Thévenoud, un mensonge qui dit la vérité !

images (81)La meute des commentateurs politiques n’est guère reconnaissante. Elle s’acharne sur ce pauvre Thévenoud alors qu’elle devrait au contraire le remercier de lui fournir l’occasion d’une prose facile sur la morale politique et le jeu des partis. Sincèrement, je lui trouve du mérite, à « ce pelé, ce galeux d’où venait tout le mal ».  M. Thévenoud est un mensonge qui dit la vérité. Son mensonge est « hénaurme », et en cela presque comique, et quasi sympathique dans un mélange assez rare de candeur et d’impudence. Il proclame devant ses collègues de l’Assemblée Nationale, son attachement à l’exemplarité fiscale. Il le fait en tant que procureur de l’ex-Ministre Cahuzac, grand chasseur d’exilés et de fraudeurs du fisc, et lui-même détenteur d’un compte dans un paradis fiscal. Et, comme Cahuzac, il ment à la « Représentation Nationale », sans pudeur, car lui-même n’a pas déclaré ses revenus, ni payé ses impôts plusieurs années de suite. Ce n’est pas un crime, mais un acte d’une stupéfiante légèreté, sans doute lié à l’ascension fulgurante de cet espoir du parti socialiste. La vie politique est un maëlstrom, pour qui s’y adonne entièrement. Pris par le temps, enivré par ses succès, il a remis au lendemain, puis au surlendemain. Il n’y a pas eu la volonté de dissimuler, mais seulement, le sentiment que ce n’était pas grave et qu’un député membre de la majorité pourrait toujours arranger les choses. Le plus grave n’est pas l’oubli, c’est le mensonge, comme s’il y avait un dédoublement de personnalité entre le personnage public, tel qu’il veut paraître aux yeux du peuple, et la personne privée, refoulée aux portes de la conscience. Mais ce mensonge dans l’enceinte qu’on espérait sacrée du débat républicain a le poids de la révélation.

En mentant, Thévenoud dévoile une vérité dont les Français se doutaient bien un peu. Dans notre pays, la démocratie est un simulacre. Puisque le Peuple n’a pas le pouvoir, il faut lui en donner l’illusion, et au moins lui fournir un spectacle de qualité. Soyons honnête, l’accueil enthousiaste, à Frangy-en-Bresse, de Thévenoud par Montebourg, dont le talent comique de gaffeur emphatique doit être salué, restera un grand moment du show politique :  » Le meilleur ! Le porte-parole du groupe socialiste à l’Assemblée ! Et il est de Saône-et-Loire ! » Ministre quelques jours plus tard, et rejeté avec dégoût par un PS horrifié, l’étoile montante n’aura scintillé que neuf jours. Le PS l’éjecte, et le Président du Sénat ne fait pas le détail en virant l’épouse de son cabinet. Cette réaction vertueuse mérite quelques remarques. D’abord, cette punition collective est-elle justifiée ? D’autre part, on observera que, comme c’est souvent le cas, les politiciens qui font de la politique une profession ont une nette tendance à placer la famille. Le partage du travail est une idée généreuse, pour les autres,  mais le monopole des sinécures bien rémunérées, est la récompense légitime des bons choix politiques.

Maintenant, il faut bien vivre. M. Thévenoud qui n’avoue qu’un péché véniel, entend demeurer député. Le chômage, non merci ! Il ne sait sans doute pas faire autre chose. Il ne doit pas espérer être recruté par un employeur peu empressé d’embaucher pareil distrait, mais il accepte fort bien de continuer à fréquenter plus ou moins une Assemblée  qui risque de lui manifester peu d’estime et à prétendre représenter des électeurs qui seront enclins à lui manifester de la réprobation. Au nom de qui parlera-t-il ? Auprès de quel Ministre pourra-t-il intervenir ? Que pourra-t-il dire ? La dignité, l’honnêteté, le respect de soi et des autres lui commandent évidemment de démissionner… Sauf que le PS n’y a pas intérêt, car il peut y perdre sa majorité absolue : la vertu a ses limites. M. Thévenoud n’est pas un accident. C’est au contraire un personnage exemplaire, un modèle des politiciens d’aujourd’hui qui font carrière au PS comme à l’UMP et peut-être ailleurs. Ils s’appellent Thévenoud ou Lavrilleux, prospèrent en bons prédateurs de nos institutions. Ils n’ont pas de vrai métier, aucune autre compétence que le grenouillage au sein des partis et des cabinets, pour seul savoir-faire une bonne technique de la communication, et le plus souvent un bon réseau d’amis au sein de divers groupes de pression. Ils sont jeunes. Leur sourire est convaincant. Ils suscitent l’espoir d’un renouveau. Mais ils sont au contraire la mort de la République tant chez eux le culte narcissique de leur petite personne et le soin donné à leur avenir l’emporte sur le souci du Bien Commun et le sens de l’Etat. Dans le fond, le grand mérite de Thévenoud est de donner l’envie d’un grand coup de balai. On aurait tort de s’en priver !

Mot clés:

8 commentaires

  1. DELAFOSSE - 9 septembre 2014 16 h 27 min

    Je croyais que dans la vie ,toute faute ou infraction professionnelle était sanctionnée par la loi (votée également par ce type de personnage au Parlement)……Mais pourquoi avons-nous revendu la guillotine ? Continuons à payer nos impôts pour engraisser certains qui ne paient même pas les leurs ! Quand deux ou trois se font choper , combien y en a -t-il réellement ?

    Répondre
  2. Pingback: Thévenoud, un mensonge qui dit la vérité ! - Les Observateurs

  3. Noral - 10 septembre 2014 2 h 39 min

    Veuillons,s’il vous plait ,prendre le recul bienséant,de la réflexion et de la vérité.
    Exprimer que Thevenoud n’a pas payé ses impots n’est pas la vérité,il en a « écarté » une partie.
    Cela n’est point escusable,certe,la punition est déja très lourde,mais les griefs ne doivent pas etre deformés non plus,cela ne serait pas justice

    Répondre
    • vanneste - 10 septembre 2014 6 h 21 min

      Il faut lire avec plus d’attention. Le reproche essentiel est d’avoir parlé d’exemplarité fiscale devant le Parlement. Il devrait démissionner pour avoir manqué de respect envers son mandat.

      Répondre
    • Antoine - 14 septembre 2014 9 h 31 min

      Le problème, c’est que pendant que vous prenez un recul ‘bienséant’, la France s’effondre, grâce en effet à ce monsieur. La vérité, c’est que quelqu’un qui ne paye pas ses impôts dûs, tout ou en partie, de bonne volonté ou non, peu importe, ne devrait pas assumer un mandat (en fait, n’en est pas capable). C’est un évidence si vous cherchez un peu de ‘Vérité’…

      Répondre
      • vanneste - 14 septembre 2014 14 h 15 min

        J’appelle à un grand coup de balai… Ce n’est pas de la bienséance. C’est de l’ironie.

        Répondre
    • rigal - 15 septembre 2014 22 h 46 min

      oui ce n’est pas excusable il doit démissionner pour montrer exemple mais qui n’a pas profité de sont pouvoir, métier ou autre ?

      Répondre
  4. DELAFOSSE - 10 septembre 2014 7 h 51 min

    De la réflexion,du recul,de la bienséance etc….notre population écœurée en a eu depuis trop longtemps et n’en est plus là….Il nous faut maintenant « bouger » »trancher » »agir » »virer » cela peut,doit,et va arriver….

    Répondre

Exprimez vous!