du 25/2 :  » Communication du ministre de l’intérieur :
    Le dialogue avec l’Islam de France.  »
    Est-ce bien compatible avec la loi de 1905  » Article 2 La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. […]  » ??

    Répondre
  2. Pingback: Le bal « démasqué »des petites phrases (II) - Les Observateurs

  3. Ann Read - 26 février 2015 14 h 34 min

    Français de souche. Alors voilà, un peu de logique et de réflexion au moment où tous les medias se posent la question de la valeur de l’expression et parfois (la remplaçante de Bourdin) osent demander à quel degré de génération sachant très bien qu’il y aura une réponse gênée. Et bien non, moi je demande : être maghrébin, à quel degré de génération ? Etre juif, à quel degré de génération ? Si donc, on convient qu’il en faut quelques-unes sans être plus précis, on peut admettre qu’une personne est d’origine maghrébine ou d’origine juive. Ou « français d’origine ». Sinon ? Sinon, alors il faut censurer quiconque se prétend juif ou maghrébin et lui opposer qu’il est français, point barre… Et le menacer d’aller au tribunal s’il revendique la moindre origine. Quel journaliste osera dire à Valls : non votre épouse est française, un point c’est tout, le reste de vos déclarations est passible en justice !
    Deuxième point : tout le monde, à moins d’être demeuré, a bien compris que Hollande dans son discours tentait de disculper les musulmans en accablant des français de souche. « Vous voyez ? Les vrai racistes ne sont pas ceux qu’on croit. » Pourquoi utiliser cette expression ? Parce qu’elle distingue en effet, dans son esprit, et dans tous les esprits, les jeunes d’origine immigrée et les jeunes d’origine française. En réalité, les socialistes ont toujours présenté toutes les caractéristiques de l’intolérance, de l’inconséquence et du vrai racisme tout en prétendant le contraire : pour prouver son fantasme (les immigrés sont une chance, les français de souche sont racistes), Hollande doit utiliser un raisonnement (distinction sur les origines) qu’il est pourtant le premier à rejeter violemment (le vivre-ensemble). De plus en plus, les socialistes se prendront les pieds dans le tapis à force de tordre la réalité pour complaire à leur idéologie…

    Répondre
  4. Thibault Loosveld - 27 février 2015 11 h 40 min

    Alain Finkielkraut avait raison de déclarer que l’antiracisme est le communisme du XXIème siècle.
    Quant à Hollande, pourquoi est-il resté silencieux quand Martine Delors comparait publiquement Nicolas Sarkozy à Bernard Madoff ? La vérité, c’est que la S.F.I.O n’a toujours pas rompu avec son passé pétainiste et que l’opposition apparente des socialistes à l’antisémitisme est une manœuvre électorale.

    Répondre
  5. Bernard - 27 février 2015 17 h 41 min

    République, citoyen, les politicards n’ ont que celà à la bouche.

    Répondre
  6. Bernard - 27 février 2015 18 h 12 min

    L’impôt sur le revenu représente seulement 6,5% du total des prélèvements obligatoires réalisés par la sphère publique (Etat, collectivités locales, organismes sociaux, TVA incluse). L’ISF représente à peine 0,55% de ces prélèvements obligatoires, quand à l évasion fiscale, pas grand chose. Pourtant les médias, à la botte des vautours socialistes, se focalisent sur cet impôt sur le revenu et sur l’ évasion fiscale comme pour exiter tous envieux et les jaloux du pays qui veulent faire payer les riches.

    Total des prélèvements obligatoires (PO) : 913,5 milliards d’€
    Total de l’impôt sur le revenu (IR) : 59,5 milliards d’€.
    Chiffres pour 2012 extraits du Rapport économique, social et financier annexé au projet de loi de finance pour 2014, page 145, à télécharger sur : http://www.economie.gouv.fr/rapport-economique-social-et-financier-plf2014

    Répondre
  7. Ribus - 27 février 2015 20 h 04 min

    Je vais faire un hors-sujet. M. Vanneste car en évoquant Alain Finkielkraut, je vois surtout un philosophe qui se mêle de la vie de la cité, comme vous mais de manière différente. Vous êtes un homme politique, professeur de philosophie et lui est un philosophe s’engageant dans le débat politique.

    Mais peu importe, je crois qu’aujourd’hui, nous avons besoin des philosophes. C’est une nécessité car nous voulons sortir du vide culturel. il n’ y a pas que l’air qui pollué ; la pensée aussi.

    Répondre
    • vanneste - 28 février 2015 23 h 30 min

      Vous avez raison et cela est d’autant plus nécessaire que la culture générale et la capacité de réflexion des politiciens se sont effondrées.

      Répondre
  8. Bernard - 28 février 2015 9 h 59 min

    Finallement la France ne se portait pas si mal en 1980 en pleine « dictature » Giscardienne avec Raymond Barre comme premier ministre. Le chomage de masse n’ existait pas, celui des jeunes était de 4 % contre 24% actuellement. Les impôts et les dépenses étaient modérés, la dette maitrisée. A cette époque on pouvait sortir le soir sans craindre un coup de couteau ou un viol, les banlieues ne s’ embrasaient pas, les profs étaient respectés, aucun carricaturiste n’ imaginait pouvoir être assassiné et les cimetières n’ étaient pas vandalisée…….Certes on travailait 40 heures et on avait moins de vacances. Mais voilà, en 1981 la propagande de gauche a fait croire aux crédules français qu’ ils étaient malheureux et que le socialisme les rendrait heureux. En 1981, ce fut la victoire des vautours et des pillards socialo-communistes. L’ histoire retiendra que les grands acquis sociaux de cette gauche clientéliste, laxiste et démagogue ont été le chomage de masse, la misère de masse, la violence de masse, l’ illétrisme de masse, la spoliation fiscale de masse, l’ immigration de masse et l’ émigration de masse.

    Répondre

Répondre à vannesteAnnuler la réponse