Baroud d’honneur… ou bras d’honneur ?!?

Un journaliste à qui je confiais que c’était l’honneur qui m’avait conduit à me présenter à l’élection législative parut étonné : « mais n’est-ce pas pour gagner ? » me demandait-il.

Bien sûr, on préfère l’emporter et agir, faire passer les idées que l’on a travaillées depuis des années. Mais, pourquoi ne pas l’avouer ? J’ai accueilli ma spectaculaire défaite comme une libération, et c’est pourquoi je ne l’ai accompagnée que d’un communiqué préparé depuis plusieurs jours, et sans commentaire : « seul le silence est grand », comme disait Alfred.

Dimanche prochain, je n’irai pas voter. Je goûterai aux joies de l’urne buissonnière, histoire de ne pas mêler ma voix à celles de ces chers concitoyens qui ont accordé plus d’importance à trois lettres dénuées de sens et de valeurs qu’à des années de présence, d’attention, d’écoute et de réponses : deux personnes sauvées des geôles tunisiennes et marocaines, ces derniers mois, par exemple.

Si l’un de nos chers anciens ministres vient à passer pour le second tour, je n’irai pas l’accueillir. C’est vrai qu’ils ne se sont pas pressés dans ma circonscription ces dernières années : « on ne va pas chez Vanneste, celui qui ne manque pas une occasion de rappeler qu’on est mauvais, qu’on n’a pas fait les réformes nécessaires et qu’on en a fait un tas d’inutiles. On ne va pas chez Vanneste, cet « homophobe », encore plus insupportable quand il a raison, qui nous brouille avec nos généreux donateurs et tant de nos amis ».

Franchement, ce n’est pas parce que la gauche française est totalement à côté de la plaque pour rétablir notre économie et assurer notre sécurité qu’il faut crier au génie après les 5 ans qui viennent de s’écouler.

Notre industrie s’est effondrée. Notre commerce extérieur bat la chamade. On n’a pas osé la TVA Sociale !

Notre sécurité n’est pas mieux assurée aujourd’hui qu’hier malgré d’audacieuses jongleries statistiques. Les effectifs de police et de gendarmerie diminuent alors qu’on avait clamé leur augmentation en 2002 !

Notre éducation perd sa moyenne faute de moyens, après le passage d’un ministre assez incompétent pour prendre la théorie du « genre » pour une thèse scientifique.

Nos retraites ne seront plus assurées à l’horizon 2017, faute d’une véritable réforme structurelle comme celle des comptes notionnels suédois.

Nos dépenses publiques représentent 56% du PIB, signe évident d’un état socialiste après 10 ans de droite ! Les prélèvements obligatoires, la dette et le chômage sont à la hausse après 10 ans de majorité libérale ou prétendue telle.

Notre maîtrise de l’immigration à coups de trompette et de sabre de bois se révèle une passoire arbitraire et aléatoire, entre polémiques stériles et décisions contradictoires : chacun peut constater à chaque feu rouge que tous les chemins des Roms mènent chez nous et que l’État est totalement impuissant.

Quant à l’Europe, paradis des fonctionnaires inutiles et cauchemar des peuples, elle ne cesse de vieillir et de s’affaiblir. Entre fourmis du nord et cigales du sud, à la fois atelier de luxe et marché ouvert à tous les vents, elle oublie sa culture et son histoire, elle substitue à l’idéal politique et moral du lendemain de la guerre, le tableau désenchanté des chiffres et des euros. Elle va de crise en crise chercher un avenir qui est derrière elle et ne lui appartient plus.

5 ans d’immobilisme, façon Chirac et 5 ans de gesticulation brouillonne, façon Sarkozy sous le regard étrangement vide et les propos parfois réprobateurs du collaborateur-Premier Ministre Fillon : qui oserait dire que le résultat est mirobolant ?

La seule chose qui sauve cette droite qui n’en est pas une, c’est la crainte que suscitent chez ceux qui « ont travaillé plus pour gagner plus », et qui ont quelques biens à défendre, l’irréalisme et la démagogie de la gauche.

Quel beau pays que celui où l’on préfère Charybde pour ne pas tomber en Sylla, terreurs des Grecs de l’antiquité… Tiens, déjà les Grecs ?!?

Dimanche prochain, je ne choisirai ni l’un, ni l’autre, ni l’apparatchik socialiste du conseil général, ni l’apparatchik UMP que j’ai installé à Tourcoing et présenté à Xavier BERTRAND. J’ai trop de respect pour la politique d’abord et pour ceux qui exercent un vrai métier et possèdent une véritable expérience ensuite, pour accorder ma voix à l’un ou à l’autre. Dimanche dernier, c’était le baroud. Dimanche prochain, ce sera le bras !

15 commentaires

  1. Jean - 12 juin 2012 12 h 11 min

    Merci Monsieur Vanneste, la Nation peut s’honorer de vous avoir eu pour député !
    Quant à l’ump, ses caciques n’ont jamais rien compris à la réalité du terrain, ils font leur petite cuisine post-électorale concernant le futur dirigeant du mouvement, on sent qu’ils ont déjà accepté de perdre. Ils n’aiment pas réelement la France contrairement à certains des députés dont vous.

    Bon courage pour la suite !

    Répondre
  2. BIGO QUENTIN - 12 juin 2012 12 h 13 min

    Nous sommes le pays, ou l’on a cru que travailler moins, était plus avantageux pour réduire le chômage. Les 35 heures ont été un véritable gouffre, mise en place par le parti socialiste, ayant augmenté davantage le nombre de chômeurs, poussant davantage les délocalisations ; bref, encore une idée ridicule.

    Eh oui, nous sommes le pays ou l’on travaille le moins en Europe voire dans le monde. Nous sommes le pays ou nous partons parmi les plus tôt à la retraite. Nous sommes le pays ayant le plus de vacances. Et l’on s’étonne de ne pas réussir ? Annotons également que nous sommes le pays ayant le plus de fonctionnaires : 120 fonctionnaires pour 1000 habitants avec des résultats exécrables, aussi bien dans l’éducation que dans la sécurité. En Allemagne, ils ne sont que 65 fonctionnaires pour 1000 habitants…cherchez l’erreur. Et la gauche trouve qu’il n’y en a pas encore assez ?! La quantité ne fait pas la qualité. Cependant, il ne fallait pas réduire le nombre de policiers, de gendarmes ou de personnels dans les hôpitaux. Mais quand je vois nos dockers ne travaillent que 15 heures par semaine, nos enseignants ne travaillent que 17 heures par semaine. Ajoutons à cela qu’ils bénéficient d’une retraite anticipée, qu’ils sont mieux payés, que leur régime de retraite est meilleur, qu’ils ont plus de vacances, et qu’ils ont un travail assuré et on ose les plaindre ? On encourage, en France, les fainéants, qui d’ailleurs, sont mieux servis que les travailleurs.

    Est-ce normal ? Gérard Schröder, socialiste Allemand, a vivement critiqué le parti socialiste Français, qui trouve que l’on manque encore de fonctionnaires. Par ailleurs, il a encouragé les réformes structurelles qui ont été entamés par Sarkozy, ce doit être un « début » dit ‘il. Le PS, toujours archaïque et unique en son genre, soit-il, propose de relancer l’économie en augmentant les salaires ?! Ils veulent une politique de relance de la croissance, qui n’a, au passage, jamais marché dans toute l’histoire, même à l’époque de Keynes. Comment voulez-vous que l’on relance l’économie en travaillant moins, en augmentant les salaires, le nombre de fonctionnaires ? Il faut associer relance et rigueur. Politiques conjoncturelles et structurelles.

    Il faut, et même le SDP Allemand le reconnait, associer des politiques de rigueur, ou riches et pauvres, nous devons réduire nos dépenses, participer davantage à réduire nos salaires, à travailler un peu plus. Et ensuite, quand a des résultats, à ce moment là, on augmente les salaires des salariés et des patrons, on augmente un peu les salaires, proportionnellement à ce que l’on a gagné. Le PS Français est le seul à vouloir être unique et toujours faire l’inverse de tout et de rien. Chacun doit participer au redressement de la France, en travaillant et en réduisant nos dépenses si plus tard, on ne veut pas finir comme la Grèce, longtemps dirigée par les socialistes. Il faut avoir le courage de se relever, de relever la tête, de travailler, d’avoir du courage. Comment peut-on accepter, en France, que ceux qui travaillent le moins soient payés le plus ?

    Répondre
  3. Thibault Loosveld - 12 juin 2012 15 h 45 min

    D’ici à Dimanche, une coalition se sera-t’elle formée contre Stéphane Ravier ?

    Répondre
  4. anne - 12 juin 2012 19 h 44 min

    Monsieur Vanneste,

    Il vaut mieux vivre debout que couché !
    Vous êtes un exemple pour nous, catholiques.

    Juste un regret: que vous n’ayez pas compris à temps que l’UMP est un ramassis de gens sans valeurs.

    Un autre enfin: que vous n’ayez pas rejoint en temps voulu la cohorte des patriotes.

    Bien à vous. Courage ! On vous aime !

    Répondre
  5. Jan Laarman - 13 juin 2012 8 h 22 min

    Laissez tomber l’UMP, rejoignez les libéraux de droite, ceux qui ont une colonne vertébrale intellectuelle, le Parti Libéral-Démocrate.

    Répondre
  6. Thierry Jallas - 13 juin 2012 10 h 36 min

    Cher Monsieur,

    Je trouve votre texte très bien écrit et vous en remercie. Je souscris aux commentaires d’Anne (sauf si la « cohorte des patriotes » fait référence au FN, que je trouve tout aussi socialiste que le PS et l’UMP).
    Depuis longtemps, je me demande pourquoi vous ne vous présentez pas comme « chrétien libéral » : il me semble que c’est ce qui décrit le mieux vos convictions (si je les ai bien comprises), qui sont également les miennes.
    Bravo pour votre courage ! Bien cordialement.

    Répondre
  7. Marcel CASTERMANS - 13 juin 2012 12 h 32 min

    Nous ne pouvons qu’approuver vos remarques. Notre monde est pourri d’apparatchiks coûteux parce qu’inutiles, pire « nocifs ».
    Nous ne pouvons que vous encourager à dénoncer les dérives qui mènent non seulement la France mais l’Euope entière à la dérive.
    Tenez bon, on vous apprécie

    Répondre
  8. laporte claude - 13 juin 2012 12 h 57 min

    Monsieur Vanneste, Je voudrais vous redire mon estime et dire l’inverse à l’ump qui vous a lâché. Meilleurs souhaits.

    Répondre
  9. Andrieux Barbara - 13 juin 2012 13 h 37 min

    Honneur et respect pour Mr Vanneste

    Répondre
  10. F.F.T. - 13 juin 2012 15 h 37 min

    @ BIGO QUENTIN :

    Tout est dit; il n’y a rien à ajouter ni à retirer à votre commentaire qui mérite des applaudissements !

    .

    Répondre
  11. Emmaneul_P - 13 juin 2012 22 h 10 min

    On vous apprécie, et on vous regrettera, tant à l’AN que sur les médias où vous défendez de vraies valeurs.

    Comme Souchet en Vendée, le rouleau compresseur UMP préfère broyer les députés libres…

    J’espère qu’on vous retrouvera sur Radio Courtoisie, dans le Cri du contribuable (où vous êtes classé 1er des députés les plus méritants), etc…

    Le combat continue

    Emmanuel Poirier

    Répondre
  12. PETRUS 21 - 14 juin 2012 1 h 03 min

    Merci M. Vanneste, vous êtes un exemple de courage malmemé par un parti un parti qui se ridiculise. Faites comme moi, 72 ans après , rentrons en « RESISTANCE » (passive et active)le 18 juin 2012 pour combattre le « mariage » et « l’adoption » par des duos homosexuels, l’euthanasie hypocritement programée et le formatage de la jeunesse, sans parler de la crise economique et financière qui est encore devant nous L’ennemi de 1940 était bien identifié :le « nazi, le « boche », mais là nous avons à faire à une armée d’ennemis hypocrites et multiforme.

    BON COURAGE POUR CONTINUER LE COMBAT

    Répondre
  13. Prof de Lettres - 14 juin 2012 2 h 33 min

    Bonjour Monsieur Vanneste,

    Je suis catholique pratiquant, et même d’origine polonaise. C’est dire. Je partage beaucoup de vos positions. Mais je pense que vous n’avez pas apprécié à sa juste mesure l’évolution des mentalités.

    Par exemple, cela ne gêne pas le FN d’exhiber en permanence un homosexuel de la Région et d’une ville qui défraie la chronique politique et judiciaire aux côtés de Marine Le Pen. Celui-ci est élu au Conseil Général, vit notoirement en couple homo, fréquente les lieux de sexe homo à Lille et y a une certaine réputation…

    Prenez le train en marche de l’hypocrisie, Monsieur Vanneste, et je suis sûr que vous serez élu à nouveau en 2017. A moins que vous ne décidiez de prendre une retraite bien méritée.

    Répondre
  14. laarman françoise - 14 juin 2012 11 h 38 min

    merci, Monsieur Vanneste.
    Vous avez défendu jusqu’au bout votre combat pour la liberté d’expression.Et il vous a valu tous les quolibets, les calomnies , les railleries.
    Mais surtout, une fois encore les français se sont bêtement fiés aux interprétations mensongères des journalistes. Quelle tristesse!
    Bernard Gérard a tenu un sale rôle. Avec les parisiens de l’UMP, avec cet arriviste de Darmanin, il vous a laissé accabler. Ils ont eu votre peau.
    Ne vous retirez pas. Faites vous encore entendre car nous avons besoin de gens courageux comme vous pour nous faire espérer que les choses peuvent changer….

    Répondre
  15. Buil - 17 juin 2012 9 h 35 min

    Bonjour Monsieur le Député,
    je regrette de ne voir aucun de mes messages publié sur votre blog.
    Soit, Vous homme de la liberté de parole n’appréciez et censurez un discours différent du vôtre… Je persiste tout de même, certain que vous me lisez tout de même.
    Je lis votre dernier article avec attention.
    Vous souteniez fidèlement un gouvernement qui n’a rien réussi ?! (sic)
    Votre traversée du désert commence avec l’amertume au coeur.
    Vous feriez bien Monsieur le Député d’annoncer haut et fort votre ambition pour notre pays « en perdition ».
    J’attends aujourd’hui autre chose que des règlements de compte.
    Vous ne voterez donc pas, en agissant ainsi vous décrédibilisez la classe politique dont vous faites toujours parti. Allez voter s’il vous-plaît, même blanc mais allez voter ne serai-ce que par respect pour celles et ceux qui sont tombés sous les balles nazis pour notre Liberté.
    C’est avec grand respect Monsieur le Député que je vous supplie de vous redresser. Vous n’êtes pas homme à montrer le flanc à l’ennemi.
    La grandeur d’un homme se mesure face à l’adversité.

    Répondre

Exprimez vous!