Gender : vers une conception ectoplasmique de l’identité ?

gender-théorie29.9.13Quel est l’un des signes les plus évidents qui distingue la démocratie du totalitarisme ? Dans la première, la libre raison humaine se livre à des recherches scientifiques qui n’aboutiront jamais définitivement, ce qui est « la preuve » de leur sérieux, comme le pense Popper. Dans la seconde, la croyance idéologique se fait absolue et répressive. Ainsi, le marxiste-orthodoxe Lyssenko avait rejeté la génétique fondée sur les petits pois du moine catholique Mendel. De la même façon, le féminisme militant et délirant est à l’origine de la fantasmagorique théorie du gender qui s’impose maintenant dans l’enseignement SVT des premières L et ES de notre malheureuse démocratie agonisante. Prenez un peu d’ethnologie orientée avec les mères-tueuses Mundugumor de Margareth Mead, une pincée de philosophie phénoménologique et existentialiste avec Simone de Beauvoir, et on a déjà cet étonnant mélange contradictoire de la revendication d’une liberté avec l’affirmation du déterminisme culturel. Apparemment, c’était une étape: on jette par-dessus le bord la soumission à Dieu ou à la Nature, et ensuite on se libère des contraintes sociales avec la fameuse déconstruction des stéréotypes. Reste une liberté vierge, dépourvue de toute identité préconçue, l’idéal féministe !  La femme ne sera rien d’autre que ce qu’elle se fait être,un individu libre de sa vie, de la vie qu’elle pourrait engendrer, mais pas trop, et bien sûr de sa sexualité. Le raisonnement, si on peut employer ce terme, repose sur une distinction et une confusion. On distinguera d’abord la féminité, c’est-à-dire, l’ensemble des comportements qui sont associés au sexe féminin par une certaine culture, de l’appartenance  au sexe lui-même, en privilégiant la part de la culture sur celle de la nature, négligée, voire complètement niée. Le « genre » construit socialement l’emporte sur le sexe.  On confondra ensuite la « sexualité », c’est-à-dire l’existence de deux sexes distincts dans une grande partie du monde vivant, et leur relation dans la procréation, avec les comportements psychiques et affectifs qui l’accompagnent chez les animaux qui ont au moins un système nerveux central très développé. Le sexe n’est plus qu’un genre. Les sciences humaines, et leur pente idéologique, ont congédié la biologie. Fort de ces idées, le féminisme a « engendré » la théorie du gender, immédiatement « adoptée » par le lobby homosexuel à la fois puissant sur le plan médiatique et évidemment stérile sur le plan intellectuel. Cette théorie est venue des Etats-Unis, pays où l’on parle une langue qui utilise trois genres, une aubaine pour ceux qui voulaient qu’il y ait au moins un troisième sexe ! Le cartésianisme français est plus résistant: nous n’avons que deux genres, comme il n’y a que deux sexes, et ils appartiennent à la grammaire et non à la biologie ni aux sciences molles parfois appelées humaines. En dehors de cet emploi, on parlera du genre soit pour désigner l’espèce humaine toute entière, soit le groupe des hominiens auquel elle appartient.

Mais on ne s’arrête pas là.  La « théorie » du gender, au service de l’idéologie homosexualiste, non contente d’ignorer superbement la biologie et la grammaire française, va jusqu’à inverser le sens véritable de la démarche existentialiste. Il ne s’agit plus seulement d’affirmer la liberté de l’ego à l’égard des déterminismes, naturels ou culturels, mais carrément d’imaginer un déterminisme naturel des genres, gay, lesbien, bisexuel ou trans. Pas de sexe naturel, rien que des genres qui eux seraient génétiquement orientés. L’objectif vise, bien sûr, à justifier les comportements par un invraisemblable déterminisme naturel qui conduirait les individus à avoir une « orientation », non en fonction de leur environnement culturel, social, psychologique mais en raison de leur programme génétique, dont pas un chercheur n’a trouvé la moindre trace. Au lieu  de la personnalité ectoplasmique de l’existentialisme, on aura la personnalité programmée pour un comportement, fut-il bisexuel. Le cercle est à demi parcouru : on marche sur la tête, et il y a des idiots pour marcher. Qu’une pareille bouillie idéologique puisse être considérée si peu que ce soit avec sérieux et enseignée alors qu’elle ne repose sur aucune connaissance digne de ce nom, ni même sur le minimum de cohérence interne nécessaire à une théorie devrait soulever un inextinguible rire rabelaisien. Que nenni, l’opinion est sacrée. Celui qui y porte atteinte sera excommunié. Que l’on veuille faire de l’identité sexuelle un conditionnement social, puis un libre choix et, pour la même cause, de l’orientation une nécessité innée est évidemment contradictoire et absurde sauf à ne considérer que les revendications que ces « idées » confortent. L’initiatrice de ce délire soixante-huitard, Judith Butler, semble en être aujourd’hui revenue (cf cet article de Gérard Leclerc). Un expérimentateur forcené, John Money, a conduit le sujet de sa réattribution sexuelle au suicide. L’idéologie demeure, forte du poids social du lobby qui la soutient parce qu’il en a besoin.

NB : en illustration, lettre au Ministre de l’Education nationale, Luc Chatel, en date du 8 juin 2011 signée par Xavier Breton, Jean-Marc Nesme, Marc Le Fur et moi-même : lettre restée sans réponse à ce jour…

Mot clés:

17 commentaires

  1. thegap - 12 juillet 2011 19 h 20 min

    Bravo pour l’intro très Poppérienne! En effet ce qui caractérise la gauche, les verts et le « progressisme » c’est la croyance! Malheureusement nous sommes assez peu nombreux à considérer la raison, la science comme des systèmes réfutables… Toutefois dans le cas choisi en particulier le basculement neurobiologique de la détermination sexuelle, il s’agit non pas d’une théorie par essence réfutable mais d’un fait par essence reproductible et donc infalsifiable. Seule son interprétation est susceptible d’évolutions rationnelles. Le gender est une création ex nihilo des esprits idéologisés mais en aucune manière un fait.

    Répondre
  2. Pingback: Christian Vanneste attend une réponse de Luc Chatel depuis le 12 juin | Chrétienté Info | Eglise Catholique

  3. Marie - 12 juillet 2011 20 h 29 min

    Concernant la Libye, 482 criminels de plus a présenter aux TPI ! vraiment honte d’avoir voté pour un gouvernement pareille! pas de différence entre l’UMP et le PS!

    Répondre
  4. Gwen - 12 juillet 2011 21 h 32 min

    Qu’une pareille bouillie idéologique puisse être considérée si peu que ce soit avec sérieux et enseignée alors qu’elle ne repose sur aucune connaissance digne de ce nom, ni même sur le minimum de cohérence interne nécessaire à une théorie devrait soulever un inextinguible rire rabelaisien.<- C'est exactement que je viens de faire en lisant cet "article"

    Répondre
  5. Thibault Loosveld - 12 juillet 2011 21 h 48 min

     » Il ne s’agit plus d’affirmer la liberté de l’ego mais au contraire de justifier les comportements par un invraissemblable déterminisme naturel qui conduirait les individus à avoir un comportement « sexuel », une « orientation », non en fonction de leur environnement culturel, mais en raison de leur programme génétique.  »

    On trouve ce même genre d’idée obligatoire -tirée tout droit du ministère de la vérité du roman « 1984 » de George Orwell- au sujet de l’homosexualité qui, d’après certains scientifiques, serait génétique.

    Répondre
  6. RPH - 12 juillet 2011 22 h 57 min

    Les homosexuels ne se reproduisant pas entre eux, c’est quand même bizarre qu’il y en ait encore….

    Répondre
  7. phiconvers - 13 juillet 2011 0 h 50 min

    Merci cher Ch. Vanneste. Le silence de Chatel, que dénoncent aussi les nombreuses associations qui lui ont écrit, mérite sans doute que l’affaire soit portée plus haut, auprès du premier ministre ou de l’Elysée.
    http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/du-gender-a-l-eugenisme-ou-l-96647

    Répondre
  8. Jack - 13 juillet 2011 10 h 36 min

    C’est bizarre car d’autres diront que c’est la droite qui est caractérisée par la croyance mais chacun voit midi à sa porte lorsqu’il s’agit d’idéologies/croyances, la mauvaise foi peut prédominer partout tant les passions l’emportent sur la raison, raison entendue comme démarche honnête de bonne foi même si ses résultats « du moment » (donc réfutables) ne plaisent pas.

    Après, si ces créations ex-nihilo apportent la paix sociale, pourquoi pas? je veux dire en termes de prise en compte de minorités par trop discriminées (femmes, homosexuels). Notre société reste très patriarcale (marché de l’emploi surtout) et l’affaire DSK a eu le mérite de démontrer combien les vils comportements machistes en termes de réaction aux attitudes de sex-addict masculin avaient encore la côte, s’estimaient légitimes (« gauloiseries ») : hélas pour nous hommes avec un petit « h » ce n’est pas reluisant!

    Répondre
  9. DL - 13 juillet 2011 11 h 57 min

    oui, poursuivez ce combat contre l’idiotie. Cordialement . DL

    Répondre
  10. DANEN - 13 juillet 2011 14 h 25 min

    Bravo aux hommes politiques qui font de la politique avec un grand « P » et non à ceux qui font du clientélisme de circonstance et sont capables d’ adhérer à n’importe qu’elle théorie au seul prétexte que c’est dans l’air du temps. On a que faire de pollueurs de ce « genre »….

    Répondre
  11. Boyspirit - 13 juillet 2011 21 h 51 min

    +1 Gwen.
    Heureusement qu’on n’enseigne pas cela en terminale, je plains les élèves qui ont suivi vos cours de philosophie M. Vanneste.

    Au fait, les gender studies ne viennent pas des Etats-Unis mais bien de France (Foucault, Lacan, Wittig…) dont les chercheurs américains en gender studies ont fait leurs livres de chevet. Ce rappel est fait au début du livre « Trouble dans le genre » de Judith Butler, que vous affirmiez pourtant avoir lu, il va falloir le relire.

    Répondre
  12. Titus - 14 juillet 2011 15 h 51 min

    De la meme facon que l’a fait votre amie Christine Boutin, vous fustiger cette théorie sans en avoir saisit le sens. Votre post est tellement remplit d’ignorance. Il est évident qu’il n’y a que deux genres dans l’espèce humaine et cette théorie, si vous l’aviez comprise, ne contredit pas cet état de fait. Cette théorie ne remplira que deux pages dans un manuel de sciences naturelles qui en contient plus de 200, il y a des choses plus importantes à faire que ce combat que vous perdrez de toute facon.

    Répondre
  13. Jean - 14 juillet 2011 23 h 00 min

    Votre « définition » de ce que vous appelez « théorie du gender » ne correspond en rien à la réalité des travaux en gender studies. Vous mélangez tout (à dessein je n’en doute pas), vous ne citez rien de précis, vous ne faites que rejeter en bloc ce qui vous dérange. Pathétique.

    Répondre
  14. Jack - 5 août 2011 17 h 44 min

    @Titus
    J’essaye de vous répondre dans l’ordre sans les citations sinon ça va faire lourd et indigeste.

    Réciproquement par votre première attitude véhémente et digne d’un adolescent en rébellion, on peut penser la même chose de vous vis-à -vis des croyants que vous mettez dans un même panier, en l’occurrence celui du monothéisme….mais les autres dans leur grande diversité ??? y compris ceux que l’on appelle païens (la Wicca par exemple) ou polythéistes ?
    Et puis, à l’intérieur même des monothéismes, il y a plus qu’une marge entre les intégristes privilégiant la lettre à l’esprit et ceux qui pratiquent la loi de l’Amour et non l’inverse :.pensez à des soeur Emmanuelle, abbé Pierre, Henry Quinson (ex-trader dans les quartiers zones de Marseille et pour s’occuper surtout de non-catholiques), St François d’Assise, Pierre Teilhard de Chardin (scientifique aussi), Mgr Romero, etc….pour le catholicisme. Et les soufis pour l’islam (aux antipodes des infâmes Talibans) ? Et Maïmonide ou Rachi pour le judaisme (loin des fous en papillottes).

    Je crois volontiers que beaucoup d’athées sont aussi cools et tolérants que bien des croyants qui pratiquent sans prosélytisme aucun. Ceux que je dénonce, à l’instar des intégristes dogmatistes religieux, sont les athéegristes : ceux qui ont un besoin frénétique d’en découdre méchamment avec les croyants religieux sans discernement aucun et avec le plus grand mépris en vue de batailler sans cesse. Ces attitudes là sont au mieux stériles (s’auto-alimentent de façon puérile) sinon très dangereuses, donc je ne peux que voler dans les plumes des extrémistes.

    Bon ensuite, vous avez fait montre d’une plus grande subtilité mais avouez que lancer des anathèmes aussi violents qu’erronés, c’est vouloir provoquer sans résoudre quoi que ce soit ?
    Je conçois que chaque humain ait ses convictions profondes mais qu’il fasse montre de prosélytisme, quel qu’il soit, non ! Et surtout de façon véhémente et irrespectueuse.
    Par-contre, que nous puissions dialoguer même si nos conceptions sont aux antipodes les unes des autres, pourquoi pas ? Nous ne sommes pas là pour nous convaincre mais pour partager et si ça passe pas, on se salue et l’on va palabrer ailleurs, non ?

    Pour le « sans religion que du bonheur », là c’est du mélange ultra détonnant et je pourrais vous répondre légitimement que les systèmes totalitaires du XXème siècle (ce siècle où l’Humanité a évolué technologiquement de façon fulgurante et inversement a « involué » « comportementalement » de façon aussi fulgurante), ces systèmes étaient athées officiellement chez les Soviétiques et officieusement chez les nazis.
    Bien sûr, vous pourrez objecter que le communisme n’est qu’une croyance sans Dieu (et vous rejoindrez à juste titre Nietzsche) et qu’Hitler s’est appuyé sur un peuple qui était majoritairement croyant (comme tous les autres peuples européens). Mais cela n’excuse pas la folie meurtrière de masse du premier (70 millions en quelques décennies…chapeau même l’Inquisition fait très pale figure à côté) et quant au second, Hitler, il haïssait les valeurs du christianisme (notion de pardon, amour du prochain) qu’il qualifiait de faiblesses inacceptables pour la « race aryenne ».
    Il s’est certes appuyé sur de mauvais/pleutres/opportunistes sujets ecclésiastiques épris de pouvoir et viciés par des valeurs réacs et d’une religiosité formelle et stérile en charité (pendant que des milliers de vrais représentants du Christ ont été déportés et tués comme le pasteur Niemöller) mais ce qui fascinait Hitler c’était l’occultisme et l’occultisme noir il va s’en dire (société Thulé).
    Mais l’Histoire officielle se garde bien d’en faire mention, pas assez rationnel tout ça, pourtant cela expliquerait mieux sa pathologie psychopathe meurtrière.
    Voir le bouquin de Pauwels et Bergier : « le matin des magiciens ».

    Et le top du top athéegriste fossoyeur, le record absolu du nettoyage le plus diablement efficace : la moitié d’un peuple génocidé en quelques années par Pol-Pot ! Tout ça parce que ce monsieur a eu l’outrecuidante bêtise de croire qu’il pouvait annihiler 2500 ans de culture religieuse bouddhique !

    Je vous corrige sur :
    – les Croisades qui (au début) ne furent que la réponse à l’expansionnisme islamique (lui qui avait déjà sa terre sainte, l’Arabie). Mais ceci n’excuse pas cela, il l’explique. Plus ensuite l’appât du gain, le prétexte pour aller piller des terres lointaines et se débarrasser de ses gueux qui allaient ferrailler là-bas.
    – Pour les juifs hélas, la stupide notion de peuple déicide a été tardivement supprimée par Vatican II mais actuellement les antisémites n’évoquent plus cette notion ridicule et criminelle, surtout s’ils sont athées, non c’est la conspiration mondialiste, la jalousie d’une minorité représentée partout dans les instances de pouvoir et d’argent qu’ils mettent en exergue jusqu’à grossir ces traits jusqu’au ridicule et leur prêter de « super pouvoirs » :D. Raël dit bien bien qu’ils descendant des E.T ….certains antisémites les voient comme des Men in Black 🙁
    – L’Irlande est avant tout un conflit colonial entre Irlandais républicains (de confession catholique) et Britanniques loyalistes (de confession protestante). Les premiers reconnaissent les seconds comme Irlandais mais ces seconds se reconnaissent Britanniques avant tout, donc ils n’ont rien à faire là-bas et l’Irlande ne devrait plus être partitionnée car si l’ensemble des habitants de toute l’île était auditionnés sur la réunification, elle aurait lieu !
    Nelson Mandela lui-même avait dit que si les Irlandais (républicains/catholiques) avaient été Noirs, ils auraient récupéré toute l’île depuis longtemps. Mais comme ils sont Blancs, la bonne affaire, on fait passer ça pour une guerre religieuse car ça élude l’aspect colonial.
    – Sur la Norvège, hélas je crains que ce que l’on appelle néo-croisés ne soient pas vraiment plus croyants que ça mais sont attachés à la culture européenne (la religion appartient aussi à notre culture commune, ne serait-ce qu’au niveau patrimonial architectural) et ne veulent pas la voir diluer ou annihiler dans, non pas un multiculturalisme, mais un islamo-sous-culturalisme conquérant (néo-djihadiste). Le fait pour les journalistes de ne parler extrême-droite qu’à sens unique (méchante blanche chrétienne) sans jamais mettre dans le même sac l’extrême-droite musulmane djihadiste, ne fera que renforcer ces frustrations criminelles hélas !

    Excellent le télévangéliste au brushing avantageux 😀 c’est le spectacle « grandguignolesque » dont raffole la sous-culture américaine (hélas).
    Religions ou pas, il n’y aurait donc pas eu de Paradis sur Terre car toute idéologie, même bonne à la base, peut être viciée et détournée de sa vocation première via des institutions totalitaires avides de pouvoir et d’asservissement sur leurs semblables.
    Le modèle du Christ et ce qui en a été fait par les institutions au cours des siècles … pas que du mauvais heureusement mais ce sont des individualités comme celles citées plus haut qui redorent le blason. Même le communisme n’était pas mauvais au tout début mais trop utopiste et l’Humain étant assez cupide et surtout égoïste, on a vu en pratique ce que cela a donné.

    Les athées sont en hausse dans les pays occidentaux mais de quels types d’athées s’agit-il ? Ceux qui ont choisi la science matérialiste réductrice aux oeillères bridées (donc rassurante), celle qui est devenue l’agent du contrôle social et a pris le pouvoir sur la religion ? Ou s’agit-il d’athées ou d’agnostiques (l’agnostique est le plus objectif d’entre nous tous) libres penseurs réels qui n’hésitent pas à bousculer aussi les dogmes de la sacro-sainte science matérialiste ? Des gens qui se fichent des institutions de pouvoir quelles qu’elle soient…
    Côté scientifiques, à part les plus célèbres ou déjà reconnus dans le métier, il existe une stigmatisation inversée à notre époque, à savoir qu’il n’est pas de bon goût de s’affirmer croyants (idem ailleurs dans le milieu du cinéma en France par ex). Mais ceci explique sans doute cela, à d’autres époques il ne fallait surtout pas se proclamer sans Dieu (et c’est toujours valable en terre d’islam).

    Parmi ces hérétiques qui bousculent les dogmes scientistes, un bouquin que l’on m’a offert et que je n’ai pas encore lu : « l’archéologie interdite » de Michael Cremmo et Richard Thompson.

    Certes, les gardiens du dogme scientiste vous parleront de pseudo-sciences, l’équivalent d’hérétiques côté égliseS. Et ça marche la stigmatisation et le dénigrement, ce sont même les plus efficaces des bannissements de la vie publique! Has been les bûchers 🙂

    Désolé, malgré de grands mérites comme tout pionnier, Freud c’est beaucoup « has been » aussi et je ne parle pas du « livre noir de la psychanalyse ». Je préfère de loin son contemporain CG Jung et ses archétypes collectifs, ses synchronicités, etc…
    Et je répète que nombre de croyants (au-delà des dogmes) se fichent d’une protection ou d’un intérêt « bonus-malus » vis à vis d’un Jugement « paternaliste » dans l’Au-Delà…c’est très intéressé et si cela conduit des millions de gens à se soucier de leur prochain, tant mieux (l’égoïsme étant la cause de toutes les discriminations donc de tous les conflits) mais il est bien dit dans les Evangiles et dans d’autres religions qu’il faut donner et se donner sans rien espérer en retour. La gratuité comme allant de soi…même si cela ne va pas de soi pour trop d’êtres humains 🙁

    Hawking est aussi un athée affiché…personne ne conteste son talent mais je préfère de loin les scientifiques croyants (c’est mon choix avec lequel je suis en phase, en « résonnance » comme vous êtes en phase avec les scientifiques matérialistes), par exemple Trinh Xuan Thuan qui voit en la spiritualité (pas la religion avec ses dogmes et institutions) une approche complémentaire de la science, du moins la physique quantique. Et sans être un scientifique, je pressens cette complémentarité depuis fort longtemps mais cela se réalise à un niveau où mon pauvre cerveau limité n’a pas accès. J’enrage de ne pouvoir comprendre plus, que ce soit au niveau des astrophysiciens qu’au niveau des mystiques comme maître Eckhart…ça vole trop haut pour moi 🙁
    Ou encore Gurdjieff, quoique plus accessible.
    Mais, pour en revenir à Hawking, il y a aussi l’hypothèse extranéenne et pas seulement un Dieu type anthropomorphique tout puissant. Cette troisième voie, personne n’en parle car elle exclut le créationnisme « classique » ET l’évolutionnisme. Pourquoi pas ? Quand les conspirationnistes de tous poils sont assez justement décriés, je veux bien mais trop décriés, il n’y a pas de fumée sans feu…et que l’on nie allègrement (tant la science officielle que les religions instituées) les phénomènes paranormaux pourtant relatés partout dans le monde et dans toutes les cultures, y compris ce que l’on appelle « E.T », NON !je ne stigmatise pas en vue d’éluder ce qui dépasse mon entendement et qui est donc anxiogène mais aussi dérangeant pour mon égo….

    Que les religions vivent leur dernière heure est indéniablement péremptoire et risible sauf peut-être en Occident … et encore pensez à l’islam partout dans le monde, ça craint si c’est l’islam bas de gamme « salafiste » qui se propage telle la peste. Parce qu’ils ont la foi et le nombre, tandis que l’Occident se complait dans un hédonisme +/- nihiliste et peu reproductif démographiquement.

    Je pense que les religions s’essoufflent en tant qu’institutions mais plus que jamais, la Nature ayant horreur du vide, les gens se recentrent sur du spirituel en rejetant l’autoritarisme des institutions qui disent comment penser et croire mais aussi en rejetant de plus en plus ce monde matérialiste superficiel, pollueur et égoïste.
    Je ne suis pas scientifique, j’essaie de comprendre et je souscris plus volontiers à des revues que vous qualifierez de pseudo-sciences comme Nexus. Ou un site « vade retro » comme :
    http://www.ldi5.com/index.php
    http://www.ldi5.com/heret.php (pour le schéma résumant l’attitude « oeillère » des scientifiques matérialistes).

    Je ne peux agréer des attitudes fermées, voire véhémentes et la science officielle « orthodoxement correcte » (à l’instar des religions quand elles ont le pouvoir) n’a pas l’esprit ouvert, désolé ! Quand on pense à un brillant scientifique comme Nikola Tesla encensé pour certaines de ses inventions et diabolisé pour son « énergie libre » (donc gratuite)…je ne peux me ranger du côté orthodoxe « du moment ». Les scientifiques matérialistes militants règnent sur la vision étroite et réductrice de la science dans le monde et la régulent. Ce qu’ils n’expliquent pas ils l’ignorent tout simplement et condamnent de façon véhémente les hérétiques (ça rappelle l’Eglise à une autre époque).

    Je peux comprendre ce besoin de s’affranchir d’une tutelle de Dieu anthropomorphisée mais me concernant, ce n’est pas ainsi (tutelle) que je vis ma relation spirituelle, certainement pas comme une servitude sinon ce serait du masochisme :).

    Pour Darwin, ce n’est pas l’apparence simiesque qui m’ennuie ! Tant d’hommes se comportent de façon si vile (la perversité n’existe pas chez les animaux) que les comparer à des singes est insultant pour ces sympathiques animaux !
    Je redit que ne suis pas scientifique, enfin sauf sciences humaines donc je ne peux me permettre de discuter sur des notions qui m’ échappent et n’aurait jamais donc le niveau intellectuel de votre maman (enfin en science dites pures, « répétables »).

    Les athées nihilistes vous ne connaissez pas ?? ceux qui ne croient qu’en la matière et pensent qu’une fois mort il n’y a plus rien, nient les NDE (hallucinations « réponses à tout » souvenez-vous du credo, c’est à peine caricatural et notamment des explications bio-chimiques), nient les phénomènes paranormaux, les miracles dûment attestés comme tels ou reconnus comme inexplicables par la science (même l’église catholique s’est montré plus royaliste que le roi et n’a pas reconnu d’autres guérisons « contre toute attente »), etc…

    Sur l’Au-Dela, je sais plus qu’intuitivement qu’il y a autre chose, je crois au corps éthérique (celui sur lequel interviennent les vrais guérisseurs*), donc je laisse mon enveloppe nourrir la biosphère 🙂 après c’est grand mystère même si j’ai qq idées en lisant à droite à gauche toutes sortes de croyants et de croyants affiliés ou non à des religions ou philosophies religieuses. Et bien sûr par rapport à des expériences perso ou émanant de personnes proches : quand on ne recherche absolument pas d’expériences à « sensations » et que malgré tout des phénomènes non rationnels viennent à vous (en étant bien sobres et pleinement conscients), vous ne pouvez plus ensuite faire comme si cela n’existe pas…et quand un proche ayant perdu un enfant vous transmet un message de lui révélant un secret que vous seul et le décédé connaissiez tant ce secret était intime (pas sexuel)…eh bien les dernières résistances sceptiques cèdent.

    Je ne me prononcerai pas par-contre pour un pape ni aucun représentant autoproclamé de Dieu….je suis spirituel et je n’ai pas à souscrire aveuglement à un religieux aussi illustre soit-il. Je peux l’écouter voire m’en inspirer mais « à la carte » et ceci vaut pour tous qq soit les religions. Idem pour les scientifiques, les philosophes, etc….

    * guérisseurs dans lesquels je range aussi les coupeurs de feu dont les dons ont des effets bénéfiques avérés même s’il faut rester prudents et parfois coupler leurs soins avec la médecine classique. Les charlatans sont hélas partout, en particulier dans un domaine non reconnu (médecines holistiques parallèles) donc non encadré. Mais dans le domaine encadré, combien de médecins cupides que j’appelle « tiroirs-caisses » ? des professionnels qui vous observent à peine, vous écoutent à minima et vous expédie avec une bonne liste de drogues légales pour servir la soupe à leurs homologues de l’industrie pharmaceuFRIC ? J’en avais un comme ça dans mon village, d’une froideur et sans empathie aucune.
    Vu le scandale onéreux des vaccins l’an dernier et aussi les problèmes OGM, on peut comprendre l’article suivant :
    http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/07/28/la-defiance-des-francais-vis-a-vis-des-scientifiques_1553594_3232.html

    Sur la fin je vous rejoins évidemment vu que je fustige ceux qui ont une vision puérile de la religion et qui veulent l’imposer à toutes fins. Qu’ils soient ridicules c’est évident mais je ne supporte que le libre-arbitre soit violé car je crois que Dieu (pour moi un esprit non représentable) nous a légué ce libre-arbitre et comme dit l’un des livres sapientiaux de la Bible juive : « Devant toi se trouvent l’eau et le feu. Etends ta main selon ton désir », je le comprends comme libre choix de faire le bien ou le mal et de pratiquer le discernement. Après ceux qui veulent être libres à tous prix mais qui pleurent qu’il n’y a pas de Dieu parce que le mal est partout, je leur dis : « vous préféreriez vivre dans une prison dorée ? Être des marionnettes ou des enfants aux mains de Dieu qui interviendraient comme un père fouettard ou aimant selon les circonstances ?.

    Sur ce, je pars m’offrir 3 bonnes semaines de vacances enfin ! Si ce n’est pas encore fait, bonnes vacances à vous sinon bon courage pour bosser.
    Je vais essayer de prendre le temps de finir un fabuleux bouquin qui pourrait attirer votre curiosité puisque vous vous décrivez beaucoup plus ouvert que je ne pensais eu égard à vos premières attitudes : « L’histoire secrète du monde » de Jonathan Black (en poche).
    @+

    Répondre
  15. Titus - 6 août 2011 16 h 59 min

    @Jack

    Je ne pense pas que j’aurais le temps de répondre à votre dernier post de facon complète car moi aussi je pars en vacances.. En tout cas, j’ai apprécié nos échanges et votre point de vue était très intéressant. L’intégrisme est partout et c’est toujours un plaisir de discuter avec des gens qui ne sont endoctrinés d’aucune facon. L’évolution ne s’oppose en aucun cas à la spiritualité et le fait de croire en un dieu n’est pas opposé au système d’évolution à condition que ce dieu ne s’inscrit pas dans une religion. Car les religions, inventées par les hommes, ne sont pas les solutions à la recherche de Dieu. Selon la définition que l’on donne à Dieu, on peut se prononcer sur sa probabilité. Si vous concevez un Dieu à l’apparence humaine qui se penche sur le destin de chaque etre vivant, qui compose le  » dessein  » de l’humanité et qui modifie les lois de la nature pour satisfaire les prières de l’homo sapiens, alors il est évident pour que cette vision humanisée de Dieu a une probabilité d’existence très faible, sinon nulle. Après, il est bien évidemment possible d’interpréter les textes religieux à sa guise et avoir une philosophie de vie qui corresponde avec les allégories présentes dans la bible ( par exemple ). Seulement voilà, certains interprètent des passages de ces textes littéralement et c’est cette dérive qui est dangereuse. Par exemple, le Lévitique autorise la possession d’esclave, ceux qui interprètent ce genre de passages littéralement ou qui s’en inspirent comme philosophie de vie ne sont pas des exemples à suivre. La recherche d’une entité que l’on peut qualifier de  » Dieu  » peut se faire sans les religions.

    L’évolution n’est plus une théorie, Les miracles sont le résultat d’une vision religieuse du monde et sont en totale contradiction avec les faits et la réalité. Si une personne survit incroyablement à un cancer de phase terminale et que la science n’est pas ( encore ) en mesure d’élucider la cause qui a fait que les cellules cancéreuses ont été éliminées, ce n’est pas pour autant que la survie de cet individu est causée par une divinité ( et meme si c’était le cas, cette divinité ne ferait pas partie d’une religion ). Néanmoins, la spiritualité est inhérente à l’humanité depuis que la conscience de soi et les questionnement intérieurs sont apparus chez l’espèce homo-sapiens. Mais si un dieu existe, ce n’est pas lui qui a façonné l’homme, c’est la sélection naturelle. Mais il est possible qu’une entité que l’on puisse qualifier de  » Dieu  » ait  » crée  » plusieurs univers dont certains capables d’accueillir une forme de vie intelligente qui puisse apparaitre et évoluer par elle meme de l’infime cellule procaryote à l’incroyable cellule eucaryote, des arthropodes aux poissons puis aux amphibiens, puis aux reptiles, puis aux mammifères que nous sommes. Ce dieu là ne ressemble à aucun dieu que les hommes ont pu inventer au fil du temps et sa probabilité ne peut pas etre considérée comme nulle contrairement aux divinités humanisées que l’homo sapiens a pu inventer au fil de l’histoire.

    Répondre
  16. Jack - 8 août 2011 16 h 14 min

    @titus

    Ce que les gens pensent et croient, c’est une chose et on a pas à les stigmatiser ou les tourner en ridicule (par ex : la foi du charbonnier des « petites gens »).
    Cette foi qui parfois donne des ailes ou par le pouvoir de l’esprit via la prière permet de vaincre des maladies contre toute attente scientifique logique.

    On se doit d’être vigilants et sans concessions face à ceux qui ont la tentation totalitaire de penser pour vous et de vous asservir en prenant n’importe quel prétexte, religieux, politique, scientifique, philosophique, etc…souvent erroné d’ailleurs!

    Mais on ne peut jeter le bébé avec l’eau du bain car comme je le dit souvent : « qui y a t-il de commun entre Torquemada et soeur Emmanuelle? la religion catholique. Qui y a t-il de commun entre un taliban et un Ibn Arabi? l’islam. Qui y a t-il de commun avec un loubavitch et Maïmonide? le judaisme.
    Au nom des religions, beaucoup ont hélas tué mais ils ont commis le pire des blasphèmes car on ne tue pas au nom de Dieu.
    Mais au nom des religions aussi (Dieu merci 😉 ) beaucoup ont et continuent à faire le bien et souvent dans le plus grand anonymat car la discrétion et l’humilité les caractérisent.

    Et enfin, si l’Humanité était majoritairement à l’image des mystiques et saints que j’ai cité mais aussi des saintes personnes laïques (souvent croyantes) comme Mandela, Gnadhi, Luther King etc…il n’y aurait plus de guerres, plus d’esprit prédateur, cupide, égoïste….c’est ça qui me fait rester optimiste malgré toute cette fange dans laquelle le monde reste englué dans sa majorité malgré des siècles d’évolution…

    Bonnes vacances.

    Répondre
  17. Julien Le gal - 31 août 2011 9 h 47 min

    Je suis surpris que l’on puisse renverser ainsi les choses. La construction de l’indentité sexuelle n’est pas une idéologie, c’est l’expérience concrète, réelle, psychique et affective de jeunes gens qui ne peuvent épanouir leur vie sexuelle selon les normes sociales et culturelles dominantes. Ce chemin courageux n’est pas une déperdition. C’est un champ possible de la réalité humaine qui ne porte pas atteinte ni à l’ordre social, ni à l’humanité dans sa continuité. Vous défendez une norme (sexuelle) qui est loin d’être remise en cause. Cette norme n’a pas besoin d’être défendue (encore moins par le politique, car c’est justement quand le politique s’invite dans la sphère privée qu’il y a totalitarisme), elle s’impose aux société depuis tellement longtemps. Et sans doute a-t-elle du bon, sans doute contribue-t-elle au développement de l’humanité. Mais elle fait aussi souffrir ceux qui ne peuvent vivre selon elle. Or cette norme que vous défendez comme unique, d’où tirez-vous qu’elle soit plus fondée scientifiquement ? C’est vous, en somme, qui êtes idéologique, mais ce n’est pas un mal, il faut avoir des croyances, morales, éthiques, car elle ne sont pas fondées scientifiquement. Sinon, vous ne seriez pas élu et l’académie des sciences remplacerait le parlement. Le consensus démocratique actuel tend, et c’est un progrès à mon sens, à reconnaître que l’orientation sexuelle n’est pas une fatalité. Or ce n’est pas une croyance, c’est la réalité de milliers de personnes. Ne vouloir pas l’inscrire au programme fait de vous un partisan de l’ignorance. Vous refusez un fait au nom d’une norme, soit , mais de grâce, assumez que vous avez des croyances et n’utilisez pas l’argument du totalitarisme ou de la non-scientificité.

    Répondre

Exprimez vous!