La République Apaisée ou Le Choc de l’Impuissance !

images (47)Curieuse rencontre. Dans sa récente intervention, François Hollande a parlé à contre-temps de République apaisée, mais aussi de sa volonté de produire un choc, celui de la simplification. Dans les deux cas, l’expression est malvenue. Comment parler de pacification de la vie publique alors que tout se ligue pour exaspérer les citoyens ? Pourquoi parler de choc dans un processus déjà engagé par les gouvernements précédents, dont les résultats seront au mieux décalés, peu perceptibles aux yeux du grand public, et assez marginaux économiquement parlant ?

La République apaisée ? Pour cela, il faudrait être sûr d’être en République. Or, la chose publique, le Bien Commun, l’intérêt général ne sont évidemment plus à l’ordre du jour lorsqu’on prétend remettre en cause la famille dans sa structure et la politique familiale dans son financement, au mépris d’un grand nombre de Français, dont la révolte monte avec la désinvolture, puis la violence avec lesquelles on les traite. Pour satisfaire une infime minorité, on creuse une fracture profonde dans la population. Pour diminuer les déficits, sans courage, on s’attaque à la politique familiale dont il est établi qu’elle est un de nos rares succès. Et on le fait, une fois encore, en établissant des seuils et en stigmatisant les Français qui ont de meilleurs revenus. Mais, combien de fois faudra-t-il répéter que la politique de la famille n’est pas une politique de redistribution sociale ? Ceux qui ont des revenus plus importants ne doivent pas être pénalisés par rapport aux autres contribuables de même niveau en raison de leur nombre d’enfants, bien au contraire. Il s’agit d’une politique nataliste qui devrait d’ailleurs bénéficier d’une préférence nationale, comme le réclamaient les têtes pensantes du RPR, avant d’aller penser ailleurs.

C’est une curieuse façon d’apaiser que de multiplier les conflits idéologiques et de le faire avec un langage doucereux dont on se demande s’il relève de l’inconscience ou de la provocation. Il y a d’abord eu la remise en cause systèmatique des mesures prises par le précédent gouvernement, puis au Sénat, comme à l’Assemblée des votes provocateurs accentuant les clivages : la reconnaissance de la date du 19 Mars pour désespérer les Pieds-Noirs et les Harkis, ou la loi faisant de l’expérimentation sur l’embryon, non plus une exception soumise à dérogation, mais la règle générale, pour être sûr de choquer les Chrétiens. Ceux-ci ont appris, le jour de Pâques, que, sans doute pour améliorer le déficit de la Sécurité Sociale, la pilule contraceptive serait gratuite pour les mineures et l’avortement remboursé à 100%. Le Président veut obtenir une mobilisation contre le chômage et il passe son temps à développer une politique qui ne peut pas rassembler, mais qui heurte, au contraire, de nombreux citoyens.  Ces derniers en sont à penser que LE Président n’est pas Leur Président. Le peu de temps passé à expédier la « Manif pour Tous », lors de sa prestation sur la Télévision Publique, a ressemblé à une goutte de vinaigre sur une plaie déjà bien ouverte. Il n’est plus un Ministre qui puisse aller en Province sans être accueilli par des quolibets  et des slogans hostiles de foules en colère. Ce n’est que justice dans la mesure ou plusieurs d’entre eux n’ont pas hésité à employer des formules sectaires et méprisantes à l’encontre de leurs opposants.

Reste le grotesque « choc de simplification ». Parce qu’il n’ose pas le choc de compétitivité, parce qu’il a peur du mot « austérité », Normal 1er a voulu employer le mot qu’il avait raté, le « choc », histoire de montrer qu’il avait, lui aussi, non pas de l’énergie, mais de l’éloquence du menton. Pour être gentil, on va lui reconnaître un talent pour l’oxymore, parce que la simplification, c’est long et compliqué. Elle est nécessaire mais ne produira aucun choc. Au mieux ce sera un pétard mouillé. Mais, surtout, cette politique va être mise en oeuvre par ordonnances, en court-circuitant un Parlement où la gauche est, pourtant, majoritaire. Pour quelle raison ? Pour donner de l’importance et de la vigueur à ce qui est dénué de l’une comme de l’autre. Cette annonce est celle d’un coucou qui s’empare du nid d’autrui. C’est mon ancien collègue et ami, Etienne Blanc qui a été chargé en 2003 d’un travail parlementaire sur cette question. Président du Conseil d’Orientation de la Simplification Administrative, il a été le rapporteur des quatre lois qui, en 2003, 2004, 2007 et 2012, se sont attaqué au maquis des 8000 lois et 400000 règlements qui encadrent et souvent entravent la créativité des Français.  Molière nous a laissé un volatile de l’espèce « coucou » : Tartuffe. Or l’annonce de cette simplification respecte cette filiation. Non seulement il n’y a rien de nouveau, mais encore, à peine le Sénat avait-il basculé à gauche qu’il rejetait la dernière loi de simplification. On voit aujourd’hui que c’était uniquement pour retarder l’action de la majorité précédente, pour des raisons politiciennes au détriment du Bien Commun. La centaine d’articles de celle-ci faisait pourtant suite, début 2012, aux Assises de la Simplification, tenues en avril 2011. En Décembre 2011, dans le cadre de la préparation de cette loi, il a été établi que 77% des mesures votées auparavant avaient été mises en oeuvre.

On peut légitimement douter des compétences de l’exécutif actuel. On peut douter de son pouvoir et de sa volonté de l’exercer lorsqu’on entend le Président avouer qu’il va aller soumettre son « papier » à la signature de la Commision de Bruxelles. On ne doute plus aujourd’hui de son aptitude au mensonge et de son absence d’Ethique. On se souvient de la blague de Santini : « Avant, il touchait le fond. Maintenant, il creuse ». Le problème avec le Président actuel, c’est qu’il ne creuse pas que les déficits, mais le fossé qui va définitivement le séparer de la majorité du Peuple Français. Viendra alors le moment du vrai choc lorsque les Français ne supporteront plus d’être dirigés par un exécutif impuissant et trompeur.

Mot clés:

5 commentaires

  1. Thibault Loosveld - 2 avril 2013 18 h 23 min

    La stratégie de la gauche consiste à détourner l’attention de l’opinion publique en excluant du terrain médiatique la pensée de droite: le Dimanche 24 mars 2013, nous avons eu droit à une vraie-fausse querelle entre Pierre Moscovici et Jean-Luc Mélenchon pour occuper les esprits à autre chose que l’origine des informations bancaires ayant abouti à la mis en examen de Nicolas Sarkozy…

    Répondre
  2. Thibault Loosveld - 2 avril 2013 20 h 44 min

     » Mais, surtout, cette politique va être mise en oeuvre par ordonnances, en court-circuitant un Parlement où la gauche est, pourtant, majoritaire.  »

    En janvier 2012, au Bourget, le candidat de dernière minute du parti socialiste avait dit : «Présider la République, c’est refuser que tout procède d’un seul homme, d’un seul raisonnement, d’un seul parti»… Est-ce à dire que Normal 1er a déjà désigné son dauphin pour 2017 ?

    Répondre
  3. kerneilla - 5 avril 2013 7 h 31 min

    Ce président (avec un petit p) est têtu comme beaucoup de faibles.
    Il ne réalise rien, il s’écoute parler, mais n’écoute pas le peuple; il se croit sans doute plus intelligent que quiconque…
    Ce projet de loi qui prétend ouvrir le mariage aux homosexuels, est une contradiction dans les termes: le mariage c’est un homme et une femme dans l’optique de la procréation qui fait perdurer l’humanité; le reste c’est du bricolage pernicieux…
    Toutes les idéologies, dans un domaine ou un autre prétendent se substituer à la réalité et transformer l’être humain…cela a pourtant déjà été tenté par de nombreuses dictatures…elles ont toutes fini par disparaître ( mais au prix de combien de morts et de souffrance?)
    L’idéologie socialiste a ceci de dramatique, c’est qu’elle prétend changer la nature de l’Homme, et faire son bonheur malgré lui; les communistes ont essayé en URSS: 100 millions de morts; les nazis l’ont tenté en Allemagne: 20 millions de morts…en France aujourd’hui c’est fait de façon plus insidieuse; ce projet de loi Taubira a été instillé dans l’opinion depuis longtemps, par les médias notamment, que l’on pense à une série destinée aux familles comme  » l’Instit », tous les poncifs socialistes s’y retrouvent, sous couleur de bons sentiments… Nous sommes entourés d' »idiots utiles  » ; 70% des journalistes, et autant de profs, votent à gauche… (et se croient généreux… alors qu’ils ne font que déléguer à d’autres leur capacité à penser…le comble pour des gens qui se prétendent intellectuels) ; Pourtant le Peuple est majoritairement à droite…le bon sens serait-il plus fort que les idéologies?

    Elle est bourrée de contradictions: elle est farouchement laïque et prétend s’appuyer sur les Droits de l’Homme qui dérivent directement de l’Evangile (et qui plus est ignore superbement les devoirs qui y ont été accolés dès 1792..).

    La Gauche prône la liberté (pour elle-même, mais la refuse à ses adversaires ) et réfute la responsabilité, qui est son corollaire… Prenons cette loi Taubira faite pour une poignée d’ homosexuels extrémistes: liberté de s’acheter des enfants via les mères porteuses (c’est implicite), mais esclavage pour les femmes misérables qui s’y prêteront pour survivre, et évidemment pour les enfants achetés comme un jouet, un objet de désir… Mais pas de liberté pour ceux qui ne sont pas d’accord : déni d’information, propagande, police contre les manifestants, autisme du pouvoir en place …

    La Gauche prône l’égalité, mais l’idéologie égalitaire se heurte de plein fouet à la réalité: x+x n’est pas égal à x+y, sauf si x=y;
    or un homme n’est pas égal à une femme, parce que la biologie en a décidé autrement; une certaine idéologie a beau nier la biologie, celle-ci aura toujours le dernier mot; il est légitime de vouloir la justice : à travail égal, salaire égal, par exemple; mais il est absurde de prétendre nier les différences qui existent entre les sexes; ceux-ci sont complémentaires, et aussi essentiels l’un que l’autre, donc égaux en importance pour l’humanité; vouloir en déduire qu’on peut les confondre l’un à l’autre est tout simplement absurde.
    Quant à la fraternité, n’en parlons même pas , il n’y a pas plus sectaires que les socialistes…. d’ailleurs la Fraternité , est, elle aussi, directement issue du Christianisme qui a de tous temps été farouchement combattu par les Socialistes (voir les événements de 1905 quand des moines étaient chassés de leur couvent par la police, et leurs monastères volés par l’état)
    Les Socialistes sont bourrés de contradictions vous dis-je !

    La Gauche n’a pas et n’a jamais eu « le monopole du coeur »; quoiqu’elle veuille le faire croire… ce qui est incroyable, c’est qu’il y ait encore tant d’électeurs pour s’y laisser prendre.

    Répondre
  4. Thibault Loosveld - 5 avril 2013 12 h 03 min

    @ kerneilla:
    « La Gauche n’a pas et n’a jamais eu « le monopole du coeur »; quoiqu’elle veuille le faire croire… ce qui est incroyable, c’est qu’il y ait encore tant d’électeurs pour s’y laisser prendre. »

    En admettant que la défaite du Président Sarkozy fut invariablement décrétée par François Bayrou et ceci quel qu’ait été le candidat du parti socialiste, pensez-vous qu’il y aurait eu 2.200.000 bulletins nuls déposés dans les urnes suite à l’appel du chef du Modem si Nicolas Sarkozy était arrivé en tête au premier tour ? Dans la négative, les Français sont bien obligés de constater que le parti socialiste avait intérêt à réduire le score du candidat UMP et c’est un fait que, pour sa première participation à l’élection présidentielle et alors qu’elle ne fait pas l’unanimité au sein de son parti, Marine Le Pen réalisa en avril 2012 un score jamais atteint par son père en six participations.

    Répondre
    • LOOSVELD - 27 avril 2013 8 h 21 min

      Grand diseux, petit faiseux.
      Un internaute fainéant ou poltron se reconnaîtra.

      Répondre

Répondre à kerneillaAnnuler la réponse