LA MANIF POUR TOUS DU 24 MARS, c’était 68 A L’ENVERS !

images (44)Le pouvoir politique et médiatique actuel est occupé par les trublions de Mai 68, et ceux qu’ils ont ensuite formés idéologiquement puisque dans le pays de la droite la plus bête du monde, celle-ci a abandonné l’éducation et la culture à la gauche. Le résultat, c’est le nombre des libertaires, maoïstes et autres trotskystes qui, devenus détenteurs de confortables pouvoirs, diffusent et imposent l’idéologie socialo-bobo, ce mélange de dynamitage de l’ordre des valeurs inscrites dans la Nation française au nom d’une supposée liberté sans rivage et de répression de la liberté au nom d’un prétendu ordre républicain. Le passage en force et à contre-temps de la loi sur le mariage homosexuel sous prétexte que le Président l’avait annoncée dans son programme appartient au dynamitage : les Français n’ont pas élu Hollande pour ses « 60 mesures » et sont d’ailleurs majoritairement hostiles à l’adoption par des homosexuels. L’hostilité déterminée d’une partie importante de la population à ce projet devrait inciter celui qui est le Président de tous les Français à plus de prudence. Je sais pour l’avoir vécu que jamais Sarkozy n’a voulu se mettre dans une situation qui fasse descendre un million de personnes dans la rue. Mais, c’est là qu’apparaît le second visage de nos soixante-huitards. Hier, je n’ai pas eu le sentiment de vivre dans un pays démocratique.

La démocratie suppose le respect des opinions et de ceux qui les expriment. Depuis le début du débat sur le mariage homosexuel, le pouvoir a fait preuve d’un mépris abyssal pour les opposants à cette loi. D’abord, il a voulu et veut toujours en minimiser le nombre. Comment imaginer qu’une foule immobilisée par sa propre masse, entre la Défense et l’Arc de Triomphe, occupant les deux avenues latérales (Foch et Carnot), puisse être évaluée à 300000 personnes seulement . Les organisateurs parlent d’1.400.000, et ils sont, à l’évidence des reportages, plus près de la réalité. Il s’agit peut-être du record pour une manifestation de contestation d’une loi : Mitterrand avait retiré la loi inique de nationalisation de l’enseignement libre avec une seule mobilisation aussi importante. Nous en sommes à deux. Le mépris a un autre visage, c’est celui, casqué, de la dissuasion et de la répression policières. Tout a été mis en oeuvre, hier, pour excéder les manifestants. En raison d’un déploiement policier impressionnant, rejoindre le lieu de rassemblement exigeait de longs détours. De même ceux qui voulaient le quitter étaient astreints à contourner de nombreux barrages. C’est ainsi qu’en suivant un groupe, à un moment je me suis trouvé sur les Champs-Elysées, entre les gendarmes mobiles bloquant le passage vers l’Etoile et les CRS fermant l’avenue à hauteur du rond-point. La tentation d’occuper les Champs qui avaient été interdits était trop belle, et le dispositif policier installé comme une nasse y invitait. Il y a peut-être eu des esprits assez tordus pour penser qu’une telle situation conduirait à des violences dont on accuserait ensuite des extrêmistes de droite, ce qui permettrait de faire passer le gigantisme de la manifestation au second-plan. Le résultat doit les décevoir : lorsqu’on voit un membre des forces de l' »ordre républicain » asperger de gaz lacrymogène des Français agitant le drapeau national et chantant la Marseillaise, on se dit qu’il le fait au nom de celui qui favorise à tous les niveaux le désordre familial et dont certains ont fêté l’avènement en brandissant des drapeaux étrangers. Hier, le mépris a transformé le refus d’une loi en contestation d’un pouvoir qui perd sa légitimité morale par ce qu’il fait et par sa manière de le faire. Hier, a peut-être commencé un printemps français avec ses indignés, ceux que révoltent la nocivité du pouvoir actuel et l’opportunisme de ceux qui viennent au secours d’une victoire, sinon législative, au moins politique, à laquelle ils ne s’attendaient guère. Mais heureusement, comme le dit Philippe Bilger sur son blog, au-delà de la gauche et de la prétendue droite, » il y a les citoyens ».

Il s’agit donc, maintenant, de transformer l’essai en faisant pression sur les élus pour obtenir une victoire législative ou un retrait du texte. Si l’on écrit 68 à l’envers, çà devient 89. Les slogans d’hier n’étaient plus seulement ceux en faveur de la famille et du droit des enfants. Ils visaient clairement le Chef de l’Etat, mais paradoxalement on sentait bien que l’ordre légitime était de leur côté pour restaurer des valeurs essentielles comme celle de la famille, des valeurs qui rassemblent et non qui divisent. La succession d’orateurs de convictions, de croyances, et même d' »orientations sexuelles » différentes a souligné combien le rassemblement, le « vivre ensemble » étaient au coeur de la manifestation. En descendant les Champs-Elysées, puisque nous n’avions pas pu les remonter comme ceux qui en 68 avaient sauvé la République, je me disais que nous avions le même but que nos prédécesseurs, mais que le pouvoir n’était plus à préserver mais à contester pour garantir un ordre juste.

Mot clés:

14 commentaires

  1. Vincent Jappi - 25 mars 2013 15 h 38 min

    http://lumiere101.com/2013/03/12/quousque-tandem/
    « Quousque Tandem?
    « Enregistrement de Lumière 101

    « Pour tenter de deviner le moment et les circonstances où les Esclavagistes au pouvoir comprendront que voler davantage le Peuple n’est pas la solution à leurs problèmes, Georges Lane et François Guillaumat s’appuient sur le précédent mitterrandien de 1984 et les épisodes de baisse des impôts et des dépenses publiques, entreprises par des socialistes de gauche comme de droite. »

    Répondre
  2. granadel - 25 mars 2013 17 h 21 min

    Merci Monsieur Vanneste,
    Oui j’y étais et c’est le début de quelque chose, quelque chose comme une conscience qui demande encore à se densifier et se fortifier. Ce gouvernement devient tout doucement « illégitime », et c’est ce qui est inquiétant. Quel gâchis de salir ainsi le rôle de Président de la République. Quelle honte de salir ainsi les millions de citoyens pacifiques ! J’ai le sentiment que le « pays réel » est au bord de la crise de nerfs voire de l’implosion. Le tissu social est si déterioré. On peut comprendre la Révolution de 1789 lorsque l’on voit le mépris et l’autisme de ce gouvernement et de ce « président normal ». Un bien petit président en vérité.

    Répondre
  3. Resistance - 25 mars 2013 17 h 42 min

    Il y a eu clairement volonté délibérée d’incidents.
    En bas des Champs de 17h45 à 20h15, j’ai très clairement vu le responsable relations presse de la Préfecture faire un petit briefing aux 5 ou 6 media présents (dont FR3 et LCI) en leur désignant les 6 jeunes du GUD parmi les 2.000 personnes que nous étions à 19h00.
    A 19h55, il a de nouveau briefé les journalistes, sans que je puisse entendre.
    A 20h00, sans aucune sommation ni incitation à quitter les lieux, sans utilisation des haut parleurs, les CRS du bas des Champs ont gazé les manifestants (assis ou allongés par terre) innofensifs, ce qui a donné de belles images pour les TV et photographes présents (Reuters ?).
    Ainsi, les média n’ont pas parlé du fond, ont peu parlé du nombre, mais on titré sur les dérapages.
    EXCELLENT EXEMPLE DE MANIPULATION A ENSEIGNER DANS LES ECOLES DE JOURNALISME ET A SC PO !

    Répondre
    • kerneilla - 25 mars 2013 20 h 32 min

      tt à fait d’accord

      Répondre
  4. Francois - 25 mars 2013 18 h 13 min

    oui , j’y étais..fier d’être français au milieu de ces familles entières de tous ages,de toutes confessions,de droite de gauche,du centre et même des extrêmes……qui peut réaliser cela..? si ce n’est l’esprit de la famille.
    oui,j’y étais…honteux d’être français quand des flics pères de famille ont gazé des enfants,et de nombreuses personnes inoffensives.
    Honteux d’être français quand de pauvres imbéciles de la préfecture n’arrivent à compter que jusque 300 000 ,il n’est pourtant pas difficile de compter au m2 toutes les avenues noires de monde…ceux qui ont fait ce calcul devaient être devant des écrans assis confortablement devant quelques boissons……ce qui explique cela.
    oui j’ai vécu une journée inoubliable dans ma vie de 66 ans….j’étais accompagné de mon fils ……….

    Répondre
  5. Thibault Loosveld - 25 mars 2013 19 h 15 min

    @ granadel:

     » Quel gâchis de salir ainsi le rôle de Président de la République.  »

    Dans ses Vœux pour la nouvelle année, François Hollande annonça aux Français une « amélioration de la situation économique d’ici l’horizon 2013 ». Un président de la République se doit de connaître le sens des mots qu’il utilise et, l’horizon est une ligne imaginaire qui recule à mesure que l’on avance vers elle…

    Répondre
  6. kerneilla - 25 mars 2013 20 h 42 min

    une fois de plus je partage à 100% l’analyse de M;Vanneste, dommage que les députés ne soient pas plus nombreux à être aussi lucides;
    j’espère que les Sénateurs refuseront ce projet de loi, sinon nous irons plus loin…

    Aujourd’hui ce n’est plus seulement une loi que nous refusons, c’est un changeùment de civilisation, et un déni de démocratie…
    La France ne sera ni l’Allemagne nationale-socialiste, ni une république (sic) socialiste soviétique…nous ne le permettrons pas…
    Avec la non violence Gandi a obtenu l’indépendance de l’Inde, avec cette non-violence réafirmée hier, nous obtiendrons que la démocratie française reste ou devienne ou redevienne une démocratie
    merci

    Répondre
  7. Pingback: "Le mépris a un autre visage, c’est celui, casqué, de la dissuasion et de la répression policières" | Chrétienté Info

  8. Egalité - 26 mars 2013 15 h 28 min

    Qui sont les violents et les irrespectueux ? ceux qui n’acceptent pas l’élection de Hollande et son programme dont la proposition égalitaire n°31 n’était un secret pour personne!
    Vous attendrez votre tour pour abroger cette loi qui, soit dit en passant, ne vous enlève rien mais contribue à faire des homosexuels des citoyens à part entière enfin! et leurs enfants seront enfin protégés, pensez-y vous qui osez parler d’intérêts des enfants. Comment tolérez-vous que le second parent non biologique soit un inconnu au niveau des lois et qu’en cas de décès du parent biologique l’enfant soit puni une seconde fois en étant retiré de la garde de son second parent?? cela vaut pour des couples hétérosexuels aussi.

    D’autres pays comparables au notre l’ont fait et depuis longtemps, stop! pas de dictature pour les minorités et plus jamais de ségrégation. Tout référendum en ce sens devra être déclaré anticonstitutionnel.

    Enfin, ayez le courage de dire non aux centaines de milliers d’adultes immatures qui font des enfants à la pelle (futurs délinquants) et nous coûtent très cher sans retour sur investissement, au contraire! sont-ce les enfants soit disant déséquilibrés des couples homosexuels? que nenni alors stop à cette haine homophobe qui se dissimule très mal. D’ailleurs, hier les slogans haineux fusaient, la pauvre Barjot n’a pu contenir cette bave digne des plus barbares propos entendus lors des manifs anti-pacs : les ** au bûcher….honte!

    Mais oserez-vous publier ou préférez vous rester entre vous?

    Répondre
  9. josette - 26 mars 2013 16 h 36 min

    comment parler encore de démocratie , j’ai osé ailleurs minocratie gouvernement par les minorités ou par les minus ou par les minables …au choix .
    Mais quel déploiement de forces pour endiguer le flot des « quelques 300 000 personnes en comptant les femmes et les enfants « , (les gens en place ne savent pas compter et ne sont pas à un million près)
    les citoyens comme moi qui n’ont voté ni Sarko ni Hollande qui rêvent d’un parti opportuniste où l’on examine les idées avant de dire que c’est nul en bloc, sans réflexion, parce que ça vient des autres, vont se décider un de ces 4 a voter pour des mouvements que l’on a présenté comme extrémistes mais qui ne seront peut être pas pire que celui en place .
    des mouvements clairs qui ne flattent pas le criminel ou le communautariste et qui mettent la religion des uns au même niveau que celle des autres , ailleurs que sur la voie publique .
    à quoi rime tout cela , est ce une telle joie de ne pas connaitre ses origines que de mêler dans le même temps des décisions de supprimer les archives et favoriser des procréations qui seront si louches qu’on épousera sa soeur son frère ou sa mère génétique …
    il est vrai que seule la gauche a droit de s’indigner !
    et puis ces gens du 24 mars, au lieu de venir se faire asperger de gaz en famille que ne venaient ils tous nus , on les aurait pris pour la gay pride et ils auraient eu une paix royale .
    je ne veux pas faire mieux que le maire de Paris en vous souhaitant une bonne semaine sainte, alors je fais comme lui et vous souhaite un bon ramadan.
    le printemps va être chaud !

    Répondre
  10. Thibault Loosveld - 26 mars 2013 18 h 26 min

    @ josette:

     » des mouvements clairs qui ne flattent pas le criminel ou le communautariste et qui mettent la religion des uns au même niveau que celle des autres , ailleurs que sur la voie publique .  »

    De fait, après avoir vu les photographies de la manifestation des 11.2000 partisans de Gaston Flosse sur la place Tarahoi à Tahiti, Oscar Temaru y aura peut-être reconnu la grande forêt de Birnam s’avançant vers le sommet de Dunsinane contre son allié socialiste.

    Répondre
  11. Deneux Thierry - 26 mars 2013 20 h 54 min

    attention , je nous invite à bien nous souvenir du rôle des députés dans une démocratie : ce sont eux qui votent les lois . Et tant que ces lois respectent la Constitution, elles s’imposent ensuite aux citoyens…, que cela nous plaise ou non.

    Aussi, je nous invite à bien nous souvenir du nom de TOUS les députés qui voteront cette loi TAUBIRA dont nous ne voulons pas, et aussi d’ailleurs du nom de ceux qui s’abstiendront, pour ne pas risquer d’être incohérents avec nous même lors des prochaines élections législatives.

    Et ce qu’une loi fait, une autre loi pourra le défaire si les électeurs que nous sommes sont cohérents. ..

    Répondre
    • vanneste - 27 mars 2013 5 h 39 min

      Les députés ont le pouvoir de voter des lois. Ce pouvoir n’est pas absolu. Il est soumis à la constitution, et à la volonté du Peuple d’où ils tirent leur légitimité. Lorsqu’une mesure inscrite dans le programme d’un élu au milieu d’autres qui ne seront pas appliquées soulève un tel rejet exprimé par les manifestations, mais aussi par les sondages hostiles majoritairement à l’adoption, inséparable du mariage, un pouvoir démocratique procède à un référendum, prévu par la réforme constitutionnelle de 2008.

      Répondre
      • LOOSVELD - 12 avril 2013 18 h 30 min

        Grand diseux petit faiseux.
        Un internaute se reconnaîtra.

        Répondre

Exprimez vous!