HABEMUS PAPAM

images (40)Ce qui frappe le plus dans le choix qui a présidé à l’élection du Pape François, c’est l’intelligence qui manifestement l’inspire : une manière de démentir et de dépasser les commentaires politiciens totalement étrangers à l’esprit du Conclave. La Curie contre l’Eglise universelle, les conservateurs et les progressistes…Pourquoi pas la gauche et la droite ? Quand les Cardinaux disaient que c’était le Saint-Esprit qui allait voter, les beaux esprits, eux, souriaient, mais la rapidité de la décision et son caractère surprenant pour les « spécialistes » montrent que cette hypothèse n’est pas absurde. Le Cardinal Bergoglio est sans doute l’homme qu’il faut au moment où il le faut.

Benoît XVI incarnait la puissance intellectuelle de la Tradition Catholique et son rôle a été essentiel pour montrer que la foi chrétienne, en accord avec la raison ne pouvait être confondue avec un vague sentimentalisme conjuguant le verbe aimer sur tous les modes. L' »Amour dans la Vérité » a été ce rappel décisif pour éviter les pièges du relativisme, de l’hédonisme, de l’individualisme dans lesquels notre époque s’est fourvoyée. C’est donc une Eglise spirituellement renforcée qui doit maintenant améliorer son propre fonctionnement et aller davantage vers le Monde. Avec humilité et lucidité, le « conservateur » Cardinal Ratzinger, devenu Pape, a pensé, après huit ans de règne, qu’il fallait qu’un autre poursuive le chemin et innové d’une manière qui a totalement surpris, en renonçant au Siège Apostolique. Et celui qui lui succède apparaît non comme son contraire mais bien plutôt comme son complémentaire, à plus d’un titre.

Le Cardinal Bergoglio est devenu le premier pape « jésuite ». Premier message, riche d’enseignement, si on se souvient que l’un des fondateurs de l’Ordre s’appelait François-Xavier et qu’il est allé porter la Bonne Parole en Asie, l’un des deux continents où aujourd’hui le nombre des Catholiques s’accroît. Les Jésuites, armée de la Contre-Réforme, mais armée de la Paix, qui a joué en Amérique du Sud un rôle considérable dans la lutte contre l’eclavage à Carthagène et surtout avec les Missions du Paraguay où ils sont parvenus à créer un Etat Guarani momentanément à l’abri des chasseurs d’esclaves. Nul doute que celui qui a été Primat d’Argentine est pénétré de cette vocation des Jésuites à sortir de l’Europe, à aller vers les autres cultures, pour faire respecter la dignité de tous les hommes, mais aussi pour les évangéliser.

Mais François, c’est aussi le Saint d’Assise, le fondateur des Frères Mineurs, celui qui s’est tourné vers un autre continent, celui de la pauvreté, qu’on n’ appelait pas encore le Quart-Monde. L’austérité de l’archevêque  de Buenos-Ayres, son dévouement pour les pauvres, et son action en faveur des habitants des bidonvilles ne laissent aucun doute sur le choix du prénom. Certes, l’ordre jésuite est connu pour son intelligence, le haut niveau intellectuel de ses membres et sa capacité de s’adapter aux problèmes du temps, mais précisément l’une des questions les plus aiguës est celle de la pauvreté et de l’exclusion : celui qui lavait les pieds des toxicomanes ou des malades du sida, qui trouvait hypocrite de ne pas baptiser les enfants de mères célibataires exprimait avec force sa Charité. Est-il donc un progressiste, comme l’écrit de façon réductrice le Nouvel Obs ? Non, car cet accueil de l’autre n’est nullement un renoncement à l’anthropologie chrétienne. Bien au contraire !  Opposé à l’avortement, il n’a pas hésité à combattre avec la même force la volonté du gouvernement argentin d’instaurer le mariage homosexuel. Le marais-cage parisien en sera donc pour ses frais. Jean-Paul II a, par ailleurs, proclamé Saint-François Patron Céleste des écologistes, ce qui est aussi une référence aux exigences de notre temps, mais en précisant que l’écologie englobe l’écologie humaine, le respect de la Nature Humaine. Son oubli chez les Verts est d’ailleurs le signe de leur imposture. Enfin, la rencontre du fondateur des Franciscains avec AL -Kamil en Egypte est aussi une autre manière d’aborder la question évoquée par Benoît XVI à Ratisbonne : la guerre sainte n’est pas dans l’esprit du Christianisme, mais si celui-ci renonce à la violence, en dehors de la légitime défense, il ne renonce nullement à évangéliser.

Enfin, il s’agit du premier pape moderne qui ne soit pas européen. Cette bonne nouvelle pour le catholicisme n’en est pas forcément une pour notre continent et notamment pour la France  qui n’avait pratiquement aucune chance de voir élu un de ses cardinaux. Cette évolution recèle une double signification. D’une part, c’est le signe de l’amoindrissement de l’Europe dans le Monde. Malgré son territoire exigu, elle a dominé le monde jusque dans la première moitié du XXéme siècle, alors que les missionnaires catholiques français étaient les plus nombreux et les plus actifs.  L’axe de la puissance et du développement a quitté l’Atlantique pour le Pacifique, et la France est aujourd’hui à évangéliser alors qu’elle ne forme que très peu de missionnaires. Le fait que le Pape s’appelle François est une réponse d’un humour évidemment involontaire à la petite blague révélatrice d’une médiocrité des horizons et des repères chez celui qui préside notre pays et ne présentait pas de candidat au Vatican…L’Europe chrétienne, et la France, Fille Ainée de l’Eglise, en particulier, passent leur temps à nier leur identité, à dessiner leur portrait avec une gomme en formant des générations d’ignorants de leurs racines. Ces deux reculs sont liés. Un corps est sain si l’esprit y souffle. Il a soufflé hier sur l’Eglise.

 

Mot clés:

6 commentaires

  1. Thierry Jallas - 14 mars 2013 11 h 43 min

    Merci pour cet article.
    Il me semble que c’est Bergoglio et non pas Berdoglio.

    Répondre
  2. DECLERCQ RENE - 15 mars 2013 10 h 23 min

    Respectez la France
    Communiqué de l’Agrif :
    « Tout le monde se souvient du livre « Nique la France » et du morceau de rap « Nique la France » du rappeur Saïdou.
    Sur plainte de l’AGRIF, après deux ans d’enquête, un juge d’instruction a mis en examen Saïd Bouamama, auteur du livre « Nique la France » et Saïdou, auteur du morceau de rap, pour provocations à la haine et pour injures aggravées.
    Ce jour, le parquet de Paris requiert le renvoi en correctionnelle de Saïdou et de Saïd Bouamama.
    L’AGRIF espère qu’une juste sanction réprimera ces paroles d’incitation à la haine qui peuvent conduire, hélas, des fanatiques à commettre les pires abominations. »

    Michel Janva via Le Salon Beige

    Répondre
  3. DECLERCQ RENE - 15 mars 2013 10 h 25 min

    Transmis en l’état !!!

    CHAPEAU BAS A CE SAVOYARD. J’AI RAREMENT VU UN TEXTE AUSSI BIEN TOURNE SUR LE TON DE L’HUMOUR. CE BRAVE HOMME N’ENVOIE PAS DIRE CE QU’IL A ENVIE DE DIRE!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Lettre ouverte à nos amis de longue date :
    A tous nos amis Tunisiens, Algériens, Marocains, Egyptiens, Libyens, et tous les autres : Bravo, bravo, bravo. Ce que vous avez fait est vraiment fantastique, parole d’Allah !
    > Oui, vous avez su enfin exiler les tyrans qui oppressaient vos pays.
    > Oui, vous avez su conquérir votre liberté. Oui, nous Français et Belges, dont les ancêtres avaient déjà fait cela il y a quelques années, sommes admiratifs pour votre courage et votre ténacité.
    > Admiratifs et un peu tristes, car évidemment vous allez nous quitter !
    Mais c’est pour retourner chez vous bien sûr, pour profiter pleinement de cette reconquête politique et économique, pour rebâtir votre pays, grand et digne, juste et travailleur, social et intègre, qui ne sera donc pas calqué sur le modèle occidental décadent dont vous avez tant souffert chez nous.
    N’ayez pas le coeur serré, nous comprenons vos priorités : les maigres allocations et autres avantages sociaux que nous vous octroyons sont si dérisoires par rapport à la manne céleste que vous allez récolter en vos contrées enfin libérées.
    Nous comprenons qu’ayant tellement souffert de notre envahissante chrétienté, vous préfériez revenir à une république laïque et libre, et que vous aspirez à occuper dorénavant des postes à hautes responsabilités, rémunérés en conséquence, et que vous aurez plaisir à retrouver la douceur de votre climat sud- méditerranéen.
    Bien sûr, soyez convaincus que nous serons très tristes, car vous allez beaucoup nous manquer. Nous ne verrons plus de prénoms à consonance maghrébine dans les faits divers des journaux, beaucoup de coutelleries devront fermer leurs portes, les producteurs de moutons vont se reconvertir, SOS racisme et le MRAP vont mettre la clef sous la porte, les démineurs vont connaître le chômage, les réduction d’effectifs vont frapper en masse nos forces de l’ordre, les banlieues ne seront plus illuminées la nuit par les voitures incendiées, le prix du café dans les bistrots va augmenter. Mais nous sommes résignés, et nous surmonterons tout cela.
    Mieux, nous voulons même faire un geste pour vous remercier : aussi nous allons affréter tous les moyens de transport disponibles pour que votre retour au pays se fasse dans les meilleures conditions.

    Allez sans vous retourner, sans peur ni honte de nous abandonner dans une situation financière critique, rappelez-vous que nous aurons encore à gérer tous les Roumains et les gens du voyage (oui, ceux qui circulent avec leurs luxueuses berlines d’importation et leurs magnifiques maisons roulantes).

    Par contre, pour les prochaines fêtes de Pâques, de l’Ascension et de Noël (eh oui, nous y croyons encore), envoyez- nous des dattes, du thé à la menthe, du coucous et du jasmin, car ici après votre départ nous n’en trouverons plus !
    Et si jamais nous n’arrivons pas à nous passer de vous, vous nous accueillerez. Vous allez certainement penser à mettre en place, pour nous accueillir dignement, des allocations spécifiques pour émigrés, des mutuelles gratuites, la C.M.U., l’A.M.E., une priorité aux logements, etc. .
    Vous serez ouverts à cette société multiculturelle que vous revendiquiez à corps et à cris chez nous, vous nous permettrez d’élever des cochons, et vos forces de l’ordre supporteront d’être insultées sans broncher.
    Nous revendiquerons nos droits, pas nos devoirs, et si ça ne marche pas, alors on caillassera vos administrations et on mettra le feu à quelques bagnoles .
    Et si vous ne nous construisez pas rapidement des églises, nous brulerons vos mosquées.
    Merci de nous avoir appris comment faire.

    Après tout …. l’histoire est un éternel recommencement
    à faire circuler sans modération

    Répondre
  4. Thibault Loosveld - 23 mars 2013 8 h 22 min

    Voici une information qui n’aura pas eu le droit d’être citée par nos journalistes de la gauche bien pensante: avant de démissionner, Benoît XVI modifia les règles d’élection du Pape au Conclave.

    Répondre

Exprimez vous!