La gauche, ou la subversion du langage et la perversion de la pensée.

Lorsque Claude Guéant affirme que toutes les civilisations ne se valent pas devant une assemblée de membres de l’UNI, il ne pense certainement pas créer un événement. Il affirme seulement une évidence : pour un homme politique, qui professe un attachement à certaines valeurs, il y a des civilisations qui ont fait naître et propager ces valeurs et il y en a d’autres qui s’y opposent. L’homme politique préfère les premières aux secondes. Quoi de plus logique ?

En somme, on peut distinguer le point de vue d’un ethnologue comme Levi Strauss qui classait les cultures mais sans les hiérarchiser ni privilégier les valeurs de l’une par rapport aux autres, et le point de vue d’un philosophe du droit comme Léo Strauss qui soulignait que la présence ou non de l’anthropophagie dans une culture n’était pas indifférente au jugement que l’on pouvait émettre à son sujet. Monsieur Guéant est un homme politique, ce n’est pas un ethnologue.

Il est d’ailleurs patent que certaines civilisations sont meilleures que d’autres : Arnold Toynbee a superbement décrit le processus suicidaire des civilisations guerrières. Elles sont bâties pour vaincre des ennemis de plus en plus innombrables qui finiront par les submerger et elles ne laisseront aucune trace de leur passage dévastateur. Si l’on dit préférer Athènes à Sparte, la Babylonie à l’Assyrie, et l’Allemagne délivrée de la Prusse, on formule par là un choix, on établit une hiérarchie qui paraitront très légitimes aux yeux de tous ceux pour qui le nazisme est le modèle le plus abouti de l’anti-humanisme. Le nazisme apparaît d’ailleurs comme une monstruosité paradoxale dans l’Histoire de l’Europe Chrétienne. Il tire sa logique exterminatrice des aventures de conquêtes mongoles qui fascinaient Himmler, et sans doute aussi de l’expérience bien connue par les Allemands des massacres pratiqués par l’Empire Ottoman.

Ce qu’a dit Claude Guéant est très logique. L’assimilation que le Député socialiste Letchémy a opéré entre la phrase de Claude Guéant et le nazisme ou le système concentrationnaire, issus selon lui de la civilisation européenne, est en revanche inacceptable. Elle témoigne à la fois d’un manque de culture et d’intelligence, mais surtout elle révèle trois aspects particulièrement inquiétants du fonctionnement idéologique de la gauche.

Premièrement, on vérifie une fois encore la volonté d’une censure orwellienne qui consiste à isoler des mots, à en faire des « crimes-pensée » dont ensuite on amplifie la faute par amalgame, dont on culpabilise l’auteur par des jugements aussi subjectifs que méprisants. « Toutes les civilisations ne se valent pas » devient « les Hommes sont inégaux ». On passe subrepticement de la civilisation à la race, et le tour est joué : Claude Guéant est un raciste, donc un nazi ! Le piège se referme : abject ! Ignoble ! L’opprobre s’abat sur le coupable ! On a compris que la gauche s’érigeait en inquisition, en tribunal populaire, en ennemie forcenée de la liberté de penser.

Deuxièmement non contente de déformer la pensée, la gauche se livre en bonne inquisitrice à un procès d’intention. Non seulement les déclarations de Monsieur Guéant sont scandaleuses, mais elles ne témoignent pas d’une opinion. Elles participent à une manœuvre visant à récupérer les voix d’extrême droite, ce front national dont la gauche souhaite qu’il prive la droite du plus grand nombre possible de voix, tout en restant bien sûr infréquentable.

Troisièmement, dans le désir obsessionnel de la gauche de s’attaquer systématiquement à notre société, à notre civilisation, à notre identité, à toutes ces valeurs qui nous font ce que nous sommes et que légitimement nous préférons aux autres, il y a une dérive quasi pathologique qui consiste à dessiner le portrait de la France avec une gomme, à l’effacer progressivement de la réalité du monde et de l’Histoire. Comment peut-on accepter que des hommes et des femmes qui participent à l’élaboration de l’avenir de notre pays soient à ce point hostiles à préserver les conditions de sa réalisation au premier rang desquelles se situent la confiance et la fidélité aux valeurs fondatrices enracinées dans la civilisation dont la France est un membre particulièrement fécond ?

Mot clés:

10 commentaires

  1. Courouve - 7 février 2012 20 h 05 min

    « « Toutes les civilisations ne se valent pas » devient « les Hommes sont inégaux », donc cette idée exprime une forme de racisme ! »

    Dans ce cas comme dans bien des cas précédents (Renaud Camus, Pascal Sevran, etc.), la déformation des propos précède l’indignation.

    L’évaluation précise des crimes du nazisme (qui n’a duré que 13 ans) nous est interdite par la loi Gayssot que l’UMP a hélas cautionnée. La gauche, elle, a réussi à faire admettre que son passé soviétophile ne compte pas et que les crimes du stalinisme se sont produits sur une autre planète.

    Répondre
  2. Courouve - 7 février 2012 20 h 12 min

    Quelle naïveté de la part du RPR, puis de l’UMP, d’avoir cru que les atteintes à la liberté d’expression, les indignations, les procès en sorcellerie, qui visaient le Front national et les révisionnistes, et que ces partis toléraient, ne leur reviendraient pas comme un boomerang en pleine poire !!

    Répondre
  3. seb - 8 février 2012 11 h 02 min

    Quelques remarques :

    **Avant même de parler des propos de M. GUEANT, pouvez vous me dire ce qu’il faisait à une assemblée d’un syndicat étudiant ? M. GUEANT est censé être un Ministre régalien. En tant que tel, on attend de lui qu’il soit présent auprès des personnes dont il a la tutelle ! A savoir les policiers, les gendarmes, les préfets. On est, également, en droit d’espérer que ce brave Ministre, passe un minimum de temps au sein de son Administration – ne serait ce que pour coordonner la sortie des textes de loi avec les décrets etc. – et avec les élus locaux, lorsque ceux-ci (notamment) élaborent leur plan de sécurité pour leur commune.

    M. GUEANT doit travailler. Je constate, à mon grand regret, qu’il passe plus de temps à la radio, sur les plateaux télé – comme ses homologues d’ailleurs, en France (il ne vient pas à l’idée de son collègue Allemand, par ex, d’aller discourir au lieu de veiller à la sécurité des Français !) – qu’au travail !

    A quel titre, M. GUEANT, a-t-il parlé ? En tant que Ministre de la République – et dans ce cas, de quel droit vient il discourir sur les civilisations ? Il n’a pas autre chose à faire ? En quoi définir les bonnes ou mauvaises civilisations apportent quoi que ce soit aux Français – ou en tant que membre d’un parti politique – mais à ce moment là il aurait fallu qu’il le précise – désireux de se prononcer sur ce sujet (à titre personnel ou en es qualité de…au sein du parti) ?

    **Je ne crois pas que M. GUEANT cherche – surtout – à obtenir les voix des électeurs du FN. Je pense surtout qu’il préfère discourir sur des sujets philosophiques plutôt que de faire son travail.

    Les chiffres de la délinquance :
    -1 meurtre toutes les 12 heures, soit 2 par jour et 730 par an ;
    -1 voiture incendiée toutes les 12 minutes, soit 5 par heure et 43 800 par an ;
    -1 viol toutes les 7 minutes, soit 9 par heure et près de 78 000 par an ;
    -1 vol de voiture toutes les 2 minutes, soit 30 par heure et plus de 260 000 par an ;
    -1 cambriolage toutes les 20 secondes, soit 180 par heure et près de 1 600 000 par an ;
    -1 agression physique toutes les 65 secondes, soit 55 par heure et près de 482 000 par an ;
    -1 atteinte aux biens toutes les 13 secondes, soit 276 par heure et près de 2 500 000 par an.
    Plus généralement, un crime ou délit toutes les 8 secondes, soit 450 par heure et près de 4 millions par an.

    M. Guéant se félicite d’une baisse de la délinquance de 0,34 % en 2011 ! Même 1 % serait un chiffre ridicule. Une baisse de 5 % par an pourrait faire espérer une baisse de 50 % en 10 ans et cela indiquerait une politique efficace dans ce domaine. Tout résultat inférieur n’est, au mieux, qu’une tendance, qui n’empêcherait pas les Français de souffrir fortement de cet état de choses.

    Plutôt que de comparer les civilisations, M. GUEANT devrait chercher à faire en sorte que dans la sienne, la sécurité soit optimale !

    **Voyons, à présent, le discours lui-même.

    « Il y a des comportements, qui n’ont pas leur place dans notre pays, non pas parce qu’ils sont étrangers, mais parce que nous ne les jugeons pas conformes à notre vision du monde, à celle, en particulier de la dignité de la femme et de l’homme, a-t-il déclaré. Contrairement à ce que dit l’idéologie relativiste de gauche, pour nous, toutes les civilisations ne se valent pas. Celles qui défendent l’humanité nous paraissent plus avancées que celles qui la nient. Celles qui défendent la liberté, l’égalité et la fraternité nous paraissent supérieures à celles qui acceptent la tyrannie, la minorité des femmes, la haine sociale ou ethnique. En tout état de cause, nous devons protéger notre civilisation. »

    Qui est ce « nous » ? Nous, membres de l’union majoritairement politicienne…Ou « nous », le Gouvernement français ? Ou encore « nous », moi C. GUEANT et vous public UNI ?

    Et à quoi fait donc référence M. GUEANT lorsqu’il parle «d’idéologie relativiste de gauche » ?

    Pour moi, si le discours – en soi – n’est pas vraiment critiquable, au sens où il s’inscrit dans la continuité politique qui veut que la France ait un rôle à jouer pour le monde – sous l’Ancien Régime, celui d’être une protection contre les Empires, depuis la Révolution française, celui de défenseur des droits de l’Homme et du Citoyen – et l’humanité donc…Ce qui le rend scandaleux c’est la manipulation politicienne que M. GUEANT cherche à jouer ici.

    C’est, en effet, un certain Robespierre – qui ne peut être classé à « droite » – qui a promu, le premier, le rôle civilisateur de la Révolution et donc par la même de la France.

    C’est la III République (étiquetée à gauche) qui, cherchant à s’inscrire dans les pas du Général Vendémiaire (Napoléon), va – via la colonisation – tenter une expérience civilisatrice. Avec succès d’ailleurs, car même si l’on ironise aujourd’hui, et même s’il convient de garder en mémoire l’incohérence d’origine du projet (comment faire cohabiter droit de disposer de soi avec le credo expansionniste ?), les Harkis comme les soldats de 14/18 et 39/45 sont la preuve d’une intégration réussie.

    Et ce sont bien les communistes, en 45 – qui n’étaient pas vraiment des édiles du Général – qui feront pression pour que la France garde son rôle d’arbitre et de garante des Droits de l’Homme et du Citoyen ! D’ailleurs, en URSS, la France était appréciée car les défenseurs du projet soviétique étaient, en soi, des admirateurs de la France de 1789 ! La révolution de 1917 s’inscrivant dans la lignée d’icelle !

    Donc…Prétendre que la gauche aurait une idéologie qui s’opposerait à la défense de notre civilisation est absurde.

    Prétendre que la droite a toujours défendue icelle également. En 1940, les parlementaires qui violèrent la République étaient de toute tendance. Ceux qui trahir les révolutionnaires pour aller à Coblence, aussi. Et il suffit de regarder notre Histoire pour se convaincre que la France a vu sa civilisation, sa pensée, sa culture, bien plus protégée par des citoyens lambdas que par des élus ! Au reste, le seul exemple de défense des valeurs de 1789, par des élus – face à un réel danger pour icelle – s’appelle…Les banquets républicains ! Et ils étaient, généralement, le fait d’action d’élus de gauche ! (La « droite » ne se ralliant à la République qu’au moment de la guerre de 14/18)

    **Pour terminer : M. GUEANT cherche à se faire (ou à présenter la droite comme) le défenseur de la civilisation française. Le léger souci est que entre le discours et les actes, la dissonance est forte.

    La solidarité ? M. GUEANT l’admet pour les banquiers. Le reste du temps il l’appelle assistanat. (Par contre, les banquiers, eux ne le sont pas…Assistés !)

    L’égalité en droits ? Pas plus tard qu’hier, votre parti défendait la CJR, parce que les Ministres doivent avoir une justice particulière ! Au nom de l’inégalité en droits ?

    La liberté ? Où est elle, quand le Ministre passe son temps à traquer le citoyen – sans son bon vouloir au reste – et restreint ses libertés publiques ?

    Les droits de l’homme ? Nous avons eu M. EL BACCHAD sur les Champs Elysée ! Reçu en grande pompe un autre dictateur, et j’en passe. S’il semble y avoir une « malédiction des 14 juillet » (les dictateurs invités étant sur la sellette depuis)…Elle n’est pas le fait du Gouvernement actuel ou de l’UMP.

    Répondre
  4. Thibault Loosveld - 8 février 2012 15 h 15 min

    @ Courouve:
    Généralement, ceux qui contestent la version socialiste de l’Histoire de la Guerre 1939-1945 sont ensuite déclarés coupables de négationnisme par la « justice »…

    Répondre
  5. Courouve - 8 février 2012 16 h 08 min

    Le député de la Martinique Serge Letchimy a cru devoir citer Montaigne, « Chaque homme porte la forme entière d’une humaine condition ». D’abord, la phrase exacte de l’auteur des Essais est : « Chaque homme porte la forme entière de l’humaine condition » (livre III, chapitre 2). Mais surtout, négligeant le sens philosophique de « forme » ici opposé à « matière », il tord la pensée de Montaigne dans un sens égalitariste qui lui était totalement étranger.

    À preuve cette autre pensée de Montaigne : « il y a plus de distance de tel à tel homme qu’il n’y a de tel homme à telle bête » (livre I, chapitre 42, intitulé « De l’inégalité qui est entre nous »).

    Répondre
  6. Thibault Loosveld - 8 février 2012 18 h 19 min

    @ Courouve:
    C’est donc que le député socialiste Serge Letchimy veut détruire un livre auquel il est opposé.
    Ce sont les nazis qui firent disparaître les recueils de leurs perversions sexuelles.

    Répondre
  7. F.F.T. - 9 février 2012 18 h 32 min

    Selon le journal France Soir (100% numérique), en Syrie les blessés seraient achevés dans les hôpitaux …

    Sans commentaire … … …

    Répondre
  8. Marianne - 12 février 2012 14 h 25 min

    Merci beaucoup pour ce recadrage salutaire.
    Je suis aussi effarée de constater combien nos élus et hommes politiques de gauche maltraite notre histoire, la caricature et la jette dans la boue médiatique.
    En tant que femme du 21ème siècle, je préfère vivre en France où je suis respectée en tant qu’être humain athée et féministe, mes droits défendus, mes choix de vie acceptés !
    Bien sûr toute société est perfectible, la nôtre est imparfaite et en tant que citoyen d’une république laïque je me battrais jusqu’au bout pour les générations de femmes et d’hommes actuelles à venir continuent ce long travail civilisateur !
    A regarder de part le monde, rares sont les sociétés aussi ouvertes et tolérantes mais ce sont aussi leurs faiblesses.
    Nous devons être vigilants, Attention aux intégristes de tous poils et sectes religieuses issus de la culture judéo-chrétiennes et celles qui viennent d’ailleurs et qui voudraient nous imposer leur vision rétrograde du monde, des rôles sociétaux, sexistes des femmes et hommes, leurs croyances moyen-âgeuses et leurs tabous et interdits !

    Répondre
  9. Courouve - 15 février 2012 11 h 52 min

    Copé est un bel (et triste) exemple de perversion de la pensée (BFMTV, 15 février 2012)

    Répondre
  10. Thibault Loosveld - 15 février 2012 12 h 14 min

    La gauche pervertit à outrance la pensée, notamment en utilisant la Mémoire des victimes de la Shoah pour diaboliser les élus de droite opposés à l’homosexualisme.

    http://www.defendthefamily.com/pfrc/books/pinkswastika/html/the_pinkswastika_4th_edition_-_final.htm

    Répondre

Exprimez vous!