RESTAURER LE SENS DES MOTS !

téléchargement (32)L’identité nationale de la France repose principalement sur deux piliers : son Histoire et sa Langue. La première est sourdement minée par une absurde repentance. La seconde se corrompt jour après jour. Rivarol écrivait en 1783, pour l’Académie de Berlin, cette capitale d’un Royaume dont la cour parlait français, « De l’Universalité de la Langue Française », une apologie sans complexe de la supériorité de notre langue sur toutes les autres, dont le titre peut paraître aujourd’hui, sinon ridicule, tout au moins peu conforme à la réalité du monde. Toutefois, il soulignait un élément qui ne dépend pas du nombre des francophones, la qualité intrinsèque du français : « ce qui n’est pas clair n’est pas français ». Disant cela, il faisait écho au classique Boileau : « ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément ». Mais Rivarol ajoutait : « les langues passent et se dégradent en suivant le déclin des empires. » A entendre le débat politique actuel, nous y sommes.

Au sabir de Léonarda et de sa famille, dont on aimerait savoir quelle est la langue familière, répond le délire verbal des politiques. Un autre témoin du sommet historique de notre langue, Talleyrand a dit : « tout ce qui est excessif est insignifiant. » L’inflation lexicale chasse les mots justes et subvertit le sens des discours. Lorsqu’un député socialiste parle de « rafle » à propos de l’interpellation de la jeune Kossovare, il use d’un terme impropre puisqu’une rafle est une arrestation massive, mais il le fait avec perversité. L’arrestation de jeunes devant leurs camarades, ça ne vous rappelle rien ? Mais si bien sûr : les heures sombres de notre histoire, avec lesquelles la reconduite à la frontière d’une immigrée clandestine en vertu de la loi de notre République n’a pas le moindre rapport, sauf celui que l’idéologie veut introduire. Non plus perverse, mais odieuse et stupide, la formule employée par un responsable de l’extrême-gauche pour qualifier la proposition présidentielle d’un retour de la fille sans les parents : « cruauté abjecte ». On pouvait dire bien des choses en somme en variant le ton : que c’était généreux et maladroit ; que c’était scandaleusement contraire à la loi et aux conventions ; que c’était, en un mot, « hollandais »… Mais les mots « cruel » et « abject » qui sont pertinents pour qualifier un assassinat accompagné de tortures sont ici déplacés et font naître l’angoisse de trouver des termes suffisamment forts pour désigner l’horreur, désormais. A part « génocide » si la victime appartient à une minorité, on ne voit plus… Mais la décadence langagière n’est pas le monopole des extrémistes. Le Président lui-même, reprenant les termes d’un rapport administratif, n’a pas hésité à « stigmatiser » comme on dit maintenant « l’absence de discernement » des policiers qui ont procédé à l’interpellation. En termes clairs, cela veut dire qu’ils n’ont pas été intelligents. Merci pour eux. Mais si l’on veut être plus précis, il faudrait dire qu’ils ont effectué leur mission, mais en commettant une maladresse d’ordre « politique », ce qui n’est pas à proprement parler de leur ressort. Un autre mésusage du vocabulaire est comique : notre très laïciste Ministre de l’Education veut « sanctuariser » les écoles. Le problème, c’est qu’un sanctuaire, par définition, c’est un lieu particulièrement réservé aux cérémonies d’un culte religieux, et dont l’enceinte est protégée par l’invisible frontière entre le sacré et le profane. L’école de la république serait donc extraterritoriale.. Curieuses inversion des termes et confusion des esprits…

On en arrive à cette extrémité qu’avait imaginée Orwell lorsqu’il avait décrit à travers la « Novlangue » le processus de la manipulation totalitaire du langage, à savoir que les mots finissent par suggérer le contraire de ce qu’ils disent. Ainsi en est-il du mot « citoyen » qu’un manifestant en faveur de Léonarda n’hésite pas à employer pour la désigner, en oubliant qu’une résidente illégale et temporaire n’est évidemment pas une citoyenne. Elle bénéficie certes de la protection des Droits de l’Homme qui ne sont d’ailleurs pas remis en cause par son expulsion, mais n’a aucun droit de participer à la vie politique de la Cité. Elle a pourtant dit qu’à son retour, elle ferait sa loi… Républicain est, de même, un concept vidé de tout sens par ceux qui en abusent. Il peut bien sûr désigner ce qui touche au régime qui a succédé à la Monarchie. Mais il qualifie d’abord ce qui a trait à la Chose Publique, au Bien Commun de tous les Français, aux institutions qui organisent le pouvoir de ceux qui sont censés le réaliser. Lorsqu’il est employé pour expulser de la vie démocratique un parti qui ne menace en rien le régime, et que l’on conteste ainsi la légitimité du vote de ses électeurs, on voit apparaître cette contradiction qui consiste à discriminer au nom d’une République et de ses principes au premier rang desquels figureraient la liberté, l’égalité … et la non-discrimination ! La République n’est plus un mot que définit une idée, c’est un stimulus destiné à provoquer un réflexe dans un contexte que le rationnel a déserté et que l’émotionnel a envahi : certains appellent « valeurs de la République » les préjugés de leur idéologie afin de susciter le respect et la sympathie que la République n’a pas à nourrir à l’égard de ce qui affaiblit la Nation et l’Etat. De même avait-on qualifié de « pour tous » des unions qui ne pouvaient concerner que quelques-uns…

La résistance qui grandit en France contre la chute du pays doit aussi être un combat pour notre langue. Il est urgent et nécessaire, à nouveau, et comme l’écrivait Mallarmé de  » donner un sens plus pur aux mots de la tribu ».

Mot clés:

8 commentaires

  1. fbastiat - 20 octobre 2013 15 h 06 min

    « La résistance qui grandit en France contre la chute du pays doit aussi être un combat pour notre langue. »

    Vous avez parfaitement raison. Merci de l’avoir si bien dit dans cet excellent article.

    Répondre
  2. Trouvé Claude - 20 octobre 2013 15 h 54 min

    Vous avez parfaitement raison et notre langue se déforme dans les outrances de mots inappropriés ou contraire dans une pauvreté de nuances dans le langage des jeunes, réduite encore un peu plus par une écriture à base de consonnes. C’est en effet un symptôme de la dégénérescence de notre pays que le multiculturalisme ne peut qu’aggraver.

    Répondre
  3. kerneilla - 20 octobre 2013 19 h 07 min

    C’est par là que devrait commencer une réforme intelligente de l’école: l’enseignement de la langue française; il m’est arrivé de donner des cours de rattrapage de français à un garçon en classe de première, il lisait mal et était incapable d’expliquer ce qu’il avait lu; comment des professeurs digne de ce nom, avaient -ils pu faire passer de classe en classe un garçon qui ne maîtrisait pas sa propre langue?

    Répondre
  4. Thibault Loosveld - 20 octobre 2013 20 h 16 min

    La technique de la gauche -élus et juges réunis- est rôdée: elle consiste à diffamer la police avec des cas particuliers pour justifier le maintien en place des roms qui se sont installés illégalement en France. Il s’agit d’un calcul électoral à l’approche des municipales, après quoi Valls retrouvera sa liberté de parole.

    Répondre
  5. Thibault Loosveld - 20 octobre 2013 20 h 19 min

    Addendum:
    « Roder » se comprend sans accent circonflexe, bien sûr !

    Répondre
  6. Courouve - 21 octobre 2013 14 h 51 min

    J’ajouterais un troisième pilier (et trois piliers, c’est plus stable que deux) qui me semble indispensable, sa culture, tout autant scientifique et philosophique que littéraire.

    Répondre
  7. Courouve - 21 octobre 2013 14 h 55 min

    Non seulement le FN est un parti républicain, mais encore les partis qui prônent le vote des étrangers ne le sont plus.

    Répondre
  8. Léa - 22 octobre 2013 12 h 05 min

    Vous avez parfaitement raison (comme presque toujours), mais l’excès langagier est probablement nécessaire à un parti qui fait de l’indignation mécanique son fond de commerce. Leur méthode, qui consiste à se récrier, à s’étrangler pour un oui ou un non participe probablement autant d’une idéologie sincère que de bas calculs politiciens : force est de constater que la posture « indignée » marche auprès de certains esprits faibles dont il s’agit de ne pas perdre les votes.
    Sur un autre sujet, je vous prends pour la première fois en défaut de savoir. Selon vous, « Un autre mésusage du vocabulaire est comique : notre très laïciste Ministre de l’Education veut « sanctuariser » les écoles. », etc.
    Vincent Peillon a une vision mystique de la laïcité, à tel point que c’en est effrayant. Je m’étonne que vous ne sachiez pas ça…

    Répondre

Exprimez vous!