La convention des réformateurs sur le trop-plein de normes avec Eric Zemmour

Christian Vanneste (page facebook) : Présent hier à la Convention des Réformateurs, j’ai écouté l’excellent discours de Zemmour sur la liberté d’expression. Une vidéo avait diffusé mon message sur le même sujet au début de la réunion. L’enthousiasme de mes amis m’amuse. Ils étaient plus discrets, voire hostiles lorsque la même mésaventure m’est advenue, avec une totale victoire judiciaire, pourtant…

La presse en parle ce matin. Quelques extraits :

Devant des membres de l’UMP, Eric Zemmour appelle à la suppression des lois mémorielles

Invité par les parlementaires UMP du club des Réformateurs sur le thème de l’accumulation au fil des ans de normes, le journaliste Eric Zemmour (…) a fait salle comble ce mercredi dans une salle de conférence à l’Assemblée nationale.

Des militants et des députés de la majorité ont attentivement écouté le chroniqueur, qui a fustigé son jugement, décrit comme une atteinte à la liberté. Critiquant le «politiquement correct», il a appelé l’UMP à supprimer la Halde, la haute autorité contre les discriminations, tout comme le délit d’incitation à la haine raciale, ou encore les subventions pour les des associations anti-racistes.

Éric Zemmour a enfin appelé à la suppression des lois mémorielles – la loi Gayssot, tendant à réprimer tout propos raciste, antisémite ou xénophobe, la loi Taubira, sur la reconnaissance des traites et des esclavages comme crime contre l’humanité, la loi sur la reconnaissance du génocide arménien, et enfin celle qui mentionnait des «aspects positifs» de la colonisation -.

Le discours du journaliste polémique a été très applaudi par l’assemblée. Etaient notamment présents Jean-François Copé, secrétaire général de l’UMP, Hervé Novelli, secrétaire général adjoint du parti de la majorité, ainsi que le député Christian Vanneste. Le nouveau ministre de la Défense, Gérard Longuet, a fait un court passage durant le discours. (…)

20 minutes

Les libéraux de l’UMP veulent gagner en visibilité

On a dû refuser du monde ! » s’est réjoui le chef de file des réformateurs libéraux, Hervé Novelli, secrétaire général adjoint de l’UMP, pour leur convention conclue hier soir par le patron du parti présidentiel, Jean-François Copé, dans les locaux de l’Assemblée nationale. L’aile libérale de l’UMP s’est penchée deux heures durant sur la question des normes et pesanteurs administratives ou réglementaires. Qui, selon Novelli et ses amis, asphyxient la liberté des Français, et, en particulier, celle d’entreprendre. (…) Pour l’heure, les libéraux, qui se félicitent du succès des auto-entrepreneurs ou de l’autonomie des universités, maintiennent le cap sur la suppression de l’ISF. « Il n’y a rien de pire que de renier ses idées », jure Hervé Novelli, « en phase », dit-il, avec Nicolas Sarkozy. Il compte bien donner davantage de visibilité à la centaine de parlementaires de sa sensibilité, à l’identité très hétéroclite, entre les ex-RPR, les anciens UDF et les libéraux très ancrés à droite comme Christian Vanneste ou Lionnel Luca. Et refonder, ces jours-ci, la « charte d’engagement » du mouvement , pour mieux fédérer une équipe plus resserrée autour de thèmes clefs, comme la lutte contre le « fossé qui se creuse entre les Français et les élites politiques », le refus du « culte du principe de précaution » qui « tue l’initiative en France », selon le député Yanick Paternotte, numéro trois des libéraux.

Les Échos

Mot clés:

Exprimez vous!