Le Rêve de l’Europe, du Songe au Mensonge… (I)

images (38)Dans quelques jours, les électeurs européens vont désigner leurs représentants au Parlement de l’Union. Pendant les cinq années qui suivront, des apparatchiks de partis et des ex-élus à recycler siégeront dans une Assemblée lointaine au pouvoir incertain. Ils alterneront les débats stériles et les approbations des décisions prises par la Commission. Grande innovation, le Président de celle-ci sera élu. Le choix n’est guère ouvert : soit un Allemand socialiste, soit un Luxembourgeois centriste, tous deux battus dans leurs pays réciproques. Dans les deux cas, la politique de l’implosion permanente d’un continent qui existe de moins en moins au fur et à mesure qu’il s’élargit et accroît ses institutions sera poursuivie. Soit, le Président de la Commission sera un représentant de la seule grande nation à avoir bénéficié de l’Europe et de l’Euro, soit ce sera celui d’un Etat artificiel, l’un des plus riches du monde en raison de son passé récent de paradis fiscal et de son activité bancaire.

Beaucoup de penseurs utopiques et d’écrivains lyriques ont rêvé de l’Europe. En 1945, après la troisième guerre franco-allemande et la deuxième guerre mondiale, l’Europe de l’Ouest devait se reconstruire. Elle qui avait dominé le monde allait perdre ses empires. La menace soviétique, l’affaiblissement d’une Allemagne diminuée et divisée, la nécessité de la protection américaine déterminaient les Européens à s’entendre. Dans l’ambiance de l’époque, on a donc revêtu de lyrisme ce qui relevait de la nécessité. En 2014, les slogans qui tentent vainement de séduire les Européens déçus sonnent faux. L’Europe faisait rêver. Aujourd’hui, elle se contente de mentir. Comme notre pays a été le véritable bâtisseur de l’Europe en tendant la main à « l’ennemi héréditaire », écrasé, occupé, déshonoré par le nazisme, l’ampleur de la déception y explique la taille des mensonges.

L’un des bobards les plus utilisés par les politiciens est : « l’Europe, c’est la paix ».  On ne peut trouver meilleur exemple d’inversion entre la cause et l’effet. La construction européenne a pris son essor pendant une guerre, qui pour froide qu’elle était, appelait l’Ouest à rassembler ses forces contre le communisme. Si l’Europe de la Défense a échoué, la prospérité économique du Marché Commun qui avait bien d’autres raisons que son existence, a pu offrir un exemple de réussite qui a miné la confiance toute relative des populations dans le modèle socialiste imposé à l’Est. Mais, ce succès était le résultat de la paix et non sa cause. Et la paix en Europe n’avait d’autre raison que la dissuasion américaine, britannique, française et notamment la certitude que les Etats-Unis et leurs alliés de l’Alliance Atlantique et de l’Otan réagiraient à toute agression. L’opinion allemande a parfois flotté sur le sujet. Au début des années 70, le chancelier socialiste Willy Brandt a pratiqué une « ostpolititik » d’ouverture à l’Est, favorable à l’Allemagne, appuyée par l’URSS, mais qui affaiblissait l’Occident. C’est après que l’URSS a, entre 1975 et 1980, acquis une suprématie mondiale heureusement brisée par le Président Reagan. L’Europe n’y a eu aucune part. En Allemagne, une fois encore, les pacifistes clamaient : »plutôt rouges que morts » pour s’opposer au déploiement des euromissiles. L’effondrement de l’URSS a été provoqué par la course aux armements et par son engagement en Afghanistan. L’attraction exercée par l’Europe de l’Ouest sur les populations soumises aux soviétiques a sans doute joué un rôle, mais qui n’a pas été décisif. C’est en son centre que le système à bout de force s’est effondré.

Récemment, notre illustre Président n’a pas hésité à déclarer que « sortir de l’Europe, c’était sortir de l’Histoire ». Cette formule appartient aux poncifs qui ne résistent pas à un minimum de réflexion lucide. D’abord, elle repose sur l’idée que l’Histoire a un sens inéluctable. On peut au contraire penser que l’Histoire connaît des cycles, que la constitution des Empires alterne avec leur éclatement. Mais si l’on croit que le progrès technique et le développement des moyens de communication, faibles avant le XIX e siècle, entraînent inéluctablement une marche vers l’unité, on peut évidemment craindre que celle-ci efface les identités et les différences. Sont présents dans l’Histoire les acteurs de celle-ci, c’est-à-dire ceux qui peuvent encore prendre des décisions en fonction de leurs intérêts propres et en vertu de leur pouvoir souverain. En entrant dans une Europe Fédérale, la France sort évidemment de l’Histoire. Lorsqu’en raison de la politique suicidaire de Napoléon III, militant des unions nationales, l’Allemagne est parvenue à son unité, les Etats médiatisés, comme la Bavière, si différente de la Prusse, sont sortis de l’Histoire, et par la petite porte. Tous les malheurs de notre pays viennent de la préférence que nos dirigeants ont marquée pour de grandes idées creuses par rapport au Bien Commun de la Nation dont ils ont la charge. La France est un Etat-Nation, l’un des plus anciens et des plus constants. C’est pour cela que sa place dans l’Histoire a été considérable. Entrer dans l’Europe, c’est sortir de l’Histoire, comme un affluent cesse d’exister quand il se jette dans le fleuve. On peut rêver d’une autre politique pour notre pays que celle qui consiste à suivre le courant.

Mot clés:

9 commentaires

  1. DELAFOSSE - 15 mai 2014 9 h 54 min

    L’Histoire est faite chaque jour par nous-mêmes….par contre,n’y rentre pas qui veut,même si l’on est Président !
    Pour être plus forts,il faut s’unir parait-il,allez dire cela aux Suisses et autres qui nous regardent « mourir » dans notre belle et (trop) grande Europe.

    Répondre
  2. fbastiat - 15 mai 2014 16 h 07 min

    Ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain. Certes l’UE est devenue trop bureaucratique et trop envahissante dans des questions de détails. La subsidiarité fonctionne à l’envers: les détails pour l’Union, le régalien pour les Etats membres (sécurité, diplomatie/défense, justice, immigration).
    Mais n’oublions pas l’essentiel: l’UE est une aire de liberté et c’est ce qui la rend attirante. Tous les traités défendent le principe des libertés individuelles, politiques et économiques. C’est l’UE qui nous a forcé à ouvrir nos frontières et elle nous force chaque jour à nous réformer pour rester compétitifs. Elle nous impose la rigueur budgétaire et la réduction des dettes. Sa monnaie nous pousse à la rigueur. La France n’aime pas la liberté, ni la rigueur, ni les réformes. Merci à l’UE de nous les imposer à coup pied au c…
    Si la France était la Suisse, elle pourrait en effet se passer de l’UE. Mais, pour notre malheur, elle ressemble plutôt une sorte d’URSS.

    Répondre
    • vanneste - 15 mai 2014 17 h 29 min

      Le libéralisme est en grande partie une philosophie politique et économique française, massacrée par la domination des idéologies gauchisantes. Il faut donc d’abord mener le combat de la Réforme à l’intérieur. Nos difficultés actuelles viennent précisément du fait que l’Europe se présente comme une contrainte, alors que les réformes étaient nécessaires objectivement avec ou sans l’Europe. Un espace de libre-échange n’a besoin ni de monnaie unique, ni d’Etat fédéral, et c’est bien suffisant.

      Répondre
  3. Thibault Loosveld - 15 mai 2014 17 h 42 min

    @ Monsieur le Député:

    D’après le peintre Edouard Manet, la politique étrangère de Louis-Napoléon Bonaparte aboutit à la mort de l’empereur Maximilen 1er du Mexique. Si l’on admet que l’expédition militaire française au Mexique tendit à soutenir, pendant la guerre civile, la Louisiane et surtout le Texas, cette expédition éloigna malheureusement l’Autriche de la France et permit, en 1879, la conclusion de la Duplice. Pensez-vous que le désastre de Sedan fût fomenté afin de changer un régime qui avait rompu le principe du juste équilibre des Puissances ?

    Répondre
    • vanneste - 15 mai 2014 18 h 12 min

      Bainville analyse très bien la politique de Napoléon III. Celui-ci a obéi à un principe, les « nationalités », unités italienne et allemande. C’est la politique la plus stupide qu’ait menée la France, dans la ligne du premier Napoléon, tout aussi catastrophique. Tous deux ont détruit les effets de la politique étrangère des Bourbons. Ceux-ci avaient récupéré l’Espagne des Habsbourgs, affaibli ceux-ci en Allemagne morcelée. Il était possible de s’allier avec l’Autriche catholique contre les puissances protestantes montantes : Prusse et Angleterre. Le mariage de Louis XVI et de Marie-Antoinette allait dans ce sens. La Révolution et l’Empire ont cassé cette stratégie. Napoléon III, allié des Anglais contre les Russes, pourquoi ? Des Italiens contre les Autrichiens, pourquoi ? Neutre alors qu’il fallait marcher contre les Prussiens avec les Autrichiens (dont on abandonne un Archiduc au Mexique) et les Allemands du sud qui souhaitaient l’intervention française en 1866. C’est sans doute la politique étrangère la plus bête de l’Histoire de France.

      Répondre
  4. Djefbernier - 15 mai 2014 20 h 07 min

    Et si lointaine avec çà… Excellente diatribe pré électorale. Au bonheur des mémoires externes je n’y entends rien à ces considérations historiques. Des mécanismes qui se sont heurtés aux possibilités techniques de leur époque.

    Cela dit j’apprécie de vous lire M. Vanneste, vos futurs employeurs également et il apparaît que votre intelligence dessert la servilité, vertu cardinale si j’en crois les gens dans le poste. Mais c’est pas grave. Au plaisir de vous lire.

    Répondre
  5. DELAFOSSE - 16 mai 2014 7 h 14 min

    Il était possible de faire cette Europe » à la Charlemagne » ou » à la Napoléon », c’est-à-dire en maintenant les frontières.
    Je suppose que lorsque vous quittez votre domicile ou votre voiture, vous ne laissez pas les portes ouvertes ? Ou alors vous considérez que vos biens sont communs…Autrement dit, notre pays ne nous appartient plus et nous n’avons plus aucune raison de nous plaindre des conséquences !
    Absence de frontières,étouffement de notre culture, suppression de la Nation, plus de territoire commun , alors continuons à détruire ce que des générations ont défendu dans la peine et le sang. J’ai peut-être tort, mais cela vaut la peine d’y réfléchir…

    Répondre
    • RIBIERE - 17 mai 2014 2 h 34 min

      j’aime vos deux commentaires . OUI NOUS AVONS TOUTES NOS CHANCES …….POUR ALLEZ PLUS BAS !!!

      Répondre
  6. DELAFOSSE - 16 mai 2014 15 h 17 min

    Certes, la France n’est pas la Suisse et on ne risque pas de lui ressembler un jour, par contre, vers la Grèce ou la Roumanie, nous avons encore toutes nos chances !

    Répondre

Exprimez vous!